1 –  CINECITOYEN vous invite 

       à la projection suivie d’un débat de : BNP . PARIBAS  En eaux troubles 

      Un documentaire de T.Lafarge et X.Harel ( 1h24; 2018 )

      MARDI 10 SEPTEMBRE à  18h à l’Auditorium de la Province Sud ( Artillerie )

      Adhésion annuelle : 2000 F ( sur place, 20mn avant )

Synopsis : 

Documentaire : Dans les eaux troubles de la plus grande banque européenne . BNP Paribas accompagne la vie des Français depuis les années 60 et compte 29 000 salariés , 1900 agences bancaires et 7 millions de clients. Son histoire est intimement liée à l’histoire politique de ces trente dernières années. BNP Paribas est aujourd’hui un mastodonte financier, à la manière d’un Goldman Sachs, plus puissant que les Etats. Elle incarne, à elle seule, le pouvoir sur l’économie mondiale des hyper-structures bancaires. Comment la banque BNP Paribas a-t-elle pris un tel pouvoir ? Et comment est-elle devenue intouchable ? S’appuyant sur de nombreux témoignages d’anciens de la banque et d’acteurs économiques et politiques de premier plan, Xavier Harel et Thomas Lafarge retracent l’histoire de la banque la plus puissante d’Europe.


———————————————————————————————————————————————————————–           

 2  –    CINECITOYEN en partenariat avec  l’Association DROIT au VELO vous invite 

         à la projection suivie d’un débat de  :  WHY WE CYCLE ?   (Pourquoi le vélo ? )

        Un documentaire de A. Gielen et G. Hulster ( 57mn ; 2017 )

       MARDI 17 Septembre  à 18h   à l ‘Auditorium de la Province Sud ( Artillerie )

          ENTREE LIBRE ET GRATUITE 

Synopsis :

Le vélo éveille l’esprit et provoque la confiance

Ce merveilleux film montre que le vélo nous ouvre au monde parce qu’il oblige à une vigilance de tous les instants. Le vélo fait « ville » et citoyenneté, il implique confiance en soi et en autrui. Au royaume des Pays-Bas tout le monde se parle et se fait confiance. Le beau film Pourquoi le vélo ? nous explique en quoi le vélo pourrait ressouder nos sociétés, au-delà des arguments rationnels qui ne convainquent pas.

———————————————————————————————————————————————————-

3 –      En partenariat avec la LDH NC, CinéCitoyen vous invite 

             à la projection suivie d’un débat  de  : MON PAYS FABRIQUE DES ARMES

            Un documentaire d’Anne Poiret ( 52 mn ; 2018)

           VENDREDI 20 septembre à 18h à la FOL ( rue Taragnat VDC )       

                  ENTREE LIBRE ET GRATUITE

    Synopsis 

La France est devenue  le troisième exportateur mondial d’armement. Pourtant, le grand public sait peu de choses sur cette industrie et ce commerce « tabous ».

Anne Poiret (Prix Albert Londres 2007) interroge cette politique d’Etat et tente de lever le voile sur ces exportations d’armes françaises – en particulier au Moyen-Orient : Arabie saoudite et Egypte en tête…
La France a notamment ratifié le Traité sur le Commerce des Armes, qui interdit de vendre des armes à des pays susceptibles de s’en servir pour commettre de graves atteintes aux droits humains.  
Mais peut on concilier la promotion de cette industrie et les valeurs humanistes ? 
Notre pays respecte t-il  ses obligations ?

————————————————————————————————————————————-

Ch : si d’ici 50 ans on n’a pas fait ce qu’il faut, l’humanité disparaitra. C’est une analyse scientifique – pas un roman – basée sur de multiples dossiers scientifiques ; et les conclusions sont catastrophiques.
Ce film aborde de nombreux sujets ; ainsi, les femmes deviennent du « mobilier ». Qu’en pensez vous ?

Xine : C’est peut être le thème le moins réel en fait, parce que les femmes s’émancipent, au moins en Occident- et le mouvement -j’espère- va se poursuivre ailleurs.
Moi je pense à d’autres thèmes, comme la surpopulation, la raréfaction des ressources alimentaires et agricoles et la mainmise d’une société sur l’alimentation : ça fait penser à 2 ou 3 sociétés mondiales qui veulent s’accaparer l’alimentation dans le monde comme Monsanto.
Il y a des thèmes très actuels, c’est très bien vu.

Par contre pour la surpopulation, géographes et démographes s’accordent à dire qu’on va arriver à un pic vers 2050 d’à peu près 9,5 milliards d’habitants ; ensuite la population mondiale va se stabiliser car tous les pays seront rentrés en transition démographique.
Un seul continent, l’Afrique, explose actuellement ; sa population augmente vraiment beaucoup, Pour les autres comme il y a eu des politiques familiales de planification, c’est en voie de stabilisation ; je pense à l’Asie du Sud Est. -Même s’il y a 1,3 milliard en Chine et 1,2 milliard en Inde. –

Les thèmes posés dans le film sont des problématiques actuelles.
Ainsi la pollution globale, on le voit à la fin, des océans n’arrivant plus à avoir de poissons ; je crois que l’ONU a dit pour 2030 ou 2050.

J’ai vu ce film à 20 ans, je le trouve très fort pour imaginer ces problèmes en 1973 c’est anticiper des problématiques récentes.
Et j’ai retenu la canicule, qui m’a particulièrement marquée ;
il y aussi ces élites qui ont tout le confort, l’eau, des aliments réels… et le peuple qui passe son temps à manger du « soleil vert »

Col : Petite note pessimiste sur les femmes … Je retiens de mes études que leur émancipation ne se fait que quand les hommes et les contraintes économiques le leur permettent ; lors du boom juste après 68, il y a eu un mouvement féministe, après ce boom économique, les femmes sont retournées à la maison s’occuper des bébés.
Dans le futur, pas sur qu’on soit différentes des femmes « mobilier »

Au niveau de la population mondiale : avant le 14ème siècle, il y avait des maladies et elle restait stable. Quand on a découvert l’Amérique Latine et de nouvelles façons de se nourrir, alors la population a augmenté.
Je pense qu’en effet la population va se stabiliser parce que on ne pourra pas nourrir plus de monde.

Ch : un retour au cannibalisme ? Qui a existé il n’y a pas si longtemps

Xine : je ne crois pas que le cannibalisme soit du à un manque de nourriture ; mais plutôt à des rituels où on mange l’autre pour sa force.
Dans les sociétés océaniennes, c’est ce qui s’est passé. Bien sur il y a des interprétations différentes. On a connu en Europe des disettes, des famines, des épidémies et on n’en est pas venu au cannibalisme.

Je ne suis pas d’accord pour l’Amérique latine : la population européenne a commencé à se stabiliser au XVIII siècle avec les progrès de l’hygiène et la fin des disettes et des épidémies.
La découverte de l’Amérique a peut être enrichi le Portugal et l’Espagne mais n’a pas fait disparaître les famines et la population est restée stable jusqu’au 18ème siècle ; après, il y a eu une explosion démographique qui a fait que justement les européens sont partis peupler d’autres territoires et notamment les Etats Unis grâce aux progrès de l’hygiène et de l’alimentation mais seulement au XIXème siècle.

Pour la contraception le 1er pays à le mettre en place c’est la France, à espacer les naissances sans les inventions modernes ( pilule et stérilet).
Il y avait d’autres méthodes qui ont fait que la France a été le 1er pays à stagner au niveau démographique ; ce qui explique qu’elle ait fait appel à l’émigration dès le XIXème siècle par défaut de population ; jusque dans les années 40, la France a été un pays d’enfant unique puis il y a eu le baby boom après la guerre .

Y C’est une belle mort sans souffrance, cette mort du vieux monsieur : et puis servir après la mort …. Je suis prête à donner mon corps si c’est pour donner à manger à des gens qui ont faim !

Ch : pour moi après la mort mes atomes serviront au cycle de la nature ; mon âme je ne sais ce qu’elle deviendra.

Un autre thème :les services d’ordre, au service de l’Ordre établi. Quand je vois les « dégageurs » je fais un parallèle avec ce qui se passe actuellement, sur le monde entier,
Notre démocratie n’est elle pas en danger pour en arriver à cette forme de dictature ?

Hél : la réalité dépassera la fiction et je pense qu’on n’en est pas loin ; certains aspects font froid dans le dos

Ch : ce film est prémonitoire

X le nucléaire n’est pas abordé

Xine : dans le film, ces personnes âgées qu’on tue…
Je pense à l’euthanasie ; dans les pays occidentaux à populations vieillissantes, les personnes âgées coutent de plus en plus cher,
Que ferons nous dans quelques dizaines d’années ? Peut être abandonner les soins aux personnes âgées et les orienter vers les plus jeunes.
C’est un problème avec les déficits croissants et les couts de santé qui augmentent.

Pour le nucléaire c’est sous jacent : comme il n’y a pas de ressources alimentaires et très peu de fermes, on suppose qu’il y a eu des catastrophes environnementales qui ont fait que les productions sont minimes et sont réservées justement à cette élite

X Les vieux il faudrait les tuer à la naissance !

Ch Avez vous entendu les déclarations de Macron à ce sujet ?  il faut reculer l’âge de la retraite parce que les vieux coutent trop cher – surtout quand ils sont à la retraite.
On est passé d’un système de répartition ( on travaille selon ses moyens on reçoit selon ses besoins ) à un système de capitalisation ; pourtant il ne faut pas oublier que la retraite c’est un salaire différé :
J’étais avec des jeunes qui nous reprochaient à nous les vieux de toucher une retraite alors que eux ils n’en auraient pas. Je leur disais « vous oubliez qui vous a payé l’éducation »

Pat On parle de la retraite des vieux, d’un déficit de la sécurité sociale de 30-40 millions par an, et on essaie de passer d’une retraite de répartition à une retraite par points.
Et si on faisait comme le Portugal qui ne donne pas un sou aux immigrés ?
En France les immigrés coutent 100 millions par an, la sécurité sociale de 30 millions serait largement compensée.
« Dommage pour les immigrants ? » Mais au lieu de les accueillir, essayons plutôt d’investir chez eux pour les laisser sur place normalement au lieu de venir chercher la mendicité en France

Col : on peut faire des économies sur les immigrants, sur la culture, sur beaucoup de choses…
Ainsi pour les effectifs en personnel des ministères : ceux qui ont le plus augmenté : Intérieur et Défense ; tous les autres ont réduit le nombre des fonctionnaires ! On fait des économies dans de drôles d’endroits…

Hél : ces migrants qui envahissent le monde, la question de base à se poser, c’est qu’ils arrivent de pays en guerre . Or quels sont les principaux pourvoyeurs d’armes ? France, Etats Unis, etc
il faudrait poser les bonnes questions : si ces pays étaient en paix ces populations n’éprouveraient pas tant le besoin de quitter leur pays !

Ch : Oui, si les pays occidentaux ne pillaient pas ces pays, si on les aidait , ce serait bien.
Ce chiffre de 100 millions : je ne le connais pas ;mais la fraude fiscale elle est de 80 milliards par an et concerne les ultra riches.

Quand le Conseil National de la Résistance a mis en place tous les acquis sociaux le PIB français était ridicule puisqu’on sortait de guerre le PIB national a été multiplié par plus de cent depuis…
Ce sont des choix politiques : un système solidaire ou  individualiste ?
je vois avec ma mutuelle on est passé d’un système solidaire à un système assurantiel : mes soins seront fonction de ce que je vais payer.
A ce propos le président de la MGEN va venir à Nouméa au CCT

Col : pour en revenir aux vieux. Notre société ne donne de valeur qu’à ceux qui consomment ; les vieux consomment ils assez ? les jeunes achètent des voitures, des maisons, en voila de belles valeurs mais les vieux c’est moins bien
c’est nous qui avons mis en place ce type de société ; on m’a dit : dans la vie, ma fille, il faut gagner de l’argent pour t’en sortir, puis en gagner toujours plus ; moi je suis de la génération 73 c’était le boom économique On a juste le revers de la médaille de ce que l’on a mis en place ; il faut espérer que d’autres mettront en place d’autres sociétés

Ch Je pense que la retraite à points ne garantira pas une retraite, et laquelle ? Au bout du compte, si on allonge encore la durée de travail il n’y aura plus de vieux…

Xine : pas d’accord avec Col ; les vieux consomment, voyagent beaucoup : hôtels restaurants culture il y a une économie pour le 3ÈME age ; tant qu’ils sont en bonne santé ; ils financent les jeunes générations et s’occupent des plus vieux ; cette classe d’âge aide beaucoup et fait partie des associations

Ch un bémol sur les vieux qui ont des retraites décentes c’est la classe moyenne fortunée Au fait, Le soleil vert on peut le voir à la baie des citrons ( rires) ah non c’est le rayon vert !

Film d’anticipation, assez prémonitoire L’action se déroule à New York, en 2022  (on y est presque !)Les ressources naturelles sont épuisées. Partout règnent misère et famine. 
Situation d’autant plus dramatique que la surpopulation de la métropole est impossible à endiguer. 
40 millions de New-Yorkais subsistent principalement grâce aux nourritures synthétiques fabriquées par la compagnie Soylent. 
L’inspecteur Thornton enquête sur le meurtre d’un ex directeur de Soylent. Il reçoit des menaces, mais poursuit l’enquête…

documentaire de Damon Gameau (1h 30 ; 2018 )

présenté en partenariat avec les associations UFC Que Choisir et Terre de Santé


Synopsis 

Le sucre est partout ! Toute notre industrie agroalimentaire en dépend. Comment cet aliment s’est il infiltré, souvent à notre insu, au cœur de notre culture et de nos régimes ? Damon tente une expérience unique : tester les effets d’une alimentation riche en sucre sur un corps en bonne santé, en consommant uniquement de la nourriture « saine et équilibrée ». A travers ce voyage ludique et informatif, Damon souligne des questions problématiques sur l’industrie du sucre et s’attaque à son omniprésence sur les étagères de nos supermarchés.SUGARLAND changera radicalement votre regard sur votre alimentation ! 

www.cinecitoyen.org

Documentaire de S. Gilman et Th. de Lestrade (2017 ; 56 mn)
Entrée libre à la FOL (rue Taragnat) Vendredi 21 juin à 18 h

COMMENT LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS MENACENT NOS CERVEAUX
Baisse du QI, davantage d’enfants hyperactifs ou avec troubles de l’apprentissage…
Des tests sérieux révèlent le déclin des capacités intellectuelles humaines. C’était inimaginable il y a vingt ans.
Sommes nous entrés dans une sorte “d’évolution à reculons” ?
Au banc des accusés : les perturbateurs endocriniens qui ont envahi notre quotidien et menacent les cerveaux des bébés
Révélations sur ce phénomène inquiétant, et conseils pour protéger les générations futures.

Si vous n’avez pu assister à la dernière séance, quel dommage ! Alors voici

1) De courtes videos prises sur le Net

– les stars Silicon Valley alertent : Dangers des réseaux sociaux (4 mn)

– GAFA : présentation et optimisation fiscale (3 mn)

– GAFA : valeur boursière ; évolution ; peu d’emplois (5 mn)

2) A propos de LOGICIELS LIBRES

une démarche alternative
« internet ou la révolution du partage » ( bande annonce 2 mn)

l’association APULL
organise une initiation aux LOGICIELS LIBRES
( simples et gratuits, eux ne nous espionnent pas)
à la cyberbase de la FOL les mercredis soirs du 3 juillet au 7 aout

Pour s’informer ou s’inscrire Tél 76 95 59 ou info@apullnc.ovh

1er à réagir : l’Affreux Jojo, son commentaire :
Manipulés !
J’suis allé faire un tour mardi soir au cinecitoyen où l’on passait un documentaire sur la dictature des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon)
On a pu se rendre compte à quel point ces hyperpuissances sont plus fortes que les Etats. Elles nous espionnent encore plus et mieux que les services secrets et elles façonnent nos jugements aussi sûrement qu’un gourou.
Ce qui m’a surpris là dedans c’est que la moyenne d’âge de la salle était assez élevée. Y avait beaucoup de vieux ! Cela veut t il dire que les jeunes se fichent complètement de savoir à quel point ils sont intoxiqués et manipulés ?
J’conseille vivement à nos penseurs de l’éducation de mettre en place des cours d’Internet dans les écoles pour apprendre à nos gosses à ne pas tomber dans les pièges des monstres numériques…

GAFA :  LES NOUVEAUX MAITRES DU MONDE

( montage, à partir du documentaire de Y Adam de Villiers ( 2018 ; 1h 25 )


Comment une poignée d’entreprises américaines a pris le pouvoir sur le monde 

Nous recherchons sur internet, communiquons par réseaux sociaux, utilisons  des applications “géniales”… 
Réalisons nous comment en contrepartie ces outils merveilleux nous surveillent et nous manipulent ?

Des ados visionnaires, devenus les dirigeants d’entreprises colossales (Google, Apple, Facebook, Amazon), 
possèdent aujourd’hui des pouvoirs  nouveaux : 
contrôler toutes les communications, stocker puis exploiter les informations privées de chacun de nous. 

Désormais, la puissance économique des GAFA leur permet de s’affranchir des frontières, des États et des logiques commerciales. 
Quelles démarches, individuelles ou collectives, pour limiter cette emprise ? 

Vendredi dernier à la FOL certains ont pu découvrir une vidéo de 55 mn passionnante sur ce braquage d’un fleuron  stratégique de l’industrie française.

Pourquoi et comment ? Quels sont les vrais responsables ? Ça peut recommencer ?

La « vente » remonte à 2014 mais les effets perdurent ; ainsi l’annonce de General Electric qui va licencier en masse. Le gouvernement s’insurge  : vraiment ?


Voici un lien pour visionner ce document incontournable qui fait perdre quelques illusions, mais gagner en lucidité : un choix citoyen…

http://www.lcp.fr/emissions/droit-de-suite/292245-droit-de-suite

Cette petite chaine parlementaire LCP mérite d’être mieux connue

Documentaire de D Gendreau et A Leraître (2017, 52 min) Après ce roman d’espionnage, vous ne verrez plus les infos économiques comme avant !

Synopsis

24 avril 2014,
le gouvernement français découvre la vente imminente de la branche énergie d’Alstom (les 3/4 du groupe) à son concurrent, l’américain General Electric,

Après deux mois d’intense bataille politique, le ministre A. Montebourg arrive à trouver un accord qui préserve en partie les intérêts français.
Quelques mois plus tard il est remplacé au gouvernement par un certain Emmanuel M, et l’affaire prend un nouveau tour.

Ce documentaire un peu un thriller économique : arrestation aux Etats-Unis, pressions diverses, corruption et conflits d’intérêts.
C’est au final l’indépendance énergétique de la France qui est remise en question. Un nouveau panorama géopolitique se dessine.

Intervenants :
– Vanessa Cazaux coach de vie
– Larry Martin, socioloque

Compte rendu (incomplet, imparfait ! ) des échanges


Christian rappelle les règles des prises de parole

Rosa : Quels sont vos voleurs de temps ?

Dom : le 1er voleur de temps : c’est le travail ; avec l’évolution de la productivité on m’avait promis de travailler 4h par semaine quand j’étais au lycée…. qui en a bénéficié ? bien entendu le capital

Mich : Ce qui m’a frappé : ces travailleurs japonais qui reviennent la nuit pour finir le travail et « plus ils travaillent moins ils sont productifs » dit le patron !
C’est  bien ça le burn out c’est ne plus agir efficacement ; Il faut travailler moins et mieux.
Mon voleur de temps c’est facebook et compagnie.
Mon travail horaire étant bien rémunéré je travaille peu donc il ne me vole pas mon temps.

Did : Même à la retraite on peut avoir un problème avec le temps.
Dans la 1ère réforme de retraites on a dit qu’il fallait travailler plus longtemps parce que la population a vieilli. Mais les calculs officiels de productivité de l’époque montraient que c’était faux.
Moi retraité je ne supporte pas de rester à ne rien faire. Je regarde ma montre 15 fois par jour ; ne pas être actif ? c’est un sentiment de panique. Je suis sans doute formaté.

Y1 Moi aussi je suis à la retraite et je suis toujours pressée pour réaliser des rêves que j’ai faits.
J’ai peur de rester à rien faire, que ce soit le début de la fin ! … De n’avoir plus envie de rien, ni bouger, ni travailler…

Alex : je trouve le documentaire intéressant ; mais il ne prend en compte qu’une partie de la notion de travail. Bien sur il faut travailler pour gagner de l’argent et subvenir à ses besoins primaires ; mais si on a un travail qui a du sens pour nous on n’a pas l’impression de « perdre son temps »

Y2 Il y a un coté effrayant dans ce documentaire : le temps nous bouffe ; d’un côté, on court après le temps, on a le temps de rien faire, on est tous dans cette spirale de rapidité, tout doit aller très vite.
On ne supporte plus d’attendre. Si on pose une question il faut avoir la réponse tout de suite.

C’était différent autrefois, le temps nous ronge : ce n’est pas anodin qu’il y ait des coach de vie, le yoga, le massage, ce qui apporte de la zénitude dans la vie des gens. Mais la politique ne s’en occupe pas ; même pas de temps pour aller aux toilettes dans certains postes de travail !

Vanessa : le coach va permettre aux gens de se réapproprier leur temps pour retrouver un équilibre personnel, et utiliser leur énergie dans une activité qui leur convient vraiment

Il va aider à ne pas subir un conditionnement de vie, un conditionnement qu’on a eu enfant, et qui ne correspond plus au rythme de vie actuel. Il faut du temps utile pour nous mêmes et non pas seulement selon des critères sociaux.

Larry : dans les années 80 Servan Schreiber disait que la globalisation est venue quand les marchés boursiers se sont accaparés de l’outil informatique.
On s’est mis à courir sans savoir pourquoi. Quelle place laisser à l’ennui, qui a sa fonction créatrice ?
L’ennui paraît dévalorisant parce qu’il faut du mouvement, « on existe quand on bouge », il faut du « move » comme disent les jeunes.
Un gamin s’ennuie ? Donnez lui une tablette, elle fera le travail d’accompagnement, la vie s’achète…

Céc : j’ai trouvé intéressant le coté historique du documentaire, l’apparition des fuseaux horaires, la notion de temps par rapport au travail.
Les parents de Matisse, dans le film, disent que le temps leur est devenu « compté » ;il l’est aussi par rapport à la planète ; comment la génration qui vientva t elle se poser face à ce temps qui leur reste..

Chr : la gestion du temps c’est aussi une prise de pouvoir ; c’est montré dans le film qui met ensuite le temps en rapport avec la consommation, et la rentabilité.
Mais il ne dit pas qu’on a besoin de temps pour réfléchir, pour se retrouver ; et c’est fondamental !
Une stratégie développée de + en + par les administrations  : occuper le personnel à faire un tas de choses inutiles,pour empêcher de se réunir et de réfléchir à leur métier

Dom : Et le plaisir ? On oublie le facteur plaisir…
Par ailleurs, il faut tenir compte de notre finitude ; on est programmé aussi pour finir et on cherche à repousser la mort par divers moyens.

Larry il y a diverses façons de voir le temps :

Incertitude  :

– Psy, coach, esthéticien, masseur : ils sont là aussi pour effacer le temps ; parce que les gens ont besoin de se donner rendez vous à eux mêmes et ils le font dans ces espaces là

– On presse un enfant de choisir une glace alors qu’il ne sait pas le gout des glaces ..De même pour les choix d’études, de métier, de carrière..
La difficulté à se positionner nourrit une inquiétude, qui peut amener à fumer boire lire les horoscopes

Notre finitude
c’est le symbole de la mort à la périphérie de la vie : dès lors on voudrait arrêter le temps
C’est le syndrome du temps à rebours

Chr Dejour a étudié le suicide dans une boite de communication ; on y a organisé d’abord le reporting annuel puis trimestriel puis mensuel puis quotidien.

Alors se perd le sens à la tache, au plaisir.
On a peur que l’autre soit plus performant que nous.
D’où une ambiance de suspicion, on arrive à cautionner cet étranger à l’intérieur de soi
Mais en partant si quelqu’un dans la rue vous heurte, c’est lui qui va prendre.

Tout ce mal être, problèmes de santé inclus, est lié au temps.

Mic oui je voudrais insister sur « on a besoin de temps pour la démocratie » 
40h par semaine c’est un rythme stressant des ouvriers ou des employés, un rythme effroyable pour conditionner les colis : comme le montre un documentaire sur Amazon
On n’a plus de temps pour s’engager en associations et remédier en partie aux dysfonctionnements de notre société

Lau cette notion du temps est très culturelle, elle renvoie à notre société occidentale
C’est différent chez les kanak. On parle du temps kanak ..
Ainsi les temps d’attente sont des moments de communication un peu informelle, pour faire avancer les choses de manière plus sereine : il faudrait introduire un peu de temps kanak dans notre vie

Ch : Proverbe kanak « vous les blancs, vous avez l’heure ; nous, on a le temps »

Gen : Il y a une angoisse devant le temps à remplir sans pouvoir le gérer ou le combler
Le sort des prisonniers, c’est terrible !

Ch : et si c’était parce qu’on travaillait moins qu’on a augmenté notre temps de vie ?

X « Casse pas la tete » ; il faut donner du temps au temps

Dom : je vous recommande le film « Time out » où l’argent est remplacé par le temps…

Vanessa : Un autre voleur de temps, de l’intérieur, c’est la charge mentale.
On va planifier pour satisfaire ce besoin excessif d’efficacité dans tous les domaines de vie : performante comme maman comme au travail.
Cela touche beaucoup de personnes et il faut apprendre à le gérer.
Ce qui importe ce n’est pas de « tout bien faire » c’est la qualité du temps qu’on peut passer avec famille, amis. Redéfinir les priorités.
Il faut se poser cette question identitaire : Qui je veux être en ce monde ?

Y : autrefois le temps s’écoulait lentement : on savait attendre. Aujourd’hui, avec voiture, téléphone, internet, on a peut faire des tas de choses .
La difficulté vient de choisir, « choisir c’est mourir un peu »
il me semble que si j’avais à gérer mon temps il faudrait que j’apprenne à renoncer

X : Pourquoi vouloir à tout prix rentabiliser le temps ?
Le luxe c’est de perdre du temps ; le temps perdu n’est jamais perdu ;
C’est formidable, la jouissance de la vie ! (clap clap)

Chr : le temps perdu c’est la re création, vrai pour les adultes comme pour les enfants.

Did : Existe t il à Nouméa des stages collectifs de gestion du temps ? (non)
s’il y en a, je m’inscris tout de suite (rires)

Larry : Le temps a le pouvoir qu’on veut bien lui donner.
‘le quart d’heure toulousain » que j’ai connu, étudiant, à Toulouse…
On parle trop du temps en technicien, mais… Où est le poète ?


Le débat collectif est clos, avec l’espoir qu’il se poursuive à l’intérieur de chacunE

Compte rendu de Colette et Didier


Documentaire de Cosima Dannoritzer

 Synopsis : Le mantra ” le temps c’est de l’argent ” est partout ! Avec ce film, j’ai voulu découvrir les origines de cette obsession, son impact sur nos vies et notre société, ainsi que la naissance d’un mouvement de résistance contre cette dictature de la montre .
Peut-on reprendre le contrôle sur notre temps ?  ” Cosima Dannoritzer

  Adhésion annuelle : 2000 F

      contact : 910254 / c6toyen@riseup.net 
      Blog : cinecitoyen.org


mardi 9 avril 2019

Compte Rendu du débat

Christian rappelle les consignes de prise de parole : se présenter, être concis, écouter

Rappel des intervenants
Cherifa Linossier : CPME (Petites et Moyennes Entreprises)
Séverine Blaise : Economiste
Véronique Chedemaille Schmidt : USOENC
David Meyer : Fédération des Fonctionnaires
Cécile Cordari : Directrice de Ressources Humaines
Gérard Sarda : Ligue des Droits de l’Homme LDH NC
MEDEF : excusé

Ir : c’est un film très réaliste, une fiction documentaire qui a une furieuse résonance avec la crise des gilets jaunes de Métropole et en Europe, des gens qui se battent contre une classe qui les broie. Ces directions d’ usine qui mettent des gens sur le carreau… Comment un DRH peut il vivre en mettant en place des licenciements, comment peut on s’en sortir avec ce genre de travail ?

DRH

Moi non plus, je n’aimerais pas faire ce travail.
En NC je n’ai pas eu à le vivre. Je suis dans un centre de soins de suite et réadaptation où le dialogue social est très fluide, sans problèmes financiers, avec échanges entre les acteurs.

Avant, en Métropole, j’ai été à la direction d’un hôpital de 2000 personnes avec d’énormes difficultés financières qui a même été placé sous administration provisoire (de Paris) pour redresser la situation ; il y avait des conflits sociaux beaucoup plus difficiles qu’ici.
J’ai remarqué dans le film cet espèce de MUR entre des gens qui parlent avec leurs tripes et d’autres qui parlent argent et chiffres. Cela m’a frappée, cette absence d’interlocuteurs ou de réponses  : se heurter à un mur de silence est stérile, très frustrant.
Normalement le chef d’un établissement hospitalier dispose d’une marge de manœuvre ; mais au dessus de l’hôpital que je dirigeais il y avait une agence régionale de santé ARS qui ne nous donnait pas tous les soignants nécessaires On se sent alors pris en tenaille.
Dans le film le directeur ne se mouille pas, ne fait rien. Je supporterais très mal d’être à cette place là

Sony : le seul acteur professionnel, c’est vraiment Vincent Lindon ?

Christian : Oui, Tous ceux qui jouent sont concernés leur rôle. Brizé a fait un casting énorme. Depuis l’usine « Perrin » a été fermée, celle de Montceaux aussi ! Acteurs : des ouvriers qui y travaillaient

Val : Question : Est ce le type de situation à laquelle on doit se préparer dans les entreprises calédoniennes ?

Usoenc : moi je suis plutôt pour le dialogue, ce sont les valeurs de mon syndicat. J’ai déjà vécu des conflits. La difficulté c’est de tenir bon. Quand on est déterminé on peut aller jusqu’au bout.
De plus il y a la DTE (Direction du Travail et de l’Emploi) qui fait médiation. Grâce à cela, dans le secteur tertiaire où je me trouve on arrive à trouver un terrain d’entente.
Dans le film, ce qui est dommage c’est que l’Etat n’a pas joué son rôle.

Ir :y a t il aussi des rivalités syndicales en NC ?

Usoenc : parfois ; l’idée c’est de négocier ensemble, mais le dialogue, ce n’est pas toujours évident, il faut arriver à se mettre autour d’une table

David M : oui, la rivalité syndicale, ça existe ; pour gagner en représentativité, pour avoir les subventions qui en découlent. Par contre, on essaie de travailler dans l’intérêt des salariés. Majoritairement on essaie de se battre ensemble. On est passé d’un syndicalisme d’opposition à un syndicalisme de propositions et un syndicalisme juridique.
Mais la loi n’est pas en faveur du salarié :
vous êtes licencié ? si vous n’avez pas une lettre, vous n’avez pas de chèque.
Licencié à tort ? Le tribunal peut condamner l’entreprise mais elle ne vous réintégrera pas pour autant !

En NC ce qui se passe dans le film peut nous arriver ; exemple la diminution du nombre de postes dans le secteur public. Je pense aux copains de la SLN : pour moi c’est tout à fait possible

CPME : je voudrais remettre l’accent sur l’Humain.
Pour moi dans le film le conflit apparent est entre salariés et patrons ; en fait ce sont tous des salariés !
Attention à bien distinguer les patrons « de gestion » (cadres de direction ou PDG des grosses boites) et les patrons de patrimoine (les entrepreneurs)
Ce qui me choque dans le film c’est qu’en permanence on oppose des gens entre eux. Alors que le dialogue social c’est hyper important.
Les rivalités existent aussi au sein du patronat. Avec le Medef, parfois on se bat ensemble, parfois nous sommes en conflits  ; et même si je représente 1080 chefs d’entreprises, j’ai été bousculée par des patrons comme leader syndical.
Croire qu’aller au Medef pour défendre un dossier va permettre de réussir est erroné ; nous n’avons pas le pouvoir qu’on nous prête.
En accord avec David : ces risques de fermetures sont présents ici aussi ; on a tout intérêt à se parler.
Surtout en cette période, où il y a une profonde mutation dans l’économie du travail.

Dom : trois questions
– Pouvez vous définir Crise, un mot tabou en NC ?
– Quel sera le bond des actions Eramet quand la SLN va fermer ?
– La Banque Publique d’Investissement (BPI) intervient elle en NC ?

CPME :
Pour la BPI : On a mené le combat pour proposer des produits qui n’existaient pas au sein des banques calédoniennes. La BPI nous disait : on ne peut pas mettre en place ce système en NC parce que vous êtes en F cfp et qu’il y a un décalage horaire, c’est trop compliqué en NC. Ils n’ont alors mis en place que 3 misérables produits.
Le dossier a du être porté au niveau de l’État pour obtenir : prêts à taux zéro, prêts innovation…
On a du mener des combats en tant que syndicat … patronal.


Crise ? j’ai perdu ma boite, 11 salariés : c’est ma crise à moi. Mais pour la NC, elle a vécu largement au dessus du niveau international : ce qui se passe actuellement est donc très relatif
Si la SLN tombe, oui, ce sera un choc pour les grosses et petites entreprises qui sont interdépendantes

J Que signifie le mot crise pour une économiste, quel futur pour la NC ?

Sev : en effet, il y a eu un ralentissement du à la baisse du prix du nickel.
Sur le marché des matières premières le prix est cyclique, il y a des boum puis des crises.
C’est vrai que la NC a fait le choix d’une économie minière qui a du mal à se mettre en place pour des problèmes techniques de Vale et de KNS. La mine devrait représenter 25% du PIB si elle fonctionnait bien et les politiques publiques peinent à diversifier l’économie et avoir d’autres relais de croissance.
Il faut arrêter le « tout nickel ».

Did : pour moi le mot crise est très ambigu ; en économie ce n’est pas un phénomène objectif, accidentel, d’origine externe comme en médecine ; et ce n’est pas la crise pour tout le monde ; ainsi les dividendes du Cac 40 se sont accrus de plus de 10% l’an dernier.

Et dans un article du quotidien local, j’ai noté cette phrase d’un patron de NZ
«  ce n’est pas pour améliorer le sort des pauvres qu’il faut appauvrir les riches »  en référence à la théorie (bidon) du ruissellement : Plus on donne aux riches plus ça coulerait vers les autres…
Absurde ! Dans un gateau (le PNB) si certains n’ont pas assez, il faut bien prendre aux trop lotis.
On nous raconte parfois n’importe quoi, soyons vigilants


Pour l’ETAT, Ce film montre nettement son impuissance, il est ligoté par les multinationales et la finance mondialisée « les marchés » ; on peut aussi s’interroger sur le rôle de l’Union Européenne…

Mic : Justement, Viviane Reding (ex Vice Présidente de la Commission Européenne et Commissaire à la Justice et aux Droits fondamentaux) a déclaré publiquement
«  il faut savoir qu’il n’y a plus de politiques nationales mais une politique européenne – à travers les GOPE (Orientations Générales de Politique Economique) qui sont des directives européennes.
Si l’on se trompe à notre niveau, les gouvernements appliquent .. et tout s’aggrave !
 »

Ir : ce qui fait frémir, c’est qu’on parle de croissance économique et continuum de profits et qu’il y aura de plus en plus de crises dans tous les domaines car on a de moins de ressources naturelles et on continue dans cette folie

Chr : Question au représentant de la Ligue des droits de l’homme ; en France : il y a 6 millions de chômeurs, une étude a recensé 16 000 morts dus au chomage.
A comparer aux 400 morts de moins par vitesse limitée a 80 km/h ..
Est ce qu’en France on va vers plus de droits humains ?

G S : Que dire ? Les droits humains ne sont pas respectés.
Aux niveaux national et international ce sont des rapports de force qui s’expriment.
Le Conseil Constitutionnel va à l’encontre des droits de l’homme quand il confirme certaines limites au droit de manifester. Le rôle de la LDH :être le gardien vigilant des Droits
Avec le système en place, on voit des patrons toucher 500 fois le salaire de leurs ouvriers ( Ghost.. et d’autres) Avant la guerre le salaire du patron ne dépassait pas trente fois le salaire de ses ouvriers.

Y1 : La fin du film est un terrible constat d’échec
Le citoyen français a le droit de manifester mais s’il est cagoulé… il y a des limites.
Le capitalisme sauvage amorce un nouveau tournant ; il faut que les mouvements d’opposition se structurent, soient solidaires, pour être forts face au pouvoir. Le mouvement des gilets jaunes est légitime mais avec les excès la population leur apporte moins de crédit.
Je suis pour la décroissance. Ce capitalisme sauvage ne peut plus durer il ne faut pas laisser sur le bord du chemin toute cette classe moyenne

Margot : je voudrais juste rebondir sur la comparaison des gilets jaunes.
Dans le film un groupe est uni au départ mais au fur et à mesure il n’y a pas d’interlocuteur.
L’Etat n’a plus de pouvoir et à force de se heurter au silence des « responsables » la colère grossit.
Pour moi ce ne sont pas des casseurs, mais des désespérés ; la colère pour survivre.
On peut les accuser de se cagouler, d’être violents
Mais le silence accentue la haine, ce sont des gens qui luttent, et on n’a rien sans rien

Chr : Brizet le réalisateur du film a dit
« on regarde souvent la violence qui est devant les caméras, et pas la violence qui est derrière ou en amont » Les médias n’en parlent jamais !

J : En NZ , tout est ouvert 24 sur 24 7j/7 il y a des petits travaux pour ceux qui n’ont pas de retraite.
Les gens sont contents. Beaucoup d’emplois sans contrats dans les années 60, les syndicats ont réussi à négocier. Comment voyez vous une éventuelle ouverture sur une économie libre ?

Did : En NZ les excès du libéralisme font aujourdhui problème, c’est un fait reconnu. Des mesures correctives ont du être prises – notammentcontre les inégalités de revenu.
L’absence de régulation a fait beaucoup de victimes, chez les agriculteurs, les vieux, les indigènes…
Il y en a eu des dégâts et des gens laissés au bord de la route avec cette économie  libérale

Usoenc Nous n’avons pas du tout les mêmes bases de protection que dans leur système.
Nnotre président rencontre le président chinois et fait des affaires ; pourquoi il n’y a pas des règles au niveau des salaires il y a une trop grande différence entre les riches et les pauvres.
Quand on voit certains devenir de plus en plus riches et d’autres qui doivent payer une taxe sur l’essence, il arrive un moment où les gens se révoltent .

Christian : attention, les cotisations patronales ne sont pas des « charges » mais un salaire différé pour organiser la protection sociale.
On prétend qu’il s’agit d’assister les retraités, alors que c’est un droit pour ceux qui ont cotisé .

David : sur l’économie libérale de la NZ : notre Medef critique la fonction publique NZ ; mais si sur le papier la croissance est super, par contre l’accès au soin ne se fait que si on a de l’argent.
le modèle ultralibéral NZ mène vers de très grandes inégalités
Nos voisins ont amputé la classe moyenne et multiplié les profits des grandes entreprises
beaucoup de barrière pour la protection de marché si c’est bien utilisé on est pour des petites entreprises qui ont des protections on a des contrats d’objectifs

Y2 : dans le film, les employés ont fait des sacrifices pendant des années ; en NC on nous parle aussi d’efforts à demander au secteur privé : quelles seraient les mesures nécessaires ?

David : des travaux sont en cours dans la fonction publique ;
Bref état des lieux : fonctionnaires d’état ; leur nombre est stable ; l’effectif total d’agents dans le public a diminué ; les contractuels remplacent les fonctionnaires à la retraite ;
fermetures de poste mais la qualité du service public doit demeurer
C’est particulièrement visible dans le secteur de la santé
Enseignement secondaire : c’est l’état qui finance
Dans le futur on va dématérialiser pour Nouméa
Pour la brousse les dépenses de fonctionnement diminuent, celles d’investissement restent stables

21h : Le vigile nous demande gentiment de clore la séance ; à la prochaine !

Notre saison 2019 est lancée ! en entrée de gamme “En Guerre” (2018 ; 1h 50) film multinominé à Cannes.

Résumé : Malgré de lourds sacrifices financiers des salariés, et un bénéfice record de l’entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide de fermer le site.
Accord bafoué, promesses non respectées. Les 1100 salariés, emmenés par leur porte parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale. Ils vont tout tenter pour sauver leur emploi.

Bande annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19577936&cfilm=255425.html

Ce film, tourné comme un documentaire, restitue fidèlement plusieurs conflits sociaux survenus ces dernières années.
C’est à la fois un témoignage et un diagnostic précis des rouages institutionnels et des “lois du marché” – peu visibles mais bien réelles.

Attention : ce n’est pas un film rose : bisounours, abstenez vous !

Pour les nouveaux CineCitoyen est une association : ses projections-débats sont réservées aux membres.

L’adhésion 2019 (2000 f ; 500 f pour étudiants) peut se prendre sur place, avant chaque séance, à partir de 17h 30
Séance découverte possible UNE fois dans l’année, sur invitation d’un membre.
Nos séances ont lieu chaque 2ème mardi du mois, d’avril à décembre (sauf en juillet). Programme bientôt affiché sur notre blog cinecitoyen.org

A bientôt
————————–

SEANCE RESERVEE AUX MEMBRES DE L’ASSOCIATION
Merci pour votre compréhension

Cargos La face cachée du fret
Une enquête exclusive dans les coulisses du transport maritime, qui engendre de graves atteintes à l’environnement et d’importantes pertes fiscales, liées aux pavillons de complaisance.
Le transport maritime joue un rôle primordial au sein de l’économie globalisée, c’est l’essence même de la mondialisation.
Le journaliste et réalisateur Denis Delestrac, plusieurs fois primé, révèle les mécanismes d’un univers opaque…

A l’occasion de la journée Mondiale de lutte contre le SIDA, l’association solidarité SIDA-NC vous invite à la projection du film
“pilules bleues” suivi d’un débat . L’ ENTRÉE est GRATUITE

Synopsis :
[…] Après plusieurs faux départs dans les années 90, JB, un jeune illustrateur, parvient à séduire la jolie et insouciante Laura à l’aube des années 2000. Lorsque le couple se forme enfin, Laura lui avoue qu’elle est séropositive et son fils Oscar aussi.
L’attirance que JB éprouve pour Laura est plus forte que la confusion et le doute qui l’envahissent : il a envie de vivre cette histoire et de tenter l’aventure.
Ce film montre comment surmonter avec optimisme sa séroposivité.
Il aborde la question de l’attitude à adopter pour les parents dans le
cas où un enfant est séropositif, et démontre notamment qu’il est possible
de donner naissance à un enfant qui n’est pas atteint par le virus. […]
Réalisation : Jean-Philippe AMAR
Durée : 90 minutes

CONFESSIONS D’UN ASSASSIN ECONOMIQUE (59mn)
Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Il s’agit là d’un témoignage exceptionnel.
John Perkins, économiste a travaillé dans les années 70 pour des firmes américaines qui cherchaient à convaincre (ou imposer à) des pays d’accepter des prêts … impossibles à rembourser. Objectif final : les asservir, par le biais de cette dépendance financière.
Perkins a démissionné, non sans mal, en 1980 ; puis il a gardé le silence, par crainte de représailles.
En 2004 il a décidé de révéler en détail les mécanismes de cette politique « d’aides financières » dans un livre autobiographique.

La vidéo présentée est basée sur son livre, ses conférences et des documents d’archive, elle met sous lumière crue des méthodess d’impérialisme rarement explicitées.

FIN DE PARTIE Compte rendu du Débat

Avec participation de
– JP Belhomme Président de l’ASDMD https://asdmd.site/
association pour le soutien au droit de mourir dans la dignité
– M John, médecin coordonnateur en Ehpad
Avaient aussi été contactés le Comité Calédonien Consultatif d’Ethique
et l’AQVP ( asso pour la qualité de vie des patients)

JPB l’ASDMD, créée il y a une dizaine d’années, a pour objectifs de faire appliquer sur le Territoire la législation métropolitaine et de faire évoluer les mentalités.
Dans cette affaire, il faudrait beaucoup plus de tolérance, et de compréhension.

Q Alors, comment faire bouger les choses : par des pétitions ? par référendum ?

JPB En France le droit domine. Nous sommes obligés de subir les textes adoptés par nos élus (loi Claeys Leonetti, désormais applicable en NC)
Pourtant des enquêtes d’opinion montrent que la majorité de la population souhaite dans les cas les plus graves disposer du droit de cesser de vivre ( euthanasie ou suicide assisté).

Seuls les plus riches ont les moyens de partir en Suisse ou en Belgique pour en finir avec des situations trop invalidantes ou douloureuses. On devrait pouvoir éviter que des personnes se défenestrent ou se tirent une balle de chevrotine !
Les dernières prises de position de nos autorités, Comité national d’Ethique et Conseil d’Etat sont de s’en tenir à la législation actuelle, qui autorise dans certains cas une sédation profonde et continue.

Dr J : Elle se fait en injectant une dose de + en plus + de morphine. Il y a une bonne part d’hypocrisie assumée. Même si on réussit désormais à diminuer beaucoup les souffrances.

Dans le cas de la maladie d’Altzheimer, c’est très différent ; on n’aide pas à mourir dans la dignité à l’heure actuelle ; car c’est un lent dépérissement, sans souffrance particulière, et sans que la personne intéressée ait conscience de son état.
Ca peut durer des années, et c’est un vrai problème, on ne sait quoi faire.

GB Peut on décider Avant d’avoir perdu sa lucidité ?

Dr J : Oui, il y a les Directives Antcipées ( on peut en trouver divers modèles sur le net ) qui permettent de préciser ses volontés, et/ou de désigner une personne de confiance.
Attention, il faut penser à les renouveler régulièrement.
Mais cela ne résout pas les cas d’Alzsheimer. Et l’euthananasie est aussi interdite dans les autres pays.

Chr Il y a aussi la question des nécessaires garde fous ; et celle de l’aide que l’Etat peut apporter aux accompagnants, souvent très insuffisante

JPB rejeter cet argument simpliste «  ne faisons rien pour la fin de vie parce que ça permet de trucider la grand mère » Ce qu’il faut c’est une évolution des comportements.

Chr conclut la séance en indiquant les prochaines projections
«  Soyons citoyens ! »

Film de Tal Granit et Sharon Maymon durée:1h35

Dans une maison de retraite de Jérusalem, cinq pensionnaires septuagénaires forment un petit groupe uni dans l’amitié et la confiance. Mais au sein de l’établissement, un de leurs amis, malade et mourant, souffre terriblement. Une situation qui leur est désormais insupportable. A la demande insistante de son épouse, le groupe d’amis retraités décide alors de mettre au point une machine artisanale pour permettre au malade en phase en terminale d’apaiser ses souffrances et de partir en paix. Mais les rumeurs concernant l’existence de ce dispositif d’euthanasie se répandent rapidement et ses créateurs doivent bientôt faire face à un véritable dilemme émotionnel…

La séance est reportée à une date ultérieure que nous ne manquerons pas de vous communiquer…

Documentaire de S.Gilman et Th. de Lestrade (2017 ; 56 mn)
à la FOL (rue Taragnat)
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles


COMMENT LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS MENACENT NOS CERVEAUX

Baisse du QI, davantage d’enfants hyperactifs ou avec troubles de l’apprentissage…Des tests sérieux révèlent ce qui était inimaginable il y a vingt ans : le déclin des capacités intellectuelles humaines.
Serions nous entrés dans une  “évolution à reculons” ? Cette question est soulevée par d’éminents chercheurs.

Au banc des accusés : les perturbateurs endocriniens qui ont envahi notre quotidien et menacent les cerveaux des bébés. Révélations sur un phénomène inquiétant, et conseils pour protéger les générations futures.

Demain Tous Crétins ?

AUDITORIUM DE LA PROVINCE SUD  (Artillerie)
Documentaire de Guillaue MAURY ( 2016 ; 56 mn )

En mai 2002 une touriste japonaise est retrouvée morte, mutilée, sur le rocher de Kanumera.
Une enquête baclée de gendarmerie conclut à la culpabilité des deux frères Konhu, Didyme et Antoine, dont la famille est propriétaire du rocher .
Leur détention préventive durera plusieurs années.
En 2007 un premier jugement relaxe Didyme « au bénéfice du doute» et condamne Antoine à 15 ans de prison. En appel, en 2009, un second verdict les innocentera enfin tous les deux.
Cette sinistre affaire reste inexpliquée.
Le film émouvant de Guillaume Maury raconte les souffrances et les espoirs des deux frères, et témoigne de leur force d’âme comme de celle des membres de leur famille, de leur clan.  Lire la suite

Mardi 11 septembre Du poison dans l’eau de nos robinets

Compte rendu du débat

avec participation d’un représentant d’Engie, société privée qui gère en régie l’eau de l’agglomération de Nouméa

Christine : Les chiffres du documentaire sont de 2009. Y a-t-il des données plus récentes ? Y a-t-il eu des évolutions ?

Luce : j’ai noté que ces études sont utilisées par les eaux en bouteille pour asseoir leur publicité . Pour le radon je suis surprise. Les pesticides, c’est connu dans toutes les zones agricoles.

Je ne crois pas qu’il y ait des analyses ici à Nouméa et c’est sans doute pire dans certaines communes.

Engie : Il n’y a pas beaucoup d’évolutions dans les normes et de plus on parle des micro polluants aujourd’hui au niveau des plastiques .

Dom : y a-t-il la même réglementation pour l’eau en NC qu’en France : affichage, normes.

Engie : La réglementation est différente en NC, je dirai même obsolète car elle date de 1979. Cependant à Calédonienne des Eaux on fait des analyses en double avec les normes calédoniennes et les normes françaises voire européennes

Irène : en ce qui concerne l’eau calédonienne, est ce que c’est mieux de boire de l’eau en bouteille ou filtré ou bien de l’eau du robinet ?

Engie : sans hésiter je dirai l’eau de robinet qui n’a pas fait 3 mois dans un bateau et 3 mois dans un dock . Le 100% des analyses bactériennes est correct depuis 5 ans sur Nouméa. Pour faire des tests sur le goût, nous n’avons pas de testeur (goût, saveur, odeur). De plus on ne sait pas si l’eau qu’on donnerait à ces testeurs serait potable . On a du fer dans la norme calédonienne à hauteur de 200 microgrammes ce qui n’est pas gênant.
Si on met trop de chlore dans cette eau, elle va devenir rouge mais ce n’est pas pour autant qu’elle n’est pas potable. On traite l’eau avec de l’alumine environ 30 fois par an car l’eau du barrage peut être affectée par les pluies, l’eau du grand tuyau ne l’est pas. On passe l’eau dans les décanteurs avec du sulfite d’alumine (un dépassement par an 210- 220 une fois par an)

Irene : Pourquoi pas avec l’autre système comme à Paris ?

Engie : On fait des essais avec la chloroferrine . il y a des difficultés de mise en œuvre

Patrick : Qu’en est il des gens directement connectés ?

Engie : il n’y a pas de difficulté puisqu’il n’y a pas de sulfite d’alumine. il faudrait avoir une unité de filtration qui soit de la compétence de la commune .

Christian : Est ce qu’Engie est une régie publique ou privé et est elle sur toute la NC ?

Engie : C’est une société privée depuis 1989 qui a remplacé l’ancienne régie de la ville de Nouméa . On n’exploite pas toute l’eau de la Calédonie. On s’occupe de 180000 habitants. On est implanté à Nouméa Dumbea Paita, et dans le nord une filiale sur Voh Kone Pouembout

Christine : Le paramètre de nickel est il testé à Dumbéa ?

Engie : Le paramètre nickel est testé et il n’est pas élevé. En amont de captage on n’a pas de problème de pesticide ; on a du fer. Mais dans les iles, il n’y a pas de rivière et la particularité c’est qu’ils exploitent une lentille d’eau douce. Or c’est fragile et on peut aspirer le fond et on peut polluer la lentille . Et à la surface il y a des pollutions possibles (engrais nitrates)

X : et pour les médicaments ?

Engie : on ne mesure pas le taux de médicament mais la particularité d’aller chercher de l’eau dans la montagne fait que il n’y a pas de médicament. Par contre dans les stations d’épuration il y a les mêmes problèmes : elles ne traitent pas les résidus de médicaments et ceux ci partent dans le lagon.

Irene : On ne pose pas le problème des pesticides dans l’agriculture et l’utilisation de médicament.

Luce : Le gouvernement a lancé le forum H20 . Sur Internet, ce forum H2O présente des études restreintes de l’IRD sur la qualité de l’eau. Il y a peu d’eau polluée par les nitrates. Beaucoup de problèmes sont des problèmes de pollution par les animaux. La Calédonienne des eaux fait des contrôles mais il faudrait qu’il y en ait d’autres. De plus le plastique pollue. Les filtres étudiées par UFC-Que choisir montrent que l’eau filtrée est plus polluée que l’eau non filtrée.

Dom : question technique : existe t il un filtrage par ultraviolet par Engie ?

Engie : Ce n’est pas un filtrage : c’est de la désinfection avec des ultraviolets mais comme le réseau est très long, l’eau peut se réinfecter. Voilà pourquoi on met du chlore dans l’eau. Il faut la laisser une heure dehors pour que le chlore disparaisse.

X :Et l’amiante ?

Engie :Ces études ne sont pas faites. On a des maladies développées par des gardiens de phares. Dans les réseaux d’eaux publiques, il n’y a pas d’information de ce genre.

Luce : il y a eu un sujet sur l’amiante. Elle est surtout dangereuse dans l’air mais dans l’eau elle est moins agressive.

Y : Y a t il des laboratoires pour particuliers pour analyser l’eau ?

Engie : il existe 4 laboratoires : l’Institut Pasteur, ALS, labo ???, et Calédonienne des Eaux . il faut savoir quel paramètre on recherche.

Dominique : Quelle eau minérale en bouteille buvez-vous à la maison ?

Engie : l’ eau du robinet.. Parfois j’achète hepar ou contrexeville. L’eau du Mont Dore ressemble à celle qu’on distribue.

Dom : elle est déconseillée aux femmes enceintes

Christiane : et la magnésie à long terme est ce un risque ?

Engie : L’eau douce distribuée à Nouméa fait de la mousse. L’eau dur (avec magnésie) mousse beaucoup moins. C’est une eau dure.

X : Allez vous au dessus de la Foa ?

Engie : Non c’est la Société des eaux de Bourail :la SEB

Christian : la loi sur l’eau depuis 79 est obsolète. Est ce que la qualité de l’eau est facilement connue par les citoyens ?

Engie : la Davar et la Dass travaillent dessus. Elles ont mis en place le PSSE qui permet de recenser la totalité des problèmes sur l’eau (périmètre de protection, conseil à la commune de faire analyser certains paramètres, conseil sur la qualité de l’eau)

Je sais que l’affichage se fait à Nouméa à l’entrée de la mairie. Engie envoie aux communes ses analyses.

X : Est ce qu’on peut connaître la qualité de l’eau quelque part ?

Engie : sur la facture de Nouméa on joint une feuille sur la qualité de l’eau dans la ville. Par internet il y a les paramètres d’une analyse type (moyenne) sur le site d’Engie.

Christian : Donc si je comprends bien en NC il n’y a pas de nitrate, pas de pesticide, pas de radon.

Engie : On est assez protégé ; certains forages peuvent être pollués. Dans certains endroits, il y a de l’arsenic naturel. On a eu dans le passé un forage où il y avait du chrome : il a été abandonné. Il y a eu aussi le nickel dans l’eau de l’Ile des pins qui a forcé la commune à fermer le captage .

Gilles : Les normes indiquées ne sont pas très bien maitrisées .

Engie : Pour les médicaments, si on croit à l’homéopathie, ca promet des beaux jours

Christian : merci et comme citoyens soyons vigilants sur l’eau.

Durée: 1H30  AUDITORIUM PROVINCE SUD
L’eau du robinet est-elle potable ?
Sans le savoir, des millions de Français boivent une eau trop chargée en aluminium, nitrates, pesticides, médicaments et en radioactivité. Dans certains cas, l’eau est même non-conforme aux normes de précautions sanitaires.
Ce danger invisible menace les foyers et la santé des Français, des plus jeunes aux plus âgés.
Depuis quelques années, des scientifiques et des citoyens tentent de se faire entendre pour dénoncer ces dangers.
Sophie Le Gall, la réalisatrice de ce documentaire d’investigation a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination et interpeller les autorités.
notre blog : cinecitoyen.org

Un monde sans travail : compte rendu du Débat

Colette : en Nouvelle Calédonie on a des robots au Médipôle. Une douzaine de robots effectuent chacun le travail de 4 à 6 personnes chacun, des robots qui travaillent de 6h à 21 h et qui transportent du linge, les repas et tout le reste dans des tunnels qui relient le pole logistique au pole hospitalier.

Dominique : Je peux même rajouter qu’en brousse les médecins sont déjà remplacés par des robots. Pour les dialyses c’est un robot qui les fait.

La question finale du documentaire est un peu folle.
Comment peut on imaginer se mettre à distribuer des revenus du travail des robots alors que déjà on ne distribue pas les revenus du travail de l’homme.
Dans les années 80 on nous annonçait qu’avec les progrès de la productivité, on travaillerait en 2000 pas plus de 4h par jour– on est déjà en 2018 – pour des revenus qui seraient le double. On en est très, très loin.

Louis : On est donc amené à trouver des solutions. Je trouve que le problème est d’abord fiduciaire parce que la seule solution serait de donner le revenu minimum à chacun mais comment le financer ? Par exemple en taxant les robots.
Là ça renvoie à un problème politique sérieux ; les autres solutions on les connaît mais elles ne sont pas applicables pour des raisons politiques.
Est ce qu’il y a d’autres approches ?

Bruno : En fait ce documentaire est un outil de propagande et un outil de réflexion.
Le revenu de base c’est la pire des choses qui puissent arriver. Le financer n’est pas un problème. Toute société moderne capitaliste en 40 ans double sa richesse.
C’est un problème politique : oui mais on a les politiques qu’on mérite. Et en fait, ces gens là ne sont pas élus par nous. Donc on peut très bien financer le revenu de base, mais c’est juste une escroquerie : le MEDEF milite pour ça actuellement.
En revanche le salaire à vie selon les critères de Bernard Friot, là ça devient une autre chose de vraiment captivant et révolutionnaire. Le revenu de base, si c’est pour donner le double du RSA, tout va augmenter du jour au lendemain : on voit bien en Nouvelle Calédonie quand on essaie de contrôler les prix, ça ne le fait pas.
Oui au salaire à vie non au revenu de base, tout cela est facilement finançable ; il y des modèles qui tournent sur Internet pour le montrer depuis 10 ans.
C’est un problème politique : il faut avoir des politiques qui aient le courage et le soutien de la population pour le faire. Les politiques sont des escrocs à la solde du grand capital. Faut pas attendre tout des autres, c’est à nous de prendre les choses en main pour faire en sorte que ces choses là adviennent.
Pour conclure, il y a deux possibilités : soit un salaire à vie et les gens peuvent continuer à se former et créer de la valeur, soit le salaire de base : un salaire de misère et comme certains le prônent, il faut diviser par 7 la population mondiale, parce que si non, on ne s’en sortira pas. C’est pas très réjouissant mais c’est un peu ce que je ressens. Vous pouvez me contredire : la contradiction c’est bien !

X : Dans votre formule le salaire est il variable ? en fonction de quoi ?

Bruno : selon les critères développés par M. Friot il dépend des qualifications – un peu comme le statut des hauts fonctionnaires-. C’est à dire que vous pouvez avoir un salaire de base minimum à partir de 18 ans disons 200 000 f– moins ou plus, ça peut se discuter, c’est un détail- vous faites une école d’ingénieur, un master, vous allez jusqu’où vous pouvez aller, chaque qualification augmente votre salaire de manière mécanique.
Actuellement il y a des hauts fonctionnaires payés, non pas à rien faire, mais qui ne sont pas en poste. Et ils sont payés par exemple par une société de service public comme EDF, qui salarie des gens qui ne font pas partie de l’entreprise- ça fait 40 ans que ça existe.

Louis : donc votre salaire n’est jamais remis en question par votre travail, vous avez juste une qualification et un salaire à vie ?

Bruno : oui ; si vous allez vous qualifier … vous resteriez assis dans votre coin ?

Louis : oui

Bruno : ça arrive ! Mais quand on demande aux gens : si vous aviez un salaire à vie, arrêteriez vous de bosser ? 70% disent non je continuerai comme avant, 20% disent je continuerai à bosser mais autrement et seuls10% resteraient assis à rien faire.
Aujourd’hui, Qui crée la richesse ? c’est 40% dans les pays industrialisés pour payer les personnes qui ne peuvent pas travailler, c’est à dire les enfants, les malades, les chômeurs, les retraités. En Allemagne c’est 42% de la population qui fournit la richesse. Donc c’est possible d’avoir non seulement un revenu de base mais un salaire à vie

Colette : je me pose des questions pour mes petits enfants. Ma fille médecin, on lui propose de faire de la télé médecine. Mais si les drones et peut être même les avions n’ont plus de pilotes, comment va t on survivre si on n’a pas de travail. C’est un problème et un vrai changement de société.
N’y aurait il pas des jeunes qui veulent parler ? j’aimerais bien savoir comment ils voient tout ça. Je ne vois pas comment la richesse peut être répartie avec le système actuel.

Bruno : je ne veux pas monopoliser la parole. Tout ce qui va faciliter la vie des humains aura lieu. Il y a une quarantaine d’années sont arrivés les supermarchés, tout le monde a crié au scandale, aujourd’hui on ne peut plus faire autrement.
En 40 ans, sans qu’on s’en rende compte, les salaires ont perdu 30% de leur valeur : un ingénieur touche 30% de moins qu’en 1980. Déjà les micro-entreprises qui ont un logiciel de gestion n’ont plus de comptable.
Tout ça va arriver même si ça peut être freiné par la politique, les révolutions, etc… Comment faire pour malgré tout continuer à vivre, et à bien vivre, pas comme les 46 millions d’américains qui sont sous le seuil de pauvreté et en grande partie sous des tentes hé bien ! bon courage. Moi ça m’inquiète un peu : j’ai une gosse de 8 ans

Y : je me dis que de toute façon avec l’intelligence humaine les choses évolueront, des hommes et des femmes vont venir nous apporter des solutions. Le monde ne s’arrêtera pas comme ça parce qu’il y aura ou pas un revenu de base… qui serait calculé comment et par qui ?

Ces questions sans réponse aujourd’hui, espérons que dans 5, 20 ans la réponse arrive.

Jérome : vous avez dit richesse et partage de richesse. Ma question : qu’est ce que la richesse pour l’homme : avoir une voiture, du temps libre, s’éduquer ?
Je trouve le documentaire très bien. On est dans un système où on parle de richesse essentiellement matérielle, ou de services à partager.
Donc moi aussi j’ai foi dans l’avenir de l’homme et je me dis que sa conception de la richesse peut évoluer avec le temps – on a beaucoup évolué, en quelques millions d’années, on s’est séparés du chimpanzé- et avec cette évolution, on pourrait concevoir les choses de manière très différente ; donc ne plus se poser ces questions de partage de richesses telles qu’elles sont posées aujourd’hui.

Colette : c’est vrai, on a une définition bien précise de la richesse dans notre civilisation et c’est difficile d’en concevoir d’autres ; mais il y a quand même un problème de survie, de minimum vital ; et après en effet il y a : qu’est ce que la richesse ?

Jérome : c’est une question philosophique

Bruno : aujourd’hui notre système de société est basé sur la rareté : un livre vaut il plus cher que 10kg de diamants ? Comme il y a plus de livres que de diamants, forcément le diamant est plus cher. Aujourd’hui dans le paradis de la connaissance –la connaissance n’est pas rare- ça ne vaut rien. Tout ce qui est abondant dans nos sociétés aujourd’hui ne vaut rien et comment on renverse ça et effectivement qu’est ce que c’est la richesse ?

Colette : ce documentaire « riche » pose beaucoup de questions… à réfléchir chez soi

Louis : un dernier mot. Je crois que la solution est catastrophique : la population divisée par 7 c’est malheureusement ce qui va arriver. Au moyen age on se tuait pas 10 000, 20000, Napoléon par 100 000, au XXème siècle par million et au XXIème par milliard. Désolé, j’ai craché mon venin.

Sylvie : bonsoir j’ai vraiment été sidérée par le reportage, je ne suis pas naïve, je sais que la robotisation se fera mais effectivement on voit une réalité inévitable : on va être remplacés par les robots ; je vois cette perspective de l’homme construisant des robots pour s’anéantir lui même, le genre humain, tout ça avec l’appui de la finance.
Ca me fait vraiment peur et en même temps – vous parliez d’intelligence humaine – on a besoin de vivre ensemble, avec les autres, on ne peut pas se dire : voilà, il faut de la productivité . Donc a contrario peut être va t on revenir à l’essentiel. J’ose espérer que nos politiques ne vont pas laisser faire ce genre de choses

Dominique : ce ne sont pas les politiques qui commandent ; ils laisseront faire.
La modernisation ne pose aucun problème, on évolue depuis des millions d’années…
Le problème, c’est juste le partage. Les robots travailleront à notre place, on travaillera une heure par semaine : très bien. Si on a le même salaire, les mêmes conditions de vie, tout va bien. En aucun cas le robot est le danger.
Le danger c’est le partage. Si ceux qui possèdent les robots gardent l’argent pour eux, là il y a danger. Mais si l’argent est redistribué, il n’y a pas de problème.
Et s’il suffisait pour nous, citoyens de voter pour des politiques qui le font, il y a longtemps qu’on l’aurait fait. Les politiques ne décident plus de ça, ce sont les grands capitalistes qui décident – de tout.
On disait : on a les politiques qu’on mérite, mais ça c’était valable il y a 150 ans, les politiques ne maitrisent plus rien, c’est le grand capital qui maitrise. Et notre voix citoyenne elle ne compte plus. Les politiques sont des marionnettes qui sont à la solde des grands lobbys et comment renverser cela, c’est la vraie question.
Quel autre système proposer ? Plusieurs ont été essayés, aucun n’a abouti : on en reste au capitalisme. Il y a un mouvement de décroissance, de dé-consommation : c’est intéressant mais qui est prêt à ce retour en arrière ?

Y : « Comment y arriver ? » à mon sens, plus par des actions individuelles qui font changer un système. Qui est prêt à changer, qui est prêt à rentrer ? Ca dépend de votre philosophie, de votre parcours. Il semble qu’aujourd’hui, une sorte de mouvement dans la société civile se met en œuvre et davantage de gens pensent à un autre mode de vie.

Jerome : tout est question de taille critique, en effet les politiques ne suivent plus rien, ça fait 200 ans qu’on a démissionné du pouvoir politique en donnant le pouvoir à des beaux parleurs en fait, des gens qui n’ont rien à voir avec nous, que vous soyez ouvriers, médecins ou chirurgiens, même si un chirurgien peut gagner beaucoup d’argent après des années d’études et de travail.
Aujourd’hui on les confond avec les ultra-riches des gens qu’on ne voit pas qui nous sont totalement transparents et on nous montre des gens qui ont un bon métier.
Mais il faut chercher comment réduire les inégalités et comment forcer au partage.
Les ultra-riches ne partagent pas ; comme les GAFA (google, amazone, facebook, apple) qui ont comme 700 milliards de dollars d’actifs : plus que le PIB de la France !
Ces mecs-là sont juste inattaquables. Aujourd’hui quand n’importe quel politique essaie de négocier avec eux, il part avec des miettes et il est limite menacé.
Mais aujourd’hui, il nous faut réfléchir comment renverser la chose, comment faire .
Soit on fait à nos échelles à nous, soit on prend les armes : ce sera une vraie boucherie ; ou on boycotte. Le boycot est un moyen de coercition énorme pour ces gens là. Ils vivent sur notre consommation. Si on décide que Coca cola nous colle des cancers et du diabète, on arrête d’acheter du coca cola.

Pascale : Oui, en effet ; c’est une histoire de transition urbaine, de voir différemment, de faire des essais à petite échelle ; de se balader en vélo, de consommer autrement et d’être acteurs. Sur facebook je ne sais pas si vous connaissez freeyourstuff nc on peut partager des choses gratuitement,ce sont des petites choses par rapport à google, des petites choses mais ça peut améliorer le quotidien

Colette : une intervention positive ! Je redonne donc le nom de ce site freeyourstuff

Pascale : un nom anglais pour un site calédonien, allez savoir pourquoi. Il y a eu aussi la journée de transition urbaine à Rivière salée et je fais partie de Maleva, la permaculture et il y aura le 16 septembre un parcours en vélo allant d’action citoyenne en action citoyenne : on ira voir entre autres des gens du groupe de Tina à qui on donne des vélos qui ne servent plus, pour qu’ils les réparent et les redonnent à d’autres.

Dominique : il me semble que freeyourstuff c’est international

Pascale : Avec toutes les personnes que j’ai rencontrées quand elles ont un jardin , je partage les plantes, on passe un très bon moment. Il n’y a pas d’argent. On visitera le 16 septembre les jardins partagés de Rivière Salée, une dame zero déchet. On va faire cela en vélo. C’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de pistes cyclables, mais plus on aura de vélos plus il y aura de pistes cyclables et moins on aura de problèmes de santé, de diabète. Quand on va au travail en vélo on se sent vraiment mieux.
Ce sont des petites actions pour aller mieux

Colette : je vais clore le débat sur cette note optimiste et bien réfléchir sur notre façon d’agir ; parce que même quand on passe par freeyourstuff on utilise internet.

Béatrice : pour terminer, j’ai un champ à Bourail, je cherche un robot pour le défricher à ma place, si seulement quelqu’un avait un robot qui arrache les lianes…

Colette : merci d’être venus ; on se dit à dans un mois pour un documentaire sur …
Sylvie : « du poison dans l’eau du robinet ?» !

à l’auditorium de la Province Sud

un documentaire de Philippe Borrel ( 2017 ; 1h 10)

Depuis vingt ans, les politiques ne parviennent plus à endiguer le chômage de masse et le plein-emploi apparait comme le symbole d’un passé révolu. Les machines « intelligentes », plus fiables et moins coûteuses que les humains, sont en passe de nous remplacer tandis que l’essor des algorithmes contribue à l’automatisation croissante du travail.
Prochaine cible de cette 4ème révolution industrielle : les cols-blancs, le cœur de la classe moyenne, en France comme partout ailleurs dans le monde.
À la marge, du côté de la société civile, idées et initiatives se multiplient pour tenter de faire face à cette disparition du plein-emploi.

Ph. Borrel mène l’enquête à la rencontre de chercheurs, d’entrepreneurs, de citoyens, d’industriels ou de lanceurs d’alerte, au cœur de ce monde en transition : une société débarrassée du mythe de la croissance à tout prix pour accéder à la pleine activité de tous : tel est l’enjeu de ce 21e siècle.

WHAT THE HEALTH ! 

(traduction… courtoise : Quelle Santé !)
en partenariat avec l’association VEGENC

entrée libre et gratuite à 18 H à la FOL (espace Taragnat)

 

Annoncé comme «Le film de santé que les organismes de santé ne veulent pas voir», c’est la suite de « Cowspiracy » du même réalisateur.
Le fim montre Kip Andersen interrogeant des médecins et d’autres personnes sur l’alimentation et la santé. Andersen contacte aussi des représentants d’organismes de santé, leurs réponses le laissent insatisfait.
À travers d’autres entretiens, il examine les liens présumés entre les industries de la viande, des produits laitiers et pharmaceutiques, ainsi que diverses organisations de santé.
Thèse  : les problèmes de santé graves sont une conséquence de la consommation de viande et de produits laitiers, ce que des conflits d’intérêt conduisent à dissimuler.

Notre Avis :
c’est un documentaire controversé : on peut reprocher le parti pris de l’auteur et des affirmations catégoriques. Faut il pour autant rejeter toute cette démarche  qui a le mérite de questionner certitudes et habitudes alimentaires ..
L’intérêt de cette séance repose donc autant sur le film que sur le débat qui suivra… Pour l’alimenter, voici un lien exposant « faiblesses » et atouts

 

SACRE VILLAGE ! mardi 10 juillet
Compte rendu du débat


Intervenants

– Les adhérents 😉

– Ariane Hervouet : Pdte Association SEL Fleur de niaouli
Rencontre avec le S.E.L Fleur de Niaouli
– Julien Lebreton
pionnier de transition
– Loic Martin-Cocher :
manager du cluster Synergie
synergie.nc@gmail.com   http://synergie.nc/fr/
– Gaby Levionnois :
NeoFood
https://www.pacificfoodlab.org/
https://www.pacificfoodlab.org/actualites/8-mars-2018-les-cantines-unisson-premiere-nouvelle-caledonie

Excusés
Carole Damiens : une cantine responsable
Jardins municipaux de Nouméa

( Rappel prélable des règles de prise de parole par Didier )


Mi : Ce film me fait penser à l’opération zéro déchet de Lille …. avec des cultures intra appartements et une association zérowast

Il faudrait parler du scandale du tri sélectif de l’agglomération de Nouméa :depuis six mois tout se retrouve au même endroit dans la déchetterie de Gadji !
Et je suis intéressé par la monnaie locale : la fleur de niaouli.

Ariane : Martine Hucheker a fondé en 1999 l’association « SEL Fleur de niaouli » .

C’est un système d’échange local, notre monnaie : la fleur. Pas d’impression de billets, c’est une simple unité comptable. 128 adhérents ; numérus clausus de 150 adhérents.

A la maison de Magenta chaque 1er samedi du mois se tient une BLE : Bourse Locale d’échanges.

On a aussi un catalogue réservé aux membres où on trouve les offres/demandes permanentes.
3
ème système : sur google group où offres et demandes des adhérents sont diffusées à tous : c’est une petite économie dans l’économie de la ville .


En fait, 1 fleur équivaut à 100 francs. On démarre avec des échanges pour se procurer des fleurs.
Au départ il faut venir à la BLE ; si au bout de 3 mois la personne a produit 50 fleurs, l’association offre une prime de 50 fleurs pour l’encourager. De même pour les parrains (20 fleurs). L’an dernier on a espéré la création d’un autre SEL car ns sommes limités par notre potentiel de gestion d’un groupe.


Dom : Faites vous des bénéfices en fleurs de niaouli ? Redistribuez vous des dividendes ?

Ariane : pas de bénéfices. C’est une association, tout l’excédent des jardins sont proposés au marché.
C’est vraiment comme une banque : plus la coiffeuse fait des coupes plus elle gagne ; nous on fait des fleurs : c’est la banque qui fait des fleurs virtuelles.
On peut faire un découvert de 50 fleurs à remplir dans les 3 mois qui suivent sinon la personne qui a un découvert appelle le bureau en s’engageant à remettre sur son compte les fleurs de niaouli : l’univers est généreux et nous faisons de fleurs de niaouli virtuelles.

Rosa : avec l’argent de la cotisation l’association avait invité les handicapés à une promenade


Mi Julien peut il nous exposer son projet de transition écologique ?

Julien : plus qu’un projet c’est ma vie depuis quelques années.
Les changements ? alimentation, habitat , éducation des enfants, relations aux autres…
Quand j’ai changé de système, j’ai perdu de l’argent comme le vétérinaire du documentaire mais j’ai gagné sur beaucoup d’autres plans. Plutôt que de râler, on a préféré construire quelque chose à coté. Beaucoup de barrières ne sont que dans nos têtes.
Je vis au col de la Pirogue, sur un terrain de forêt ; on a vécu d’abord chez nos parents, ensuite en tente, puis en cabane. On a économisé pour construire une maison sans crédit. Il a fallu assurer quelque petite chose et c’est la règle de la permaculture.
J’ai laissé mon entreprise et j’ai récupéré un smig pendant 4 ans.
On s’est associé avec d’autres agriculteurs, 3 quadra, pour créer des repas qu’on vend sur le marché. L’idée c’est que la nourriture est un moyen d’accéder à tout cela.
Les enfants ? Ils n’ont pas été à l’école, celle de 12 ans a décidé cette année d’aller à l’école ça se passe très bien celui de 9 ans n’y va pas ; il a des amis, il est le guide quand nous avons des visites de classe.


J : et les cantines scolaires ?

Gaby: Notre opération a démarré il y a 18 mois. Manger est un acte social et citoyen. En tout 65000 repas/j.
Si les cantines se mettent à consommer les produits locaux alors e effet de levier sur l’économie locale.
Pour trouver un marché pour les produits locaux, on mis en place la cuisine « cantine à l’unisson »
C’est une communauté de chefs de cantine, de chefs d’établissements soit 27 cantines et 19000 élèves. Quelles organisations peuvent toucher autant d’enfants ? Qu’est ce qu’on va faire ensuite ?
Avant d’entamer une transition écologique il faut entamer une transition alimentaire.
Nous avons une charte « le bonheur dans la cantine ».
Comme dit notre vieux sage kanak avancer sur le chemin des possibles pas à pas en portant un sac d’ignames, en s’appuyant sur ses forces et en connaissant ses limites.
Dans ce préambule de la charte on retrouve ce qu’il y a dans le film : il existe des possibilités, de l’espoir.

Did : quelle est l’ aire géographique de votre intervention ?

Gaby : L‘alimentation n’a pas d’aire provinciale ou géographique : c’est concrètement l’envie des personnes de répondre (collèges essentiellement) comme dans le film. Il y a 27 cantines. La caisse des écoles a un prestataire privé. Notre site internet pour connaître les écoles que nous touchons : www.Pacifiquefoodlab

Col : comment réagissent les grands groupes de restauration ?

Gaby : oui comme New Rest…

Nous préparons 16 500 repas par jour, c’est un exploit.
Posons nous d’abord la question : quelle importance accorder à ce que les enfants mangent à la cantine ? qu’aiment ils manger ? Ces questions sont rarement posées.

C’est un problème sociétal avec un ensemble d’acteurs. Quel exemple, quel héritage, quelle culture alimentaire veut on laisser à nos enfants ?

Mike : En N Zélande les cantines n’existent pas, c’est aux parents de fournir les lunchs ça m’a toujours intrigué qu’on puisse produire autant de repas aux étudiants ou élèves .


Di : Si on parlait d’énergies renouvelables… Comment se porte ce secteur ?
Aujourdhui peut on conseiller à tout propriétaire de maison d’installer des panneaux photovoltaiques ?

Loic . Synergie est un cluster, un regroupement d’entreprises travaillant dans l’énergie renouvelable, la maîtrise de l’énergie, l’écomobilité.
Dans le documentaire, il y a une énorme mobilisation du maire, de l’élu y en a t il ici ? La classe politique doit être impliquée pour ce genre de démarche.
Les énergies renouvelables ont le vent en poupe en NC – et dans le monde.
Mais il y a toute une démarche (Négawatt) : questionner nos réels besoins énergétiques (sobriété énergétique), puis ensuite les moyens pour assouvir ces besoins (éclairage à led …=> efficacité énergétique) ; une fois ces questions posées on peut partir sur l’énergie renouvelable.

Toutes nos actions ont un impact sur l’environnement.

Oui, c’est devenu rentable en NC d’installer des panneaux photovoltaïques parce qu’on peut racheter du surplus des kwh produits (21 f/kw). Aujourd’hui, 5 MW en production autorisés sur les toitures des particuliers il faut savoir que plus de 80 % de ces achats viennent du crédit d’impôt.
Il y a beaucoup de choses qui se font, on est sur un petit territoire certes mais il y a des technologies qui nous permettent d’être novateurs sur certains secteurs .

Ir : C’est un film intéressant, mais sur un seul village – comme beaucoup d’expériences de vie.
Est ce possible sur une ville ? Les gens sont de plus en plus citadins et vivent dans des mégapoles.
En N-Calédonie les promoteurs sont ils maintenant obligés d’équiper les bâtiments en énergie renouvelable ?

Loic Non, pas d’obligation pour les constructeurs ou promoteurs, pas même de code de la construction !
Il y a un projet de texte sur la réglementation énergétique en NC comme en métropole (avec les RT) pour réduire la consommation d’énergie des bâtiments.
Ce projet de texte est discuté depuis 10 ans mais il est actuellement bloqué sur le bureau du gouvernement: projet écarté quand il y a eu l’accord de compétitivité dans la construction ; on ne désespère pas de le faire aboutir !

JLB Qu’attendons nous exactement pour changer ? La vie passe…
Je n’ai jamais payé de facture d’électricité. Pourquoi attendre ? Rien ne nous y oblige

Di Ce documentaire un peu décousu est très communicatif, inspirant (sur ce même village MM Robin a réalisé un film + abouti et + long, 2 h) .
Je me suis demandé : si on voulait que ça se passe ici, quels sont les facteurs clés ? Pour l’essentiel, sans doute, le facteur humain avec l’engagement exceptionnel du maire, et la taille du village (2200 habitants).
Pour une ville c’est bcp + compliqué.

J : Il faut une démocratie participative ! J’en fais partie au niveau de Nouméa : il y a des jardins municipaux, des apiculteurs. Tous les quartiers sont sollicités.
La mairie essaie de faire des choses mais le gouvernement et le territoire bloquent.

Au salon du jardinage on achète son petit réservoir pour planter ou faire pousser.Tout le toit de la Niçoise est cultivé, le miel a été sélectionnéà Paris ; en Suisse les jardins d’agréments sont remplacés par des choux…

Julie J’arrive de Paris où beaucoup est fait comme débétonner les cours de récréation, refaire des vergers.
La nourriture est très importante.
Ici je signale l’Amap qui a encore quelques paniers ;
et à la Vallée des Colons, la coopérative Coopanous….
https://www.facebook.com/coopanous/
Il y a aussi la récupération de légumes


Di : merci à tous, RVous au mois prochain

à 18h 00 à l’Auditorium de la Province Sud

Documentaire de Marie Monique Robin (2016, 54 mn)

Alors que le climat déraille, les ressources naturelles s’épuisent et les inégalités s’envolent, une petite commune alsacienne montre qu’un autre monde est possible ici et maintenant.

Ungersheim est considérée comme un modèle de la transition écologique vers l’après-pétrole. Grâce à un programme baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » mené par la municipalité, les habitants ont développé des actions collectives et individuelles pour vivre autrement.
Une histoire exemplaire qui montre que la transition vers une société plus durable et décarbonée est l’affaire de tous, et qu’elle est le fruit d’une rencontre entre la volonté d’individus de repenser leur mode de vie et celle des autorités publiques de stimuler les initiatives.
Alors que prévalent morosité et inquiétude face aux crises économique, sociale et environnementale, ce film est une vraie bouffée d’air et d’espoir.

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=Izxv8AWErn

Guerre Mensonges et vidéo
Compte rendu du débat

Rappel des règles
– pour demander la parole : bien lever la main et attendre « l’accusé de réception »
– éviter de parler longuement ( pas plus de 2-3 mn) quitte a réintervenir par la suite
– s’adresser à la salle et non à un autre interlocuteur
– pour commencer, se présenter : prénom, et + si ..

En préambule, deux brefs exposés de Christine professeure d’histoire à l’Université

L’entrée en guerre des USA (1917)

Le président Wilson avait fait sa campagne en 1916 sur la neutralité des USA ; son slogan : « il nous a évité la guerre » .
Mais un navire britannique en 1915 a été coulé par l’armée allemande puis un navire américain commercial a été coulé également lors de guerres sous marines.
Wilson a alors voulu l’entrée en guerre des USA, empêchés de commercer et d’exporter leurs produits. On peut aussi supposer que le lobby des industries des armements qui fournissaient les belligérants européens était impatients de passer à une vitesse supérieure : la guerre.
Il y avait aussi une lettre de l’Allemagne au Mexique pour leur dire que les allemands allaient envahir les USA.

Les soldats américains peu nombreux au début remontent le moral des français et des britanniques. En effet les russes venaient de faire défaut à la triple Entente au moment de la prise de pouvoir en 1917 de Lénine :pour les ouvriers, la guerre servait à enrichir les riches.

Sur la propagande en France en prélude à 1914

De plus en 1880 le but de l’école est de consolider la République, de faire de bons patriotes et de futurs bons soldats : préparation d’exercices militaires pour les garçons, de couture pour les filles… Cartes murales avec la carte de l’Alsace Lorraine perdue à la guerre de 1871 .
C’est un esprit revanchard que distille l’école.
Un grand mouvement pacifiste est mené par Jean Jaurès ; mais il est assassiné en 1914 et ce mouvement disparaît

Comment lutter contre la propagande de guerre ? Décrypter, selon les principes indiqués par M Collon ; s’informer diversement : compléter les principaux médias par d’autres sources

JL : Un oubli majeur dans ce documentaire. En réalité il y a 11 agences de renseignement et non pas 2. Et la plus importante la NSA « les grandes oreilles qui écoutent » tout le monde porte atteinte aux droits de l’homme . Avec 11 agences qui guident de fait sa politique, l’Amérique du Nord ne peut être un pays démocratique.

El : aux USA on a besoin de l’aval du congrès pour partir en guerre et en France le président doit avoir l’agrément du parlement mais seulement après 4 mois. C’est obligatoire mais cette condition n’a pas été respectée dernièrement.

X : Le Président est chef des armées. Ainsi Hollande a pu déclarer la guerre sans l’aval du Parlement

Di Pas tout à fait d’accord là dessus ; on va s’informer, vérifier (2)
Au passage est ce normal de ne pas savoir un point aussi important

Fr ancien militaire : on peut s’étonner que la guerre puisse être décidée dans un cercle restreint mais c’est la même chose pour les autres pays. Il y a une multinationale du terrorisme à laquelle on répond par une coalition de pays avec un échange d’informations.
Nous, on n’est plus dans une lecture élémentaire des principes de la démocratie. Et il faut faire attention aux pays soutenus par des interprétations religieuses

Di : est ce une juste façon de prendre des décisions ?

Frç : on ne peut pas faire autrement contre des ennemis multiformes que ce soit pour la France ou pour les USA il faut agir dans un cadre international.

Frk  Ce reportage intéressant vient cautionner les attentats du 11 septembre.
Qu’est ce qui a pu pousser Bush à cela ? On peut en venir à parler des intérêts qui nous échappent. (…)
il faut revenir à l’origine des choses, comprendre comment on nous fait tout gober.
Pour cela, se référer à Walter Lippmann a son ouvrage : la fabrication du consentement. (1)
Aux USA, pour convaincre le peuple américain d’adhérer à la guerre, fut mis en place le CPI Comité pour l’Information du Public, animé par Georges Creel. :

Col : Un des principes de la propagande est l’intérêt économique de la guerre. Quel était cet intérêt dans cette guerre ?

Ch Dans ce documentaire il n’est pas évoqué, mais c’est l’intérêt économique qui prévaut le plus souvent : ici même s’il est avancé un motif de vengeance, c’est d’abord de préserver l’accès au pétrole. L’intérêt pétrolier doit être majeur dans cette affaire

Di Les explications psychologiques ne tiennent pas par rapport aux intérêts économiques

J : Ainsi on avance les intérêts économiques sur nous citoyens : il faut résister mais on n’a aucun pouvoir sinon quelques manifestations et le droit encore de voter dans cette manipulation économique et mondiale

Di A chacun de faire à son niveau  : L’histoire évolue et il faut rester vigilants
L’histoire a aussi un sens et on ne doit pas mélanger les causes et les effets. Avant les interventions militaires en Irak, il n’y avait pas de terrorisme
Attention aussi aux mots qu’on emploie : le Terrorisme c’est quoi ? quelques 3000 morts d’un côté ; mais en Irak c’est près d’un million de morts, dont une majorité de civils

Seb D’ailleurs lors de la 2 ème guerre mondiale, pour les allemands , ce sont les résistants français qui étaient des terroristes.

J Louis : J’ai été confronté à bien des « FNL » et au Salvador, chargé d’une mission de paix pour le compte de l’ONU.
Dans ce petit pays latino, pas de pétrole, rien au niveau économique sinon la suprématie des terratenientes face aux campesinos. La guerre, depuis 18 ans, avait fait près de 200 000 morts avec des charniers faits par l’armée (facile à identifier selon les armes utilisées)
J’étais donc chef de la mission dans le Chatenango J’établis un contact sur ordre avec la guérilla avec leur chef Facundo Guerrero…..

Il y avait 9000 hommes soldats officiels et 5000 hommes pour la guérilla .
Je pars à la rencontre des guerrilleros qui me disent, prudents : « on va faire les derniers kms à pied ».
Vingt minutes plus tard, alors que j’aperçois Facundo, il y a eu un souffle un choc, une explosion terrible. C’étaient des bombes de 400 kg des USA.
Les américains avaient mis un traceur sous mon camion … alors que la mission avait été déclenchée par les USA !

Chr : il faut remettre cette action des USA dans son contexte historique plus général : la guerre froide, l’URSS (avec Cuba bien sur) avait armé des guerilleros. Les USA se sentaient menacés. Reagan veut montrer ainsi que l’Amérique est forte à nouveau.

Di Quand il y a la guerre, la première victime c’est … la vérité ! Les guerres ne commencent pas avec des bombes, elles commencent avec des mensonges. Ce documentaire l’illustre bien.

Di : Parlons maintenant du projet de loi sur les FAKE NEWS

Officiellement il sert à empêcher qu’on manipule des campagnes électorales. Ce projet semble venir ..  d’une puissance étrangère (son nom) et après des élections perdues par les clans dominants (medias, lobbies..) : Brexit, Trump, Italie

il faut avoir une réflexion sur ce qu’est une « vraie » info, et à contrario une manipulation de l’info. L’info n’est jamais délivrée pure, sans emballage.

Dan  Ce débat sur les fake news vise simplement à instaurer un Ministère de la Vérité !
Il existe déjà la loi sur la liberté de la presse ( 1881) dont je cite l’article 27 :
« la publication ou la diffusion de nouvelles fausses, faites de mauvaise foi, susceptibles de troubler la paix publique… sera punie d’une amende de 45000 euros »
Alors pourquoi ce débat ? pour faire dire plus de conneries à nos députés ? Ou pour mettre en place un ministère de la censure. C’est question que je me pose en tant que citoyen

Di : On parle de Fake News, on oublie les « No News ». Une demi vérité (on ne dit pas tout) ne serait elle pas une forme de mensonge ?
Manipulation de l’info : les mêmes bombardements, menés sur des villes occupées par Daesch, présentés d’un côté comme crime contre l’humanité, de l’autre comme dommages collatéraux

X C’est de l’histoire ancienne
Quelqu’un fort décrié, Robespierre, a demandé la liberté de publier Toutes les opinions.
Désormais on ne laisse le droit de s’exprimer que dans le sens décidé par la majorité.

Frk On se rapproche à grands pas des délits de pensée, on n’a plus le droit de prendre position en sens contraire.
Il nous reste la liberté d’expression … au sein de petits cercles !

Sur ces belles paroles, fin du débat

Crendu par Col et Did ; en cas d’oublis ou d’erreurs, merci de les signaler

ci dessous, ajouts post débat

La « fabrique du consentement » et la démocratie

(1) Dans Public Opinion (1922), Lippmann étudie la manipulation de l’opinion publique. Selon lui, pour « mener à bien une propagande, il doit y avoir une barrière entre le public et les évènements »[1] Il décrit alors l’avenir qu’il entrevoit. Il conclut que la démocratie a vu la naissance d’une nouvelle forme de propagande, basée sur les recherches en psychologie associées aux moyens de communications modernes[2]. Cette propagande implique une nouvelle pratique de la démocratie. Il utilise alors l’expression « manufacture of consent » qui signifie littéralement la « fabrique du consentement ».

(2) Article 35 de la Constitution Française

La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.
Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard 3 jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote.
Lorsque la durée de l’intervention excède 4 mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement. Il peut demander à l’Assemblée nationale de décider en dernier ressort.
Si le Parlement n’est pas en session à l’expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l’ouverture de la session suivante.

Et si ça vous paraît pas très clair, voici une « fiche de synthèse » de l’Assemblée Nationale
http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/role-et-pouvoirs-de-l-assemblee-nationale/les-fonctions-de-l-assemblee-nationale/les-fonctions-de-controle-et-l-information-des-deputes/la-declaration-de-guerre-et-les-interventions-armees-a-l-etranger

CINECITOYEN  présente  un documentaire suivi d’un débat :

GUERRE, MENSONGES ET VIDEO  ( 2013, 52 mn)
Une coproduction LCP-Assemblée Nationale / Point du jour

Mardi 12 juin à 18h 00 
AUDITORIUM de la PROVINCE SUD (Artillerie)

Adhésion annuelle : 2000 F
tel : 910254 / cinecitoyen.org

————————————————————

Synopsis:

Dix ans après le déclenchement du conflit, François Bringer, journaliste spécialiste des États-Unis, explore la machine de guerre montée par les hauts responsables de l’administration américaine pour légitimer à la fois juridiquement, politiquement et moralement l’intervention en Irak…

Ce documentaire retrace le cheminement de la stratégie néoconservatrice de l’administration Bush, avec ses retombées économiques et politiques, pour déclencher une guerre d’agression. Et il parait que l’histoire tend à se répéter…

———————————————

Sur ce thème d’actualité hélas permanente, en préambule, projection d’une analyse de Michel Collon, journaliste d’investigation, sur les principales caractéristiques des propagandes de guerre.

 

(extraits du) Compte rendu du débat sur CHOMSKY ET Cie
Espace FOL, mercredi 18 mai

Une bonne soixantaine de spectateurs, un débat très animé  sur une thématique bien trop large pour approfondir…
N’hésitez pas à poser un commentaire ci dessous

 

Après ce film, vos impressions ?

(1) Je suis sidérée par l’actualité de ce documentaire qui a pourtant dix ans : antagonisme USA Iran, intifada, réchauffement climatique.. et même les cheminots !
A croire que rien ne change..

– Il y a aussi le Round Up !

(2) Je signale un excellent livre de N Chomsky « Dominer le monde ou sauver la planète »

(Le débat s’engage sur ce qu’internet a pu changer dans « la fabrique de l’opinion »

(3) Les blogs peuvent donner une audience à des analystes qu’on ne voit pas à la télé. Ainsi Lordon, que les medias dominants passent rarement, se fait connaître sur internet ; c’est plutôt positif.

(4) J’optimise sur l’impact des média informatiques ; mais la plupart des gens sont formatés par les medias les plus importants ; et si Melenchon était aussi présent dans ces media pendant la campagne présidentielle, c’est parce qu’on a voulu focaliser sur les deux candidatures extrêmes.

(5) Attention, pour juger de l’effet « ouverture d’esprit » grace à internet, incontestable pour certains, le bilan global n’est pas évident ; car nous savons maintenant que google et facebook contribuent fortement à influencer, façonner les esprits .

(6) Sur internet, on peut et il faut rechercher activement les informations, de façon à avoir des éclairages diversifiés.

(7) Il faut aussi se tenir au courant de que disent les medias officiels ; de pouvoir apprécier la façon dont on traite actuellement les actualités. Ainsi on va s’appesantir sur l’acte d’un fou, et négliger d’autres infos plus significatives.
Bien sur, sans oublier de décrypter les autres informations.

(8) Chomsky a maintenant 90 ans et continue de s’exprimer ; il a produit un grand nombre de livres, mais il est beaucoup + accessible sur internet.
Il existe un site lescrises.fr très pertinentet qui donne la parole à diverses sources alternatives aux infos dominantes.
Pour avoir des analyses récentes de Chomsky sans lire ses bouquins, on peut aller sur ce site et faire une recherche sur le mot clé Chomsky.

(9) Les techniques de manipumation de l’opinion sont les mêmes sur internet ou la télé. La grosse crise économique américaine de 2008 est une fin de cycle économique sur un modèle qui a fonctionné « l’american way of life ».
Internet a changé le comportement des gens. Quand je regarde une nouvelle, je ne la regarde pas de la même façon qu’en 2008. Il y a eu un virage

(10) Je voudrais juste souligner l’intérêt du blog « lescrises »: il a d’ailleurs été mis à l’index par le Décodex du monde qui s’est mis en tête de séparer le bon grain de l’ivraie en s’érigeant en arbitre de la fiabilité des autres sources.
A signaler aussi le livre Bernays « Propaganda »

(11) Internet ne peut changer les opinions publiques en raison de l’individualisme de l’écran que souligne Chomsky : impossibilité de tout groupement ou de parti politique ; et donc aucune perspective pour moi de trouver un parti qui reflète un axe politique qui m’inspire et qui fasse mouvement dans la société. De plus il me semble qu’on n’est pas dans la fin d’un système sinon dans sa suite logique.

(12) On est cloisonnés c’est un problème.
Cependant il y a des actions comme Notre Dame des Landes qui s’est fait par internet : autrement l’aéroport existerait depuis longtemps.
Et puis le succès de l’ascension de la France insoumise en 2017 repose en bonne partie sur l’utilisation des réseaux sociaux.
Depuis longtemps, il y a des groupes : pas assez,  ça ne permet pas de gagner les élections mais ça encourage la liberté d’expression.

(13) Je provoque un peu :  Depuis tout petit je suis les cours de la bourse. Les meilleures info sont dans l’info boursière et financière car ces gens ont besoin d’infos fiables de qualité.
On peut évoquer l’école qu’ont créé les cadres de Google pour leurs enfants : une école sans tablettes, juste des gommettes, des peintures, des crayons, et pas de photocopies.
C’est la créativité qu’il faut privilégier. Une fois que l’on sait créer, alors on peut passer à autre chose. Dans notre école on est limité à un petit clavier, un petit écran.

(14) C’est certain : pour les jeunes enfants, l’usage des tablettes, écrans doit être limité.

(15) Une autre forme de manipulation c’est la théorie du complot, à l’encontre de l’opinion dominante ; par exemple Bashar El Hassad : un gentil ; l’accident des tours jumelles : un complot américain.
Ceux qui disent ça ne sont pas stupides, il y a des professeurs parmi eux. Comment peut-on adhérer à ces idées si ce n’est par opposition systématique ? Quand on remonte aux sources, on tombe sur une unique personne.

(16) La théorie du complot a au moins un coté positif : que des mecs pensant que la terre est plate puissent toucher beaucoup de gens. C’est assez positif que ce genre d’écho soit porté par internet.

(17) A ce propos, que penser de ce sondage en début d’année qui annonçait que 8 français sur 10 sont complotistes ?

(18) En fait, cela sert le pouvoir en place de mélanger des idées saugrenues avec des doutes crédibles. On confond les deux afin de mettre en doute les idées recevables qui sont amalgamées à des absurdités délirantes.

(19) En effet, dans ce sondage il y avait 9 % pour penser que la terre est plate et 60% qui pensent que le secteur de la santé est lié aux grands groupes pharmaceutiques…
Précisément si on remonte aux sources, ce que j’ai fait, on découvre que ceux qui ont financé le sondage ont de gros moyens

(20) J’ai failli être journaliste sur internet . On m’a alors demandé d’écrire des articles sur internet en créant des syntagmes (phrases) sur lesquelles un logiciel de synonymes permettrait la création d’une dizaine d’articles à partir du premier ; ainsi un article peut être utilisé sur 10 sites différents – ce qui complique la recherche de l’origine de l’opinion exprimée.

(21) On devrait donner à nos élèves des grilles de lecture.
L’école essaie mais elle a ses limites.
Il faudrait développer l’esprit critique mais on a tellement d’informations inutiles.
Les enseignants d’EPS avaient un programme volontaire de formation continue et remettaient sur le tapis leur enseignement. Mais l’institution a imposé un cadre, une rigidité d’obligation institutionnelle.
Les profs se sont alors désengagés de leur militantisme pédago.
C’est pareil dans la plupart des secteurs de la fonction publique, qu’on réduit sans cesse ; alors que c’est le Conseil national de la résistance qui a mis ça en place après la guerre. Je rejoins donc l’intervention qui évoquait la fin d’un système.

On va s’en tenir là, merci pour votre participation, et à la prochaine

CHOMSKY ET CIE (extraits)   d’Ol. Azam et D. Mermet (2008 ; 1h 25)

Vendredi 18 mai à 18h à la FOL, ilôt Taragnat (VDColons)

Entrée libre et gratuite

Thèmes : fabrication de l’opinion, autodéfense intellectuelle, liberté d’expression

Connaissez vous Noam Chomsky ?

Si oui, retrouvez ce grand intellectuel américain.
Si non, découvrez ses analyses sur le formatage des esprits par Medias et Politiques, ce qu’il dénomme « la fabrication du consentement ».

Chomsky et Baillargeon nous incitent a développer par nous mêmes une pensée critique efficace, afin de mieux saisir certains mécanismes de mystification.

Lumineux, instructif et terriblement actuel !  cela mériterait d’être expliqué en lycée, pour compléter les cours d’Histoire…

Compte rendu de débat après projection de Hasta la vista

Etaient présents des représentants et des membres de Collectif Handicap , Association Calédonienne des Handicapés (ACH), Associations HALTE et APEH, Foyer Paul REZNIK

et une sexologue Charlotte de Buzan

Christian rappelle les règles de prise de parole puis lance le débat

  • Virginie de l’ACH : J’ai beaucoup aimé le film Je suis trop émue.

  • Brigitte : je crois que je suis comme vous tous ce soir, sans voix ! parce que c’est un très beau film, qui traite de TOUTES les émotions humaines : pas seulement le handicap et l’amitié … c’est vraiment un film extraordinaire ; et ce que je ressens est trop fort par rapport aux mots

  • X : le film était fantastique, les handicapés sont partis en aventure. ils ont une forte mentalité :chapeau bas !

  • Y : Quelle surprise de ressentir autant d’émotions ! « hasta la vista » c’est plus que du cinéma ; Il montre la volonté de toutes les personnes handicapées et quand on sait qu’on va mourir, il faut réaliser ses rêves.

  • X : encore moi, je tiens à dire que ce sont des handi-capables, pas des handicapés !

  • Y : C’est la 1ère fois que je viens à un forum. Les gens en situation ont une vie sexuelle. Quand on a parlé de ce film, ça m’a fait quelque chose. Les gens n’y pensent pas assez. Dans ce film, il y a tout : l’amitié, le sexe, les réactions des parents. Merci

  • Charlotte (sexologue) : je rebondis sur votre propos : les personnes qui ont un handicap ont une sexualité – sujet tabou en général mais encore plus chez les personnes handicapées. C’est compliqué d’en parler, pour les parents , les accompagnants, ça peut devenir pesant : tout le monde est bienveillant mais ne pense pas à la sexualité. Difficile de dire qu’on a besoin de calins, d’amour

  • Catherine: C’est une thématique que le Collectif Handicap a déjà portée, en faisant venir une sexothérapeute pour en parler.
    Le problème de la sexualité renvoie à sa propre sexualité. Les parents sont souvent désarmés. On s’occupe des besoins de base (manger..) et on néglige ce coté affectif car sans amour on ne peut pas bien vivre .

  • Elsie (Halte) : Ce qui m’a touché c’est le chemin qu’ils ont mis en place pour y arriver. Le jeune a utilisé sa petite sœur. L’aventure est magnifique, c’était beau de réaliser ses rêves : ne pas mourir puceau et voir des dauphins. Merci d’avoir projeté le film.

  • Ch : j’ai été époustouflé par la qualité de ce film à la fois grave et léger.
    Il pose avec finesse plusieurs problèmes : la sexualité, le projet du handicapé, le handicap dans la société. Il pose aussi la question des relations inter individuelles.

  • Emmanuel : VPdt de l’ACH Leur expérience est différente de la mienne : moi j’ai été handicapé par accident à 29 ans. Là ce sont des personnes qui vivent chez elles.
    A l’association nous essayons de faire se réunir les personnes pour qu’elles ne soient pas isolées, de faire des voyages très encadrés. Je donne des conseils très pratiques à ceuxqui vont en boite de nuit ; les valides ont du mal à comprendre notre démarche et pourtant, au fond, c’est pareil pour tout le monde. Dans les boites, les filles sont plus sexy c’est mieux que les films porno.

  • X : Moi je suis handicapé depuis l’âge de 5 ans, j’ai vécu la honte de son corps, la difficulté à aborder une fille. Ce n’est pas facile.
    Il faut faire un travail sur soi même. Il y aun cap à passer.
    Il y a quand même une vie après le handicap : j’ai eu la chance d’avoir 4 enfants .
    Je sais que ce n’est pas facile, il n’y a pas de bordel ici

  • X : Je voudrais remercier la province. Le handicap se vit au quotidien. Moi ça ne me faisait pas rire : je pensais à la souffrance des gens qui vivent le handicap

  • Sandrine (ACH) : J’ai repéré plusieurs thèmes : la colère de Philippe, la compréhension des professionnels. il y a ce coté à désacraliser des professionnels, eux aussi avec leur pudeur personnelle. Il faut qu’ils puissent bénéficier d’une aide.
    Ce qui m’a parlé c’est le respect des projets et des décisions d’adultes handicapés capables de prendre des décisions.

  • Elizabeth : j’ai été touchée à plus d’un titre ; j’ai un fils en situation de handicap psychiatrique, un jeune homme qui aimerait avoir une vie organisée. Il a beaucoup de difficultés à aller vers les autres.
    Je préside l’association Hippocampe sur la schizophrénie.
    A titre professionnel, je m’occupe de personnes en situation de handicap et de dépendance. Il est vrai que le personnel a besoin de formation pour accompagner ces personnes là. On a donc besoin d’une sensibilisation et d’outils pour les accompagnants

  • Badia : J’ai adoré le film. Ce qui m’a surpris tant dans le film qu’au niveau des témoignages : Ce sont des points de vue masculins.
    Que peut faire une femme ? les difficultés sont elles les mêmes ? Quelles propositions de solutions pour les femmes ?

  • Charlotte :il n’y a pas de solution ici comme la prostitution qui est interdite. L’important, c’est de pouvoir parler de sexualité. Pour chaque personne ce sera différent, chacun le vit à sa façon
    Il faut donc compredre ce que chacun ressent et former des gens, pour pouvoir en parler avec les accompagnants, les parents, sur chaque situation.
    Pour les filles comme pour les garçons, c’est difficile de libérer la parole.

  • Natalia : je ne connais pas le handicap mais j’ai pu me transposer dans ce film.
    Projets : il y en a beaucoup qu’on ne fait pas, même sans handicap !
    Les hommes ? Ils se prennent en main d’une façon très masculine, ils vont de l’avant. Beaucoup de femmes sont passives : il y a une propension à être résignée.

  • Brigitte je crois qu’on est tous des handicapés par rapport à la sexualité : qui parle de la masturbation chez les ados ? de la sexualité chez les personnes âgées ? de sa propre sexualité avec son conjoint. Pour ma part on est tous des handicapés de la sexualité .

  • Apitunio : Les gens doivent changer la façon dont ils voient le handicap. Ils jugent hativement les handicapés sur leur apparence et sur ce qu’on peut penser et ressentir au fond de nous.
    C’est difficile de communiquer en famille ou avec des pro ou entre cousins cousines.

  • Didier : En voyant ce film, j’étais avec eux, pas supérieur, comme on peut le croire trop facilement. Très important cette question du regard des autres, des bien portants… On la retrouve dans le film Yo tambien que je vous recommande

  • Mireille : la Mairie a une initiative heureuse, des activités aquatiques avec les seniors à Château Royal une fois par semaine et les handicapés viennent se joindre aux seniors : c’est précieux, ça permet de mieux les connaître.

  • Une accompagnante : Ça fait deux ans que je garde des handicapés, que je leur donne à manger. Je suis fière de pouvoir le faire.

  • Colette : la façon dont on regarde la handicap dépend de chaque culture ; je vous signale un livre «  Le handicap au risque des cultures »

  • Juliette : mes parents sont sourds. Je vous remercie pour cette projection, cette piqure de rappel sur l’humain complexe etmultidimensionnel. Les acteurs passent d’une langue à l’autre facilement. Avec un handicap on peut faire beaucoup de choses. J’ai toujours été entourée de personnes aveugles et sourdes

  • Zena (asso de parents d’enfants en situation de handicap) Merci pour ce film très riche je vous invite à venir dans les établissements avec des handicapés : c’est mon travail, ils m’ont apporté beaucoup de choses .

  • Alain : J’ai noté cette solidarité entre jeunes pour les aider à exprimer cette pulsion de vie età trouver une ou des solutions. Ils sont beaucoup moins inhibés.
    La société nous sépare, nous divise.
    Ce que suggère Colette est vrai : maladie ou handicap ne sont pas vus de la même façon en milieu kanak l’handicapé était mieux entouré. On peut regarder la richesse des enseignements qui viennent d’autres sociétés

  • X (foyer Reznik ) Je me suis senti à l’aise avec ce film, cette histoire.
    Avant le handicap il y a d’abord une personne.
    L’infirmière a su mettre à l’aise les jeunes juste avant d’aller au bordel.
    Il faut être plus informé pour mieux accompagner les personnes.
    Même dans un couple dont l’un devient handicapé, il n’y a pas d’accompagnement par rapport à la suite : c’est parfois chacun pour soi et après il y a séparation

  • Christian remercie et rebondit sur le mot solidarité : il ne faut pas oublier que beaucoup de missions de service public sont prises en charge par des associations

Compte rendu de Colette et Didier ; si erreurs ou oublis, signalez !

Une comédie dramatique de G. Enthoven (2011 ; 1h 53 )

SEXUALITÉ ET HANDICAP

MERCREDI 9 MAI à 18 H
Adhésion annuelle 2000 f  sur place dès 17h 30
                         Auditorium  Province Sud (Artillerie)

Trois jeunes belges ayant des handicaps graves sont déterminés à perdre leur virginité.
Totalement dépendants de leurs parents, ils échappent à leur surveillance et se lancent dans un voyage aventureux jusqu’en Espagne.
Au-delà des contraintes logistiques, des altercations entre eux et leur chauffeur, des liens inattendus vont se créer.
Ce film sans prétention sait aborder des thèmes qui dérangent sans tomber dans les clichés.
Il est finement équilibré entre rires et sympathie ; la pitié est exclue, la compréhension la remplace. L’expression “comédie dramatique” convient parfaitement.

Vendredi 20 avril à 18h et à la FOL (rue Taragnat, Vallée des Colons)
CineCitoyen projetera VAXXED (2015 ;1h 22) d’Andrew Wakefield
un documentaire controversé -parfois censuré- sur VACCIN ROR et AUTISME
Nos séances à la FOL sont ouvertes à tous, dans la limite des places disponibles

Lire la suite

  LES SENTINELLES

Compte rendu du débat

Compte rendu non exhaustif ; si omission majeure ou d’erreur, merci de la signaler.
Rédacteurs : Colette et Didier

INTERVENANTS

André Fabre, Président d’ADEVA NC
Olivier Le Scanf , Directeur de Kawana-Conseil
Hervé Lemasle, Directeur d’AMPE
Ludmilla Guerassimoff, UFC Que Choisir

Christian rappelle les principales règles du débat : s’assurer que la demande de parole a bien été prise en compte, se présenter par son prénom, être concis, s’adresser à la salle

Mi : j’ai trouvé terrible « c’est la preuve par les victimes »,  ce ne sont plus des sentinelles mais des kamikazes ! et 50 ans de morts avant d’interdire l’amiante !
C’est affligeant cette difficulté de faire interdire la cause de ces maladies ; et pour les pesticides, le combat est à peine commencé.
Il faut que la société se mobilise contre ces polluants environnementaux qui au final nous rendent TOUS malades, pas seulement les personnes au contact

A : dans le film les victimes étaient des ouvriers en contact avec l’amiante,
mais qu’en est il pour les bâtiments réalisés dans les années 70, que risquent leurs habitants ?

OLS : On ne retirera pas toute l’amiante bâtiment et environnemental d’un coup de baguette magique.
En Nouvelle Calédonie on n’a interdit l’amiante dans nos bâtiments qu’en 2007 ; donc toutes les constructions antérieures à cette date peuvent en contenir.
Dans le bâtiment, tous les ouvriers du second œuvre sont potentiellement soumis à ce danger.
Nous avons très peu de matériaux amiantés « friables » dans nos bâtiments car il y a peu d’isolation mais nous avons une quinzaine d’autres matériaux très fréquemment utilisés.
De plus, l’amiante naturelle est omniprésente dans le sous-sol du Territoire.
On se focalise sur l’amiante car il existe quelques textes réglementaires mais le risque principal pour les salariés et la population est l’exposition aux POUSSIERES qui contiennent parfois de l’amiante BâTIMENT présente dans certains matériaux de construction ou NATURELLE présente dans certaines roches.
Toutes activités générant de la poussière sont potentiellement dangereuses.

Pathologies dues à l’amiante :
plaques pleurales, asbestose, cancer pulmonaire, mésothéliome, cancers du larynx et des ovaires, plusieurs autres cancers suspectés (colo-rectal, estomac, pharynx,..).
Un cancer est souvent multifactoriel et il est très difficile de lier un cancer à une origine unique. Seul le mésothéliome (cancer de la plèvre) est lié quasi exclusivement à une exposition à l’amiante.

Elv : Et l’eau en NC ?

AF : Eau du Montdore, l’eau des bouteilles contient de l’amiante. Analyse faite à Paris !
Certes il y en a peu et ce n’est pas le danger principal

Le documentaire se réfère à la « faute inexcusable de l’employeur »
Mais il faut savoir qu’en NC, les textes permettent aux entreprises de … s’assurer !
Dumez a perdu un procès mais son assurance a payé : on donc peut tuer et se faire exonérer !

Historique en NC : le réseau national de santé publique est venu ici et dans tous les rapports il a mentionné « trémolite et cancer respiratoire en NC »
la trémolite est utilisée uniquement pour badigeonner les cases canaques.

Ce soir j’aurais voulu faire venir un malade calédonien, atteint du cancer, mais au final il préfère rester silencieux !
En NC il y a deux noms à connaître, deux référents majeurs sur l’amiante :
M Cluzel professeur de géologie à l’université de NC

Je mettrai à la bibliothèque Bernheim un livre d’une personne exposée à l’école maternelle à l’amiante d’une usine qui n’avait pas de ventilo. Le livre raconte sa maladie, son agonie sur une durée de .. 50 ans !
Les organismes officiels ont même lancé des appels pour retrouver les élèves de cette école.

Mk : Si le mésotheliome peut se déclarer 40 ans après, Qui se rappellera s’être arrêté au col Paillard ou de l’antenne
En cas de vent les fibres d’amiante peuvent être transportées jusqu’au MtDore ou Nouméa

Jo : il y a dix ans, Marianne Houchot a fait une thèse sur l’amiante en province nord dans la région de Hienghène où l’amiante naturelle est présente, ou lors de construction de routes.
Elle a eu beaucoup de difficultés à passer cette thèse dans le cadre de la GEOGRAPHIE DE LA SANTE, domaine où on peut bien localiser les endroits où se font les maladies, on peut même le faire à partir des médicaments vendus en pharmacie

OLS : Nous utilisons les matériaux naturels pour de multiples applications
La serpentine sur les pistes, plateformes, les lieux d’habitation, les lieux publiques…
Il y en a dans tous les massifs miniers (massif de péridotite), et on utilise ces matériaux sous différentes formes : roches ou galets décoratifs par exemple devant le bâtiment dans lequel nous nous trouvons, on les concasse, on les met sur nos routes, dans certains matériaux de construction, on utilise également le sable de certaines rivières.
Il y a trois grandes zones contenant des roches amiantifères : les massifs miniers (massifs de péridotites) , le centre de la Calédonie (unité de la Boghen) et le nord est (unité métamorphique). On peut ajouter les pistes, routes, rivières et de très nombreuses zones remblayées.

En amiante bâtiment, une trentaine de professionnels travaillent équipés comme des cosmonautes mais aucun artisan ne se protège à la hauteur du risque alors qu’ils font exactement les mêmes travaux.
Résultats, ils s’exposent et ils exposent également les citoyens et leurs proches !
Une exposition régulière à des petites concentrations est généralement plus dangereuse qu’une importante exposition unique.
Nous sommes à l’orée d’un nouveau scandale, que cache en partie la cigarette dont la consommation est très importante en Nouvelle Calédonie. I
ll  n’y a aucune raison pour que les causes qui ont contaminé les salariés de nombreux pays ne génèrent pas les mêmes effets sur les calédoniens.

RV désamianteur : Dans tous les pays il existe un arsenal réglementaire, RIEN en NC !
Même pas d’obligation de vérifier l’absence d’amiante dans les bâtiments à rénover. ..
Quand l’Australie a interdit d’utiliser l’amiante, alors le fibrociment amianté est arrivé en NC.

Car aucune réglementation ou loi pour vérifier s’il y a des produits dangereux pour les artisans ou pour l’environnement.

Les premiers établissements désamiantés ont été les établissements scolaires parce que les APE (Parents d’élèves) réagissaient quand on rénovait à proximité d’une école.

Mais on ne sait pas ce que deviennent les DECHETS.
Normalement, obligation de les exporter en NZ ; avant on les enfouissait à Ducos et Gadgi qui facturaient plus cher que la NZ !

Il faut une REGLEMENTATION pour obliger a vérifier ce qu’il y a comme amiante dans les maisons qui ont plus de 15 ans (fibrociment amianté chinois beaucoup moins cher que fibrociment normal)

Gil : Y a t il des pathologies particulières en NC en relation avec l’amiante et les pesticides ?
Quelles sont les sentinelles à part EPLP ?

AF : Pezerat était un vrai savant, je l’ai rencontré en 2006 et lui ai expliqué comment ça se passait pour Vale en NC. Il m’a expliqué : le chauffage ou l’acide ne détruit pas l’amiante.
A Vale, de l’amiante entre dans l’usine, or on ne l’exporte pas, donc OU PASSE L’AMIANTE ?
Le barrage est situé au dessus d’une zone habitée ; le comité des grands barrages est venu, personne n’a mis en doute la solidité du barrage. Une action en tribunal administratif est en cours .

le gouvernement est li é à Vale à qui il doit des milliards, pour n’avoir pas pu suivre les augmentations de capital..

Selon le Monde Diplomatique sur la situation NC « il n’y a pas matière à un article de presse »…
Alors que peut on espérer des médias locaux ?
Il n’y a pas de sentinelles ici, sauf sur notre site internet – je ne fais pas d’argent sur le problème de l’amiante, bien au contraire et je refuse toute subvention

Lud   UFC Que choisir s’occupe du dossier pesticides ; ainsi qu’EPLP
Nous avons eu connaissance d’un cancer d’un agriculteur cultivant les bananes.

Mi   J’ai travaillé à la DASS et les taux de cancer ne sont pas supérieurs à ceux de la métropole,
Il faudrait des analyses + fines
L’idée d’étudier les cancers chez les agriculteurs n’a pas été approuvée par le gouvernement

Mk : Combien de procès pour interdire les molécules ? C’est ça le grand danger
Monsanto vient d’avoir une extension d’autorisation de 5 ans en Europe

Lud : En NC, plus d’une vingtaine de procès en annulations sur les pesticides.
Il y a eu une refonte en 2017 de la réglementation, nous avions espéré une amélioration, mais non ; du coup on repart en procédures d’annulation

AF : L’avocat du docu, Fr Laforgue est venu dix jours en famille. Je ne l’ai pas vu. La SLN a du se le mettre dans la poche. Avec la justice du travail il y a des procès intéressants.

Qui connaît le directeur de la DIMENC, chargé de réglementer les activités minières ?
Au Gouvernement, quel est le responsable actuel de cette réglementation, lais  sant le champ libre aux industriels de la mine ? Personne ! On est en république bananière, les décideurs sont au service des industriels.

Chr : le système est très bétonné. Ce qui inquiète, c’est que les ouvriers/agriculteurs ont de telles pressions qu’ils se battent pour utiliser des pesticides ! comme les ouvriers au début du film.
C’est le rôle des sentinelles d’avertir ; mais la loi sur le secret des affaires qui vient de passer les met en danger d’agir : les sentinelles deviennent condamnables !

Ism : C’est bien de crier au scandale. Mais pour la plupart d’entre nous, on peut faire nos propres choix avant de condamner. Réfléchissons si nous acceptons d’acheter de l’amiante chinois.

Mic J’ai découpé les articles traitant d’environnement dans « Le Monde » 6 titres principaux ; dont 60% du miel pollué…On manque d’humilité si on pense qu’on va passer au travers : manger bio ne suffira pas.

Ch : je suis sidéré par la sacro sainte économie, l’humain n’a aucune valeur.
Ainsi dans le « Monde diplomatique » le trafic d’organe, la drogue = 60000 décès. Les médecins ont donné des antidouleurs à des gens qui en ont pris jusqu’à en mourir. Où est l’humanisme ?

Did : Que faire ? Rejoindre les associations qui oeuvrent localement : c’est un premier pas, un geste concret de soutien, elles en ont besoin, nous aussi : Adeva NC UFC EPLP

And  Tout le monde s’est carapaté de l’association Adeva NC  il faut  faire une nouvelle assemblée j’ai une montagne d’archives, et je demande de l’aide  Beaucoup de personnes doivent être sanctionnées. Les preuves sont là.

Le débat est clos

Associations « sentinelles » de N-Calédonie

ADEVA NC http://www.adeva-nc.com/ Association des victimes de l’amiante en NC

UFC Que Choisir NC http://www.ufcnouvellecaledonie.nc/ Union des Consommateurs de NC

EPLP http://www.eplp.asso.nc/ Ensemble pour La Planète

CINECITOYEN

PROJECTION-DÉBAT du documentaire LES SENTINELLES DE P. Pézerat ( 2017 . 1H31 )

à L’AUDITORIUM de la PROVINCE SUD ( Artillerie ) à 18 H

ADHÉSION ANNUELLE SUR PLACE À PARTIR DE 17H30 : Adultes: 2000 F , Jeunes>18 ans : 500F , Gratuit pour les mineurs et AMG

Contact : tel 910254 ; C6toyen@riseup.net ; site : cinecitoyen.org

SYNOPSIS :
Josette Roudaire et Jean-Marie Birbès étaient ouvriers, en contact avec l’amiante.
Paul François, agriculteur, a été intoxiqué par un pesticide de Monsanto, le Lasso.
Henri Pézerat, chercheur au CNRS, a marqué leurs vies en les aidant à se battre pour que ces crimes industriels ne restent pas impunis…
Qu’a fait la Justice envers les responsables du grand mensonge de l’amiante ?
Que fera-t-elle pour ceux de la catastrophe annoncée des pesticides ?
Nous avons besoin de sentinelles…

De la part de Laurent (ART informatique)
Pour commencer, voici des informations pouvant être communiquées aux adhérents via le blog de l’association :
– Pour les informations générales, visiter http://www.ssi.gouv.fr et https://www.cnil.fr

– Pour aller un peu plus loin : http://www.secnumacademie.gouv.fr

– OUTILS à mettre en place pour avoir une protection convenable :
pare-feu, anti-virus et anti-spam, maintenus à jour (mises à jour quotidiennes).
Attention : la mise en place de ces outils ne dispense pas d’être vigilant et attentif à tous les évènements inhabituels.

– WIFI:
. Activer le Wifi uniquement si on en a besoin.
Idem pour les autres moyens de communication sans fil d’ailleurs (Bluetooth par exemple).
. Ne pas mémoriser les points d’accès auxquels vous vous connectez.
. Si vous utilisez des Wifi publics, toujours utiliser des communications chiffrées. Au minimum des sites en « https » et préférablement des vpn.

– SAUVEGARDES : une bonne pratique est le 321,
(au moins) 3 jeux de sauvegarde, sur (au moins) 2 supports différents, avec (au moins) 1 support externalisé.

– Ne JAMAIS communiquer ses MOTS DE PASSE et penser à verrouiller sa session de travail quand on s’absente de son poste, même peu de temps. Sous Windows, la touche Windows + L permet de verrouiller sa session, il y a surement un équivalent sous MAC.

– Lors des remplacements de matériel, penser à supprimer les données qui s’y trouvent de manière sécurisée ou exigez de votre prestataire ou revendeur une attestation d’effacement des disques.

– WEBCAM des équipements : les MASQUER quand elles ne sont pas utilisées.

Pour revenir un peu plus sur le sujet du film :
– Des moteurs de recherche qui garantissent ne pas s’intéresser à la vie privée :
https://duckduckgo.com,
https://www.qwant.com,
https://www.ixquick.com,
https://search.disconnect.me.
A noter que les 2 derniers s’appuient sur d’autres moteurs de recherche, mais ne leur transmettent pas d’informations sur les internautes.
– Le moteur de recherche QWANT propose aussi une version « junior » : https://www.qwantjunior.com
Personnellement, je préconise l’utilisation de FIREFOX (fondation Mozilla) plutôt que les navigateurs fournis en standard par les éditeurs d’OS (Internet Explorer, Google Chrome, etc.).
Quelque plugins intéressant qui peuvent être ajoutés à Firefox :
– Lightbeeam : permet de visualiser les requêtes vers les sites tiers (tracking).
– Privacy badger : permet de bloquer les régies publicitaires, les cookies qui permettent le tracking, etc.
– Smart Referer : permet de masquer ses traces de navigation.

Pour terminer, quelqu’un m’a demandé comment supprimer les points d’accès WiFi mémorisés sur un iPhone.
Voici les infos que j’ai pu obtenir (je n’ai pas été en mesure de tester cette procédure) :
– Sélectionner Réglages,
– Sélectionner WiFi,
– Sélectionner le point d’accès WiFi à supprimer,
– Appuyer sur Oublier ce réseau,
– Confirmer,
– Revenir à l’écran d’accueil.

 

Pour en savoir plus: Vivre sans google (document à télécharger)

Débat à partir du film « Nothing to hide »

Intervenants : Charles Biondi (IHEDN, UNC)   Eric Olivier (Observatoire numérique),   Laurent Rivaton (Art informatique)   Gérard Sarda (LDH-NC, Comité NC d’Ethique)

Ce film, produit sous licence « Creative Commons » peut être vu facilement sur le Net !

Chr Règles du débat :  Lever la main et attendre d’être sur que je vous ai repéré
(d’abord le prénom) être concis pour que beaucoup puissent s’exprimer
rendre le micro et non le passer au voisin ; éviter les dialogues

Eric Observatoire Numérique Nouvelle-Calédonie (0)
80% de la population calédonienne utilise internet dont 80% utilise un réseau social
(1) doc source ONNC accessible ici
La 1ère source d’information : 55% sur TV ; 22% sur internet dont font partie les réseaux sociaux pour lesquels le taux de confiance associé n’est que de 13% ! Un paradoxe !  (2) doc source ONNC disponible ici
Vigilance donc, car même sans avoir confiance dans une source, je peux être influencé par les informations collectées auprès d’elle.

Logiciels libres : programmes construits en collaboration ouverte sur des plateformes ; « transparents », non appropriés, gratuits ; chacun peut les reproduire, les modifier

Lau Les appareils dans nos poches émettent en permanence des infos, des métadonnées
L’exercice proposé consiste à capturer les métadonnées contenues dans ces informations. Je précise la différence entre les données et les métadonnées : les données, c’est le contenu, les métadonnées c’est le contenant. Dans un courrier électronique par exemple, la donnée c’est le corps du message, les pièces jointes. Les métadonnées seront le type de logiciel utilisé, la date et l’heure du message, l’expéditeur, le destinataire, etc.

Ces métadonnées transitent dans l’air. Je propose une expérience, pour les volontaires qui gardent leur wifi ouvert :
je vais me contenter d’écouter le réseau wifi, avec un matériel dédié à ça.
On fera un bilan en fin de débat pour montrer tout ce qui peut être capté, sans intrusion

Ric : Source de vos statistiques  ?
Attention, le wifi ça pollue ! donc il faut éteindre quand on ne s’en sert pas

Er: L’Observatoire Numérique Nouvelle-Calédonie est une association neutre de type loi 1901, et les résultats que nous proposons sont légalement collectés auprès de sources multiples : OPT, partenaires, institut de sondage (I-SCOPE notamment pour l’étude e-commerce 2017 par l’ONNC (3) dont sont issus certains des chiffres proposés ici)

A  Que signifie chiffrer les informations ? Comment se libérer de tout ça si on l’a déjà utilisé ?

Bj Dans l’open source, la gratuité n’est pas essentielle, la transparence oui .
Chiffrer c’est une histoire de clés ; on met un message dans une boite que seules deux personnes peuvent ouvrir.
On ne sait pas comment se libérer de Tout ça !

Lau Comment se libérer ? par la connaissance des bonnes pratiques et des outils
On peut donner des solutions techniques sur le blog.
Mais attention : pas de confiance aveugle dans ces nouveaux outils, car tout évolue.
Certains acteurs peuvent être respectueux de la vie privée aujourd’hui mais passer du coté obscur demain.
Il faut utiliser ces outils de manière éclairée.
C’est normal que les utilisateurs aujourd’hui se sentent impuissants, ils ne sont pas informés.
En fait tout le monde est capable de comprendre, il faut juste vouloir et prendre le temps

Hu Y a t il des « crypto parties » sur le territoire ?

Er Pas encore ! Il y a effectivement en NC un décalage de mise en avant du numérique par rapport à la métropole notamment. Pour exemple le 1er Hackathon du territoire (4) concours de développeurs informatiques – 18 projets présentés au jury final) a eu lieu en novembre dernier (2017) en NC. Il faudrait des agents pour rencontrer le grand public et initier cela sur le territoire


Di :
Début 2017 on a tenté une 1ère expérience sur le numérique et internet, qui n’a pas eu de suite.
Après bilan, on va organiser une assistance aux personnes volontaires pour modifier leurs pratiques internet . L’important : fixer des objectifs raisonnables, fournir un accompagnement.
Il y a déjà une demi douzaine de tuteurs potentiels et bénévoles.

Chr Je ne vois pas ce que cette surveillance numérique de masse change pour moi au quotidien ; aucun impact  ; je travaille avec ce que je sais faire

Dans le documentaire, les personnes concernées sont des activistes, tous les témoignages ne sont pas des lambdas de la Vallée des colons ; Je ne me sens pas vraiment concernée, on est un peu vieux, ça nous dépasse.

Ch Ne pas confondre surveillance simple et surveillance de masse, celle ci est nouvelle.
Dans le secteur privé de la surveillance, le coté économique est primordial ;
Gros acheteurs de données : les groupes pharmaceutiques qui raisonnent en termes statistiques pour repérer des liens entre comportements et facteurs de risques, sans chercher les causes. Ce but est positif.
Cette approche statistique de la donnée peut être aussi traitée par d’autres entreprises L’être humain est alors considéré comme une donnée statistique

Di : pour entrevoir l’impact de notre utilisation quotidienne de logiciels espions, écoutons Snowden : il s’agit de protéger les lanceurs d’alerte, les journalistes, d’autres citoyens qui dénoncent abus ou injustices ; en utilisant google ou gmail, nous finançons un monstre qui menace nos démocraties.

Iz  Tout dépend de qui récupère les données

Er : Toutes les populations sont concernées par cette surveillance de masse.
Par exemple d’un point de vue économique, les 60 ans et + sont un groupe intéressant pour ce que l’on appelle désormais la « Silver economy ». Et cette population est aussi sur Internet et les réseaux sociaux !
Or facebook revend les données qu’il collecte, et les assurances peuvent s’appuyer sur des données personnelles et pourraient demain modifier leurs « règles ».
Une confidence faite à un proche du type « j’ai eu un point au cœur en courant » pourrait à termes entraîner des surcotes de cotisation, voire un refus de couverture/prise en charge et donc « couter très cher… ! »

Nos vies sont désormais aussi évaluées financièrement  : la mienne, comme la vôtre est par exemple estimée à environ 3 millions d’euros. On devient un élément statistique ! Certains évaluent également le coût d’une année de vie supplémentaire

X Une clé du débat : même dans une démocratie, connaître les gens permet de savoir pour qui ils vont voter et d’influencer les choix :
exemple récent avec l‘agence Cambridge analytica sur le Brexit et la campagne de Trump :
et ce n’est pas de la science fiction

Lau : Retour sur l’exemple de Ch dans les dérives de l’exploitation statistique des données, On confond les corrélations avec les causalités. Ce raisonnement est défaillant.

Les acteurs qui surveillent voient leur pouvoir augmenter de façon exponentielle, du coup il y a un déséquilibre qui peut causer un état totalitaire. Il faut garder un contre pouvoir.

La surveillance de masse se fait à travers des logiciels gratuits collectant des informations « illégitimes ». Il y a un malentendu sur la signification de « gratuit ». Pour les opérateurs « gratuit » signifie sans contrepartie financière ; pour moi, gratuit signifie sans AUCUNE contrepartie.
Quand un éditeur propose un logiciel gratuit contre création d’un compte utilisateur qui demandera de saisir diverses informations, il nous laisse penser que nos données personnelles ne valent rien.
Mais c’est à chacun d’en juger, pas à FB ou Google, ou n’importe quel autre opérateur.

Er Bien sur pour bien servir ses clients il vaut mieux les connaître, leurs préférences.
Ex : vous êtes dans une ville à l’étranger : On sait que vous aimez les pizzas : le téléphone vous dit « va à droite il y a un super italien. » Mais on rate le super turc… ou d’autres découvertes intéressantes !
Or tout le développement humain s’est fait sur des anomalies. En se privant de ça, on se prive de développement.

Sur Google les résultats de votre recherche sont orientés dans votre sens. En cherchant sur internet : « la terre est plate », les articles que vous allez lire vont alimenter votre lecture dans ce sens là.

G Cambridge analytica est un exemple ; mais 3 ou 4 sociétés permettent cette surveillance de masse à des pays peu démocratiques. Cependant il y a la Déclaration universelle des droits de l’homme pour les 186 pays de l’ONU : « protection des libertés ».
Article 12 de la DUDH (ONU, 1948): “ Nul ne sera l’objet d’immictions arbitraires dans sa vie privée, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur ou à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la Loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes
Il y a donc possibilité pour tout citoyen de se défendre.
De plus en France il y a la CNIL commission informatique et libertés C’est parfaitement illégal de garder des informations privées. Ces droits, il faut les exercer et les faire respecter.

Di  Attention, quand on signe sur internet les « conditions générales » pour utiliser un logiciel, on cède généralement le droit d’utiliser nos données

Dans un avion je suis content que la surveillance évite le terrorisme.

R J‘ai eu une petite expérience avec la CNIL sur des informations personnelles (médecin, entrepreneur, banquier). Je me demande quel degré de confiance avoir et comment les professionnels protègent les données que je leur confie ?

Le seul état qui ait fait une surveillance d’état c’est la RDA. On a la chance d’être dans un pays démocratique. Dans le documentaire un petit écolo se présente comme victime …
On dit que les attentats ont été déjoués par des surveillances ciblées. Mais dans mon village tout le monde savait ce que faisait tout le monde ; on ne le mettait pas sur facebook

D Y a-t-il un nouveau moteur de recherche qui garantisse la sécurité ?

Ch la CNIL oblige les entreprises à mettre en place des protections sur les données collectées mais elle n’a pas de moyens suffisants pour vérifier cette obligation.
De plus la CNIL est française ; or sur internet les américains ne connaissent pas la CNIL : c’est le droit américain et californien qui s’appliquent.
Les pouvoirs publics européens tentent de contraindre les fournisseurs américains à suivre certaines procédures

QWANT est une start up française qui ne transmet pas de données, conformément à notre réglementation ; elle en a fait un argument commercial ; ce n’est que 3% du CA de Google (40 milliards).

Er Depuis 2004, l’ensemble des règlementations de la CNIL s’applique en NC. De plus il y a actuellement un texte sur la protection des données en-cours de mise en place au niveau européen (Le RGPD – Règlement Général sur la Protection des Données – Impact professionnel ici)
Pour ce qui est du terrorisme, nous sommes dans une course effrénée, technologique et règlementaire. C’était le cas pour les armes « métalliques », une fois les portiques installés, l’usage s’est modifié pour aller vers des armes « en plastique »..Que l’on peut même imprimer en 3D de nos jours… Je pense que si cette course continue dans ce cadre de la surveillance de masse, ces personnes mal intentionnées pourraient se « dé-technologifier », par exemple utiliser des cassettes magnétiques pour lesquelles il n’existe plus de lecteurs, bref utiliser tout support non numérique, là où tout est numériquement surveillé.

C’est bien l’usage de l’outil numérique, notamment d’Internet, et sa gouvernance qui sont essentiels et doivent être au cœur du débat citoyen.

Si « jusqu’ici tout va bien, ce qui compte ce n’est pas la chute, mais l’atterrissage… »

E Comment accéder à Qwant sans passer par google ?

Lau Au lieu de tapper google dans le navigateur,
il suffit de taper l’adresse de Qwant qui est www.qwant.com ou www.qwant.fr
ou configurer votre navigateur pour qu’il devienne le moteur de recherche par défaut

Di   L’audience de Qwant peut paraître dérisoire ; précisément il faut la faire évoluer, et ainsi diminuer le pouvoir exorbitant de Google.

Lau On dit « la surveillance de masse ne fonctionne pas car il y a des attentats ».
C’est un raisonnement biaisé. Partir du principe qu’un système de lutte contre les attentats ne vaut que s’il est parfait est stupide : il y aura toujours des attentats, quoi qu’on fasse.
La surveillance de masse fonctionne ; pour la rendre plus efficace, il faut cibler.

On peut tout savoir tout sur tout le monde dans un cercle privé. Mais en public…
Quand on se sait surveillé on n’est plus le même (dire zut en public ou merde en privé)

Ch Dans un proche avenir les services de renseignement pourraient utiliser aussi les Data center – ces sites où passent les données et où elles sont enregistrées et conservées. –

La plus grosse entreprise de data center c’est Amazon une entreprise américaine soumise à la législation de cet état. Et les 3 premières GAFAM sont américaines. Les données dans un datacenter d’une entreprise américaine peuvent être demandées par les autorités des USA.
Ce déséquilibre fait que les autorités américaines en savent plus sur les entreprises et particuliers étrangers.

La NSA conserve 3 à 5 jours de l’internet mondial, l’intelligence artificielle peut traiter toutes ces données.

Le réseau social en Chine c’est WeChat. La Russie comme la Chine ont fermé internet.

Attention, même les logiciels libres ont des failles, qui peuvent être exploitées.

Er : Au niveau des États ; de par son enjeu prépondérant en termes de la (cyber)défense , le cyberespace est appelé le « 5ème champ de bataille », l’enjeu en termes de cyberdéfense étant de préserver le contrôle

« Prédictions »: une des « lois » de l’innovation et du numérique : « on ignore 80% de ce qui existera dans 20 ans » (l’innovation entraînant l’innovation).

En termes d’usages : on dispose d’un code et d’un permis de la route mais nous n’avons ni code ni permis pour naviguer sur internet. (Pour en savoir +, accès au dossier réalisé lors d’un carrefour avec les professionnels de la cyber sécurité en 2015)

Di  Laurent va montrer sur le moniteur du pupitre les résultats captés sur wifi

il est 21 h, l’heure de clore le débat, Merci pour votre participation
et sur ces questions graves, trouvons les moyens de réagiren citoyens éclairés, sans défaitisme

CRendu fait par Colette et Didier ; si oublis ou erreurs, signalez !

Attention aux Formalités d’adhésion sur place : venir dès 17h30

Documentaire ( 2017 ; 1h 26 ) de M. Meillassoux et M. Gladovic

Êtes-vous sûr de n’avoir “rien à cacher“?
Que peuvent savoir Facebook ou Google de vous en un mois ? Déplacements, heures de lever et coucher ? Consommation d’alcool, infractions pénales ? Orientation sexuelle ? Degré de solvabilité ?…
Les réalisateurs ont fait l’expérience en hackant Iphone et IMac d’un jeune artiste volontaire. Un hacker et une analyste ont pour mission de deviner s’il n’a vraiment “rien à cacher”. Que va t il en sortir ?

Et surtout quelles conséquences pour chacun d’entre nous et pour la société où nous vivons ? Que devient le droit à la vie privée ? Que faire, a titreindividuel ou collectif ?

La projection sera suivie, comme d’habitude, d’un débat où chacun pourra s’exprimer ; avec présence d’intervenants qualifiés.

Nous vous invitons à l’AG le jeudi 8 mars à 17h 45 en salle de réunion de la FOL , rue Taragnat

( à côté du Lycée DoKamo)

Ordre du jour :

  • Rapports moral (Président) et financier (Trésorier) – Discussion et Votes 

  • Tarifs d’adhésion 2018 : adoption

  • Election du nouveau Bureau

   POT amical et … citoyen, bien sûr !

Notre équipe a besoin de renforts : secrétariat, trésorerie, blog, communication, appui technique aux projections…



Nous lançons donc un appel à candidatures au Bureau de l’association (voir fiche en PJ) ou à venir nous donner des coups de main, réguliers ou à l’occasion
.

Bien cordialement

,

Pour l’équipe, le président, Didier Gasse

Pour les adhérents de 2017 : Vous pouvez donner procuration  par mail ou par écrit,   Attention  à bien préciser QUI, S’il/elle n’a pas déjà un mandat de représentation.

Statuts, et bilan financier 2018, peuvent vous être adressés, sur demande, quelques jours avant.

La première projection de l’année aura lieu le mardi 20 mars à 18H à l’Auditorium!!!!

JH Je trouve le film très américain et assez puéril ; il ne va pas en profondeur sur ces questions d’harmonie et de bien être. On n’a pas tous la même possibilité d’accéder au bonheur ; ni les mêmes façons de le rechercher

Di Le choix de ce thème et du documentaire n’a pas fait l’unanimité au sein de l’équipe.
Bonheur : un concept flou, difficile à mesurer et à atteindre. Mieux vaudrait s’intéresser aux malheurs, collectifs ou individuels, pour y porter remède. La quête du bonheur peut confiner à l’égoisme.
Pourtant ce film
m’a ébranlé ; il modifie ma perspective, en soulignant la dimension intérieure du bonheur

Claudy psychopraticienne EMDR (1) :
C’est aux USA qu’est née la psychologie positive, approche scientifique initiée par Seligman dans les années 90 .
Ce film a le mérite réel de mettre en avant des vertus fondamentales : compassion, altruisme..
Distinguer l’hédonisme : recherche du plaisir non durable et l’eudémonisme – comment réussir sa vie

Je suis spécialiste EMDR et j’ai aussi recours, en complément, à la psychologie positive.
Il faut aider les personnes à trouver la force pour rebondir sur les accidents de la vie.
Il faut savoir qu’il existe des gains post traumatiques, comme pour cette femme qui a été défigurée et se sent désormais plus heureuse qu’avant son accident

Q Expliquer ces pourcentages curieux  : 50 %, 10 % 40 %

Di Avec des techniques de mesure du bien être (…) et à partir d’observations sur des jumeaux homozygotes, il a été constaté une sorte de capital bonheur inné, variable selon les individus, et qui représenterait une moitié de ce qui peut être atteint 

Claudy Par rapport au ratio 50 génétique , 10 événements de la vie, et 40 % qui dépendent de nous …
Je pense important d’expliciter que ces 40% dépendent en grande partie de nous, nous n’avons pas le choix des situations mais nous pouvons choisir la maniere de les vivre

Ex bruno Betelheim, devenu psy apres les camps de concentration a travaillé sur l’autisme donc l’enfermement,
Simone Weil auschwitz a oeuvré sur le droit des femmes a disposer de leur corps …
donc même ds les circonstances les plus effroyables certains individus peuvent résister et sublimer


JF Oui, mais le sentiment, ça ne se commande pas.. que faire si je ne m’aime pas ? Une seule recette est sure de marcher : la cocaine !

Ch pour moi, le bonheur c’est d’abord d’agir, de se sentir utile Aider les autres les rend et nous rend heureux

Je suis infirmière auprès d’Alzheimer, en fin de journée bien remplie he e sens aussi satisfaite que si j’avais sauvé des vies au bloc opératoire

B Comment faire pour s’aimer ?
Le documentaire parle d’authenticité et d’épanouissement personnel. Il ne s’agit pas de chercher le regard des autres mais d’écouter nos petites voix intérieures, de suivre les rêves qui sont en nous

G Pour être heureux la relation sociale n’est pas nécessaire si l’on est en harmonie avec son environnement

X J’ai été infirmière pendant 40 ans ; c’est un métier magique ; on peut trouver le bonheur dans l’aide aux autres, une meilleure connaissance de soi, en protégeant la nature..

Do On a entendu deux infirmières ; il faut savoir que ce métier est un véritable sacerdoce et que sa durée moyenne d’exercice est de .. 7 ans !
L’accès au bonheur est aussi limité par une société qui nous impose rentabilité, performance et concurrence
Pour ceux, nombreux, obligés d’évoluer dans la ville la relation à la nature est problématique

Al Le bonheur s’exprime de façon différente selon les pays et les cultures ; par exemple en Asie ou Océanie la rupture avec son groupe social entraine le malheur . La solidariré est un facteur clé du bonheur

JF Dès le début, « mesurer le bonheur » m’a refroidi
Par contre l’exemple du Bouthan avec son Bonheur intérieur Brut est un gros pied de nez à la société capitaliste qui veut tout mesurer à l’aune d’une économie marchande

Ju Le bonheur n’est pas toujours confortable
Pour en résumer la recette ce serait «  faire ce que l’on aime et aimer ce que l’on fait »

JH Le bonheur s’intègre à la personne même, nous sommes tous différents

Di Peut on être heureux avec des gens malheureux autour de soi ?

X Peut on être heureux tout seul ?

H à partir de mon expérience personnelle : j’ai vécu longtemps en opposition aux autres et ça rend malheureux ; car ce que l’on fait aux autres on le fait à soi même ; je l’ai compris quand j’ai eu un enfant

Cl Il y a la question des hormones ; ainsi la cytocine échangée entre la mère et l’enfant qu’elle allaite
De bons échanges intelleectuels peuvent aussi aider à tisser des liens harmonieux
Expérience de petites souris privées de nourriture auxquelles on donne le choix entre manger ou être réconfortées : le besoin d’amour prime sur le besoin de nourriture

JF s’aimer les uns les autres bien sur.. mais il ne faut pas renoncer à combattre ses ennemis !

Ch Attention à ne pas polluer le débat sur le bonheur avec des notions empreintes d’une certaine morale ;
je n’apprécie guère le terme « compassion » qui installe une hiérarchie
Et les marchands de bonheur, particulièrement actifs en N Calédonie ? n’est ce pas un problème ?

Ju Le développement personnel avec l’aide d’un « coach » m’a fait me découvrir ; sans lui je serais une autre personne

X Attention à ne pas tout confondre : coach sportif, professeur, coach de vie..

Cl Pour parler de ce que je connais, l’EMDR,
c’est une thérapie reconnue par la Haute Autorité de la Santé et par l’OMS.
Il existe un cadre strict, du moins en métropole, avec obligations de formation et remise à niveau, une supervision, et une accréditation qui conduit à répertorier dans un annuaire officiel ;
c’est un moyen de vérification qui peut être utile, notamment en NC


Mi et JH : Attention aux sigles et anglicismes ; coach peut se dire .. coche, comme dans le bon vieux temps 😉

——–

(1) (Eye Movement Desensitization and Reprocessing …) Thérapie des syndromes de stress post traumatique

Remarque complémentaire de Claudy

A moins d’être des surdoués du bonheur ..gros porteurs de sérotonine , le bien être durable se cultive
Exercices physiques, méditation, … favorisent un sommeil réparateur et production de leptine, hormone anti deprime
Une alimentation équilibrée en macro nutriments pour une bonne sante …car toute douleur physique a son corollaire de douleurs morales .
Donner du sens a sa vie en dépassant l’individuel, transcendance
Et cultiver le lien de qualité, nourrissant …


HAPPY : les secrets du bonheur

Documentaire de Roko Belic  (2014 ; 1h 15 )

Auditorium de la Province Sud
ATTENTION  la projection débutera à 18h 30

Qu’ont en commun le porteur de rickshaw à Calcutta, le Dalaï-Lama et un volontaire de la Maison des Malades de Mère Teresa ?
Dans ce voyage aux quatre coins de la planète, découvrez des personnes de tous horizons et leurs propres définitions de « la plus profonde des émotions ».

Ce film passe en revue les clés de la science du bonheur, la Psychologie Positive.
Des acteurs de cette discipline viennent expliquer, et même démontrer, comment développer notre bien-être et accéder au bonheur.

Happy : Apprenez à être heureux !

La Montée des Gros

Mercredi 29 novembre à 18h 00 :
à l’auditorium de la Province Sud
un documentaire de Denis Pinson et Laurent Jacquemin (52 mn, 2015)

Entrée libre et gratuite pour tous
avec le soutien d’Archipel Production

L’Océanie, paradis sur Terre. Mais, sous le soleil et les cocotiers, la vahiné a aujourd’hui bien changé …
L’obésité est partout, ou presque, dans les îles du Pacifique. Au top 10 des pays les plus touchés par cette maladie dans le monde, 9 sont des petits états insulaires du Pacifique.
Histoire, culture, environnement alimentaire sont autant de facteurs qui ont contribué à rendre ces populations en surpoids. Loin d’être un problème individuel, l’Océanie doit à présent faire face à ce phénomène de masse, aux retombées économiques et sociales lourdes de conséquences.
En suivant Loïc et Rémy en Nouvelle-Calédonie, Adrienne et Camélia en Polynésie Française ou le Pasteur Ma’afu à Tonga, le film « La montée des gros » alerte sur le sujet et tente de comprendre pourquoi le physique des Océaniens a si brutalement changé.
Sommes nous face à notre déclin ou à l’aube d’un grand changement essentiel ?

    1. Insoumises : Compte-rendu du débat
      Marie Paule Robert responsable du Relais entre 2007 et 2012
      rappel : l’Europe a aussi connu sa période obscurantiste. Actuellement, en Nouvelle Calédonie,
      où en sommes nous ?
      Les violences envers les femmes sont importantes : 1 sur 10 en France, 1 sur 4 en NC …
      Au Relais, mise en place d’une équipe pluridisciplinaire comprenant des Psychologues Cliniciens avec compétences spécifiques complémentaires, une
      Juriste, une Art thérapeute, une Sophrologue, des Educateurs pour l’accueil puis le suivi des victimes, mais aussi pour la prise en charge des auteurs de violences : ce dernier point est essentiel.
      Car il ne suffit pas de s’occuper du symptôme, il faut travailler les causes de la violence .
      Trois racines à ces violences : sociologiques/ethnologiques ; criminologiques ;et familiales. Ce
      tte dernière racine est certainement celle qui ronge tous les auteurs .
      Il faut arriver à la compréhension profonde du phénomène et entreprendre une vraie démarche thérapeutique . Sur des centaines d’hommes violents suivis par le relais , tous ont fini par faire apparaître des blessures profondes et graves ; si on ne les traite pas, la récidive est assurée..

      L’approche systémique est un excellent outil pour ces problématiques .
      Avec cette approche
      nous avions de bons résultats.

      Plaintes en Nouvelle Calédonie : Par courrier adressé en octobre 2008 à tous les commissariats et gendarmeries ainsi qu’aux partenaires le procureur de la République a signifié clairement la fin de la « main courante » sans valeur juridique, et demandé d’enregistrer les plaintes .
      Il a fallu aussi gérer l’hébergement, souvent en urgence . Le foyer Béthanie accueillait les victimes avec ou sans enfants . Cette situation injuste nous a amenés à travailler avec la RAPSA pour l’accueil des auteurs .Première étape : 8 lits à la disposition du Relais pour des auteurs en situations de suivi psychologique . Puis construction de studios toujours au sein de la RAPSA .

      P ok mais au risque d’être mal perçu, je dirai qu’ il faut admettre que la majorité des actes graves de violences concerne davantage une ethnie, et est en relation avec l’alcool.

      B Non, la violence touche toutes les catégories de population, et l’alcool n’est en réalité qu’un déclencheur.

      D Pour un débat constructif, acceptons le politiquement incorrect  ; il y a des statistiques officielles et incontestables; et l’alcool est un déclencheur dont beaucoup de victimes se passeraient volontiers
      Le travail de cette équipe du Relai
      s a été remarquable ; et aujourd’hui, qu’en est il ? on aimerait bien entendre un responsable actuel

      R Nous l’avons contacté et il nous a demandé une invitation officielle pour participer ; ainsi fait, mais personne n’est venu…

      B Soyons clairs : tous les outils juridiques sont en place ; ce qui manque : une volonté politique forte

      P On ne peut nier que la situation des femmes canaques en tribus est particulièrement difficile.

      MP La violence en milieu Océanien est très visible parce qu’elle est surtout physique, mais n’oublions pas les violences psychologiques feutrées qui font de terribles dégâts ( dévalorisation permanente , séquestration , viols conjugaux , …..)

      Véronique Mollot-Lehoullier : représentante du Vice Rectorat, pilote du comité des 3E (Education à l’Egalité à l’Ecole) et représentante de la LDH-NC
      Dans le cadre du projet éducatif calédonien , de nombreux dispositifs sont mis en place en établissement scolaire pour lutter contre toutes les formes de violence et de discrimination et en particulier pour installer une réelle égalité filles-garçons : un protocole de lutte contre le harcèlement a été élaboré par le vice rectorat, une instance inédite a été créée, qui regroupe personnel éducatif et personnes de la société civile, le comité des
      3E ….
      On forme les professeurs mais aussi des élèves à repérer des signes discriminants voire de détresse, à trouver les mots justes, à savoir à qui s’adresser ; pour faire évoluer les mentalités, apprendre à porter un autre regard sur soi et sur l’autre, renforcer le respect mutuel.
      Et je précise qu’à la LDH-NC, il existe une «commission genre » dont les réflexions et propositions sont portées au plus haut niveau sur le Territoire et indiquent bien que toutes les communautés sont concernées

      Fara, au nom de Femmes en colère et de l’UFFO
      femme canaque, originaire de Maré, je n’ai pas subi de violences, mais il y en a sur les femmes, et plus qu’avant ; pour l’analyse, on ne peut se dispenser de revisiter l’histoire de notre pays dont la colonisation s’est faite aussi avec de grandes violences

      Utile aussi de se reporter à une enquête sur l’insertion des femmes calédoniennes dans le monde du travail. Les femmes européennes sont mieux loties ! Et dans les squatts il existe une terrible violence économique..
      A signaler la CEDEF Convention pour l’Elimination des Discriminations envers les Femmes

      Pour Femmes en Colère, la 1ère violence est celle d’élus politiques qui devraient pourtant être exemplaires ; certains n’ont pas vu leurs mandats renouvelés, nous nous en réjouissons
      RV Samedi 25 novembre de 9h à 11 h au
      marché muncipal (et non au kiosque à musique) :
      pour interpeller les autorités et d’abord le Congrès sur le cahier de revendications qui a été déposé et est resté sans suites pour le moment alors qu’il nous a été promis un débat public sur ce thème

      C lit des statistiques montrant que les salaires des femmes progressent moins vite que ceux des hommes : reflet d’une discrimination qui perdure malgré tous les beaux dicours

      X regrette que les causes profondes de ces violences ne soient pas correctement analysé

      H par expérience, à toute violence correspondent toujours Souffrance et volonté de Domination, qui sont de plusétroitement liées ; voila qui explique l’essentiel, ensuite il faut appliquer ce schéma aux situations particulières ; ce n’est donc pas au fond une question d’ethnie ni d’alcool

      VL il importe de travailler sur l’estime de soi, pour les unes comme pour les autres

      F Mesdames, pour avancer, il nous reste à déconstruire le vieux monde fabriqué par les hommes !

 

Documentaire écrit par Éric Guéret et Frédérique Menant – Réalisé par Éric Guéret – 145 mn –

PRÉSENTATION PAR LE RÉALISATEUR :

“Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits”, annonce l’article premier de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.

Mais selon que l’on est un homme ou une femme, la liberté, l’égalité, la dignité et les droits ne sont pas les mêmes. Cette réalité, elle aussi, est universelle. Que ce soit dans les sociétés les plus traditionnelles ou dans les plus modernes, dans les peuplades reculées ou dans les conseils d’administration des multinationales, les femmes sont placées en situation d’infériorité.

En un mot, la moitié de l’humanité vit dans la soumission et l’oppression. Souvent, c’est au nom de la tradition que les femmes sont soumises, cachées, mutilées, échangées, privées de leurs droits ou violentées. Derrière le paravent des coutumes et des habitudes, la “tradition” sert d’alibi pour maintenir une domination et écarter les femmes du pouvoir. Pour y résister, certaines ont décidé de se lever et de protester. Quels sont leurs combats ? Comment s’y prennent-elles ? Quelles résistances rencontrent-elles ? Ce film propose de répondre à ces questions en s’attachant au combat de cinq femmes extraordinaires à travers le monde, cinq “insoumises” – Ranjana Kumari en Inde, Kadidia Sidibé au Mali, Nebahat Akkoç en Turquie, Siriporn Skrobanek et Khun Nee en Thaïlande -, et d’associations comme L’Escale, en France.

Au cours de plusieurs voyages, nous les accompagnons sur le terrain au sein de leurs associations, auprès des femmes pour lesquelles elles se battent et qui, à leur tour, se lèvent, s’organisent et se battent contre les oppressions qu’elles subissent. Rien n’est inéluctable. Là où les combats sont menés, les injustices reculent. La lutte de ces femmes remarquables constitue l’essence de ce film.

Alors, soyons insoumis à notre tour. Nous ne sommes pas naïfs : faire un film ne changera pas le monde, mais il nous invite tous à changer de regard, à interroger la place que les sociétés, des plus traditionnelles aux plus modernes, laissent aux femmes. Car si les violences perdurent c’est que les sociétés le permettent.

Éric Guéret
Réalisateur

 

Bande Annonce : https://www.youtube.com/watch?v=EB-UiS8VxeE

Débat sur Le Trans-Humanisme

Intervenants
Jean François Le Petit : chirurgien orthopédiste, membre du comité d’éthique en NC
Yves Page : pharmacien et biologiste
Florent Franchette Naturel : philosophe des sciences

Dom : dans ce film 99% du temps de parole va aux hommes, or les femmes avec leur cytosine sont porteuses d’un vrai humanisme contrairement aux hommes ; on l’a déjà dit : l’avenir de l’homme, c’est la femme !

Au Médipole on utilise déjà des robots sur roulettes .. qui remplacent les médecins

X : Une réflexion de physicien sur « l’université de la singularité » : en 1940, Fred Doyle a lancé ce terme à propos du big bang avec le début d’une nouvelle humanité.
Aujourdhui la singularité n’existe plus ; on sait que l’univers n’est pas lisse mais granuleux et discret ; on reste limité par la distance/constante de Planck et dans la nanotechnologie ; et dans un univers fini, toute croissance exponentielle a un terme.Il y a donc des seuils, des plafonds : de quoi diminuer les ambitions des scientifiques de la singularité !

JFL :  Résister comme nous y invite le film, mais comment ? il y a des raisons d’espérer, des solutions simples existent.
Après la France en 1983 lors du don et greffe d’organes, la NC a institué en 2006 un Comité d’éthique nommé par le gouvernement.
Composition précisée en 2015 ; 21 personnes volontaires et bénévoles, pour vous représenter : 1/3  monde médical 1/3 autorité morale philosophes psychologues et 1/3 techniciens des sciences sociales.
Sur demande du gouvernement le Comité émet un avis sur des textes en projet, sur leur conformité aux exigences éthiques et aux études scientifiques. Il peut aussi s’autosaisir.

ETHIQUE : Il s’agit de remettre de l’humain là où il n’y en a plus, de rétablir la balance.
Le comité d’éthique réfléchit à conserver la qualité humaine, en évaluant les projets de loi selon divers critères

1 la bénéficience (bénéfices que les personnes peuvent en tirer )

2 la maléficience

3 est il juste pour l’individu seul, peut il exercer sa liberté ?

4 information des personnes concernées ?

Exemples : le don d’organe, la fin de vie, le plan santé do kamo.

Il agit dans un véritable esprit de resistance par rapport aux évolutions de la société.

D : le comité éthique n’a qu’un avis consultatif ; et qu’il faudrait pouvoir le mettre en relation avec les citoyens ordinaires,

X en régime de croisière depuis 2 ans. Une réunion d’information au congrès : personne n’est venu ; communication à revoir ?
Ce comité ethique doit émaner des citoyens ; nous contacter si on découvre un problème .. dès que nous aurons une adresse mail

Chr : on espère que vous ne serez pas une caution mais une résistance.

Est ce qu’on est encore dans un état de droit moi je me sens dépossédé de mes droits. Dans ce qui se fait là ( le documentaire ) je ne sens pas mes droits respectés

Col : on retrouve un peu les bouleversements avec l’introduction de l’imprimerie. Dans ce documentaire, beaucoup d’opinions politiques, peu de sagesse humaine.

Fl : Où est le respect de la vie humaine ? Où est la frontière avec la vie privée ?
Affaire Snowden : la NSA met sur écoute les citoyens surtout en France et aux USA.
Google traite les données et repère les mots clefs, et déclare que c’est pour préserver notre sécurité. Mais la limite entre sécurité et privée est mince. Avec vigipirate on perd une partie de sa liberté pour la sécurité.
Par exemple on est réticent à aliéner une partie de notre vie privée ; quelle file choisir : celle où on contrôle juste les passeports ou celle où on regarde tout ? Je pense que vous conseilleriez de vérifier la vie privée de chacun

D : Moi c’est juste le contraire. J’ai préféré les aéroports des pays qui controlaient moins ; ça veut dire qu’ils ne sont pas soumis à des risques d’attentats en raison de leur politique étrangère.
On ampute à la fois notre vie privée et notre sécurité. Peut on encore avoir confiance dans les gouvernements…

Et : la légitimité des gouvernements est remise en question par ces petites élites
Comment résister ? on peut se dé-googliser, il y a des moteurs de recherche alternatifs, certains meilleurs que d’autres et vous ne serez plus fliqués  C’est à chacun de nous de faire sa recherche.

G : J’ai le même âge que le réalisateur. La SF était en plein boum : j’ai l’impression d’être préparé, j’en ai entendu parler de toutes ces avancées. .De même qu’on a dit un jour les hommes voleront et les hommes volent .
Les jeunes, ça ne les gêne pas d’avoir un profil sur facebook, tout va bien.
Je prends de l’âge : quand on me mettra une puce ce sera pour une meilleure santé.
Mais chez l’humain il y a un autre accès d’information et cet accès c’est l’intuition, que le robot n’a pas.

JF : il y a un lien entre ldéveloppement du transhumanisme et la politique d’un pouvoir sans courage d’aller contre l’ultra libéralisme.

Chr: Ce reportage montre un total contrôle de l’humanité par la technologie (comme mettre une puce dans le bras pour payer). On nous conduit à une «dictature douce»
Regardez comment les gens ont accepté d’aller aux caisses automatiques dans les supermarchés, donc d’accord pour que des emplois soient supprimés. Dans Cash inv, les ouvriers menés par des machines tombent dépressions.
La résistance doit se faire au quotidien car il y a de plus en plus de contrôles partout.

Et : les politiciens sont impuissants face à Google. Que faire contre un logiciel ?

Y : quelqu’un au 16ème siècle a eu une intuition géniale : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme» ;

Les transhumanistes ont un idéal. Je vais vers une caisse sans caissière, je n’ai pas d’idéal. Le transhumanisme est une forme de religion, avec ses prophètes…

R: la plupart sont américains. Les jeunes en Europe seraient plus humanistes. mais il faudra les éduquer pour ne pas les robotiser.

V : ce qui m’a touché dans le film : ce processus exponentiel énorme. Comment lutter concrètement ?

P : les évolutions technologiques ont toujours été liées au militaire.
Avec les progrès techniques les agences bancaires ferment, les taximen seront remplacés par les robots ; les meilleurs joueurs sont battus par les machines.C’est un choix politique. Le problème, ce n’est pas la technologie c’est ce qu’on en fait.
Il ne faut pas juste avoir peur. Il peut se passer aussi des choses positives

B : le danger, c’est que seuls les riches puissent en profiter mais pas les pauvres

D : il faut bien faire la différence entre
– soigner ou réparer l’homme
– l’ augmenter ou l’améliorer.
Quand on répare, on le met au niveau des autres ; quand on augmente ceux qui en ont les moyens, on renforce les inégalités.
On peut toujours résister et perdre ou gagner ; mais l’important c’est le voyage c’est les luttes dites désespérées qui sont les plus belles .

Ch les régimes politiques savent s’auto-protèger. On a simulé un vote de la présidentielle avec d’autres modalités,( une note pour chaque candidat) : Mélenchon vainqueur, suivi de Macron, le Pen très loin ! En France il faut des millions de voix pour proposer un référendum .

V : On a bien de la chance de pouvoir venir en discuter … Pensons aux handicapés : la technologie a changé leur vie.

Ch : on a vu que la sécurité sociale (cf le film « les jours heureux ») et les avancées sociales sont remises en cause actuellement – cf dans le chien bleu sur la Cafat

D : bien sur il faut que les handicapés soient remis à niveau, le débat est ailleurs

F : Certains humains ont une relation au corps qui change – cf percing. J’ai été étonnée en Inde par une personne qui rampait : elle parlait avec tout le monde.
La robotique entraine une deshumanisation comme pour les personnes âgées qui n’ont plus personne avec qui parler ou avec un enfant qui va jouer avec le petit robot

G : je ne suis pas très sensible à l’idée de résister contre le progrès technique. Par contre, il est bon de réfléchir : que faire de la circulation des infos sur nous, de leur utilisation commerciale ? Refuser toutes les évolutions technologiques ce n’est pas bon,

Chr : Ce qui est choquant, c’est la création d’inégalités, c’est l’homme augmenté par des implants dans le cerveau, un peu comme les cours particuliers des classes aisées à leurs enfants. Ces technologies vont accroitre les inégalités. Le conférencier du film disait : vous serez les perdants, les parents riches le feront, d’abord par snobisme ; puis il y aura disparition des métiers si il y a pas de résistance. C’est les robots qui feront les cours.

Fl : pour faire l’avocat du diable : la machine à laver s’est démocratisée…
La création d’inégalités entraine la disparition d’une valeur : le mérite. Qu’est ce qui fait que quelqu’’un est méritant ? On est digne, on se donne des buts et on peut y arriver. Mais si c’est en utilisant la technologie ?

La technologie : fabuleux, mais attention à la manipulation des esprits , le futur président sera désigné avec l’aide de google

D: j’ai lu que quand on se sert de Google, si on appuie sur la touche de recherche, la page de résultats s’ouvre 12/100 de seconde après. Pendant ce laps de temps, Google rassemble notre dossier d’infos personnelles synthétisées, sait qu’on s’intéresse par exemple à l’achat d’une voiture et propose une enchère où un vendeur de voiture gagne le marché et peut afficher sa pub à côté des résultats

H : la technologie c’est formidable. C’est une façon de démocratiser, on peut apprendre le piano ; on a un point de vue trop négatif sur la technologie : il faut juste encadrer l’usage

Et : ils m’inquiètent, les politiques. Ils n’ont plus les moyens intellectuels et techniques, ils ne comprennent pas Google, ni Facebook,

D : un certain homme politique et son équipe semblent bien maitriser le web et la technique des nouveaux medias

R Le fondateur de Facebook veut être candidat à la présidence des Etats Unis !

L : on a les hommes politiques que l’on mérite ; pour résister efficacement, changeons notre façon de penser

M : Google s’est associé au grand labo pharmaceutique Sanofi en 2018 pour lancer la médecine sur internet

D : Dans le Monde Diplo, un article de Jacques Testard : avec une découverte fin 2016, on a pratiquement réalisé toutes les étapes pour fabriquer en masse des embryons humains puis les trier selon des critères génétiques.
On est donc en capacité d’une sélection de l’humain par l’humain, nous sommes à l’orée d’un remodelage possible de l’espèce humaine. Cela dans le silence des médias et des politiques.
Des enfants de meilleure qualité à un prix correct, c’est possible ? souhaitable ?

Y : L’eugénisme peut être positif et négatif (comme le nazisme). Quand on fait un dépistage systématique contre des risques génétiques, le choix n’est pas simple. Tout ce qui a rapport à l’eugénisme est complexe

Le mot de la fin : un effort de transcendance pour éviter de sombrer dans un déshumanisme !


Retranscrit par Colette et Didier
n’hésitez pas à laisser un commentaire..

UN MONDE SANS HUMAINS ?
Documentaire de Ph. Borrel ( 1h 35, 2012)
Mardi 10 octobre à 18 h 00 Auditorium Province Sud

Depuis une quinzaine d’années, l’accélération du progrès technique a permis de réaliser des prouesses impensables.
Refaire marcher des personnes amputées, exosquelettes décuplant la force des soldats, logiciels capables de déceler nos émotions et nos goûts… Tout cela ne relève plus de la science fiction.

Mais jusqu’à quel point est il raisonnable « d’améliorer » nos capacités physiques et mentales ? Quels effets sur notre humanité et sur nos sociétés ?

Ce documentaire met en scène les débats qui opposent
– les partisans du courant “transhumaniste”, dont les adeptes voient dans les techno-sciences un moyen de créer un homme parfait, bardé d’implants
– à des philosophes et des scientifiques qui tirent la sonnette d’alarme pour exposer les enjeux politiques et économiques que cache ce scientisme acharné.
« Un monde sans humains » lève le voile sur un univers futuriste, plus réel et imminent qu’il n’y paraît.

un monde sans humains ?

(2009, 1 h 47)
(Film construit à partir du récit vécu d’Hervé Chabalier)

Hervé, patron d’une agence de presse, souffre d’une dépendance à l’alcool qui affecte sa vie familiale et professionnelle. Pour s’en sortir, il entre en clinique spécialisée dans la désintoxication.
La cure s’avère très difficile ; en aidant une autre patiente il se trouve confronté à ses propres démons.
Auto destruction ou guérison ?
Un film remarquablement servi par François Cluzet

Interview d’Hervé Chabalier:

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-139140/interviews/?cmedia=18920983

Bref Compte Rendu de Flo, fait de mémoire, donc incomplet
Intervenants : B (médecin généraliste) F (association Terre de Santé)

Mini – sondage : Sur la cinquantaine de personnes restées pour le débat, une dizaine avait pris des statines dans leur vie.

Lire la suite