Débat à partir du film « Nothing to hide »

Intervenants : Charles Biondi (IHEDN, UNC)   Eric Olivier (Observatoire numérique),   Laurent Rivaton (Art informatique)   Gérard Sarda (LDH-NC, Comité NC d’Ethique)

Ce film, produit sous licence « Creative Commons » peut être vu facilement sur le Net !

Chr Règles du débat :  Lever la main et attendre d’être sur que je vous ai repéré
(d’abord le prénom) être concis pour que beaucoup puissent s’exprimer
rendre le micro et non le passer au voisin ; éviter les dialogues

Eric Observatoire Numérique Nouvelle-Calédonie (0)
80% de la population calédonienne utilise internet dont 80% utilise un réseau social
(1) doc source ONNC accessible ici
La 1ère source d’information : 55% sur TV ; 22% sur internet dont font partie les réseaux sociaux pour lesquels le taux de confiance associé n’est que de 13% ! Un paradoxe !  (2) doc source ONNC disponible ici
Vigilance donc, car même sans avoir confiance dans une source, je peux être influencé par les informations collectées auprès d’elle.

Logiciels libres : programmes construits en collaboration ouverte sur des plateformes ; « transparents », non appropriés, gratuits ; chacun peut les reproduire, les modifier

Lau Les appareils dans nos poches émettent en permanence des infos, des métadonnées
L’exercice proposé consiste à capturer les métadonnées contenues dans ces informations. Je précise la différence entre les données et les métadonnées : les données, c’est le contenu, les métadonnées c’est le contenant. Dans un courrier électronique par exemple, la donnée c’est le corps du message, les pièces jointes. Les métadonnées seront le type de logiciel utilisé, la date et l’heure du message, l’expéditeur, le destinataire, etc.

Ces métadonnées transitent dans l’air. Je propose une expérience, pour les volontaires qui gardent leur wifi ouvert :
je vais me contenter d’écouter le réseau wifi, avec un matériel dédié à ça.
On fera un bilan en fin de débat pour montrer tout ce qui peut être capté, sans intrusion

Ric : Source de vos statistiques  ?
Attention, le wifi ça pollue ! donc il faut éteindre quand on ne s’en sert pas

Er: L’Observatoire Numérique Nouvelle-Calédonie est une association neutre de type loi 1901, et les résultats que nous proposons sont légalement collectés auprès de sources multiples : OPT, partenaires, institut de sondage (I-SCOPE notamment pour l’étude e-commerce 2017 par l’ONNC (3) dont sont issus certains des chiffres proposés ici)

A  Que signifie chiffrer les informations ? Comment se libérer de tout ça si on l’a déjà utilisé ?

Bj Dans l’open source, la gratuité n’est pas essentielle, la transparence oui .
Chiffrer c’est une histoire de clés ; on met un message dans une boite que seules deux personnes peuvent ouvrir.
On ne sait pas comment se libérer de Tout ça !

Lau Comment se libérer ? par la connaissance des bonnes pratiques et des outils
On peut donner des solutions techniques sur le blog.
Mais attention : pas de confiance aveugle dans ces nouveaux outils, car tout évolue.
Certains acteurs peuvent être respectueux de la vie privée aujourd’hui mais passer du coté obscur demain.
Il faut utiliser ces outils de manière éclairée.
C’est normal que les utilisateurs aujourd’hui se sentent impuissants, ils ne sont pas informés.
En fait tout le monde est capable de comprendre, il faut juste vouloir et prendre le temps

Hu Y a t il des « crypto parties » sur le territoire ?

Er Pas encore ! Il y a effectivement en NC un décalage de mise en avant du numérique par rapport à la métropole notamment. Pour exemple le 1er Hackathon du territoire (4) concours de développeurs informatiques – 18 projets présentés au jury final) a eu lieu en novembre dernier (2017) en NC. Il faudrait des agents pour rencontrer le grand public et initier cela sur le territoire


Di :
Début 2017 on a tenté une 1ère expérience sur le numérique et internet, qui n’a pas eu de suite.
Après bilan, on va organiser une assistance aux personnes volontaires pour modifier leurs pratiques internet . L’important : fixer des objectifs raisonnables, fournir un accompagnement.
Il y a déjà une demi douzaine de tuteurs potentiels et bénévoles.

Chr Je ne vois pas ce que cette surveillance numérique de masse change pour moi au quotidien ; aucun impact  ; je travaille avec ce que je sais faire

Dans le documentaire, les personnes concernées sont des activistes, tous les témoignages ne sont pas des lambdas de la Vallée des colons ; Je ne me sens pas vraiment concernée, on est un peu vieux, ça nous dépasse.

Ch Ne pas confondre surveillance simple et surveillance de masse, celle ci est nouvelle.
Dans le secteur privé de la surveillance, le coté économique est primordial ;
Gros acheteurs de données : les groupes pharmaceutiques qui raisonnent en termes statistiques pour repérer des liens entre comportements et facteurs de risques, sans chercher les causes. Ce but est positif.
Cette approche statistique de la donnée peut être aussi traitée par d’autres entreprises L’être humain est alors considéré comme une donnée statistique

Di : pour entrevoir l’impact de notre utilisation quotidienne de logiciels espions, écoutons Snowden : il s’agit de protéger les lanceurs d’alerte, les journalistes, d’autres citoyens qui dénoncent abus ou injustices ; en utilisant google ou gmail, nous finançons un monstre qui menace nos démocraties.

Iz  Tout dépend de qui récupère les données

Er : Toutes les populations sont concernées par cette surveillance de masse.
Par exemple d’un point de vue économique, les 60 ans et + sont un groupe intéressant pour ce que l’on appelle désormais la « Silver economy ». Et cette population est aussi sur Internet et les réseaux sociaux !
Or facebook revend les données qu’il collecte, et les assurances peuvent s’appuyer sur des données personnelles et pourraient demain modifier leurs « règles ».
Une confidence faite à un proche du type « j’ai eu un point au cœur en courant » pourrait à termes entraîner des surcotes de cotisation, voire un refus de couverture/prise en charge et donc « couter très cher… ! »

Nos vies sont désormais aussi évaluées financièrement  : la mienne, comme la vôtre est par exemple estimée à environ 3 millions d’euros. On devient un élément statistique ! Certains évaluent également le coût d’une année de vie supplémentaire

X Une clé du débat : même dans une démocratie, connaître les gens permet de savoir pour qui ils vont voter et d’influencer les choix :
exemple récent avec l‘agence Cambridge analytica sur le Brexit et la campagne de Trump :
et ce n’est pas de la science fiction

Lau : Retour sur l’exemple de Ch dans les dérives de l’exploitation statistique des données, On confond les corrélations avec les causalités. Ce raisonnement est défaillant.

Les acteurs qui surveillent voient leur pouvoir augmenter de façon exponentielle, du coup il y a un déséquilibre qui peut causer un état totalitaire. Il faut garder un contre pouvoir.

La surveillance de masse se fait à travers des logiciels gratuits collectant des informations « illégitimes ». Il y a un malentendu sur la signification de « gratuit ». Pour les opérateurs « gratuit » signifie sans contrepartie financière ; pour moi, gratuit signifie sans AUCUNE contrepartie.
Quand un éditeur propose un logiciel gratuit contre création d’un compte utilisateur qui demandera de saisir diverses informations, il nous laisse penser que nos données personnelles ne valent rien.
Mais c’est à chacun d’en juger, pas à FB ou Google, ou n’importe quel autre opérateur.

Er Bien sur pour bien servir ses clients il vaut mieux les connaître, leurs préférences.
Ex : vous êtes dans une ville à l’étranger : On sait que vous aimez les pizzas : le téléphone vous dit « va à droite il y a un super italien. » Mais on rate le super turc… ou d’autres découvertes intéressantes !
Or tout le développement humain s’est fait sur des anomalies. En se privant de ça, on se prive de développement.

Sur Google les résultats de votre recherche sont orientés dans votre sens. En cherchant sur internet : « la terre est plate », les articles que vous allez lire vont alimenter votre lecture dans ce sens là.

G Cambridge analytica est un exemple ; mais 3 ou 4 sociétés permettent cette surveillance de masse à des pays peu démocratiques. Cependant il y a la Déclaration universelle des droits de l’homme pour les 186 pays de l’ONU : « protection des libertés ».
Article 12 de la DUDH (ONU, 1948): “ Nul ne sera l’objet d’immictions arbitraires dans sa vie privée, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur ou à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la Loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes
Il y a donc possibilité pour tout citoyen de se défendre.
De plus en France il y a la CNIL commission informatique et libertés C’est parfaitement illégal de garder des informations privées. Ces droits, il faut les exercer et les faire respecter.

Di  Attention, quand on signe sur internet les « conditions générales » pour utiliser un logiciel, on cède généralement le droit d’utiliser nos données

Dans un avion je suis content que la surveillance évite le terrorisme.

R J‘ai eu une petite expérience avec la CNIL sur des informations personnelles (médecin, entrepreneur, banquier). Je me demande quel degré de confiance avoir et comment les professionnels protègent les données que je leur confie ?

Le seul état qui ait fait une surveillance d’état c’est la RDA. On a la chance d’être dans un pays démocratique. Dans le documentaire un petit écolo se présente comme victime …
On dit que les attentats ont été déjoués par des surveillances ciblées. Mais dans mon village tout le monde savait ce que faisait tout le monde ; on ne le mettait pas sur facebook

D Y a-t-il un nouveau moteur de recherche qui garantisse la sécurité ?

Ch la CNIL oblige les entreprises à mettre en place des protections sur les données collectées mais elle n’a pas de moyens suffisants pour vérifier cette obligation.
De plus la CNIL est française ; or sur internet les américains ne connaissent pas la CNIL : c’est le droit américain et californien qui s’appliquent.
Les pouvoirs publics européens tentent de contraindre les fournisseurs américains à suivre certaines procédures

QWANT est une start up française qui ne transmet pas de données, conformément à notre réglementation ; elle en a fait un argument commercial ; ce n’est que 3% du CA de Google (40 milliards).

Er Depuis 2004, l’ensemble des règlementations de la CNIL s’applique en NC. De plus il y a actuellement un texte sur la protection des données en-cours de mise en place au niveau européen (Le RGPD – Règlement Général sur la Protection des Données – Impact professionnel ici)
Pour ce qui est du terrorisme, nous sommes dans une course effrénée, technologique et règlementaire. C’était le cas pour les armes « métalliques », une fois les portiques installés, l’usage s’est modifié pour aller vers des armes « en plastique »..Que l’on peut même imprimer en 3D de nos jours… Je pense que si cette course continue dans ce cadre de la surveillance de masse, ces personnes mal intentionnées pourraient se « dé-technologifier », par exemple utiliser des cassettes magnétiques pour lesquelles il n’existe plus de lecteurs, bref utiliser tout support non numérique, là où tout est numériquement surveillé.

C’est bien l’usage de l’outil numérique, notamment d’Internet, et sa gouvernance qui sont essentiels et doivent être au cœur du débat citoyen.

Si « jusqu’ici tout va bien, ce qui compte ce n’est pas la chute, mais l’atterrissage… »

E Comment accéder à Qwant sans passer par google ?

Lau Au lieu de tapper google dans le navigateur,
il suffit de taper l’adresse de Qwant qui est www.qwant.com ou www.qwant.fr
ou configurer votre navigateur pour qu’il devienne le moteur de recherche par défaut

Di   L’audience de Qwant peut paraître dérisoire ; précisément il faut la faire évoluer, et ainsi diminuer le pouvoir exorbitant de Google.

Lau On dit « la surveillance de masse ne fonctionne pas car il y a des attentats ».
C’est un raisonnement biaisé. Partir du principe qu’un système de lutte contre les attentats ne vaut que s’il est parfait est stupide : il y aura toujours des attentats, quoi qu’on fasse.
La surveillance de masse fonctionne ; pour la rendre plus efficace, il faut cibler.

On peut tout savoir tout sur tout le monde dans un cercle privé. Mais en public…
Quand on se sait surveillé on n’est plus le même (dire zut en public ou merde en privé)

Ch Dans un proche avenir les services de renseignement pourraient utiliser aussi les Data center – ces sites où passent les données et où elles sont enregistrées et conservées. –

La plus grosse entreprise de data center c’est Amazon une entreprise américaine soumise à la législation de cet état. Et les 3 premières GAFAM sont américaines. Les données dans un datacenter d’une entreprise américaine peuvent être demandées par les autorités des USA.
Ce déséquilibre fait que les autorités américaines en savent plus sur les entreprises et particuliers étrangers.

La NSA conserve 3 à 5 jours de l’internet mondial, l’intelligence artificielle peut traiter toutes ces données.

Le réseau social en Chine c’est WeChat. La Russie comme la Chine ont fermé internet.

Attention, même les logiciels libres ont des failles, qui peuvent être exploitées.

Er : Au niveau des États ; de par son enjeu prépondérant en termes de la (cyber)défense , le cyberespace est appelé le « 5ème champ de bataille », l’enjeu en termes de cyberdéfense étant de préserver le contrôle

« Prédictions »: une des « lois » de l’innovation et du numérique : « on ignore 80% de ce qui existera dans 20 ans » (l’innovation entraînant l’innovation).

En termes d’usages : on dispose d’un code et d’un permis de la route mais nous n’avons ni code ni permis pour naviguer sur internet. (Pour en savoir +, accès au dossier réalisé lors d’un carrefour avec les professionnels de la cyber sécurité en 2015)

Di  Laurent va montrer sur le moniteur du pupitre les résultats captés sur wifi

il est 21 h, l’heure de clore le débat, Merci pour votre participation
et sur ces questions graves, trouvons les moyens de réagiren citoyens éclairés, sans défaitisme

CRendu fait par Colette et Didier ; si oublis ou erreurs, signalez !

Attention aux Formalités d’adhésion sur place : venir dès 17h30

Documentaire ( 2017 ; 1h 26 ) de M. Meillassoux et M. Gladovic

Êtes-vous sûr de n’avoir “rien à cacher“?
Que peuvent savoir Facebook ou Google de vous en un mois ? Déplacements, heures de lever et coucher ? Consommation d’alcool, infractions pénales ? Orientation sexuelle ? Degré de solvabilité ?…
Les réalisateurs ont fait l’expérience en hackant Iphone et IMac d’un jeune artiste volontaire. Un hacker et une analyste ont pour mission de deviner s’il n’a vraiment “rien à cacher”. Que va t il en sortir ?

Et surtout quelles conséquences pour chacun d’entre nous et pour la société où nous vivons ? Que devient le droit à la vie privée ? Que faire, a titreindividuel ou collectif ?

La projection sera suivie, comme d’habitude, d’un débat où chacun pourra s’exprimer ; avec présence d’intervenants qualifiés.

Nous vous invitons à l’AG le jeudi 8 mars à 17h 45 en salle de réunion de la FOL , rue Taragnat

( à côté du Lycée DoKamo)

Ordre du jour :

  • Rapports moral (Président) et financier (Trésorier) – Discussion et Votes 

  • Tarifs d’adhésion 2018 : adoption

  • Election du nouveau Bureau

   POT amical et … citoyen, bien sûr !

Notre équipe a besoin de renforts : secrétariat, trésorerie, blog, communication, appui technique aux projections…



Nous lançons donc un appel à candidatures au Bureau de l’association (voir fiche en PJ) ou à venir nous donner des coups de main, réguliers ou à l’occasion
.

Bien cordialement

,

Pour l’équipe, le président, Didier Gasse

Pour les adhérents de 2017 : Vous pouvez donner procuration  par mail ou par écrit,   Attention  à bien préciser QUI, S’il/elle n’a pas déjà un mandat de représentation.

Statuts, et bilan financier 2018, peuvent vous être adressés, sur demande, quelques jours avant.

La première projection de l’année aura lieu le mardi 20 mars à 18H à l’Auditorium!!!!

JH Je trouve le film très américain et assez puéril ; il ne va pas en profondeur sur ces questions d’harmonie et de bien être. On n’a pas tous la même possibilité d’accéder au bonheur ; ni les mêmes façons de le rechercher

Di Le choix de ce thème et du documentaire n’a pas fait l’unanimité au sein de l’équipe.
Bonheur : un concept flou, difficile à mesurer et à atteindre. Mieux vaudrait s’intéresser aux malheurs, collectifs ou individuels, pour y porter remède. La quête du bonheur peut confiner à l’égoisme.
Pourtant ce film
m’a ébranlé ; il modifie ma perspective, en soulignant la dimension intérieure du bonheur

Claudy psychopraticienne EMDR (1) :
C’est aux USA qu’est née la psychologie positive, approche scientifique initiée par Seligman dans les années 90 .
Ce film a le mérite réel de mettre en avant des vertus fondamentales : compassion, altruisme..
Distinguer l’hédonisme : recherche du plaisir non durable et l’eudémonisme – comment réussir sa vie

Je suis spécialiste EMDR et j’ai aussi recours, en complément, à la psychologie positive.
Il faut aider les personnes à trouver la force pour rebondir sur les accidents de la vie.
Il faut savoir qu’il existe des gains post traumatiques, comme pour cette femme qui a été défigurée et se sent désormais plus heureuse qu’avant son accident

Q Expliquer ces pourcentages curieux  : 50 %, 10 % 40 %

Di Avec des techniques de mesure du bien être (…) et à partir d’observations sur des jumeaux homozygotes, il a été constaté une sorte de capital bonheur inné, variable selon les individus, et qui représenterait une moitié de ce qui peut être atteint 

Claudy Par rapport au ratio 50 génétique , 10 événements de la vie, et 40 % qui dépendent de nous …
Je pense important d’expliciter que ces 40% dépendent en grande partie de nous, nous n’avons pas le choix des situations mais nous pouvons choisir la maniere de les vivre

Ex bruno Betelheim, devenu psy apres les camps de concentration a travaillé sur l’autisme donc l’enfermement,
Simone Weil auschwitz a oeuvré sur le droit des femmes a disposer de leur corps …
donc même ds les circonstances les plus effroyables certains individus peuvent résister et sublimer


JF Oui, mais le sentiment, ça ne se commande pas.. que faire si je ne m’aime pas ? Une seule recette est sure de marcher : la cocaine !

Ch pour moi, le bonheur c’est d’abord d’agir, de se sentir utile Aider les autres les rend et nous rend heureux

Je suis infirmière auprès d’Alzheimer, en fin de journée bien remplie he e sens aussi satisfaite que si j’avais sauvé des vies au bloc opératoire

B Comment faire pour s’aimer ?
Le documentaire parle d’authenticité et d’épanouissement personnel. Il ne s’agit pas de chercher le regard des autres mais d’écouter nos petites voix intérieures, de suivre les rêves qui sont en nous

G Pour être heureux la relation sociale n’est pas nécessaire si l’on est en harmonie avec son environnement

X J’ai été infirmière pendant 40 ans ; c’est un métier magique ; on peut trouver le bonheur dans l’aide aux autres, une meilleure connaissance de soi, en protégeant la nature..

Do On a entendu deux infirmières ; il faut savoir que ce métier est un véritable sacerdoce et que sa durée moyenne d’exercice est de .. 7 ans !
L’accès au bonheur est aussi limité par une société qui nous impose rentabilité, performance et concurrence
Pour ceux, nombreux, obligés d’évoluer dans la ville la relation à la nature est problématique

Al Le bonheur s’exprime de façon différente selon les pays et les cultures ; par exemple en Asie ou Océanie la rupture avec son groupe social entraine le malheur . La solidariré est un facteur clé du bonheur

JF Dès le début, « mesurer le bonheur » m’a refroidi
Par contre l’exemple du Bouthan avec son Bonheur intérieur Brut est un gros pied de nez à la société capitaliste qui veut tout mesurer à l’aune d’une économie marchande

Ju Le bonheur n’est pas toujours confortable
Pour en résumer la recette ce serait «  faire ce que l’on aime et aimer ce que l’on fait »

JH Le bonheur s’intègre à la personne même, nous sommes tous différents

Di Peut on être heureux avec des gens malheureux autour de soi ?

X Peut on être heureux tout seul ?

H à partir de mon expérience personnelle : j’ai vécu longtemps en opposition aux autres et ça rend malheureux ; car ce que l’on fait aux autres on le fait à soi même ; je l’ai compris quand j’ai eu un enfant

Cl Il y a la question des hormones ; ainsi la cytocine échangée entre la mère et l’enfant qu’elle allaite
De bons échanges intelleectuels peuvent aussi aider à tisser des liens harmonieux
Expérience de petites souris privées de nourriture auxquelles on donne le choix entre manger ou être réconfortées : le besoin d’amour prime sur le besoin de nourriture

JF s’aimer les uns les autres bien sur.. mais il ne faut pas renoncer à combattre ses ennemis !

Ch Attention à ne pas polluer le débat sur le bonheur avec des notions empreintes d’une certaine morale ;
je n’apprécie guère le terme « compassion » qui installe une hiérarchie
Et les marchands de bonheur, particulièrement actifs en N Calédonie ? n’est ce pas un problème ?

Ju Le développement personnel avec l’aide d’un « coach » m’a fait me découvrir ; sans lui je serais une autre personne

X Attention à ne pas tout confondre : coach sportif, professeur, coach de vie..

Cl Pour parler de ce que je connais, l’EMDR,
c’est une thérapie reconnue par la Haute Autorité de la Santé et par l’OMS.
Il existe un cadre strict, du moins en métropole, avec obligations de formation et remise à niveau, une supervision, et une accréditation qui conduit à répertorier dans un annuaire officiel ;
c’est un moyen de vérification qui peut être utile, notamment en NC


Mi et JH : Attention aux sigles et anglicismes ; coach peut se dire .. coche, comme dans le bon vieux temps 😉

——–

(1) (Eye Movement Desensitization and Reprocessing …) Thérapie des syndromes de stress post traumatique

Remarque complémentaire de Claudy

A moins d’être des surdoués du bonheur ..gros porteurs de sérotonine , le bien être durable se cultive
Exercices physiques, méditation, … favorisent un sommeil réparateur et production de leptine, hormone anti deprime
Une alimentation équilibrée en macro nutriments pour une bonne sante …car toute douleur physique a son corollaire de douleurs morales .
Donner du sens a sa vie en dépassant l’individuel, transcendance
Et cultiver le lien de qualité, nourrissant …


HAPPY : les secrets du bonheur

Documentaire de Roko Belic  (2014 ; 1h 15 )

Auditorium de la Province Sud
ATTENTION  la projection débutera à 18h 30

Qu’ont en commun le porteur de rickshaw à Calcutta, le Dalaï-Lama et un volontaire de la Maison des Malades de Mère Teresa ?
Dans ce voyage aux quatre coins de la planète, découvrez des personnes de tous horizons et leurs propres définitions de « la plus profonde des émotions ».

Ce film passe en revue les clés de la science du bonheur, la Psychologie Positive.
Des acteurs de cette discipline viennent expliquer, et même démontrer, comment développer notre bien-être et accéder au bonheur.

Happy : Apprenez à être heureux !

La Montée des Gros

Mercredi 29 novembre à 18h 00 :
à l’auditorium de la Province Sud
un documentaire de Denis Pinson et Laurent Jacquemin (52 mn, 2015)

Entrée libre et gratuite pour tous
avec le soutien d’Archipel Production

L’Océanie, paradis sur Terre. Mais, sous le soleil et les cocotiers, la vahiné a aujourd’hui bien changé …
L’obésité est partout, ou presque, dans les îles du Pacifique. Au top 10 des pays les plus touchés par cette maladie dans le monde, 9 sont des petits états insulaires du Pacifique.
Histoire, culture, environnement alimentaire sont autant de facteurs qui ont contribué à rendre ces populations en surpoids. Loin d’être un problème individuel, l’Océanie doit à présent faire face à ce phénomène de masse, aux retombées économiques et sociales lourdes de conséquences.
En suivant Loïc et Rémy en Nouvelle-Calédonie, Adrienne et Camélia en Polynésie Française ou le Pasteur Ma’afu à Tonga, le film « La montée des gros » alerte sur le sujet et tente de comprendre pourquoi le physique des Océaniens a si brutalement changé.
Sommes nous face à notre déclin ou à l’aube d’un grand changement essentiel ?

    1. Insoumises : Compte-rendu du débat
      Marie Paule Robert responsable du Relais entre 2007 et 2012
      rappel : l’Europe a aussi connu sa période obscurantiste. Actuellement, en Nouvelle Calédonie,
      où en sommes nous ?
      Les violences envers les femmes sont importantes : 1 sur 10 en France, 1 sur 4 en NC …
      Au Relais, mise en place d’une équipe pluridisciplinaire comprenant des Psychologues Cliniciens avec compétences spécifiques complémentaires, une
      Juriste, une Art thérapeute, une Sophrologue, des Educateurs pour l’accueil puis le suivi des victimes, mais aussi pour la prise en charge des auteurs de violences : ce dernier point est essentiel.
      Car il ne suffit pas de s’occuper du symptôme, il faut travailler les causes de la violence .
      Trois racines à ces violences : sociologiques/ethnologiques ; criminologiques ;et familiales. Ce
      tte dernière racine est certainement celle qui ronge tous les auteurs .
      Il faut arriver à la compréhension profonde du phénomène et entreprendre une vraie démarche thérapeutique . Sur des centaines d’hommes violents suivis par le relais , tous ont fini par faire apparaître des blessures profondes et graves ; si on ne les traite pas, la récidive est assurée..

      L’approche systémique est un excellent outil pour ces problématiques .
      Avec cette approche
      nous avions de bons résultats.

      Plaintes en Nouvelle Calédonie : Par courrier adressé en octobre 2008 à tous les commissariats et gendarmeries ainsi qu’aux partenaires le procureur de la République a signifié clairement la fin de la « main courante » sans valeur juridique, et demandé d’enregistrer les plaintes .
      Il a fallu aussi gérer l’hébergement, souvent en urgence . Le foyer Béthanie accueillait les victimes avec ou sans enfants . Cette situation injuste nous a amenés à travailler avec la RAPSA pour l’accueil des auteurs .Première étape : 8 lits à la disposition du Relais pour des auteurs en situations de suivi psychologique . Puis construction de studios toujours au sein de la RAPSA .

      P ok mais au risque d’être mal perçu, je dirai qu’ il faut admettre que la majorité des actes graves de violences concerne davantage une ethnie, et est en relation avec l’alcool.

      B Non, la violence touche toutes les catégories de population, et l’alcool n’est en réalité qu’un déclencheur.

      D Pour un débat constructif, acceptons le politiquement incorrect  ; il y a des statistiques officielles et incontestables; et l’alcool est un déclencheur dont beaucoup de victimes se passeraient volontiers
      Le travail de cette équipe du Relai
      s a été remarquable ; et aujourd’hui, qu’en est il ? on aimerait bien entendre un responsable actuel

      R Nous l’avons contacté et il nous a demandé une invitation officielle pour participer ; ainsi fait, mais personne n’est venu…

      B Soyons clairs : tous les outils juridiques sont en place ; ce qui manque : une volonté politique forte

      P On ne peut nier que la situation des femmes canaques en tribus est particulièrement difficile.

      MP La violence en milieu Océanien est très visible parce qu’elle est surtout physique, mais n’oublions pas les violences psychologiques feutrées qui font de terribles dégâts ( dévalorisation permanente , séquestration , viols conjugaux , …..)

      Véronique Mollot-Lehoullier : représentante du Vice Rectorat, pilote du comité des 3E (Education à l’Egalité à l’Ecole) et représentante de la LDH-NC
      Dans le cadre du projet éducatif calédonien , de nombreux dispositifs sont mis en place en établissement scolaire pour lutter contre toutes les formes de violence et de discrimination et en particulier pour installer une réelle égalité filles-garçons : un protocole de lutte contre le harcèlement a été élaboré par le vice rectorat, une instance inédite a été créée, qui regroupe personnel éducatif et personnes de la société civile, le comité des
      3E ….
      On forme les professeurs mais aussi des élèves à repérer des signes discriminants voire de détresse, à trouver les mots justes, à savoir à qui s’adresser ; pour faire évoluer les mentalités, apprendre à porter un autre regard sur soi et sur l’autre, renforcer le respect mutuel.
      Et je précise qu’à la LDH-NC, il existe une «commission genre » dont les réflexions et propositions sont portées au plus haut niveau sur le Territoire et indiquent bien que toutes les communautés sont concernées

      Fara, au nom de Femmes en colère et de l’UFFO
      femme canaque, originaire de Maré, je n’ai pas subi de violences, mais il y en a sur les femmes, et plus qu’avant ; pour l’analyse, on ne peut se dispenser de revisiter l’histoire de notre pays dont la colonisation s’est faite aussi avec de grandes violences

      Utile aussi de se reporter à une enquête sur l’insertion des femmes calédoniennes dans le monde du travail. Les femmes européennes sont mieux loties ! Et dans les squatts il existe une terrible violence économique..
      A signaler la CEDEF Convention pour l’Elimination des Discriminations envers les Femmes

      Pour Femmes en Colère, la 1ère violence est celle d’élus politiques qui devraient pourtant être exemplaires ; certains n’ont pas vu leurs mandats renouvelés, nous nous en réjouissons
      RV Samedi 25 novembre de 9h à 11 h au
      marché muncipal (et non au kiosque à musique) :
      pour interpeller les autorités et d’abord le Congrès sur le cahier de revendications qui a été déposé et est resté sans suites pour le moment alors qu’il nous a été promis un débat public sur ce thème

      C lit des statistiques montrant que les salaires des femmes progressent moins vite que ceux des hommes : reflet d’une discrimination qui perdure malgré tous les beaux dicours

      X regrette que les causes profondes de ces violences ne soient pas correctement analysé

      H par expérience, à toute violence correspondent toujours Souffrance et volonté de Domination, qui sont de plusétroitement liées ; voila qui explique l’essentiel, ensuite il faut appliquer ce schéma aux situations particulières ; ce n’est donc pas au fond une question d’ethnie ni d’alcool

      VL il importe de travailler sur l’estime de soi, pour les unes comme pour les autres

      F Mesdames, pour avancer, il nous reste à déconstruire le vieux monde fabriqué par les hommes !

 

Documentaire écrit par Éric Guéret et Frédérique Menant – Réalisé par Éric Guéret – 145 mn –

PRÉSENTATION PAR LE RÉALISATEUR :

“Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits”, annonce l’article premier de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.

Mais selon que l’on est un homme ou une femme, la liberté, l’égalité, la dignité et les droits ne sont pas les mêmes. Cette réalité, elle aussi, est universelle. Que ce soit dans les sociétés les plus traditionnelles ou dans les plus modernes, dans les peuplades reculées ou dans les conseils d’administration des multinationales, les femmes sont placées en situation d’infériorité.

En un mot, la moitié de l’humanité vit dans la soumission et l’oppression. Souvent, c’est au nom de la tradition que les femmes sont soumises, cachées, mutilées, échangées, privées de leurs droits ou violentées. Derrière le paravent des coutumes et des habitudes, la “tradition” sert d’alibi pour maintenir une domination et écarter les femmes du pouvoir. Pour y résister, certaines ont décidé de se lever et de protester. Quels sont leurs combats ? Comment s’y prennent-elles ? Quelles résistances rencontrent-elles ? Ce film propose de répondre à ces questions en s’attachant au combat de cinq femmes extraordinaires à travers le monde, cinq “insoumises” – Ranjana Kumari en Inde, Kadidia Sidibé au Mali, Nebahat Akkoç en Turquie, Siriporn Skrobanek et Khun Nee en Thaïlande -, et d’associations comme L’Escale, en France.

Au cours de plusieurs voyages, nous les accompagnons sur le terrain au sein de leurs associations, auprès des femmes pour lesquelles elles se battent et qui, à leur tour, se lèvent, s’organisent et se battent contre les oppressions qu’elles subissent. Rien n’est inéluctable. Là où les combats sont menés, les injustices reculent. La lutte de ces femmes remarquables constitue l’essence de ce film.

Alors, soyons insoumis à notre tour. Nous ne sommes pas naïfs : faire un film ne changera pas le monde, mais il nous invite tous à changer de regard, à interroger la place que les sociétés, des plus traditionnelles aux plus modernes, laissent aux femmes. Car si les violences perdurent c’est que les sociétés le permettent.

Éric Guéret
Réalisateur

 

Bande Annonce : https://www.youtube.com/watch?v=EB-UiS8VxeE

Débat sur Le Trans-Humanisme

Intervenants
Jean François Le Petit : chirurgien orthopédiste, membre du comité d’éthique en NC
Yves Page : pharmacien et biologiste
Florent Franchette Naturel : philosophe des sciences

Dom : dans ce film 99% du temps de parole va aux hommes, or les femmes avec leur cytosine sont porteuses d’un vrai humanisme contrairement aux hommes ; on l’a déjà dit : l’avenir de l’homme, c’est la femme !

Au Médipole on utilise déjà des robots sur roulettes .. qui remplacent les médecins

X : Une réflexion de physicien sur « l’université de la singularité » : en 1940, Fred Doyle a lancé ce terme à propos du big bang avec le début d’une nouvelle humanité.
Aujourdhui la singularité n’existe plus ; on sait que l’univers n’est pas lisse mais granuleux et discret ; on reste limité par la distance/constante de Planck et dans la nanotechnologie ; et dans un univers fini, toute croissance exponentielle a un terme.Il y a donc des seuils, des plafonds : de quoi diminuer les ambitions des scientifiques de la singularité !

JFL :  Résister comme nous y invite le film, mais comment ? il y a des raisons d’espérer, des solutions simples existent.
Après la France en 1983 lors du don et greffe d’organes, la NC a institué en 2006 un Comité d’éthique nommé par le gouvernement.
Composition précisée en 2015 ; 21 personnes volontaires et bénévoles, pour vous représenter : 1/3  monde médical 1/3 autorité morale philosophes psychologues et 1/3 techniciens des sciences sociales.
Sur demande du gouvernement le Comité émet un avis sur des textes en projet, sur leur conformité aux exigences éthiques et aux études scientifiques. Il peut aussi s’autosaisir.

ETHIQUE : Il s’agit de remettre de l’humain là où il n’y en a plus, de rétablir la balance.
Le comité d’éthique réfléchit à conserver la qualité humaine, en évaluant les projets de loi selon divers critères

1 la bénéficience (bénéfices que les personnes peuvent en tirer )

2 la maléficience

3 est il juste pour l’individu seul, peut il exercer sa liberté ?

4 information des personnes concernées ?

Exemples : le don d’organe, la fin de vie, le plan santé do kamo.

Il agit dans un véritable esprit de resistance par rapport aux évolutions de la société.

D : le comité éthique n’a qu’un avis consultatif ; et qu’il faudrait pouvoir le mettre en relation avec les citoyens ordinaires,

X en régime de croisière depuis 2 ans. Une réunion d’information au congrès : personne n’est venu ; communication à revoir ?
Ce comité ethique doit émaner des citoyens ; nous contacter si on découvre un problème .. dès que nous aurons une adresse mail

Chr : on espère que vous ne serez pas une caution mais une résistance.

Est ce qu’on est encore dans un état de droit moi je me sens dépossédé de mes droits. Dans ce qui se fait là ( le documentaire ) je ne sens pas mes droits respectés

Col : on retrouve un peu les bouleversements avec l’introduction de l’imprimerie. Dans ce documentaire, beaucoup d’opinions politiques, peu de sagesse humaine.

Fl : Où est le respect de la vie humaine ? Où est la frontière avec la vie privée ?
Affaire Snowden : la NSA met sur écoute les citoyens surtout en France et aux USA.
Google traite les données et repère les mots clefs, et déclare que c’est pour préserver notre sécurité. Mais la limite entre sécurité et privée est mince. Avec vigipirate on perd une partie de sa liberté pour la sécurité.
Par exemple on est réticent à aliéner une partie de notre vie privée ; quelle file choisir : celle où on contrôle juste les passeports ou celle où on regarde tout ? Je pense que vous conseilleriez de vérifier la vie privée de chacun

D : Moi c’est juste le contraire. J’ai préféré les aéroports des pays qui controlaient moins ; ça veut dire qu’ils ne sont pas soumis à des risques d’attentats en raison de leur politique étrangère.
On ampute à la fois notre vie privée et notre sécurité. Peut on encore avoir confiance dans les gouvernements…

Et : la légitimité des gouvernements est remise en question par ces petites élites
Comment résister ? on peut se dé-googliser, il y a des moteurs de recherche alternatifs, certains meilleurs que d’autres et vous ne serez plus fliqués  C’est à chacun de nous de faire sa recherche.

G : J’ai le même âge que le réalisateur. La SF était en plein boum : j’ai l’impression d’être préparé, j’en ai entendu parler de toutes ces avancées. .De même qu’on a dit un jour les hommes voleront et les hommes volent .
Les jeunes, ça ne les gêne pas d’avoir un profil sur facebook, tout va bien.
Je prends de l’âge : quand on me mettra une puce ce sera pour une meilleure santé.
Mais chez l’humain il y a un autre accès d’information et cet accès c’est l’intuition, que le robot n’a pas.

JF : il y a un lien entre ldéveloppement du transhumanisme et la politique d’un pouvoir sans courage d’aller contre l’ultra libéralisme.

Chr: Ce reportage montre un total contrôle de l’humanité par la technologie (comme mettre une puce dans le bras pour payer). On nous conduit à une «dictature douce»
Regardez comment les gens ont accepté d’aller aux caisses automatiques dans les supermarchés, donc d’accord pour que des emplois soient supprimés. Dans Cash inv, les ouvriers menés par des machines tombent dépressions.
La résistance doit se faire au quotidien car il y a de plus en plus de contrôles partout.

Et : les politiciens sont impuissants face à Google. Que faire contre un logiciel ?

Y : quelqu’un au 16ème siècle a eu une intuition géniale : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme» ;

Les transhumanistes ont un idéal. Je vais vers une caisse sans caissière, je n’ai pas d’idéal. Le transhumanisme est une forme de religion, avec ses prophètes…

R: la plupart sont américains. Les jeunes en Europe seraient plus humanistes. mais il faudra les éduquer pour ne pas les robotiser.

V : ce qui m’a touché dans le film : ce processus exponentiel énorme. Comment lutter concrètement ?

P : les évolutions technologiques ont toujours été liées au militaire.
Avec les progrès techniques les agences bancaires ferment, les taximen seront remplacés par les robots ; les meilleurs joueurs sont battus par les machines.C’est un choix politique. Le problème, ce n’est pas la technologie c’est ce qu’on en fait.
Il ne faut pas juste avoir peur. Il peut se passer aussi des choses positives

B : le danger, c’est que seuls les riches puissent en profiter mais pas les pauvres

D : il faut bien faire la différence entre
– soigner ou réparer l’homme
– l’ augmenter ou l’améliorer.
Quand on répare, on le met au niveau des autres ; quand on augmente ceux qui en ont les moyens, on renforce les inégalités.
On peut toujours résister et perdre ou gagner ; mais l’important c’est le voyage c’est les luttes dites désespérées qui sont les plus belles .

Ch les régimes politiques savent s’auto-protèger. On a simulé un vote de la présidentielle avec d’autres modalités,( une note pour chaque candidat) : Mélenchon vainqueur, suivi de Macron, le Pen très loin ! En France il faut des millions de voix pour proposer un référendum .

V : On a bien de la chance de pouvoir venir en discuter … Pensons aux handicapés : la technologie a changé leur vie.

Ch : on a vu que la sécurité sociale (cf le film « les jours heureux ») et les avancées sociales sont remises en cause actuellement – cf dans le chien bleu sur la Cafat

D : bien sur il faut que les handicapés soient remis à niveau, le débat est ailleurs

F : Certains humains ont une relation au corps qui change – cf percing. J’ai été étonnée en Inde par une personne qui rampait : elle parlait avec tout le monde.
La robotique entraine une deshumanisation comme pour les personnes âgées qui n’ont plus personne avec qui parler ou avec un enfant qui va jouer avec le petit robot

G : je ne suis pas très sensible à l’idée de résister contre le progrès technique. Par contre, il est bon de réfléchir : que faire de la circulation des infos sur nous, de leur utilisation commerciale ? Refuser toutes les évolutions technologiques ce n’est pas bon,

Chr : Ce qui est choquant, c’est la création d’inégalités, c’est l’homme augmenté par des implants dans le cerveau, un peu comme les cours particuliers des classes aisées à leurs enfants. Ces technologies vont accroitre les inégalités. Le conférencier du film disait : vous serez les perdants, les parents riches le feront, d’abord par snobisme ; puis il y aura disparition des métiers si il y a pas de résistance. C’est les robots qui feront les cours.

Fl : pour faire l’avocat du diable : la machine à laver s’est démocratisée…
La création d’inégalités entraine la disparition d’une valeur : le mérite. Qu’est ce qui fait que quelqu’’un est méritant ? On est digne, on se donne des buts et on peut y arriver. Mais si c’est en utilisant la technologie ?

La technologie : fabuleux, mais attention à la manipulation des esprits , le futur président sera désigné avec l’aide de google

D: j’ai lu que quand on se sert de Google, si on appuie sur la touche de recherche, la page de résultats s’ouvre 12/100 de seconde après. Pendant ce laps de temps, Google rassemble notre dossier d’infos personnelles synthétisées, sait qu’on s’intéresse par exemple à l’achat d’une voiture et propose une enchère où un vendeur de voiture gagne le marché et peut afficher sa pub à côté des résultats

H : la technologie c’est formidable. C’est une façon de démocratiser, on peut apprendre le piano ; on a un point de vue trop négatif sur la technologie : il faut juste encadrer l’usage

Et : ils m’inquiètent, les politiques. Ils n’ont plus les moyens intellectuels et techniques, ils ne comprennent pas Google, ni Facebook,

D : un certain homme politique et son équipe semblent bien maitriser le web et la technique des nouveaux medias

R Le fondateur de Facebook veut être candidat à la présidence des Etats Unis !

L : on a les hommes politiques que l’on mérite ; pour résister efficacement, changeons notre façon de penser

M : Google s’est associé au grand labo pharmaceutique Sanofi en 2018 pour lancer la médecine sur internet

D : Dans le Monde Diplo, un article de Jacques Testard : avec une découverte fin 2016, on a pratiquement réalisé toutes les étapes pour fabriquer en masse des embryons humains puis les trier selon des critères génétiques.
On est donc en capacité d’une sélection de l’humain par l’humain, nous sommes à l’orée d’un remodelage possible de l’espèce humaine. Cela dans le silence des médias et des politiques.
Des enfants de meilleure qualité à un prix correct, c’est possible ? souhaitable ?

Y : L’eugénisme peut être positif et négatif (comme le nazisme). Quand on fait un dépistage systématique contre des risques génétiques, le choix n’est pas simple. Tout ce qui a rapport à l’eugénisme est complexe

Le mot de la fin : un effort de transcendance pour éviter de sombrer dans un déshumanisme !


Retranscrit par Colette et Didier
n’hésitez pas à laisser un commentaire..

UN MONDE SANS HUMAINS ?
Documentaire de Ph. Borrel ( 1h 35, 2012)
Mardi 10 octobre à 18 h 00 Auditorium Province Sud

Depuis une quinzaine d’années, l’accélération du progrès technique a permis de réaliser des prouesses impensables.
Refaire marcher des personnes amputées, exosquelettes décuplant la force des soldats, logiciels capables de déceler nos émotions et nos goûts… Tout cela ne relève plus de la science fiction.

Mais jusqu’à quel point est il raisonnable « d’améliorer » nos capacités physiques et mentales ? Quels effets sur notre humanité et sur nos sociétés ?

Ce documentaire met en scène les débats qui opposent
– les partisans du courant “transhumaniste”, dont les adeptes voient dans les techno-sciences un moyen de créer un homme parfait, bardé d’implants
– à des philosophes et des scientifiques qui tirent la sonnette d’alarme pour exposer les enjeux politiques et économiques que cache ce scientisme acharné.
« Un monde sans humains » lève le voile sur un univers futuriste, plus réel et imminent qu’il n’y paraît.

un monde sans humains ?

(2009, 1 h 47)
(Film construit à partir du récit vécu d’Hervé Chabalier)

Hervé, patron d’une agence de presse, souffre d’une dépendance à l’alcool qui affecte sa vie familiale et professionnelle. Pour s’en sortir, il entre en clinique spécialisée dans la désintoxication.
La cure s’avère très difficile ; en aidant une autre patiente il se trouve confronté à ses propres démons.
Auto destruction ou guérison ?
Un film remarquablement servi par François Cluzet

Interview d’Hervé Chabalier:

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-139140/interviews/?cmedia=18920983

Bref Compte Rendu de Flo, fait de mémoire, donc incomplet
Intervenants : B (médecin généraliste) F (association Terre de Santé)

Mini – sondage : Sur la cinquantaine de personnes restées pour le débat, une dizaine avait pris des statines dans leur vie.

Lire la suite

Projection / Débat : LES JOURS HEUREUX

Ouvert à tous et gratuit y compris aux non adhérents,

Programme du CNR, Conseil National de la Résistance

« Résister ne suffira pas pour construire un avenir  meilleur. Il s’agit aujourd’hui d’appeler à un projet de société, d’appeler les mouvements, les associations , les institutions, les syndicats, les partis politiques , comme l’ont fait les treize résistants en mars 2004, à constituer un programme politique , économique et social du XXI siècle ,reprenant les principes du CNR en les adaptant à notre époque, en prenant en compte les problématiques écologiques et environnementales. Il s’agit de proposer des pistes de réflexion, d’union et d’action. »

       2010 rassemblement des Glières, Didier Magnin, président du CRHA* ( voir note à la fin) 

Composition du CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE

Créé le 27 mai 1943 – 48 rue du Four – Paris

Président :

Jean MOULIN, puis Georges BIDAULT (démocrates –chrétiens)

et, à la libération le 15 septembre 1944, Louis SAILLANT de la CGT

Membres :

Libération sud : Pascal COPEAU, supplée par Pierre HERVE (désigné par son mouvement, Emmanuel     d’ASTIER DE LA VIGERIE, appelé à Alger à l’Assemblée consultative puis au gouvernement        provisoire, redevient le titulaire à la libération)

OCM (Organisation Civile et Militaire) : Jacques-Henri SIMON, déporté remplacé par Maxime BLOCQ-         MASCART

Combat : Claude BOURDET, déporté, remplacé par  Marcel DEGLIAME

Ceux de la résistance (CDLR) : Jacques LECOMPTE-BOINET

Franc-tireur : Claudius PETIT, puis Jean Pierre LEVY, puis Antoine AVININ

Ceux de la libération : Roger COQUOIN, fusillé, remplacé par André MUTTER

Libération Nord : Charles LAURENT, appelé à Alger (Assemblée consultative) remplacé  par Henri RIBIERE

Front national de lutte pour la libération et l’indépendance : Pierre VILLON

Parti radical et radical socialiste : Marc RUCARD, appelé à Alger (Assemblée consultative) remplacé par Paul         BASTID

Démocrates-chrétiens : Georges BIDAULT puis André COLIN

Fédération républicaine et républicains nationaux : Jacques DEBU-BRIDEL

Parti communiste : André MERCIER, appelé à Alger (Assemblée consultative) remplacé par Auguste GILLOT

Alliance démocratique : Joseph LANIEL

Parti socialiste : André LE TROQUER, appelé à Alger (Assemblée consultative) remplacé par Daniel MAYER

Confédération Générale du Travail : Louis SAILLANT, puis Benoît FRACHON

Confédération Française des Travailleurs Chrétiens : Charles TESSIER

Secrétaire général : Pierre MEUNIER

Secrétaire général adjoint : Robert CHAMBEIRON

 

Les étapes d’écritures du programme

Début 1943 le journal « Le Populaire » du comité d’action socialiste propose « Notre programme » à ses lecteurs.

En juillet 1943 André Philip (SFIO) soumet un premier texte au CNR.

En  août 1943   la CGT présente « un programme d’action ».

En novembre 1943 le Front National** (voir note à la fin) propose son « projet d’une charte de la Résistance.

Le texte « programme d’action de la Résistance » sera adopté à l’unanimité par le CNR le 15 mars 1944 et publié sous le titre « Les jours heureux » pour la première fois le 24 mars 1944.

Le texte

Le programme du CNR est adopté à l’unanimité et  publié pour la première fois le 24 mars 1944 sous le titre «  Les jours heureux ».

La première partie est un plan d’action pour permettre la libération du territoire national et la victoire sur le fascisme :

« Ainsi par l’effort et les sacrifices de tous sera avancée l’heure de la libération du territoire national ; ainsi la vie de milliers de Français pourra être sauvée et d’immenses richesses pourront être préservées.

Ainsi dans le combat se forgera une France plus pure et plus forte, capable d’entreprendre au lendemain de  la libération la plus grande œuvre de reconstruction et de rénovation de la patrie. »

La deuxième partie expose les mesures à appliquer dès la libération du territoire. C’est cette partie que nous reprenons in extenso ci-dessous car elle concerne toujours notre vie quotidienne, nos revendications et nos luttes syndicales.

« Mesures à appliquer dès la libération du territoire

    Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants  des  mouvements,  groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du CNR proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la libération.

1)  Afin d’établir le gouvernement provisoire de la République formé par le général de Gaulle pour défendre l’indépendance politique et économique de la Nation, rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle.

2)  Afin de veiller au châtiment des traitres et à l’éviction dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle de tous ceux qui ont pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration.

3)  Afin d’exiger la confiscation des biens des traîtres et des trafiquants du marché noir, l’établissement  d’un impôt progressif sur les bénéfices de guerre et plus généralement sur les gains réalisés au détriment du peuple et de la Nation pendant la période d’occupation, ainsi que la confiscation de tous les biens ennemis, y compris les participations acquises depuis l’armistice par les  gouvernements de l’Axe et par leurs ressortissants dans les entreprises françaises et coloniales de tout ordre, avec constitution de ces participations en patrimoine national inaliénable.

4)  Afin d’assurer :

   l’établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;

    la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ;

–     la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères :

–     la liberté d’association, de réunion et de manifestation ;

–     l’inviolabilité du domicile et le secret de la correspondance ;

–     le respect de la personne humaine ;

–     l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi ;

5)  Afin de promouvoir les réformes indispensables :

  1. a) sur le plan économique :

     l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;

     une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des Etats fascistes ;

     l’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’Etat après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ;

     le retour à la Nation des grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques ;

     le développement et le soutien des coopératives de production, d’achat et de ventes, agricoles et artisanales ;

     le droit d’accès dans le cadre de l’entreprise, aux fonctions de direction et d’administration pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie ;

  1. b) sur le plan social :

     le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l’amélioration du régime contractuel du travail ;

     un rajustement important des salaires et la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine ;

     la garantie du pouvoir d’achat national par une politique tendant à la stabilité de la monnaie ;

    la reconstitution dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

     un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’Etat ;

    la sécurité de l’emploi, la réglementation des conditions d’embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d’atelier ;

     l’élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre par une politique de prix agricoles rémunérateurs, améliorant et généralisant l’expérience de l’office du blé, par une législation sociale accordant aux salariés agricoles les mêmes droits qu’aux salariés de l’industrie, par un système d’assurance contre les calamités agricoles, par l’établissement d’un juste statut du fermage et du métayage, par des facilités d’accession à la propriété pour les jeunes familles paysannes et par la réalisation d’un plan d’équipement rural ;

     une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

     le dédommagement des sinistrés et des allocations et pensions pour les victimes de la terreur fasciste .


  1. c
    ) Une extension des droits politiques, sociaux et économiques des populations indigènes et coloniales.

  2. d
    ) La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par l’apport populaire.

Ainsi sera fondée une République nouvelle qui balaiera le régime de basse réaction instauré par Vichy et qui rendra aux institutions démocratiques et populaires l’efficacité que leur avaient fait perdre les entreprises de corruption et de trahison qui ont précédé la capitulation. Ainsi sera rendue possible une démocratie qui unisse au contrôle effectif exercé par les élus du peuple la continuité de l’action gouvernementale.

L’union des représentants de la Résistance pour l’action dans le présent et dans l’avenir, dans l’intérêt supérieur de la patrie, doit être pour tous les Français un gage de confiance et un stimulant. Elle doit les inciter à éliminer tout esprit de particularisme, tout ferment de division qui pourrait freiner leur action et ne servir que l’ennemi.

En avant donc, dans l’union de tous les Français rassemblés autour du CFLN et de son président le général de Gaulle !

En avant pour le combat, en avant pour la victoire, afin que VIVE LA FRANCE !

Le Conseil national de la Résistance »

Mise en oeuvre du programme du CNR de 1944 à 1946

Le 27 juillet 1944, une des mesures figurant dans le programme du CNR est accomplie avant la libération de Paris : le GPRF d’Alger rétablit la liberté syndicale et abolit la Charte du travail. 

Entre décembre 1944 et octobre 1945, le gouvernement provisoire est amené à prendre une série d’ordonnances allant dans le sens des mesures préconisées par le programme du CNR :

De nettes divergences apparaissent entre le programme du MRP, publié le 8 novembre, et celui de la gauche deux jours après. Le programme du MRP prévoit la nationalisation de la Banque de France, mais pas celle des autres banques. Par contre, le périmètre des entreprises n’est pas moins vaste que celui des gauches, mais les modalités de gestion de l’État sont diverses, depuis la régie d’État jusqu’à la coopérative de production. Les gauches, tout comme le MRP, souhaitent revoir l’ordonnance du 22 février sur les comités d’entreprise pour introduire la participation des ouvriers à la gestion.

  • 2 décembre 1945, nationalisation de la Banque de France et de quatre grandes banques de dépôt.
  • 18 janvier 1946, dépôt à l’Assemblée de projets de loi sur la nationalisation de l’électricité et du gaz.

 L’adoption de la loi sur la nationalisation de l’électricité et du gaz est laborieuse, le MRP et la SFIO souhaitant un système plus décentralisé que celui proposé par le ministre communiste Marcel Paul. Les députés MRP votent finalement la loi après avoir déposé 77 amendements qui ne furent généralement pas adoptés. Les nationalisations des compagnies d’assurances sont également une source de dissension entre les communistes qui demandent la nationalisation totale du secteur alors que les socialistes ne demandent que la nationalisation de 48 compagnies, représentant 65 % du secteur. 

série de mesures  adoptée par l’Assemblée constituante  du 23 au 26 avril  :

  • 21 février 1946, rétablissement de la loi des quarante heures ;
  • 28 mars 1946, vote de la loi sur la nationalisation de l’électricité et du gaz ;
  • 24 avril 1946, nationalisation des grandes compagnies d’assurances ;
  • 25 avril, extension du nombre et des attributions des comités d’entreprises ;
  • 26 avril 1946, généralisation de la Sécurité sociale incluant la Retraite des vieux.

Le référendum constitutionnel du 5 mai est un échec pour les partis de gauche et par conséquent un succès pour le MRP qui prônait le non. L’Assemblée est dissoute et le MRP devenant le premier parti de France, l’un de ses membres, Georges Bidault, devient Premier ministre. Il n’y a plus de consensus pour aller plus loin dans les nationalisations. Le PCF est seul à proposer la nationalisation des ressources thermales et de la sidérurgie. La loi sur le statut de la fonction publique (19 octobre 1946), présentée par Maurice Thorez est la seule que l’on puisse qualifier de réforme de structure.

Et depuis :

1968  les luttes apportent une augmentation de 25 % du SMIG (crée en 1950), qui devient SMIC indexé sur le taux de croissance et l’indice des prix, et une augmentation de 10 % des autres salaires, l’assurance chômage généralisée et des prestations élargies, la quatrième semaine de congés payés.

On peut estimer qu’un certain nombre de mesures prises après 1981 étaient conformes au programme du CNR : 1982 : les nationalisations, le 13 février  [la quasi-totalité du  secteur financier, contre l’avis de Delors et Rocard passe sous contrôle de l’Etat, sauf les banques d’affaires],

les lois Auroux [39 heures, 5° semaine de congés payés, représentation des salariés dans les CA des entreprises] l’âge légal de départ à la retraite avancé de 65 à 60 ans;

1983  la loi Anicet LE PORS du 13 juillet définissant «  les droits et obligations des fonctionnaires »,

1984-86 la création des fonctions publiques territoriale et hospitalière.

La déconstruction secteur par secteur

Mais on assiste depuis longtemps à une déconstruction des  acquis sociaux et économiques au bénéfice du patronat et des puissances financières :

La sécurité sociale :

1967 : ordonnances Jeanneney sur la gestion de la Sécurité sociale : suppression des élections des

représentants salariés et rentrée du patronat à parité  aux CA des caisses;

1980 : création des secteurs 1 et 2;

1989 : loi Evin, entrée des assureurs privés dans la complémentaire maladie;

1996 : ordonnances Juppé, possibilité donnée aux assureurs privés d’expérimentation de réseaux de soins (projet stoppé par L .Jospin en 1997);

2002-2005 : politique d’exonérations de charges sociales pour les entreprises (Raffarin-Fillon);

2004 : loi Douste Blazy, les complémentaires participent à la gouvernance de la SS, augmentation du reste à charge (hausse du forfait hospitalier, dépassements d’honoraires, déremboursement des médicaments);

2007 : plan hôpital de Mattéi, démantèlement du secteur hospitalier, organisation du « trou de la sécu »;

2009 : loi Bachelot, « Hôpital Patients Santé Territoire », création des ARS (Agences Régionales de la Santé);

 Les retraites :

1993 : réforme Balladur : l’  âge légal de départ à la retraite est repoussé à 65 ans, la base de calcul dans le   privé passe des 10 aux 25 meilleures années, indexation sur les prix et non plus sur les salaires;

1994 : loi Madelin : fonds de pension défiscalisés pour les artisans et commerçants;

1995 : tentative de Juppé d’aligner les régimes spéciaux et des fonctionnaires sur le régime général, tentative ; mise en échec par les grèves;

2003 : réforme Fillon : 40 annuités pour tous en 2008, 41 annuités en 2012…, la décote;

2008 : Xavier Bertrand : alignement des régimes spéciaux sur le régime général;

2012-2013-2014 : durée de cotisation portée à 43 annuités à partir de 2020, relèvement progressif du taux de  cotisation de 0,30%, report au mois d’octobre de la revalorisation des retraites et pensions (sauf les très petites), fiscalisation du complément pour avoir élevé 3 enfants ou plus…

 L’économique :

1946, R.Pleven : droit pour les banques d’affaire de devenir banques de dépôt;

1967, M.Debré : droit pour les banques nationalisées d’entrer en bourse;

1968 : obligation de verser les salaires sur un compte bancaire (accords de Grenelle) d’où enrichissement des banques de dépôt;

1973 : Giscard d’Estaing fait interdire la possibilité pour l’Etat d’emprunter auprès de la Banque de France et ouvre le capital des banques publiques aux salariés;

1984, Bérégovoy: réforme du marché financier, déréglementation, l’économie plonge dans l’ère de la finance mondialisée;

1986-88, ( cohabitation avec Chirac) : privatisation du CCF, de la Société Générale, de Paribas, de Suez;

1988 la gauche tente de reprendre le contrôle de la société Générale;

A partir de 1991 reprise des privatisations à droite comme à gauche; de 1986 à 1991 l’essentiel du secteur bancaire et financier est retourné au privé (D. Strauss-Khan achève le travail).

Le 1er janvier 2009, les banques privées obtiennent  le droit d’ouvrir des livrets A (au détriment du financement du logement social).

 Les services publics :

Fin des années 80, entrée des entreprises privées dans la téléphonie mobile;

1991, P.Quilles : réforme des PTT scindés en la Poste + France Télécom;

1994, Bouygues entre dans la téléphonie mobile, modification tarifaire à la SNCF (la demande fera le prix);

1996, ouverture des marchés de l’énergie à la concurrence pour les gros clients;

1997, D.Strauss-Khan : privatisation de France Télécom;

1997 : création de Réseau ferré de France ( séparation réseau/exploitation ) pour pouvoir ouvrir l’exploitation au  privé;

2002, Jospin, Strauss-Khan : ouverture à la concurrence du marché de l’énergie (traité de Barcelone), séparation de EDF et GDF;

2004, Sarkozy : réforme des statuts de EDF et GDF, entrée en bourse;

2007, Sarkozy : privatisation de GDF, fusion avec Suez;

2010, loi Nome : impose à EDF de céder à prix coûtant 55% de sa production d’électricité nucléaire…

 Les droits des salariés :

1983, Fabius, Delors : échelle mobile des salaire cassée, droit du travail assoupli;

1984 : allègement des contraintes pour le patronat, renégociations des droits d’assurance chômage,

introduction de la flexibilité;

2008 : statut de l’auto-entrepreneur…

 La presse :

1947 : le privé entre à 50% dans le capital de France Soir, Elle, France Dimanche..et Combat est racheté à 50 % par l’homme d’affaire Henri Smadja.

CAMUS quitte son poste :
« Nous étions désarmés, puisque nous étions  honnêtes. Cette presse, que nous voulions digne et fière, elle est aujourd’hui la honte de ce malheureux pays. Mais quelque chose reste, du moins, c’est la fraternité que quelques hommes ont scellée dans le danger et l’effort quotidien.»
Lettre à Touratier août 1948. 

Appel des résistants aux jeunes générations, 8  mars 2004

Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la libération, nous, vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la résistance et ses idéaux  toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle.

Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.

Nous appelons, en conscience à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais.

Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance ( CNR ) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des «  féodalités économiques »,droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales , alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la libération, période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle  dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices  et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble  un nouveau « programme de résistance » pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux- mêmes se nourrissent des injustices  sociales.

Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands parents, les éducateurs, les autorités publiques à une nouvelle insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : « Créer,  c’est résister. Résister c’est créer. »

 Signataires. Lucie AUBRAC, Raymond AUBRAC, Henri BARTOLI, Daniel CORDIER, Philippe DECHARTRE, Georges GUINGOIN, Stéphane HESSEL, Maurice KRIEGEL-VALRIMONT, Lise LONDON, Georges SEGUY, Germaine TILLON, Jean Pierre VERNANT, Maurice VOUTEY

Notes

CRHA « Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui » : association créée en 2010 suite aux diverses interventions hautement médiatisées de Sarkozy visant la récupération des hauts lieux de la Résistance, en particulier du plateau des Glières (voir le site www.reseau-citoyens-resistants.fr).

Gilles Perret en est un des membres fondateurs.

** Le Front National 1941-1945

   L’appel initial à la formation de ce front a été lancé par le parti Communiste en mai 1941. L’appel du 10 juillet 1940 proclamait : « Jamais un grand peuple comme le nôtre ne sera un peuple d’esclaves…c’est dans le peuple que résident les grands espoirs de libération nationale et sociale. ».

Crée le 15 mai 1941 par Jacques Duclos et Georges Politzer le Front National a été le principal mouvement de la Résistance clandestine. En 1943 Pierre VILLON en devient le Secrétaire National et cette formation est reconnue à Londres. Les FTP en sont l’organisation militaire.;

Le Front national, implanté dans les deux zones, va structurer les différentes couches de la société ( Front des médecins ,de la justice, de la police, de la gendarmerie, des arts, des écrivains ,du cinéma, des paysans, des étudiants…) On y trouvera des personnalités comme le Pr Debré, Mme Albwachs-Basch, Raymond Leibovici, A.Le Personnic, François Mauriac, père Philippe provincial des carmes à Paris, Henri Wallon, F. Jolliot Curie, Ernest Perny vice président du parti radical républicain et radical socialiste…

Le Front National crée en 1941 a cessé d’exister en 1945 après la Libération.

Le seul héritage qui perdure avec difficulté : « Les Lettres Françaises » publiées au départ clandesti- nement sous l’occupation par le « Front National des écrivains » animé par Louis Aragon. La publica- tion sera interrompue de 1972 à 1990 puis de 1993 à 2004.

L’appellation Front National fut usurpée en 1972 par l’organisation fasciste «  Ordre nouveau » et ensuite accaparée sur décision de justice par Le Pen.

Texte élaboré pour la FSU par Maurice Bainvel et Anne Mesnier (avril 2014);

Sources principales :

le livre « Les jours heureux », auteur : le CHRA, éditeur : La Découverte/Poche

sur internet : Wikipédia,  programme du Conseil national de la Résistance, mise en oeuvre.

Pour compléter l’information (sur internet) :

—     « C.N.R. –  Anacr »   ( Anacr : Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance)

  • « entretien avec Robert Chambeiron – charles-de-gaulle.org » (par Paul-Marie de La Gorce)
  • « entretien avec Daniel Cordier – charles-de-gaulle.org » (par Paul-Marie de La Gorce)

Cholestérol, le grand bluff est un film ( 1h23) réalisé en 2016 par Anne Georget et produit par Quark Productions et ARTE G.E.I.E.,
Ce documentaire décrit comment le cholestérol a été érigé en coupable idéal des maladies cardio-vasculaires par une série d’approximations scientifiques, et par les intérêts économiques conjoints de l’industrie agroalimentaire et des laboratoires pharmaceutiques. Pour dénoncer cette construction dogmatique la réalisatrice donne la parole à des chercheurs en médecine, des cardiologues, des journalistes médicaux et des nutritionnistes.

Une enquête exceptionnelle!

Cowspiracy : Compte rendu du débat mardi 11 juillet 2017

(Quentin Co-Président de l’asso Vege.nc, Ludmilla  Naturopathe,  Aymeric Témoignage personnel)

Di : Vos remarques après ce documetaire choc ?

A : C’est un film végétalien et je regrette une approche qui culpabilise. DOIT on  absolument devenir végétalien ?
Entre consommer à l’américaine et consommer végétalien, on peut discuter, et manger moins de viande.

Di Peut on préciser ces concepts : végétalien, végétarien, vegan ?

Q Végétarien : ne pas manger d’animaux, mais leurs dérivés : œufs, lait…
Végétalien : ne manger aucun produit d’origine animale,un degré plus loin
Le véganisme : une philosophie non violente qui considère l’animal comme un individu ; peut-on s’autoriser une oppression sur un être qui souffre ?

Ici en NC, 96% de la surface agricole utile est dédiée à l’élevage bovin pour produire 6-7000 tonnes. A comparer au peu de surface restant disponible pour l’agriculture…
En végétalisme strict, il serait possible de nourrir la planète même si sa population augmente encore

J : c’est aussi une philosophie américaine, elle diffère de la relation des français avec l’aliment. Nous aimons goûter, déguster,.. La gastronomie française est une de nos exceptions culturelles

Pierre : Y a t il des restaurants végétariens sur Nouméa ?

Q : A la baie des Citrons, il y a le Relais de la BD ; et un à la place des cocotiers Neabold, ça se développe. Les américains sont en avance sur la gastronomie végétalienne et les mouvement en faveur des animaux.

B : la Gastronomie française appartient au patrimoine mondial

G : On peut faire une planète durable à terme. Ne pas se sentir culpabilisé par certain discours, car on nous montre qu’on peut protéger la planète.  C’est bien, et j’essaie de changer mes habitudes petit à petit. C’est possible de conserver des saveurs connues avec des recettes végétaliennes. Chez une amie végétalienne je mange aussi bien qu’au restaurant.

Ce documentaire me fait comprendre que si je peux arriver à diminuer cette part de pollution, ce serait bien.

Ludmilla : Il faut avoir conscience de la nécessité d’un délai pour changer son alimentation, peut être deux ans.
La naturopathie, végétarien, végétalien .. c’est juste un choix personnel, sans risque de problème de santé, sans perte de saveur.
Chez les végétaliens le microbiote est anti inflammatoire, et cela peut être un remède à certaines pathologies.
Santé : mieux vaut être accompagné par un naturopathe ; ne pas oublier de prendre la B12

Aymeric : La santé est au cœur de chacun. Il y a 7 ans, suite à un choc émotionnel, j’ai développé une maladie auto immune ; J’ai été touché par le psoriasis et une polyarthrite rhumatoideje ne pouvais plus marcher, ce fut un vrai tsunami.
On m’a proposé des traitements classiques, inefficaces, (des auto stabilisateurs) que j’ai fini par rejeter.
J’ai du changer mon mode de vie, de pensée.
J’ai passé six mois de ma vie à 3000 mètres d’altitude, je suis devenu Vegan par obligation, cela correspondait à ma démarche éthique.
J’ai fait beaucoup de méditation.
Depuis cinq mois je ne prends plus rien, Je me considère guéri, j’étais sportif je le redeviens .
J’ai décidé de devenir blogueur pour partager mon expérience et mes connaissances, je vous invite à consulter ma page facebook «  une alternative naturelle ». J’y ai tout exposé ce que j’ai appris sur moi, mais c’est une démarche propre à chacun d’entre nous.
Ce film a été une révélation.

D : Je ne trouve pas ce film culpabilisant mais factuel. Et Je n’imaginais pas l’ampleur de la pollution et de l’impact de l’élevage industriel.
Ne pas dire « il faut devenir végétalien ou végétarien » mais plutôt « réduisons le plus possible notre consommation animale ».

Aymeric : Oui, faire cette démarche, c’est se prémunir de la maladie.
On n’a aucune traçabilité de ce qu’on nous propose de manger.
Je mangeais bio, je ne buvais pas, je ne prenais pas de drogue ; et je suis tombé malade .
Prenez soin de tout ce que vous mangez, c’est fondamental, autant pour les animaux que pour notre vie. On parle des pesticides sur les végétaux mais les animaux accumulent aussi les pesticides. On se prend les doses démultipliées par les animaux.

Bri : c’est vrai ; après des problèmes de santé en l’an 2000, je me suis mise à faire attention à mon alimentation. Je ne mange plus de viande.
Je mange beaucoup d’amandes, noix, noisettes, huile d’olive et de jus de légumes. Depuis, j’ai une forme extraordinaire.
Quand je suis invitée quelque part et qu’il y a de la viande et du poisson, le lendemain Je ne me sens pas bien, alors je fais une cure de fruits et légumes. Et ma façon de voir la vie a changé.

E : Les extracteurs de légumes ok ; l’idéal : faire sa permaculture.

Bru : Pour revenir sur les régimes, c’est une évidence : manger moins de viande est une bonne chose. En toute logique, on doit manger ce qui est autour de nous. On ne peut dire qu’il existe un régime idéal
On doit mener une recherche personnelle et faire confiance à nos instincts

Q : L’alimentation c’est un choix. Toutes les nouvelles études montrent que végétaliens et végétariens sont en meilleure santé que les omnivores. C’est dans les graisses animales qu’on trouve les plus grandes concentrations toxiques. Un régime végétalien bien construit est profitable parce que le biotope devient anti inflammatoire

Raf : Je suis omnivore, et je suis horrifié d’apprendre l’importance du réchauffement de la planète du à l’élevage intensif.
ça me fait réfléchir sur mon alimentation mais aussi sur l’omerta des organisations écologistes qui refusent d’en parler.
Combien d’entre nous, ce soir, le savaient déjà ?
Ce serait bien de continuer à diffuser ce genre de film.
Et je vais aussi réduire ma consommation de viande .

Q : Le film peut être ressenti comme « culpabilisant » mais tous les chiffres qu’il donne sont validés par des études mises sur le site.
En fait l’alimentation touche quelque chose d’intime, de profondément ancré en nous. Les gens ont peur de se priver de quelque chose qu’ils aiment ; mais les papilles gustatives se renouvellent !
Au fait, pourquoi on mangeons de la viande ? ça fait réfléchir dans le sens inverse sur nos relations avec les animaux

Al c’est une enquête bien menée, progressive, avec des chiffres froids.
J’ai entendu dire « c’est un documentaire américain sur les américains » mais c’est le même chose en France pour les impacts de l’élevage.
Je suis contre l’utilisation des OGM : en France 4 millions de tonnes de produits OGM pour nourrir le bétail sont importés.
En Occident 90 kg de viande par personne par an. Aujourd’hui, beaucoup de produits disponibles, c’est un stock qui ne se tarit pas avec une énorme part pour la viande et les produits laitiers.
Ce sont ces facteurs combinés qui causent ces déséquilibres

M E : est ce qu’un droit de réponse a été demandé par Greenpeace ?
Q Ces dernières années, on en parle un peu plus. Mais toujours pas un mot sur sa page d’accueil des ravages dus à l’élevage intensif

Od: Documentaire très intéressant.
Je m’informe beaucoup sur ce thème ; c’est vrai qu’ il faut diminuer la viande, je suis de plus en plus consciente de toute cette problématique. En NC je trouve qu’on a de bons légumes.
Mon fils souffre d’une spondiarthrite depuis 20 ans. Il a tout abandonné après le rhumatologue. L’expérience d’Aymeric m’intéresse.

Col : Un point à souligner : la puissance de ces lobbies qui ont tué plus de 1000 personnes qui s’opposaient à la déforestation au Brésil ! On n’a pas très envie de protester quand on risque sa vie…
L’information n’est pas donnée par les grands médias, par la télé…
On peut s’informer peut être par internet encore qu’il faille vérifier.

Di : rappel, on peut toujours apporter des précisions en commentaire, en dessous du compte rendu du débat.

X : Quand on touche à l’alimentation, on touche à notre identité et à du très intime. Il y a des centaines de profils sur l’omnivore. Je suis flexitarien sans régime typique. Aux USA pour la médecine le végétalisme est un danger – contrairement à ce film.

Bri : Oui il y a 7 milliards de profils. Agriculture comme Santé sont de grosses affaires. Au niveau des lobbies pharmaceutiques, voir pour les vaccins les lois qu’on nous met en place.
Il faut se nourrir comme son corps le ressent et il faut écouter son corps.
Mais quand l’argent entre en jeu, c’est différent. C’est effarant de jeter la nourriture à cause des quotas.

Q :Les végétaliens mangent tous de façon différente. Statistiquement en réduisant la consommation de viande et de lait, on ne peut se faire que du bien. Il faut alors expérimenter grâce au corps. Après un an et demi j’ai pris une méga claque en mangeant du poisson cru

Di :  manger moins de viande, manger mieux, ok pour la démarche ; mais elle est reste individuelle et a ses limites.
On peut aussi soutenir les associations qui sont dans cette optique. A plusieurs on est fort.
Faire prendre conscience autour de nous ; mais Je n’ai pas osé inviter le syndicat des éleveurs…

M : j’ai arrêté la viande depuis 6 mois et ça a été très simple .
N : ça prend du temps : d’abord tester sur soi et voir ce qu’il y a de bien .

Di : le film, d’abord un constat révélateur et déprimant, devient motivant dans la 2ème partie car il montre qu’on peut réagir.

R : c’est trop de travail, trop de temps, de faire la cuisine végétalienne
Q : pas d’accord : c’est aussi facile de faire poëler des carottes que des lardons. Dans le crudivorisme c’est très facile.

FIN DU DEBAT : A LA PROCHAINE !

Projection /débat à l’Auditorium de la Province SUD

 

 

Cowspiracy  (2014, 1h 30)
Un documentaire choc sur l’impact de la consommation de viande sur l’environnement

  Le réalisateur  Kip Andersen, bouleversé par le film « Une vérité qui dérange » d’Al Gore sur le changement climatique dû à l’activité humaine, décide de changer son comportement : douches plutôt que bains, ampoules à économie d’énergie, se déplacer à vélo . . .

…Jusqu’au jour où il tombe sur une étude de l’ONU « Livestock’s long shadow » qui révèle un fait choquant : la cause principale des problèmes environnementaux tels que la déforestation, la pollution de l’eau, l’acidification des océans ou les émissions de gaz à effet de serre est l’élevage industriel  d’aujourd’hui.

Il mène alors une enquête afin de comprendre pourquoi les ONG et les pouvoirs publics qui traitent de la question écologique parlent très peu de cette cause majeure et en tire le film « Cowspiracy ».

 

 Après ce documentaire édifiant, avez-vous des témoignages personnels ? Et que faire ?

Dom : Deux points d’actu : On vient d’arrêter 3 conteneurs chargés de déchets qui partaient en Inde depuis la Réunion ; et pour réparer mon modem tombé en panne, on vient de me demander plus cher que pour en acheter un nouveau…

D : En cinq mois, sur le Territoire, j’ai du acheter 3 imprimantes, et 3 téléphones portables : pour un portable, le vendeur avait fixé la garantie à seulement 3 mois ; il est tombé en panne au bout de 3 mois et une semaine !

El : Je suis pour des mesures incitatives favorisant une économie circulaire comme une taxe sur les batteries qu’on ne peut enlever. Il y a beaucoup d’initiatives mais au final on a l’impression d’en rester au statu quo

B : Je vous propose deux contre exemples :
– j’ai eu par ma mère des socquettes en nylon inusable qui ont duré… 32 ans.
– et j’ai une gazinière du début des années 70, on l’a toujours, deux bruleurs partis en rouille ont pu être rachetés sur internet.
C’est comme pour la course à l’armement, il faut refuser la course au matériel !

Mike : L’adresse du programmateur russe ?
Comme dans le documentaire, réparer mon imprimante coûte plus cher que l’imprimante elle même.

A : J’ai une télévision imposante des années 90, jamais tombée en panne : une Philips

Di: Ma Nissan Xtrail de 2002 marchait très bien ; un soir elle n’a pas voulu repartir. On m’a d’abord dit : c’est la pompe à injection. Mais le spécialiste local, qui a le même problème, m’informe que Bosh n’en fabrique plus.
Puis, un test électronique montre que ce n’est pas la pompe : juste un petit process électronique de sécurité au démarrage. L’espoir renait.. Mais la société représentant Nissan ne le fera pas durer : on n’intervient plus sur ce point. Un électronicien qualifié essaiera de court circuiter le vilain bug, mais en vain. en fait plus,
Résultat : pour une puce de 10 000f, j’ai du vendre comme épave une voiture en bon état !

Cat : Moi aussi ; à cause d’un problème dans un petit circuit électronique ma voiture tombe en panne. On change la pièce. Elle marche bien un mois, puis retombe en panne, mais elle n’est plus garantie ! c’est le même circuit en cause mais cette fois ci je dois payer : Clio renault

A : Je signale un bon réparateur télés, décodeurs, magnétoscopes sur la route du 6ème km electropoli tel :442 525

B : j’ai acheté une Opel moka ; un mois après la garantie la vitre descendait toute seule : c’est la pièce électronique : 30 000 de réparation ….

K : j’ai acheté ma maison avec un lave vaisselle ancien ; ALD l’a réparé pour 10 000f ; il est maintenant mieux qu’un neuf

C : dans l’aviation il y a une petite particularité : les ingrédients mastics et colle. Ils avaient une vie sur étagère de 10 ans ; puis c’est passé à 2 ans ; aujourd’hui à 6 mois. Du coup il faut recommander fréquemment du matériel neuf qui coûte très cher à chaque fois

Chr mon ordinateur de bureau a 10 ans ; il est devenu instable ; changer un disque dur je sais pas faire, je vais être obligé de le changer ?

C : je signale Laurent Poinas 771305, un bon informaticien qui intervient à domicile

R : J’avais un rétroviseur cassé, il pendouillait. On m’a dit de le remplacer : plus de 10000 f…
Un « Mac Giver » local est intervenu : avec une perceuse il a tout arrangé en 2 minutes. Je peux donner son contact a qui demandera.

D : Nos invités de ce soir peuvent nous présenter des amorces de solution, à Nouméa

REPAIR CAFE
Didier réparateur bénévole présente Repair Café, association lancée par le mouvement Colibri.
Chaque 2 mois, un samedi matin, Colibri organise des cafés : le prochain est le 1
er juillet à l’entrée des tours de Magenta.
On peut venir avec du petit matériel, des vêtements à réparer, de la menuiserie à condition de participer, au moins d’assister à la réparation. La curiosité résout pas mal de problèmes. Il faut ouvrir l’appareil, voir ce qu’il a dans le ventre : c’est la mentalité de nos repairs café. Des produits qui paraissent en panne peuvent être réparés ; ou alors avec deux on peut en faire un.
On réussit à faire entre 20 et 30 réparations ; sans obligation de résultat ; ça dépend aussi du nombre de réparateurs disponibles. On est surpris de la demande.
Pour infos, aller sur le site
colibri.nc

ECO RECYCLE présenté par Vanessa
Entreprise familiale de réparation du gros électroménager, créée en 2009, située à Doniambo (près de St Vincent de Paul), On peut aussi recevoir du matériel à recycler. On répare avec des pièces d’occasion, beaucoup moins chères.
Actuellement les cartes électroniques sont souvent dans un gel, ou alors la pièce fait partie d’un moulage… Donc impossibilité de remplacer.
En cas de panne, les gens viennent trop souvent pour acheter une machine, sans même essayer de faire réparer. Pour les inciter on fait des devis gratuits visant à reconditionner.
Matériel non réparable : on le démantèle et tout part sur les filières du territoire. Mais sur une machine on peut recycler pas mal de choses.
Pour info : notre page faceboook, ou tél au 902 446.
En juillet on s’installera à Ducos en face d’Autoplat. dans ce nouveau dock, on s’occupera aussi des puces en électroménager avec du matériel de pointe ; et on se penchera sur les pannes programmées.

D : On peut aussi considérer des solutions plus collectives. L’obsolescence programmée nuit à l’environnement par les déchets induits ; s’intéresser au recyclage  et aux voies réglementaires .

TRECODEC présenté par Amélie https://www.trecodec.nc/espace-particuliers

Trecodec prend en charge six filières réglementées : piles, batteries au plomb, huiles de vidange, pneus, gros électroménager, prochainement emballages ..

Il faut obliger les importateurs à se préoccuper des déchets : ils s’en chargenteux mêmes ou la procédure est confiée à un organisme qui répond pour eux à la réglementation.
Au début Trecodec a beaucoup collecté.
Les filières sont financées en intégrant dans le coût du produit une « éco participation » reversée par les importateurs pour traiter ces déchets : 50 000 tonnes de déchets, 3 000 tonnes à déposer dans les déchetteries.
Il faut inciter les entreprises et réfléchir comment valoriser ces déchets, les conditionner puis les renvoyer par l’export ; par exemple trouver des marchés pour traiter des pneus. C’est difficile, pour info cela part en Australie où c’est démantelé puis envoyé au Japon.
On pourrait démanteler davantage les appareils, récupérer du matos informatique pour réparer nos ordinateurs. Importer des pièces détachées, cela coûte trop cher.

M : Quelle traçabilité de vos déchets en équipements ? Bruler les huiles usagées à Doniambo, est une solution … douteuse : microbes. montagne d’huile usagée à Ducos. En 2002 une filiale d’une multinationale a fait un sarcophage de béton : un beau cadeau laissé à nos futures générations

Amélie : traçabilité : on demande des chiffres, le suivi s’améliore.
La fosse à huile à Ducos était là avant réglementation. Il faudra développer une filière rentable pour la valorisation locale de la filière huile

D : Une approche plus collective ? celle de UFC QUE CHOISIR www.ufcnouvellecaledonie.nc présentée par Françoise et Marie Elisabeth.


UFC association de consommateurs, conseille les particuliers (sans se substituer à eux ) et oeuvre au plan national et local pour faire évoluer la législation.


UFC Que Choisir de N-Calédonie encourage les consommateurs calédoniens à faire jouer les garanties commerciales et légales, afin de mettre la pression sur les vendeurs et les fabricants. L’association a déjà accompagné, avec succès, des consommateurs en justice lorsque les vendeurs ne donnaient pas suite à leur demande. Elle appelle aussi les consommateurs à soutenir ses demandes d’affichage sur la réparabilité et d’extension des garanties légales.

Attention ! La garantie commerciale de 3 mois ou 6 mois, provient du vendeur mais elle n’exonère pas le fabricant des garanties légales qu’il vous doit et dont la durée est supérieure (en général, deux ans) ! La plupart des vendeurs et bien sur des acheteurs l’ignorent !

Pour en savoir +
http://www.ufcnouvellecaledonie.nc/garantie-des-produits-achetes-dans-un-commerce

http://www.ufcnouvellecaledonie.nc/les-garanties

Bientôt sur le site UFC le diaporama présenté à l’écran sur le combat qu’elle mène depuis des années contre l’obsolescence programmée, et une page sur les garanties légales et commerciales

A suivre !…

Documentaire (2010) 1h 15 sur l’Obsolescence Programmée 

Projection à 18h 00 à l’Auditorium de la Province Sud

présenté en partenariat avec UFC Que Choisir NC

( Adhésions et invitations : merci de venir dès 17h 30 pour inscriptions)

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu’il faut remplacer sans arrêt, pour diverses raisons. 

Tandis qu’au Ghana, on s’exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs.

Un modèle de croissance aberrant qui ne date pas d’hier. ..

Ce documentaire raconte l’histoire de l’obsolescence programmée. 
Depuis 1920 quand un cartel fut formé pour limiter la durée de vie des ampoules électriques ; jusqu’aux produits électroniques de dernière génération. 
Exemples d’applications de ce concept : planifier délibérément la durée de vie d’un produit pour inciter les consommateurs à en acheter un autre.


Et quelles répercussions sur l’environnement d’aujourd’hui ?

 

Le débat ouvert après de 20 h s’est terminé vers 21h 15 !

(remarque : aux prises de parole, pratique et sympa d’indiquer son prénom ;
et désolés pour  les variations de taille de police .. incompréhensibles – tout comme l’incident de lecture du DVD : de retour à domicile, il s’est laissé lire sans problème)  

Ch (psychologue pour enfants) sur la trame du film : un exposé sur une approche éducative alternative et un processus de remise en cause du héros. Il s’agit bien de montrer les limites d’une éducation sans socialisation.
Noam Chomsky, cité a plusieurs reprises, est méconnu du public : c’est un brillant universitaire US, liguiste exceptionnel, et intellectuel engagé dans la critique de la politique extérieure américaine.

J Très bon film où tout est dit ; il renvoie chacun a son expérience personnelle d’éducation reçue ou transmise

Ma Oui, le film est très riche ; selon Hobs nous avons besoin de rapports sociaux pour nous construire. Et il n’y a pas d’apologie d’une seule approche, mais une mise en parallèle

Chr Pour moi ce film est nul ! trop de poncifes, de clichés à l’américaine, pas crédible. Trop de situations invraisemblables.
Ce père n’est pas un éducateur mais plutot le chef d’une secte, ses enfants n’ayant pas de réel espace de liberté ni d’autonomie de pensée.

R évoque le parcours du réalisateur Matt Ross : dans les années 80, sa mère a fondé une communauté dans les bois et il a vécu un peu à la façon des enfants du film. Il est parti de là pour faire réfléchir sur la façon d’éduquer ses enfants, de transmettre ses valeurs. Comment être un bon père si la vie professionnelle nous accapare ?
Matt Ross a aussi voulu montrer 3 amériques : survivalistes, banlieusards, et riches conservateurs .

J C’est important d’élever ses enfants selon un principe de vérité ; mais en tenant compte de ce qu’on est, de son environnement, de sa culture.

Mo C’est manichéen, avec des Pour et des Contre excessifs

Ch Attention, le personnage principal reconnaît ses erreurs, qu’il est allé trop loin en voulant (trop) bien faire.
Instruire et transmettre des valeurs ne suffit pas.
L’école permet à l’enfant de découvrir le monde, celui des autres. Une confrontation est nécessaire. C’est l’un des fondements de la scolarisation.

D Cette fiction m’a mis mal à l’aise car le père n’aide pas vraiment ses enfants à s‘émanciper .. de lui.
Ses valeurs deviennent une sorte de catéchisme récité avec brio. La petite est un singe savant.
Celui qui veut remettre en cause la célébration de Chomsky est ridiculisé devant les autres. Pas sympa.

X Ce n’est pas seulement un film sur l’éducation, mais aussi sur notre vie sur cette planète : d’où venons nous ? (de la nature) Où sommes nous arrivés ? (Mac Do et autres) Où allons nous ?..

Mi J’ai bien aimé ce film, en particulier pour la restitution de cette expérience « survivaliste »

X La démarche du père est carrément excessive. La façon dont il annonce a ses neveux que leur tante s’est suicidée. Moi j’aurais beaucoup souffert de cette brutalité. Et sa réponse à la gamine pour expliqer les relations sexuelles.. a la limite, c’est une solution de facilité, c’est du copier coller sans adaptation a son jeune public.

H En fait c’est une éducation élitiste, il veut fabriquer des supermen..

Ma Est il égoiste ? Je ne le pense pas ; il a juste des convictions – extrêmes – à faire partager

J Annonce du suicide : tout dépend de la culture .
Dans tel endroit la mort est un sujet tabou, ailleurs on embrasse le mort, chez les musulmans la famille nettoie le corps du défunt. En fait la mort est une partie de la vie.

X C’est quand même irréaliste : déterrer une morte.. et il y a un manque de respect flagrant des croyances des autres avec l’épisode de l’église
Mé On ne peut pas dire qu’il est égoiste, ni qu’il est responsable de la mort de son épouse. D’ailleurs il accepte de se remettre en cause, mêmetardivement. Le film est très bien.

X C’est un bon divertissement.. On est dans l’utopie permanente. il y a du sectarisme, car il évite l’intégration. Eduquer se fait a plusieurs niveaux, dont le contact avec la société, avec les autres

Do Un bon film, très scolaire avec 3 parties : thèse, antithèse, synthèse ; certes le réalisateur a poussé le trait ; mails il nous amène à réfléchir, et chacun y trouvera du grain à moudre.

J Dans l’église, le manque de respect vise d’abord la défunte, ses dernières volontés sont bafouées par ses parents. Les enfants sont dans la peine et la colère. Ils ont besoin d’un coup d’éclat

Mo Beaucoup de provocations, pour faire passer des choses. D’accord. Mais il n’était pas utile de dénigrer la religion.
Et puis il y a ce manque de tendresse ; bien sur la mère est absente, mais tout de même

BQ Ce film que j’ai revu m’a beaucoup touchée. Il n’est pas si irréaliste : des personnes vivant dans une yourte avec leurs filles, il en existe aussi en NC..
Pour la socialisation, je suis à l’origine de la Petite école qui regarde la montagne , où précisément on apporte aux enfants tous les outils de la culture, tout en les mettant en contact permanents entre eux, avec les autres de tous les ages.
Ils apprennent ainsi à pratiquer le vivre ensemble, à gérer leurs émotions, à gérer les conflits, à coopérer..
L’école doit servir à se réaliser Soi, et pas seulement en fonction des projections parentales

Ma Je comprends l’incursion dans l‘église pour rendre justice à sa femme.
Mais il pratique une éducation autoritaire, où il est censé détenir toutes les vérités, une sorte de guide suprème.
Ce n’est pas la bonne façon de réagir contre le bourrage de cranes de la Société avec ytoutes ces « valeurs » dont le respect ou..

Do Ce film fait se télescoper deux extrémismes, le réalisateur joue avec nous, pour faire avancer la réflexion ; l’art de la controverse, les armes pour affronter le monde qui nous entoure..

Ch Que dire de cette famille, de cet enfant qui se révolte ?
il est en souffrance parce qu’il a gardé pour lui trop longtemps, il a peut être reconstruit en partie les discussions qu’il a entendues ; mais sa réaction est naturelle !
Ce qui importe au sein du cercle familial, c’est comment les choses sont dites, et, pour les parents, de partir de là où se trouve leur enfant

Do il reste à réfléchir aux solutions autour de nous, en NC ; assez de moyens pour l’éducation ?

C Dix élèves par classe, dépasser l’instruction reçue ou subie assis sur une chaise, apprendre à agir et réagir avec les autres, que de progrès possibles ; mais c’est une autre histoire.

Et voilà, la date est fixée au 16 mai peut-être sous le soleil cette fois!

Merci de diffuser l’information!

Film de Matt ROSS ; durée : 1h58

Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société,un père dévoué a décidé de consacrer sa vie à faire de ses six jeunes enfants des adultes exceptionnels.
Mais les circonstances les amènent à quitter ce “refuge”.
La découverte du monde extérieur, la rencontre des autres, vont alors obliger le père à questionner ses méthodes éducatives…

 

Attention, documentaire  “Bonus” :   présenté dans l’espace Taragnat de la FOL ; séance libre et gratuite pour tous, adhérents ou non

A VOIX HAUTE
Documentaire de Stéphane de Freitas et Ladj LY (1h 18 )

La force émancipatrice de la parole

Chaque année à l’Université de St-Denis se tient le concours Eloquentia pour élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants issus de tous cursus s’y préparent grâce à des professionnels – avocats, slameurs, metteurs en scène…- qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public.
Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et d’autres vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique. Au fil des semaines ils vont s’affirmer, et se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes.
Bande annonce http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19569133&cfilm=253601.html

 

Séance du 19 avril 2017 DEBAT sur le documentaire LA SOCIALE

DG: propose un débat en 2 parties, une sur la sécurité sociale en France, la seconde plus calédonienne

H Je viens de découvrir ce personnage fabuleux Ambroise Croizat, je suis étonnée et contente de connaître celui qui a inventé et mis en place notre système de protection sociale

X1 : J’avais entendu parler du Conseil National de la Résistance, j’ai fait des études médicales à la faculté en France … mais je n’ai jamais entendu parler d’Ambroise Croizat !

C l’Histoire est toujours l’Histoire officielle, et l’Histoire est toujours l’Histoire des vainqueurs Lire la suite

SÉANCE REPORTÉE  mercredi 19 avril 18 h
LA FAUTE À COOK

Désolés, le temps de réparer les dégats, pour une partie du Bureau .. et des adhérents

En racontant l’étonnante histoire de la Sécu, ce documentaire de 1h 25 “La Sociale”  rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 66 millions de Français.

À L’ AUDITORIUM de la Province Sud (Artillerie)

Séance à 18h, inscriptions à partir de 17h20

Voila, c’est reparti !
pour nos séances mensuelles à l’Auditorium ( Prov. Sud )
à 18h le 2ème mardi du mois

Tarif normal d’adhésion  : 2000 f pour l’année
et 500f pour jeune/ étudiant

Précision : un adhérent peut inviter un/des amis pour leur faire découvrir l’association moyennant une contribution de 500 f  ; un invité ne peut venir qu’UNE seule fois

Venir tôt pour vous inscrire, dès 17h 20, et recevoir votre carte de membre

———–
Echo Associatif Santé:
La nouvelle association Terre de Santé, née l’an dernier suite à notre séance sur la vaccination, tient sa première AG  samedi 8 avril à 15h au Ouen Toro

http://terredesante.nc/general/premiere-assemblee-generale-gouter-familial-et-convivial-le-samedi-8-avril-a-15h-au-ouen-toro/

Pour la première fois ce vendredi 17 mars, l’équipe de CineCitoyen utilisait son matériel propre, sous le préau de la FOL (Taragnat).Un peu de stress était palpable ; finalement tout s’est bien passé au plan technique. Ouf !

Désintoxication de la Langue de Bois : ce petit bijou démystificateur « jubilatoire  et  conscientisant » a été fort apprécié par le public ; tout le monde est resté pour le débat bien vivant (1/2 h) qui a suivi.

Seulement une quarantaine de présents pour cette séance gratuite et ouverte à tous. Nous plaidons coupables, nous avions très peu informé au delà du cercle des amis de CineCitoyen…

Une petite dizaine de personnes intéressées à participer à un tel atelier de désintox sur Nouméa.
Au vu de l’intérêt « citoyen » de ce documentaire, nous envisageons d’en proposer une seconde séance en cours d’année.

Pour un aperçu de la démarche (blasphématoire?) de Frank Lepage
https://www.youtube.com/watch?v=vJTo6I2mR_M

La campagne présidentielle bat son plein, c’est l’occasion de remplir sa besace de figures de style  ( euphémismes, pléonasmes, oxymores et autres faux amis ) utiles à… nous embrouiller. Bonne pioche !

Petite séance (  1 heure ) pour se désintoxiquer … avec le sourire !
C’est le bon moment avec la campagne présidentielle qui débute 😉

Vendredi 17 mars à 18 h à la F.O.L.

FOL  : 21 rue Taragnat VDColons (à côté du Lycée DoKamo)

ENTREE LIBRE ET GRATUITE

Compte rendu succinct

Une vingtaine de présents, toutes les décisions prises à l’unanimité

– Modifications de Statuts, Rapport financier, Rapport moral et Règlement intérieur : adoptés

– Tarifs 2017 adoptés

L’adhésion passe à 2000 fcp pour les adultes, à 500 f pour les jeunes et étudiants, gratuité maintenue pour AMG et mineurs de 18 ans

– Nouveau Bureau :

Rosa Canto Gasse, Florent Domergue, Didier Gasse, Christian Nicolas
il se réunit lundi 13 pour répartir les postes et coopter d’éventuels membres associés

C’est parti pour de nouvelles aventures cinécitoyennes !

Assemblées Générales  JEUDI 9 MARS

en salle de réunion du Centre administratif de la Province Sud
( soit dans le même hall que pour nos projections habituelles )17 H 30 Assemblée Générale EXTRAORDINAIRE 
pour modifications (minimes) des statuts18 H Assemblée Générale ORDINAIRE
Présentation et vote des Rapports moral et financier
Tarifs d’adhésion 2017
Adoption d’un Règlement intérieur
Election du nouveau Bureau

un POT amical et citoyen cloturera l’AG

Info : La première séance 2017 aura lieu mardi11 avril

A bientôt !

  1. M Ce film fait écho – et même il anticipe – la philosophie des Lumières et le combat de la raison (de la liberté du jugement) contre l’ignorance et l’obscurantisme.
    Ce film montre que la défense des valeurs :
    – d’autonomie : oser penser par soi-même,
    – de tolérance : le droit de combattre des idées et non des personnes,
    – et de liberté d’expression : le droit de tout dire dans les limites prescrites par la loi,
    sont plus que jamais d’actualité : non seulement avec les fanatismes religieux mais avec la soumission inconsciente à toutes les formes d’autorité, morales, politiques, sociales… On peut se demander si contrairement à la fin du film, la croyance et l’obéissance n’ont pas tendance à triompher sur la liberté de jugement et la réflexion ?
  2. Ce qui m’a frappé dans ce film : on retrouve cette progression de l’intégrisme, dans cette capture d’esprits vulnérables, avec les mêmes mécanismes que ceux, des siècles plus tard, décrits  dans le documentaire sur la scientologie, projeté en aout.
  3. Dans ce processus d’intégrisme qui se développe, gardons nous d’oublier le rôle joué par ceux qui, en haut, tirent les ficelles  pour accroitre leur pouvoir ; il faut voir au delà des fanatisés, et c’est vrai encore aujourd’hui
  4. Le film semble opposer frontalement liberté d’interpréter et de juger ET l’obéissance à une autorité extérieure.
    Or la société, pour exister et fonctionner, requiert une dose d’obéissance, au moins à la loi. L’éducation sans une “soumission”  initiale au “maître” peut-elle vraiment être féconde ?
    Pascal disait : “Il faut savoir douter où il faut, croire où il faut, se soumettre où il le faut.” C’est souligner les dangers d’une liberté livrée à elle-même : on tombe alors dans les travers du relativisme où une opinion se trouve justifiée dès qu’elle est prononcée et défendue par un individu…
  5. c’est une reconstitution historique avec quelques anachronismes, pour servir un propos ; par exemple l’inquisition est venue plus tard que le 12ème siècle
  6. Certes, Averroes incite les gens à penser mais il y a possibilité de dérives  avec ceux qui le suivent en le voyant comme un ange. Il y a ce point commun
  7. la grande différence c’est que Averroes pousse les gens à agir par eux mêmes
  8. Mais il y a des gens qui ont des problèmes et qui ont besoin de se sentir conduits,guidés
  9. N’oublions pas qu’en France, récemment,  il y a eu 300 morts, soit un demi Ouradour ; et ce ne sont pas les catholiques qui ont tué. Chahine dénonce l’intégrisme avec sa violence. On ne peut tout ramener à la psychologie. Certains nazis n’étaient pas malheureux.
  10. Vrai, on a tendance à réduire la violence à des causes psychologiques alors qu’elle procède aussi de rapports de force.
    Mais alors attention : pour respecter les faits, il ne faut pas oublier non plus les 300 000 morts, ou plus, victimes de guerres et de bombardements menées par l’Occident pour des motifs douteux ou même mensongers ; et les millions de personnes exilées…
  11. Dommage qu’il y ait peu d’Averroes aujourd’hui.
  12. On peut dire que Noam Chomsky  88 ans est un Averroes  actuel. Quand on le lit, c’est lumineux, on se sent intelligent. Nos medias parlent très peu de lui, ils ne l’aiment pas.
    Venu en France recevoir un prix, il a été boudé par l’Assemblée nationale car ses propos dérangent, notamment en géopolitique.
  13. Les phénomènes de fanatisme et divers problèmes psychologiques sont liés au fait que sans croyance ou sans idéal les gens sont attirés par les extrémismes.
    Faute de trouver un sens dans leurs vies, ils sont happés par l’aventure du fanatisme.
    Le manque de vie spirituelle conduit à une déstructuration philosophique, à la perte des repères classiques. Ils sont alors en recherche d’une sortie de secours vers l’absolu
  14. Chahine souligne que l’ignorance peut mener à cette emprise. Averroes reproche au jeune prince de ne connaitre aux mathématiques. C’est la satisfaction de l’ignorant.
  15. la déstructuration de l’individu est induite par une perte de repères, à laquelle contribue la société de consommation en mettant l’accent sur des désirs à satisfaire immédiatement, au détriment de se cultiver en profondeur – ce qui conduit à l’ignorance
  16. sur les causes du fanatisme : il s’agit moins de l’ignorance elle-même ou du vide de sens (que peuvent éprouver jeunes et moins jeunes…) que de l’absence de reconnaissance de cette ignorance ou de ce vide en chacun. L’ignorance qui s’ignore elle même la pire.
    Autrement dit, c’est la négation ou le refus d’accepter nos limites, nos faiblesses qui fait le lit du fanatisme – une forme radicalisée du dogmatisme.
    La démocratie, au contraire du fanatisme, repose sur l’acceptation du désaccord, de la discorde : on est d’accord sur le fait de ne pas être d’accord… seul cet accord garantit tolérance, liberté d’expression et respect de l’autre.
  17. On a proposé comme causes des actes terroristes le manque de spiritualité, l’ignorance, la pauvreté, l’inégalité, l’hégémonie sur le monde.
    Moi j’ai retenu qu’une attaque par un drone c’était 10 terroristes de plus.
    Et qu’à la montée du fanatisme répond la montée du populismePar ailleurs pour ce qui est de l’absence de savoirs, je réponds qu’une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine. C’est toujours plus facile de rabaisser les autres plutot que de se mettre à leur hauteur.Enfin ma liberté n’est pas de faire ce que je veux : elle finit là où commence celle des autres
  18. La communauté subit une  perte de repère,  ce qui constitue une maltraitance et l’individu recherche un groupe où il se repère. On peut le voir dans le processus du film ou dans celui de la scientologie. C’est vieux comme le monde.  L’esprit critique prend du temps.
    La diversion, la distraction,  la TV sont la fin de la réflexion par soi même
  19. On  a oublié de dire que les parents doivent mettre des limites, apprendre le respect entre frères et sœurs. Il faut revenir dans nos maisons ; et voir pourquoi les jeunes ne savent plus où ils habitent.
  20. Ah le retour à la maison…Chaque fois que l’économie a eu besoin des femmes il y a eu une poussée du féminisme – par exemple en 45 après la guerre. Mais quand on n’en a plus besoin on dit aux femmes de retourner à la maison pour éduquer les enfants.
    Mais je pense en effet qu’un enfant a besoin d’un tuteur pour grandir, pour pousser droit ; ensuite il coupera les liens et choisira ceux qu’il désire mettre en place.
  21. Je porte un regard critique sur la fin où l’on voit la pensée gagner sur la  non pensée, la victoire d’Al Mansour sur les islamistes..
  22. en réalité ce sont les islamistes qui ont gagné cette bataille ; mais au niveau de l’histoire ce sont les catholiques qui sont arrivés au pouvoir en jouant des rivalités entre musulmans.
  23. Il faut nous remettre dans le contexte des années 90. En 95 il y a eu un attentat avec un car entier de tués en Allemagne ; en 97 Chahine fait son film. Souvenons nous de Salman Rushdi – c’est d’ailleurs le nom arabe d’Averroes – et de la fatwa à son encontre. De Joseph Anton : Vie de Rushdie pendant la fatwa
    Chahine a été un militant qui a eu des problèmes. Avec Patrice Chéreau ils ont monté Bonaparte, une pièce contre les islamistes. A l’époque il y  avait un mouvement intégriste en Algérie   Il y a des rapports très compliqués  entre religion et science
  24. A signaler : livre d’Aldo Naouri sur l’éducation ; émission sur France inter de 13 à 14h: renseignement, radicalisation  et théorie du complot  du 8 octobre 2016
  25. Attention à ne pas confondre islam et islamisme, religion et religion radicalisée  cf le isme du suffixe. C’est une manipulation dans le but d’acquérir du pouvoir. Il ne faut pas stigmatiser mais plutôt clarifier : l’islamisme est la déviation d’une religion
  26. quelle différence entre dogme et religion ? le dogme est une idéologie révélée, il ne se discute pas. La religion a une part de révélation, mais elle peut s’interpréter.
  27. En conclusion, que pouvons nous faire pour éviter le fanatisme ?
    D’abord ne pas esquiver ses propres responsabilités.  Avoir toujours un esprit critique, garder le doute existentiel, se poser des questions pour éviter fausses certitudes et radicalisme
    Nous voilà renvoyés à la fiabilité et à la diversité de nos sources d’information !

Mardi 6 décembre à 18h 00
un film de Youssef Chahine 1997 (2h 15)

 Dans les années 90 le réalisateur, cinéaste égyptien engagé, avait pressenti les dangers d’instrumentaliser la religion à des fins politiques. Les frères musulmans avaient d’ailleurs obtenu la censure de son film précédent “l’Émigré “.

Chahine propose, sous forme de fable, une oeuvre pédagogique dont l’action se déroule dans la Cordoue du 12ème siècle, sur les traces du grand philosophe arabe Averroès.
L’Islam en tant que civilisation va basculer et rompre le fil de l’universel, pour devenir l’islam religion fondamentale.

Ce film remarquable, primé à Cannes, illustre la lutte entre ignorance et savoir ; il explique des raisons profondes de l’embrigadement islamiste de la jeunesse égyptienne de l’époque.

1) d’abord un article récent de Hervé Kempf, rédacteur en chef
de Reporterre :

 https://reporterre.net/Non-merci-Mme-Royal-je-ne-veux-pas-de-la-Legion-d-honneur
2) intéressante contribution d’un journaliste local qui
n’a pu participer à notre débat.

Je suis journaliste indépendant en Nouvelle-Calédonie.
J’ai été formé en France, j’y ai exercé avant de m’installer ici. Ma situation
d’indépendant est un choix qui me permet de faire  mon métier comme je l’entends. Du moins elle
me permet de tendre vers un certain idéal, dans le rythme et le choix des
sujets, car en réalité je suis loin d’être totalement libre.





Il me semblait important de pouvoir intervenir dans le
prolongement de la projection des Nouveaux Chiens de Garde, tiré du travail critique
des Médias du journaliste Serge Halimi. Il s’agit de partager le regard que
j’ai pu construire au gré de mon expérience professionnelle et aussi, dans un
premier temps, au cours de mon parcours universitaire.
Par cette contribution je souhaite élargir
la question de la critique des médias ; et
tenter de poser un regard
plus précis sur la situation de la
presse en N-Calédonie.

La question de la Nouvelle-Calédonie est d’autant plus importante à aborder qu’ici le cadre de travail des
journalistes date d’un autre temps. Nous avons besoin d’un statut reconnu par les institutions. Il doit être
assorti de mesures pour permettre l’exercice de notre profession dans de bonnes
conditions. Mais nous sommes trop isolés et peu nombreux.

Peu nombreux ne veut pas dire absents. Il y a bien des
journalistes  en N-Calédonie. Des
journalistes d’expérience, des indépendants, d’autres qui travaillent pour de
grosses rédactions, et aussi une vague de jeunes journalistes du pays en
formation, notamment au sein de la rédaction de NCTV. Nous aspirons tous à
faire notre travail dans de bonnes conditions d’indépendance éditoriale.
Pour revenir aux Nouveaux Chiens de Garde, il s’agit d’un
travail édifiant sur les liens entre médias et pouvoir, sur la construction
d’une pensée unique véhiculée a travers les médias dominants.
Toutefois, il n’explique pas le problème de « la presse » à lui seul.
Ce n’est qu’un élément de la critique structurelle à porter sur les médias
contemporains.
1 – Connivence et concentration

On peut poser une critique  politique
et intellectuelle de la presse, sur les conditions de la reproduction de
certains discours et idéaux, comme le fait le documentaire projeté.
Cette critique s’applique d’ailleurs très bien à la Calédonie, où les liens entre médias et gens de pouvoirs sont historiques
et ont peu évolué
. Ainsi dans une de ses dernières lettres à la SDJ
(l’association de la rédaction) le propriétaire des Nouvelles  souhaitait qu’elles redeviennent
“calédoniennes” car c’était dans leur ADN. Des titres importants
restent aux mains de partis ou de grandes familles. Demain = Lafleur / Actu NC
ou RRB = les républicains / Djiido est la radio indépendantiste.

Les liens entre pouvoir politique, économique et médias sont une constante dans
le monde entier.

J’ajouterai, très sérieusement, que la N-Calédonie se trouve
dans une situation préoccupante, proche de celle du journalisme de la 3ème
République en France. Elle se caractérisait par une proximité directe,
historique, entre les organes de presse et les pouvoirs économique et
politiques.
La connivence découlait de liens étroits et anciens entre les rédactions, les
journalistes et l’oligarchie.

Après la guerre, et aussi différents scandales retentissants qui ont
décrédibilisé les médias au début du XXe siècle, le journalisme a tenté de se
racheter une conscience. Pour ce faire il a fallu refonder la profession autour
de principes déontologiques. Le sociologue Julien Duval le décrit très bien dans
son livre “Critique de la raison journalistique”.
La déontologie journalistique n’a donc rien d’essentiel : il s’agit d’une
invention récente, qui doit être assortie de mesures pour assurer sa défense.


Premier problème en Calédonie : précisément rien ne permet d’encadrer la
pratique de la profession.
Je passe ici sur les détails. Il faut retenir que le journaliste est rattaché à la convention qui vaut pour les métiers
du commerce…

Bien sûr la déontologie ne garantit pas tout. Sinon il n’y aurait pas de
Nouveaux Chiens de Garde et les salariés d’I-télé ne seraient pas dans la rue
depuis des semaines.
Il existe bien des relations directes entre médias et
pouvoir. C’est le propos du documentaire.
Mais ces connivences obéissent à des règles complexes et subtiles. L’indépendance
des médias ne dépend pas seulement du fait qu’ils soient aux mains de X ou de
Y.

2 – La presse comme produit commercial

La critique intellectuelle des médias,
dans Les Nouveaux Chiens de Garde, doit être complétée par une analyse économique.

La concentration des médias, aux mains de milliardaires, est
la conséquence d’un phénomène plus large. Il faut s’intéresser au moule dans
lequel la presse s’est construite et se « développer». 
Il faut sortir des débats sur les enquêtes fracassantes, les grosses affaires
prestigieuses ; mais sans oublier : la hiérarchisation de ce qui est
prestigieux dans le champ médiatique – Politique, Economie, International –
n’est pas anodine !
Au quotidien, les journalistes n’ont pas besoin de Dassault ou Bolloré pour
produire l’information qu’on nous sert.

J’invoquerai ici le concept sociologique de « corruption structurelle » qui précise : les manipulateurs
manipulent d’autant mieux qu’ils n’ont pas conscience d’être eux mêmes manipulés
(Bourdieu. cf. Questions de Sociologies).

Ce serait trop simple si les idéaux des journalistes n’étaient
menacés que par quelques patrons vendus.

L’une des premières critiques économiques et structurelles de la presse, posée
par Pierre Bourdieu dans son essai Sur la télévision à la fin des années 90, a
produit une levée de boucliers dans la profession, piquée à vif par cette
analyse radicale des mécanismes de la presse.
Notamment Daniel Schneiderman qui a répondu au sociologue par livre interposé
(Du journalisme après Bourdieu). Il a depuis fondé le site arrêt sur images,
qui fait un boulot très intéressant. Mais il s’agit davantage d’une critique
factuelle de la presse.

Les journalistes sont les champions de l’auto flagellation.
Dans chaque rédaction, on croise le collègue remonté contre son journal. En
réalité la critique radicale de la presse désenchante et dérange profondément.
IL remet en cause le mythe des patrons voyous face aux journalistes porteurs
d’une mission supérieure.
Y a t il une réelle différence entre un patron de presse
milliardaire et des petits patrons de presse de province (de plus en plus
rares).
La concentration des
médias n’explique pas tout.
J’ai rejoint l’aventure d’un magazine mensuel
poil à gratter en France pendant deux ans. Je l’ai quitté écoeuré par cette expérience
vécue auprès de collègues aussi assoiffés de « vrai journalisme » que
moi.
Au passage, j’y ai appris qu’il n’y a
pas de réelle indépendance de la presse sans indépendance économique
.

La critique radicale des médias pense d’abord la presse moderne comme une
industrie, ou plutôt un commerce. Les
annonceurs
pèsent au moins 80% des revenus des journaux généralistes à fort
tirage (loin devant les ventes).
Les médias alternatifs sont limités à
des économies de niche avec peu d’écho, souvent condamnés à prêcher une poignée
de convaincus.
(Notons que la presse satirique et irrévérencieuse : Le Canard Enchaîné ou
Le Chien Bleu, ce sont deux journaux qui s’affranchissent des annonceurs et ont
la capacité de toucher largement).


Bref la presse est pieds et poings liés à un modèle
économique dont la plupart des journalistes ne questionne même pas les règles
du jeu. En ce sens l’on peut se demander si la presse est réellement un
contrepouvoir.
L’indépendance se mesure d’abord au regard de sa santé financière.
Elle ne peut faire l’économie d’une analyse des mécanismes de concurrence, qui
montre que multiplier les publications ne
crée pas forcément plus d’infos…



C’est particulièrement vrai en Calédonie. Le marché est
petit. L’émergence de médias (et autres services) sur Internet capte des
publicités et donc des sources de financement pour les titres en place. Une
baisse de l’activité économique ces dernières années accentue encore les
phénomènes de concurrence.

Dans ce contexte, les medias se prêtent parfois à des pratiques totalement contraires à
la déontologie.
Phénomène d’autant
plus violent en Calédonie qu’il n’y a aucun garde fou.

Maquiller des publireportages en articles ou faire écrire des
articles qui correspondent à l’annonceur qui a acheté une page en face est très
courant dans certaines publications.
Cela peut aller jusqu’à faire travailler des gens non formés
et sans conscience journalistique qui accepteront de travailler moins cher ou
de fournir un contenu moins rigoureux.
Se voir retirer un budget pub pour une photo ou une info qui ne plait pas à un
annonceur fait réfléchir même une très grosse rédaction…
Certaines entreprises (ou groupements d’intérêts) ont un pouvoir direct et
énorme sur les titres de presse qu’ils financent – j’ai eu connaissance de cas
très précis en N-Calédonie.
Voilà des contraintes très concrètes s’exerçant sur le
métier de journaliste au quotidien, de façon souvent implicite. Voilà pourquoi
dans la réalité, en dehors d’éventuelles affaires qui toucheraient directement
ses intérêts (cf. récemment Bolloré à Canal +), le patron de presse n’a jamais
besoin de passer un coup de fil à ses rédactions.

La réalité de notre métier c’est la
course au financement.
Comment regagner du lectorat – et donc des cerveaux disponibles pour les
annonceurs ?
A coup d’études montrant ce que « les gens » (ainsi qualifiés dans
les rédactions) ont envie de lire.
Il faut de l’info positive, du sport et des faits divers parce que c’est ce qui
marche.
Mais ces études n’analysent que ce qui est déjà proposé aux lecteurs ! Le
succès du Chien bleu et des revues satiriques à fort tirage montre que ces
arguments tiennent mal.


La presse, un produit commercial vendu comme un autre ?
c’est aussi ce qu’il faut analyser.
Penser une presse
libre c’est aussi penser sa viabilité économique.



Ce point est essentiel pour la déontologie, qui doit poser
que le journalisme n’est pas une
activité commerciale comme une autre 
; et adapter en conséquence la
législation et poser des gardes fous.


3) Quelles pistes de
travail en Nouvelle-Calédonie ?
Après la seconde Guerre Mondiale, la Presse avait posé un
cadre déontologique, assorti d’un cadre juridique et de dispositions pour le
faire respecter.

Il s’agit principalement d’un système complexe d’aides à la presse versées par
l’Etat, avec une commission professionnelle qui détermine les journaux pouvant
prétendre – ou pas – à ces financements !
En retour, le travail des journalistes doit être respecté par les entreprises
de presse. Cela implique les conditions de travail et de rémunération ; et
aussi des règles pour protéger les plus précaires : les journalistes en
recherche d’emploi et les indépendants.

Ce système de Métropole est loin d’être parfait. Il aurait besoin de se
réinventer pour mieux s’adapter aux évolutions du métier ces dernières années,
avec l’émergence de nouveaux médias, les règles imposées par l’explosion du
numérique et d’Internet.

La situation calédonienne est plus simple puisque tout reste à faire… La
déontologie et les textes de loi sur la protection des journalistes hérités de
la Métropole existent a priori. Mais rien ne permet de les faire appliquer.

Peut on seulement être certain qu’une législation saurait
reconnaître Qui exerce le métier de journaliste, en l’absence de commission
professionnelle et de journaux identifiés comme médias journalistiques ?
Avant même l’attribution d’une carte de presse, le journaliste est dans la Loi
Française celui qui exerce régulièrement une activité pour des titres de
presse.

Je le disais en préambule, nous sommes peu nombreux, et pas organisés
collectivement. Nous sommes noyés sous les charges de travail et le devoir impératif
de « gagner notre vie ».

Il faudrait pouvoir constituer un petit noyau de personnes motivées pour poser
les bonnes questions et avancer… Cette tâche concerne autant les journalistes
que l’ensemble de la société civile.

Théo Rouby
Journaliste-Photographe indépendant

Les nouveaux chiens de garde   Compte rendu du débat


Int1 : D Face à ce diagnostic sur les médias, les réactions ? Que peut on faire ?

Int2 : L  Ecrire un journal, chacun un article par semaine…

Int3 : J1 La situation décrite par le film ressemble à la situation locale quant aux liens entre la presse et le monde économique. Ici le monde de la presse vit de la publicité. La presse est inféodée aux annonceurs publicitaires.

NC1ère c’est différent, c’est de l’argent public ; RRB et radio Djido sont des radios associatives.
Le monde politique calédonien a cadenassé le paysage audiovisuel et celui de la presse écrite.
Les publications participatives sont intéressantes ; mais il se pose des problèmes de taille critique, de format, de papier surtout dans la presse écrite.
De plus le métier de journaliste repose sur la confiance et des méthodes rigoureuses,
Donc ces publications participatives sont problématiques.

Int4 : J2 En NC aucun cadre déontologique n’existe pour la profession.
Les annonceurs contribuent au financement à 80% dans les journaux.
Les publireportages ou les reportages pour mettre en valeur l’annonceur foisonnent.
Il faudrait poser les bases pour qu’un journaliste puisse travailler en toute liberté

Int5 : J1  En NC, une seule délibération du Congrès à propos des journalistes : on a supprimé le lien de subordination entre patron de presse et journalistes pour que les patrons ne payent pas la Cafat. Aucun texte n’a été adopté pour promouvoir l’indépendance du journaliste

Int6 : D  Lors du rachat des Nouvelles en 2013, pourquoi ce départ de nombreux journalistes

Int7 J1 Le principe pour un journaliste, c’est de partir s’il n’est pas d’accord avec la nouvelle ligne éditoriale, ce qui revient à un licenciement ; mais c’est seulement en cas de changement de majorité des actionnaires que les journalistes peuvent faire jouer cette clause

Lors du rachat par Jeandot et Bretz une journaliste préparait un article sur Z (un élu important) ; alors que l’article n’était ni terminé et ni soumis à relecture, elle a reçu un coup de fil disant que cet article ne plaisait pas…
L’ancien propriétaire Hersant n’était pas un saint mais il n’avait que les Nouvelles comme point d’ancrage en NC; alors que le nouveau groupe est proche des groupes d’affaires locaux, il a davantage d’intérêts économiques en NC

Int8 : D faudrait il un nouveau média, journal ou site ? il y a eu « les infos »., il y a le Chien Bleu mensuel , Le cri du cagou sur Web… mais on connaît mal ce qui existe

Int9 : J1  Sur NC1ère les documentaires sont faits par des boites de production et il n’y a de journalistes que pour les infos. Pour des raisons d’économie.
Int10 : D Cette pensée unique fabriquée au moule des intérêts dominanlts, conduit à pouvoir
– soit démolir, marginaliser une personne ou un mouvement s’il est « hors cadre » ; par exemple trop anti UE (UPR : on le voit très peu alors que son site est très visité) ;
– soit occulter des événement essentiels ; comme le silence des médias sur le TAFTA (pétition de plus de 3 millions de signatures) ; puis le CETA dont on ne nous parle qu’à la fin, sous l’angle d’un petit bloqueur wallon – pendant qu’on nous gave de faits divers ..

Int11 : N  comme outil de manipulation, il faut signaler les sondages publiés par les médias ; ils sont financés par de grands groupes économiques

Int12 : L  Le poulpe est aussi intelligent que l’homme mais la maman poulpe meurt à la naissance de son petit et ne peut donc rien lui transmettre. C’est différent pour les hommes qui apprennent du passé.
C’est dommage qu’on soit si peu nombreux dans un travail de journalisme. Internet permet de recouper les informations. C’est indispensable pour la démocratie.

Int12 : F L’ONG PEW a financé un documentaire ; on devrait le passer à Ciné-citoyen pour montrer comment on peut manipuler les gens en faisant parler un pseudo scientifique, en répétant des messages en boucle…

Int13 : N  Il y a ces experts qui sont partie prenante, en conflit d’intérêts ; il faut savoir d’où vient l’information, c’est parfois un copié collé au service d’une finalité cachée

Int14 : M  Sondages, dans son livre « le moment est venu.. » De Villiers expose comment il a été aidé par un homme d’affaires qui a acheté les sondages en vue de faire croitre son score: ainsi il a pu exister en passant à plus de 5% pour finir à 12%.

Ce qui laisse beaucoup à penser sur les résultats des sondages que l’on vous assène  !
Au vu des sondages et des temps de parole actuels, on peut le prédire : Juppé sera élu !
En 2007 Ségolène a été promue pour le PS par l’oligarchie, qui la considérait comme meilleure candidate… pour perdre contre Sarkosy. !

Int16 : R  Une note positive : une femme journaliste, Aude Lancelin, vient de publier un livre « le monde libre » dénonçant la mainmise des financiers sur les titres qu’ils possèdent. Elle raconte comment elle s’est fait débarquer

Int17 : J1  Ce sera la nouvelle experte dans les prochaines émissions …

Il y a déjà des modèles qui fonctionnent comme Médiapart ou « le Monde diplomatique ».
La question à toujours se poser : bien identifier la source

Int18: D  Un autre problème c’est la saturation.
Il faut faire le tri des informations sur des critères pertinents, recouper avec d’autres.
Il faut mutualiser des échanges d’infos sur des sites. Mais ça prend du temps

Int19 : X    étudiants, on disposait de journaux gratuits, moi je lisais Libération et le Figaro.

C’est une façon simple de se faire une opinion.

Int20 : D Une étude montre que les résultats électoraux sont en relation avec les temps de parole accordés aux partis. Il existe donc une reconnaissance médiatique qui valorise les candidats. Intéressant de comparer à la fréquentation mensuelle des sites : des surprises, on constate l’écart entre les choix des journalistes et ceux des citoyens.
Deux sites à signaler parce qu’ils sont ostracisés par les médias dominants
– Egalité et Réconciliation,   le plus fréquenté, recueil d’articles d’origines diverses
– celui de l’UPR, site politique n° 3 en fréquentation
Il y a aussi Les Crises, peu connu, mais très intéressant

Int21: C  en cours d’histoire nos professeurs nous obligeaient à lire un livre de droite et un de gauche sur un événement comme la guerre pour se faire une idée

Int22 : N  On en arrive à créer des hommes politiques en préparant le terrain, en distillant articles et sondages et puis hop il devient présidentiable ! je pense à Macron

Int23 : J3  D’après le film, il faut un journalisme de référence, qui crée et fonctionne par ses réseaux. Le journalisme est lié au monde économique et social. Donc il est difficile de faire un boulot honnête. Ce qu’on appelle « référence » mérite qu’on y réfléchisse.

Int24 : Il est très important qu’internet reste libre

Int25 : L Même prévenus, on est manipulés par la publicité (dentifrice..)

Il faut fonctionnariser pour éviter les dérives. Dans le public tout le monde sait ce que gagne l’autre, pas dans le privé. Avec un revenu de base, on pourrait écrire des papiers tout le temps.
Soral glorifie Le Pen, je ne vais ni explorer son site ni l’empêcher d’exister ; comme disait Chomsky « préserver la liberté d’expression »

Int26 : D  Erreur, aller voir E et R : ce n’est pas un site pro Le Pen, ses sources sont diverses  etc..

Int27 : O Celui qui reçoit l’info doit être curieux, regarder les différentes sources de communication et comment elles sont perçues.
Le succès de Coca Cola repose à 70% sur la communication et à 30% sur le produit.
Pour aller plus vite on peut lire les titres d’articles afin de mieux cibler. Soyons des consommateurs actifs. Dans plusieurs secteurs les revues de presse représentent un vrai métier

Int28 : C  j’ai répondu à une offre de journaliste sur internet. On me proposait d’écrire un article en m’aidant d’un logiciel qui permettrait à ma phrase, grâce à une mise en place adéquate de synonymes pour chaque mot clef, de se démultiplier et de créer ainsi une dizaine d’articles répertoriés par les moteurs de recherche sur différents sites d’infos.
C’est une façon actuelle de créer de l’information et de provoquer du trafic pour la mise en place de publicités.

Int29 : D2 Il y a aussi les flashs, copie conforme de ce qu’on trouve sur le site concurrent.

Int30 : D2 Il faut être acteur de recherche d’infos, savoir ce qu’on cherche. On n’a jamais été aussi bien informé : on peut assister à des conférences qu’on peut recouper avec des gens passionnés par leur sujet.

Int31 : L  Il y a même des livres en libre service

Int32 : R  Quand je cherche des infos sur internet, au bout d’un moment je ne sais plus où je vais j’absorbe trop de choses. En lisant « le canard enchainé », j’arrive à digérer ces infos

Int33 : C ma fille m’a rapporté un énorme livre qui traite de façon agréable quelques sujets mais à fond. C’est une façon de s’informer intéressante.

Int34 : retour sur PEW Cette fondation qui gère le parc nautique de la mer de Corail de NC se sert de la privatisation des océans pour faire beaucoup d’argent – nodules métalliques, poissons, pétrole.

Pour mieux savoir à quoi s’en tenir, voir le site « Prometheus » dédié à la transparence des ONG (PEW, WWF…) c’est assez étonnant (http://www.fondation-prometheus.org/wsite/)

Int35 :   O  Il faut préciser qu’une aire marine « protégée » a pour objectif principal de la suivre, de l’évaluer et de la protéger par des contraintes spécifiques à son exploitation.
D   Merci à tous, on va s’en tenir là… Vive les Médias Alternatifs !

Débat ré-écrit par CA et DG : n’hésitez pas à nous écrire pour rectifier si le rendu de votre intervention n’est pas reflété

Mardi 8 novembre à 18h 00
Auditorium de la Province Sud

Les médias se proclament “contre-pouvoir” indépendant, objectif, pluraliste..
Pourtant la grande majorité des journaux, radios, chaines de télévision appartient à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir.
D’où multiplication d’informations pré-machées, d’intervenants permanents, d’affrontements factices, de renvois d’ascenseur.

En 1932 l’écrivain Paul Nizan publiait “Les chiens de garde” pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi.
Aujourd’hui les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques nouveaux évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social.

Avec humour, à partir d’exemples concrets, Les nouveaux chiens de garde illustre ces dérives. Il pointe les menaces croissantes pour la démocratie d’informations produites par des groupes du CAC 40 et perverties en marchandises.

Une petite centaine de participants à ce débat, particulièrement dense.

Colette a bien voulu retranscrire le détail des échanges

Vous pouvez toujours laisser un commentaire

Vendredi 21 octobre, 18h, sous le préau de la FOL rue Taragnat 

                                                  ENTREE LIBRE ET GRATUITE

                          Avec l’aimable concours de la F.O.L.  CineCitoyen vous propose

                                                  sortie en salles : octobre 2016  ; 1h 30

Après
“les ânes ont soif “, Pierre Carles et son équipe poursuivent leur
travail documentaire sur l’action de Rafael Correa, président de l’Equateur.

Dans cet épisode ils vont à la rencontre des équatoriens pour connaitre leur
sentiment sur les réformes en cours : énergie, assurance maladie, successions,
avortement…

Les
réactions sont diverses : pour certains cela va trop loin, pour d’autres
pas assez..
On est au coeur du difficile exercice d’un pouvoir confronté aux réalités du
terrain et à une opposition déterminée, 
avec lobbies et medias en première ligne. 
A voir et débattre sans modération

Bande annonce

Mardi soir, séance
cinécitoyenne atypique et réussie : une centaine d’adhérents ont découvert et échangé sur cette approche
originale visant à combattre la pauvreté et affronter l’évolution du marché du
travail – mondialisé et en voie d’automatisation.

Pour ceux qui ont manqué cette séance, pour ceux qui voudraient aller un peu
plus loin,
voici quelques documents de référence

Petite vidéo de présentation Dessine moi … le Revenu Universel

              Une idée qui fait son chemin 

Mouvement français pour un revenu de base       Le site    La Charte 

         Notes de lecture     Pour un revenu sans conditions

Vous pouvez prolonger le débat ou signaler des infos pertinentes via les commentaires

 
Mardi 11 octobre à 18h
Le Revenu de base – une impulsion culturelle
 Réalisé par Daniel Häni et Enno Schmidt 2008 1 h
Ce documentaire suisse-allemand explique l’intérêt et les modalités d’un revenu de base
inconditionnel c à dire un même revenu versé à chacun indépendamment de son emploi ou de
ses autres revenus.
L’idée fait son chemin : la Finlande et la Suisse s’y intéressent, certains « présidentiables » aussi tout récemment, la Gironde veut l’expérimenter.
Le film, complété de 2 courtes séquences, est un outil pédagogique pour appréhender un concept
novateur, qui bouleverse notre perception du travail, de la rémunération, et des liens sociaux.
Serez vous Pour ou Contre ?
« Payés à ne rien faire », « Utopie réaliste », « Fausse bonne idée »…. En tous cas un thème
porteur de réflexion et de débat.

 

Seulement une vingtaine de participants à cette séance originale suivie d’un débat très animé
Pour ceux qui souhaiteraient “rattraper” ou en savoir +
– on peut se procurer la vidéo, libre de droits, pour 200f (cf séance de mardi 11 à l’Auditorium)
– 3 liens pour découvrir les ressorts d’une incroyable arnaque politico-bancaire

Enquête sur la Loi du 3 Janvier 1973

 

CineCitoyen  mardi 13  septembre

Auditorium de la Province Sud  18h




MERCI PATRON 

Un film de François Ruffin, 2016, 1h 24
Pour les époux Klur, rien ne va plus : leur usine (Groupe LVMH), près de Valenciennes, a été délocalisée en Pologne. Les voilà au chômage, criblés de dettes, risquant de perdre leur maison.
François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il veut les sauver.
Robin des bois moderne et déjanté,  il élabore un traquenard avec suspense, changement d’identité et caméra cachée.
Ce pastiche de thriller sur fond de lutte des classes, joyeusement combatif, est un dosage réussi d’humour et de constat social.
Avis aux Adhérents
Nous redoutons une forte affluence 😉
Venir au moins 10 mn avant le début de la séance

 (suite au débat sur la Scientologie)

Voici un faisceau d’indices devant sérieusement alerter le citoyen qui suspecte une emprise sectaire sur une personne de son entourage.

Il peut s’agir :
– d’ organisations totalitaires puissantes et installées dans plusieurs pays cultivant la soumission à des préceptes contraignants et le culte du gourou charismatique,
– d’ organisations totalitaires qui tuent en prétendant mener une guerre sainte en recrutant en masse des mineurs et des jeunes adultes
– ou d’une de ces dizaines d’organisations de la nébuleuse à visée thérapeutique  la seule “formation” d’ “instituts” encaissant de confortables espèces sonnantes et trébuchantes pour la dispenser – sans que
ni l’Académie de Médecine, ni l’Université, ni l’Ordre des Médecins ni la Haute Autorité de Santé ne leur aient donné une quelconque caution
(ces organismes dont le nombre double tous les cinq ans dans l’ensemble français depuis 10 – 15 ans selon un propos récent de l’ancienne députée Catherine Picard  qui donna son nom à  la loi About-Picard de 2001 dont elle était la rapporteuse à l’Assemblée nationale),
… la combinaison des indices peut varier, leurs proportions respectives également, et on ne constate pas nécessairement la présence de tous ces indices simultanément ; mais constater la présence conjointe et marquée de 3 ou 4 d’entre eux doit alerter:
Emprise psychologique et déstabilisation mentale, propos répétitifs et stéréotypés
  Discours anti-social, souvent de type”eux” et “nous”, vision paranoïaque et complotiste, prophétie    apocalyptique
    Exigences financières, travail dissimulé et prosélytisme pouvant même concerner des enfants
      Démêlés judiciaires répétés, opacité des structures et des comptes, atteintes à l’ordre public
        Injonctions de rupture avec le milieu d’origine, la famille, abus de confiance et de faiblesse, déscolarisation
          Invasion de la sphère intime et “confessions” voire humiliations publiques
            Rejet de soins et parfois atteintes à l’intégrité physique pouvant aller jusqu’à des agressions sexuelles
              Enseignement scolaire contesté dans l’organisation …et consignes de soumission apparente du jeune adepte à l’école
                Tentatives d’infiltrer les institutions… et consignes de rejet des pratiques citoyennes, élections par exemple
La liberté d’opinion, de croyance, de religion est garantie par la Constitution tout comme par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et il est hors de question de la mettre en cause.
En revanche, les pressions destinées à créer des sujétions psychologiques et /ou physiques sur un individu peuvent être punies  dès lors qu’elle  entraînent, parmi d’autres dommages, la privation de son libre arbitre,  certaines  infractions aux lois et règlements, fomentation de troubles à l’ordre public.
La justice peut réprimer de tels faits à condition qu’ils donnent lieu à un signalement au parquet ou au dépôt d’une plainte :  ces abus peuvent donner lieu à condamnation pénale  en vertu de l’article 223-15-2 du code pénal récemment adopté par la représentation nationale.
Les fournisseurs d’accès
à l’internet ont d’ailleurs l’obligation légale de dénoncer et rejeter ces abus caractérisés de l’état d’ignorance ou de faiblesse, au même titre que les incitations à la haine raciale, l’apologie de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité ou la promotion de la pornographie infantile.

G.S.

Lors du dernier débat, il s’est exprimé une forte inquiétude quant aux dérives sectaires sur le Territoire, où leur impact est deux fois plus important qu’en métropole.
Par son aspect psychologique, la dérive sectaire procède d’une aliénation d’un sujet à travers le rapport séducteur/séduit.
Le gourou peut souvent être rapproché du pervers narcissique, il posséde un fort charisme mais entièrement tourné vers lui même ;
tandis que la victime est fréquemment une personnalité dépendante, avec un besoin maladif de faire ce qui est attendu d’elle, se voit uniquement à travers les yeux des autres, et souvent submergée par la honte et la culpabilité.
Pour contrer ces dérives, un projet éducatif est indispensable. Ainsi l’éducation nationale et territoriale forment les professeurs à identifier ces dérives et à conseiller les jeunes du pays.

“Quand on est dans une secte, on ne pense plus et tout le travail est de recommencer à penser par soi même.”

P.D.

Mardi 9 Aout à 18h à l’auditorium de la Province Sud
Un documentaire d’Alex Gilney (2015)
Il s’agit de la dissection d’une secte : la scientologie, prise en exemple.
C’est comment, à partir d’un “illuminé” se construit une secte, comment elle fonctionne par manipulation, par mise en isolement et déconnection du monde de ses adhérents, voire par coercition et plus par harcèlement et menaces pour exploiter la détresse des gens et leur crédulité au profit du gourou autoproclamé.
Projection suivie d’un débat avec la participation de La ligue des Droits de l’Homme, les psychologues du Casado et les représentants de la Miviludes ( Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires.)

Lors du dernier débat, Monsieur Lafond, directeur de la DENV, a encouragé les citoyens à prendre part à la consultation publique en cours sur la modification du code de l’environnement, qui n’aborde pour l’instant pas en l’état la problématique du sable.
Les pistes concernants une réglementation sur les extractions sauvages ou l’encadrement particulier du réensablage de plage ont notamment été évoquées.

Citoyens, à vos claviers, la consultation se termine le 29 juillet,
Cliquez dés à présent ici pour participer : Projet de délibération portant diverses modifications du code de l’environnement.

Le guide des matériaux 2015 de la DIMENC, dont les pages 30 à 32 ont été présentées pendant le débat comme alternatives locales éprouvées au sable dans la construction, est disponible ici :

Mardi 12 juillet à 18h à l’Auditorium de la Province Sud 
Durée de la projection  1h 15

Un documentaire de Denis Destrelac (2013)

Une enquête surprenante sur une réalité méconnue : l’exploitation du sable, la ressource naturelle la plus consommée sur la planète, avant même l’eau et le pétrole.
On le trouve dans le béton, bien sur, mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les cosmétiques…

De Bombay à la Bretagne en passant par Dubaï ou les Maldives, ce film à suspens dévoile une urgence planétaire : cette menace sur le sable, ressource vitale dont le pillage s’accélère.

Projection suivie d’un débat avec la participation d’EPLP (Ensemble Pour La Planète)


Mardi 14 juin à 18h à l’Auditorium de la Province Sud 
Durée de la projection  1h 10
En partenariat avec l’ADMD NC (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité)
Avec la participation de l’AQVP (Association pour la Qualité de Vie des Patients)

Ce documentaire d’Anne Georget sera suivi de courtes séquences introductives au débat

Mars 2008 : Michel S, victime d’un Locked in Syndrom, totalement assisté (alimentation, respiration) demande à mourir. Ses médecins refusent. Il en a pourtant le droit ; mais l’écart est grand entre les principes posés par la loi et le geste concret qui mettra fin à ses jours.. 
Le débat s’ouvrira sur diverses problématiques : soins palliatifs, accompagnement, liberté de choix, directives anticipées, euthanasie
Le fossé se creuse entre les discours officiels, présentant les vaccins comme
éléments incontournables d’une politique de santé, et la méfiance populaire devant leurs effets secondaires et leur efficacité que l’on estime déformés par de possibles conflits d’intérêts
Comment distinguer le vrai du faux, les abus des rumeurs?
Ne peut on laisser aux familles plus de liberté de choix vaccinal ? Que
penser de la vaccination massive au Gardasil ? Et pourquoi un calendrier
vaccinal calédonien aussi lourd ?
A la suite d’un montage vidéo critique sur les vaccins, de réponses d’un expert de l’OMS, et avec la participation de la DASS, CinéCitoyen propose à ses adhérents un débat sur ce sujet brulant…  en tentant d’éviter les écueils du manichéisme

Pour ceux restés sur leur faim de débats, pour ceux qui n’ont pu venir, voici restituées en intégralité les RÉPONSES d’un expert 0MS, question par question.
Commentaire possible, soit direct, soit adressé à c6toyen@gmail.com, nous l’éditerons. Merci d’indiquer votre prénom et de conserver aux échanges sur blog la qualité de ton lors de la soirée. 

VACCINS : Réponses du Dr F. GASSE
Le Dr Gasse, retraité, a fait toute sa
carrière au sein de l’OMS et de l’UNICEF dans le domaine de la
vaccination : définition et mise en œuvre de campagnes de vaccination,
surtout en Afrique, avec de multiples missions sur le terrain. Il a également
œuvré à l‘élimination du tétanos néonatal. Ses réponses à nos questions ne
reflètent que ses positions personnelles. 
CinéCitoyen : 1ère question
Dans le documentaire précédent, diverses critiques s’élèvent contre des vaccinations,
dont on interroge l’efficacité, les risques et le côté systématique. 
L’OMS joue un rôle majeur en
promouvant ces campagnes de vaccination
Selon quel processus va
t elle recommander ou non tel vaccin dans tel pays ?

Comment préserver son indépendance vis
à vis des lobbies pharmaceutiques et industriels ?
Réponse du Dr F Gasse
1-   
C’est vrai, l
‘OMS  joue un role majeur en établissant  les normes et standards pour tous les produits
biologiques y inclus les vaccin. Elle fait des recommandations sur les vaccins après
revue des études publiées sur leur efficacité, les réponses immunitaires à
chaque vaccin et les risques de chaque vaccin

Mais l’OMS n’impose aucun vaccin pour  tel ou tel pays. Elle est simplement Une
référence.
Pour la vaccination ses recommandations sont publiées sur son site Web et par
maladie.
Ses recommandations sont mises a jour périodiquement afin de tenir compte de
nouvelles études qui pourraient remettre en cause les recommandations
précédentes.
2-   
C’est aux autorités
sanitaires nationales des pays de décider du bien fondé d’introduire tel ou tel
vaccin en tenant compte de leur contexte épidémiologique, des maladies qu’ils
sont censés protéger et des ressources propres du pays.
3-   
Pour formuler
ses recommandations, l’OMS fait appel à un comité de 15 experts indépendants
reconnus dans le domaine des vaccins et de la vaccination, appuyé par  un sous comité technique de 10 a 12 experts indépendants
et spécialistes de la maladie concernée et de son vaccin.
4-   
Ces experts viennent
généralement d’universités, d’instituts de recherche et d’école  de santé publique, du CDC américain et d’instituts
spécialisés sur  la sécurité des produits
biologiques. Ils évaluent par consensus les preuves des conclusions des
nombreuses études publiées – souvent plus de 100 pour un vaccin – et  fournissent par la suite à l’OMS leurs conclusions
et recommandations   
5-   
Toutes ces  recommandations OMS et les études référenciées
par vaccin sont accessibles sur le site OMS ; malheureusement la majorité  de ces publications  sont en anglais. .Le français semble être
devenu une langue morte à l’OMS !
6-   
Afin d obtenir
l’autorisation de mise sur le marché d’un nouveau vaccin  l’exécution d un protocole d’études, développé
et recommandé par OMS, comprend 4 phases d’essai cliniques humains obligatoires
pour évaluer  la  réponse immunitaire, l’efficacité et les risques
du vaccin. Ces études  durent en moyenne
12 a 15 ans et se font sur 50 a 100 000 cobayes humains ; parfois il faut 30
ans pour développer un vaccin, comme pour le vaccin contre la dengue récemment recommandé
par l’OMS.
7-   
En outre la  convergence des conclusions des  études publiées joue un grand role ; et
il suffit d’une seule étude  scientifique
de qualité publiée, dont les conclusions divergent des autres, pour lancer une
investigation complémentaire et revoir les 
recommandations si nécessaire. Cela s’est produit pour le vaccin triple
ROR (Rougeole Oreillons Rubéole) et un vaccin Schwartz contre la rougeole.
8-   
Afin de  préserver son indépendance, ce qui est
essentiel face aux lobbys pharmaceutiques,  l’OMS
fait signer des déclarations d’intérêt aux experts concernés ; et tout
expert avec affiliation directs avec un producteur de vaccin est éliminé de ces
comités..
Maintenant j’ai moi aussi une question :
Lorsque  des études ou des informations, aujourd’hui,
critiquent les recommandations courantes de l’OMS, comment pouvez vous, en tant
que parent, décider de vacciner ou pas votre enfant ?  

Question  4  :  On comprend l’obligation de
vaccination contre des maladies graves très contagieuses, et quand il existe un
vaccin efficace, aux effets secondaires minimes 
=> Sinon, ou en cas de doute, peut on laisser
aux familles le libre choix de vacciner
ou pas ?
1-     
Excellente
question ! Dans la  majorité  des pays du monde le gouvernement n’impose pas
la vaccination

et toutes les familles ont le libre choix de vacciner leurs
enfants.. La France fait exception avec 3 vaccinations obligatoires.
2-     
Au Canada c’est
un libre choix pour les familles de vacciner ou pas leurs enfants et on
constate que 98% des enfants sont vaccinés pour tous les vaccins offerts.
Est ce le résultat d’une excellente information/communication à destination des
parents ?
 Les 2% non vaccinés sont  les Amish, une communauté  rejetant la vaccination uniquement pour des
raisons religieuses.
La communauté  Amish des Pays bas a d’ailleurs
été victime de la dernière épidémie de polio en Europe introduite par un enfant
Amish infecté venant du Pakistan.
3-     
Quelles sont les
conséquences ou risques du libre choix de vacciner ou pas ses enfants pour
différentes maladies ?
ca dépend bien sur des maladies, et des risques qu’elles font courir, avec
leurs complications, et leur contagiosité. Chaque maladie peut poser un
risque individuel OU collectif, ou un risque individuel ET collectif.

– Le Tétanos est la seule
maladie non contagieuse du programme de vaccination et il ne pose qu’un risque individuel.
Elle a totalement disparu en France parce que tout le monde est protégé par un
vaccin très efficace associé à des mesures d’hygiène..

      – La Rougeole pose un risque individuel
et collectif d’épidémie potentielle ; elle est très contagieuse même
pendant les 12 jours d’incubation silencieuse avant qu’elle ne soit évidente..
La Rougeole  tue rarement en France, elle
produisait avant la vaccination systématique
50 cas de complication très grave, une encéphalite chronique débilitante à
vie. 
le vaccin anti rougeole lui a mille
fois moins de risque de complications graves de ce type
     – Pour la diphtérie le vaccin avec ses
rappels a fait disparaitre la  maladie,  qui malheureusement réapparait chez les non
vaccinés..
–        
le vaccin polio
oral peut produire un cas de polio du au vaccin pour 10 millions de premières
doses administrées ; il existe le vaccin polio injectable qui lui n’a
aucun risque de produire un cas de polio.
       J’ai un
aveu à vous faire : J’ai vacciné mon fils avec le polio injectable pour éliminer
un risque quasiment nul avec le polio oral..  Je peux donc comprendre vos appréhensions et
vos hésitations à vacciner lorsque la maladie n’est pas tout autour de
nous.
4-     
Ne pas vacciner c’est
accepter de choisir entre une maladie et les risques du vaccin
5-     
Un exemple
proche de chez vous : La récente épidémie de rougeole en Australie  touchant les écoliers a été causée par un
enfant non vacciné suite a refus parental ; cela a conduit une mère à porter
plainte contre la mère de l’enfant qui avait contaminé le sien, vacciné mais
pas protégé
6-     
Depuis, en Australie,
par décision des autorités sanitaires, les enfants de parents refusant de les
faire vacciner  ne seront pas couverts
par l’assurance médicale s’ils attrapent une maladie qui peut être prévenue
par la vaccination.
Ma Question : Comme parent ou autorité sanitaire
nationale,  quelle est notre responsabilité
face à une maladie à  risque individuel pour
notre enfant  ou à un risque collectif pour
notre communauté quand il existe un vaccin ?