Chomsky : un débat animé

(extraits du) Compte rendu du débat sur CHOMSKY ET Cie
Espace FOL, mercredi 18 mai

Une bonne soixantaine de spectateurs, un débat très animé  sur une thématique bien trop large pour approfondir…
N’hésitez pas à poser un commentaire ci dessous

 

Après ce film, vos impressions ?

(1) Je suis sidérée par l’actualité de ce documentaire qui a pourtant dix ans : antagonisme USA Iran, intifada, réchauffement climatique.. et même les cheminots !
A croire que rien ne change..

– Il y a aussi le Round Up !

(2) Je signale un excellent livre de N Chomsky « Dominer le monde ou sauver la planète »

(Le débat s’engage sur ce qu’internet a pu changer dans « la fabrique de l’opinion »

(3) Les blogs peuvent donner une audience à des analystes qu’on ne voit pas à la télé. Ainsi Lordon, que les medias dominants passent rarement, se fait connaître sur internet ; c’est plutôt positif.

(4) J’optimise sur l’impact des média informatiques ; mais la plupart des gens sont formatés par les medias les plus importants ; et si Melenchon était aussi présent dans ces media pendant la campagne présidentielle, c’est parce qu’on a voulu focaliser sur les deux candidatures extrêmes.

(5) Attention, pour juger de l’effet « ouverture d’esprit » grace à internet, incontestable pour certains, le bilan global n’est pas évident ; car nous savons maintenant que google et facebook contribuent fortement à influencer, façonner les esprits .

(6) Sur internet, on peut et il faut rechercher activement les informations, de façon à avoir des éclairages diversifiés.

(7) Il faut aussi se tenir au courant de que disent les medias officiels ; de pouvoir apprécier la façon dont on traite actuellement les actualités. Ainsi on va s’appesantir sur l’acte d’un fou, et négliger d’autres infos plus significatives.
Bien sur, sans oublier de décrypter les autres informations.

(8) Chomsky a maintenant 90 ans et continue de s’exprimer ; il a produit un grand nombre de livres, mais il est beaucoup + accessible sur internet.
Il existe un site lescrises.fr très pertinentet qui donne la parole à diverses sources alternatives aux infos dominantes.
Pour avoir des analyses récentes de Chomsky sans lire ses bouquins, on peut aller sur ce site et faire une recherche sur le mot clé Chomsky.

(9) Les techniques de manipumation de l’opinion sont les mêmes sur internet ou la télé. La grosse crise économique américaine de 2008 est une fin de cycle économique sur un modèle qui a fonctionné « l’american way of life ».
Internet a changé le comportement des gens. Quand je regarde une nouvelle, je ne la regarde pas de la même façon qu’en 2008. Il y a eu un virage

(10) Je voudrais juste souligner l’intérêt du blog « lescrises »: il a d’ailleurs été mis à l’index par le Décodex du monde qui s’est mis en tête de séparer le bon grain de l’ivraie en s’érigeant en arbitre de la fiabilité des autres sources.
A signaler aussi le livre Bernays « Propaganda »

(11) Internet ne peut changer les opinions publiques en raison de l’individualisme de l’écran que souligne Chomsky : impossibilité de tout groupement ou de parti politique ; et donc aucune perspective pour moi de trouver un parti qui reflète un axe politique qui m’inspire et qui fasse mouvement dans la société. De plus il me semble qu’on n’est pas dans la fin d’un système sinon dans sa suite logique.

(12) On est cloisonnés c’est un problème.
Cependant il y a des actions comme Notre Dame des Landes qui s’est fait par internet : autrement l’aéroport existerait depuis longtemps.
Et puis le succès de l’ascension de la France insoumise en 2017 repose en bonne partie sur l’utilisation des réseaux sociaux.
Depuis longtemps, il y a des groupes : pas assez,  ça ne permet pas de gagner les élections mais ça encourage la liberté d’expression.

(13) Je provoque un peu :  Depuis tout petit je suis les cours de la bourse. Les meilleures info sont dans l’info boursière et financière car ces gens ont besoin d’infos fiables de qualité.
On peut évoquer l’école qu’ont créé les cadres de Google pour leurs enfants : une école sans tablettes, juste des gommettes, des peintures, des crayons, et pas de photocopies.
C’est la créativité qu’il faut privilégier. Une fois que l’on sait créer, alors on peut passer à autre chose. Dans notre école on est limité à un petit clavier, un petit écran.

(14) C’est certain : pour les jeunes enfants, l’usage des tablettes, écrans doit être limité.

(15) Une autre forme de manipulation c’est la théorie du complot, à l’encontre de l’opinion dominante ; par exemple Bashar El Hassad : un gentil ; l’accident des tours jumelles : un complot américain.
Ceux qui disent ça ne sont pas stupides, il y a des professeurs parmi eux. Comment peut-on adhérer à ces idées si ce n’est par opposition systématique ? Quand on remonte aux sources, on tombe sur une unique personne.

(16) La théorie du complot a au moins un coté positif : que des mecs pensant que la terre est plate puissent toucher beaucoup de gens. C’est assez positif que ce genre d’écho soit porté par internet.

(17) A ce propos, que penser de ce sondage en début d’année qui annonçait que 8 français sur 10 sont complotistes ?

(18) En fait, cela sert le pouvoir en place de mélanger des idées saugrenues avec des doutes crédibles. On confond les deux afin de mettre en doute les idées recevables qui sont amalgamées à des absurdités délirantes.

(19) En effet, dans ce sondage il y avait 9 % pour penser que la terre est plate et 60% qui pensent que le secteur de la santé est lié aux grands groupes pharmaceutiques…
Précisément si on remonte aux sources, ce que j’ai fait, on découvre que ceux qui ont financé le sondage ont de gros moyens

(20) J’ai failli être journaliste sur internet . On m’a alors demandé d’écrire des articles sur internet en créant des syntagmes (phrases) sur lesquelles un logiciel de synonymes permettrait la création d’une dizaine d’articles à partir du premier ; ainsi un article peut être utilisé sur 10 sites différents – ce qui complique la recherche de l’origine de l’opinion exprimée.

(21) On devrait donner à nos élèves des grilles de lecture.
L’école essaie mais elle a ses limites.
Il faudrait développer l’esprit critique mais on a tellement d’informations inutiles.
Les enseignants d’EPS avaient un programme volontaire de formation continue et remettaient sur le tapis leur enseignement. Mais l’institution a imposé un cadre, une rigidité d’obligation institutionnelle.
Les profs se sont alors désengagés de leur militantisme pédago.
C’est pareil dans la plupart des secteurs de la fonction publique, qu’on réduit sans cesse ; alors que c’est le Conseil national de la résistance qui a mis ça en place après la guerre. Je rejoins donc l’intervention qui évoquait la fin d’un système.

On va s’en tenir là, merci pour votre participation, et à la prochaine