Question 3       Selon plusieurs études, dont celle dite
KIGGS  (à partir de l’enquête de
l’Institut Koch en Allemagne 2003-2006) les
enfants non vaccinés seraient en meilleure santé que les autre
s : 2 à
4 fois moins d’allergies, de problèmes respiratoires, d’otites… Une explication
avancée : le système immunitaire naturel est affaibli par les vaccinations
au très jeune âge => Savez vous
comment l’OMS réagit aux conclusions de ces études ?
1-         
L’étude de
l’institut Koch  ne prouve rien a cause
du protocole utilisé pour l’étude, de la qualité des données recueillies, de la
grande différence de taille des échantillons comparés :  17 000 enfants vaccinés pour 94 non vaccinés..

sans que l’on connaisse l’état vaccinal exact des vaccinés ; et l’auteur
signale beaucoup d’omissions de déclaration ce qui fausse les résultats.
De plus on ne connait pas les raisons de vaccination ou de non vaccination qui
peuvent être liées a un choix délibéré des familles (par exemple l’état général
de santé de l’enfant) et il existe beaucoup d’autres études avec protocole erroné
incapables de prouver leurs conclusions
2-         
C’est un
fait : tout médicament, tout vaccin provoque des allergies par
exemple ; mais lors du protocole de développement d’un vaccin, l’étude des
risques liés au vaccin inclut les problèmes d’allergie et compare les sujets
avant vaccination et après vaccination.
3-         
Cependant il est
difficile pour l’OMS de passer en revue toutes les publications scientifiques
mais si une étude de qualité est déviante c à dire que ses conclusions
divergent gravement des autres études, cela suffit a relancer des
investigations.
Ce fut le cas pour un risque d’autisme pour le vaccin ROR ( publié dans Lancet,
une  revue médicale scientifique de
référence),  et pour le risque de sclérose
en plaques pour le vaccin Hépatite B ,  
Ces risques n’avaient pas été détectés par les études  antérieures.
L’investigation du ROR par l’OMS a fait retirer l’article du Lancet et rejeter
les conclusions ce cette étude déviante. Et les études lancées sur le vaccin anti
hépatite n’ont pu confirmer à ce jour les conclusions de risque de sclérose en
plaques.
Ma question : Comment en tant que parent  peut on se fier ou pas aux conclusions d’une
étude ?

Note de CineCitoyen :
On peut se reporter à un article de A Koggel, auteure de cette étude, que  nous avons découvert a posteriri
http://www.alis-france.com/download/courrier_alis_75-27-35.pdf

Cet articleconfirme le propos de l’expert OMS.
L’on peut regretter bien sur
qu’une telle étude n’ait pas été diligentée par l’OMS, avec toute la
crédibilité dont  jouit cette
institution.
Car l’étude Kogel est originale, a le mérite d’exister, elle signale des
pistes, avec un minimum de franchise pour pointer ses limites. Une belle
occasion manquée..
Au final cette étude ne peut PAS servir de preuve d’une meilleure santé des
enfants non vaccinés !

A noter : sur le Net, un scientifique, après avoir critiqué le manque de
rigueur de cette étude, a osé écrire
« Donc, Pas de différence significative de santé entre les deux groupes
d’enfants »
Bravo l’artiste, pour cette « conclusion » tout aussi  aussi fantaisiste !

Vigilance donc sur les études -même bien emballées – quand elles sont menées dans
un esprit partisan, antivax ou provax…

1 réponse
  1. cinecitoyen
    cinecitoyen dit :

    ça peut durer longtemps ce petit jeu
    "ton enquête elle est même pas bonne passque X Y Z.."
    réponse " la tienne non plus alors … "

    moi ce qui m'étonne : l'enquête du prestigieux institut KOCH en Allemagne, en 2003, était une FORMIDABLE OPPORTUNITE pour faire le point sur une question fondamentale, au dela des avantages et inconvénients spécifiques apportées par chaque vaccin:
    les effets globaux des vaccinations sur la santé globale des enfants
    Voila qui aurait permis de clore ce qui est devenu un sujet polémique sans fin
    KOCH + OMS c'est du lourd
    Or de l'aveu même de Angelina Kogel auteure de l'étude, l'enquête sur ce thème a été baclée.
    Pourquoi ?
    Je ne pense pas que ce soit volontaire, mais simplement que certains sont tellement convaincus a priori du bien fondé de LA vaccination que .. la question ne se pose plus.
    Et malheureusement il en va de même pour les effets secondaires avec un cercle vicieux : pour diverses raisons que la moitié au moins des médecins généralistes admettra (en privé) ils ne sont souvent pas pris en compte
    A partir de la peut se former un cercle vicieux : il n'y en a pas ou très peu officiellement, alors pas la peine de se compliquer la tache en instruisant un cas douteux. Et la boucle est bouclée..
    En témoigne l'expérience ceux dont pour finir on a reconnu la légitimité de la plainte : un vrai parcours du combattant.
    Et ça ne vaut pas que pour les vaccins mais aussi pour les effets secondaires de certains médicaments.

    Bruno

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *