Compte rendu succinct

Une vingtaine de présents, toutes les décisions prises à l’unanimité

– Modifications de Statuts, Rapport financier, Rapport moral et Règlement intérieur : adoptés

– Tarifs 2017 adoptés

L’adhésion passe à 2000 fcp pour les adultes, à 500 f pour les jeunes et étudiants, gratuité maintenue pour AMG et mineurs de 18 ans

– Nouveau Bureau :

Rosa Canto Gasse, Florent Domergue, Didier Gasse, Christian Nicolas
il se réunit lundi 13 pour répartir les postes et coopter d’éventuels membres associés

C’est parti pour de nouvelles aventures cinécitoyennes !

Assemblées Générales  JEUDI 9 MARS

en salle de réunion du Centre administratif de la Province Sud
( soit dans le même hall que pour nos projections habituelles )17 H 30 Assemblée Générale EXTRAORDINAIRE 
pour modifications (minimes) des statuts18 H Assemblée Générale ORDINAIRE
Présentation et vote des Rapports moral et financier
Tarifs d’adhésion 2017
Adoption d’un Règlement intérieur
Election du nouveau Bureau

un POT amical et citoyen cloturera l’AG

Info : La première séance 2017 aura lieu mardi11 avril

A bientôt !

  1. M Ce film fait écho – et même il anticipe – la philosophie des Lumières et le combat de la raison (de la liberté du jugement) contre l’ignorance et l’obscurantisme.
    Ce film montre que la défense des valeurs :
    – d’autonomie : oser penser par soi-même,
    – de tolérance : le droit de combattre des idées et non des personnes,
    – et de liberté d’expression : le droit de tout dire dans les limites prescrites par la loi,
    sont plus que jamais d’actualité : non seulement avec les fanatismes religieux mais avec la soumission inconsciente à toutes les formes d’autorité, morales, politiques, sociales… On peut se demander si contrairement à la fin du film, la croyance et l’obéissance n’ont pas tendance à triompher sur la liberté de jugement et la réflexion ?
  2. Ce qui m’a frappé dans ce film : on retrouve cette progression de l’intégrisme, dans cette capture d’esprits vulnérables, avec les mêmes mécanismes que ceux, des siècles plus tard, décrits  dans le documentaire sur la scientologie, projeté en aout.
  3. Dans ce processus d’intégrisme qui se développe, gardons nous d’oublier le rôle joué par ceux qui, en haut, tirent les ficelles  pour accroitre leur pouvoir ; il faut voir au delà des fanatisés, et c’est vrai encore aujourd’hui
  4. Le film semble opposer frontalement liberté d’interpréter et de juger ET l’obéissance à une autorité extérieure.
    Or la société, pour exister et fonctionner, requiert une dose d’obéissance, au moins à la loi. L’éducation sans une “soumission”  initiale au “maître” peut-elle vraiment être féconde ?
    Pascal disait : “Il faut savoir douter où il faut, croire où il faut, se soumettre où il le faut.” C’est souligner les dangers d’une liberté livrée à elle-même : on tombe alors dans les travers du relativisme où une opinion se trouve justifiée dès qu’elle est prononcée et défendue par un individu…
  5. c’est une reconstitution historique avec quelques anachronismes, pour servir un propos ; par exemple l’inquisition est venue plus tard que le 12ème siècle
  6. Certes, Averroes incite les gens à penser mais il y a possibilité de dérives  avec ceux qui le suivent en le voyant comme un ange. Il y a ce point commun
  7. la grande différence c’est que Averroes pousse les gens à agir par eux mêmes
  8. Mais il y a des gens qui ont des problèmes et qui ont besoin de se sentir conduits,guidés
  9. N’oublions pas qu’en France, récemment,  il y a eu 300 morts, soit un demi Ouradour ; et ce ne sont pas les catholiques qui ont tué. Chahine dénonce l’intégrisme avec sa violence. On ne peut tout ramener à la psychologie. Certains nazis n’étaient pas malheureux.
  10. Vrai, on a tendance à réduire la violence à des causes psychologiques alors qu’elle procède aussi de rapports de force.
    Mais alors attention : pour respecter les faits, il ne faut pas oublier non plus les 300 000 morts, ou plus, victimes de guerres et de bombardements menées par l’Occident pour des motifs douteux ou même mensongers ; et les millions de personnes exilées…
  11. Dommage qu’il y ait peu d’Averroes aujourd’hui.
  12. On peut dire que Noam Chomsky  88 ans est un Averroes  actuel. Quand on le lit, c’est lumineux, on se sent intelligent. Nos medias parlent très peu de lui, ils ne l’aiment pas.
    Venu en France recevoir un prix, il a été boudé par l’Assemblée nationale car ses propos dérangent, notamment en géopolitique.
  13. Les phénomènes de fanatisme et divers problèmes psychologiques sont liés au fait que sans croyance ou sans idéal les gens sont attirés par les extrémismes.
    Faute de trouver un sens dans leurs vies, ils sont happés par l’aventure du fanatisme.
    Le manque de vie spirituelle conduit à une déstructuration philosophique, à la perte des repères classiques. Ils sont alors en recherche d’une sortie de secours vers l’absolu
  14. Chahine souligne que l’ignorance peut mener à cette emprise. Averroes reproche au jeune prince de ne connaitre aux mathématiques. C’est la satisfaction de l’ignorant.
  15. la déstructuration de l’individu est induite par une perte de repères, à laquelle contribue la société de consommation en mettant l’accent sur des désirs à satisfaire immédiatement, au détriment de se cultiver en profondeur – ce qui conduit à l’ignorance
  16. sur les causes du fanatisme : il s’agit moins de l’ignorance elle-même ou du vide de sens (que peuvent éprouver jeunes et moins jeunes…) que de l’absence de reconnaissance de cette ignorance ou de ce vide en chacun. L’ignorance qui s’ignore elle même la pire.
    Autrement dit, c’est la négation ou le refus d’accepter nos limites, nos faiblesses qui fait le lit du fanatisme – une forme radicalisée du dogmatisme.
    La démocratie, au contraire du fanatisme, repose sur l’acceptation du désaccord, de la discorde : on est d’accord sur le fait de ne pas être d’accord… seul cet accord garantit tolérance, liberté d’expression et respect de l’autre.
  17. On a proposé comme causes des actes terroristes le manque de spiritualité, l’ignorance, la pauvreté, l’inégalité, l’hégémonie sur le monde.
    Moi j’ai retenu qu’une attaque par un drone c’était 10 terroristes de plus.
    Et qu’à la montée du fanatisme répond la montée du populismePar ailleurs pour ce qui est de l’absence de savoirs, je réponds qu’une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine. C’est toujours plus facile de rabaisser les autres plutot que de se mettre à leur hauteur.Enfin ma liberté n’est pas de faire ce que je veux : elle finit là où commence celle des autres
  18. La communauté subit une  perte de repère,  ce qui constitue une maltraitance et l’individu recherche un groupe où il se repère. On peut le voir dans le processus du film ou dans celui de la scientologie. C’est vieux comme le monde.  L’esprit critique prend du temps.
    La diversion, la distraction,  la TV sont la fin de la réflexion par soi même
  19. On  a oublié de dire que les parents doivent mettre des limites, apprendre le respect entre frères et sœurs. Il faut revenir dans nos maisons ; et voir pourquoi les jeunes ne savent plus où ils habitent.
  20. Ah le retour à la maison…Chaque fois que l’économie a eu besoin des femmes il y a eu une poussée du féminisme – par exemple en 45 après la guerre. Mais quand on n’en a plus besoin on dit aux femmes de retourner à la maison pour éduquer les enfants.
    Mais je pense en effet qu’un enfant a besoin d’un tuteur pour grandir, pour pousser droit ; ensuite il coupera les liens et choisira ceux qu’il désire mettre en place.
  21. Je porte un regard critique sur la fin où l’on voit la pensée gagner sur la  non pensée, la victoire d’Al Mansour sur les islamistes..
  22. en réalité ce sont les islamistes qui ont gagné cette bataille ; mais au niveau de l’histoire ce sont les catholiques qui sont arrivés au pouvoir en jouant des rivalités entre musulmans.
  23. Il faut nous remettre dans le contexte des années 90. En 95 il y a eu un attentat avec un car entier de tués en Allemagne ; en 97 Chahine fait son film. Souvenons nous de Salman Rushdi – c’est d’ailleurs le nom arabe d’Averroes – et de la fatwa à son encontre. De Joseph Anton : Vie de Rushdie pendant la fatwa
    Chahine a été un militant qui a eu des problèmes. Avec Patrice Chéreau ils ont monté Bonaparte, une pièce contre les islamistes. A l’époque il y  avait un mouvement intégriste en Algérie   Il y a des rapports très compliqués  entre religion et science
  24. A signaler : livre d’Aldo Naouri sur l’éducation ; émission sur France inter de 13 à 14h: renseignement, radicalisation  et théorie du complot  du 8 octobre 2016
  25. Attention à ne pas confondre islam et islamisme, religion et religion radicalisée  cf le isme du suffixe. C’est une manipulation dans le but d’acquérir du pouvoir. Il ne faut pas stigmatiser mais plutôt clarifier : l’islamisme est la déviation d’une religion
  26. quelle différence entre dogme et religion ? le dogme est une idéologie révélée, il ne se discute pas. La religion a une part de révélation, mais elle peut s’interpréter.
  27. En conclusion, que pouvons nous faire pour éviter le fanatisme ?
    D’abord ne pas esquiver ses propres responsabilités.  Avoir toujours un esprit critique, garder le doute existentiel, se poser des questions pour éviter fausses certitudes et radicalisme
    Nous voilà renvoyés à la fiabilité et à la diversité de nos sources d’information !

Mardi 6 décembre à 18h 00
un film de Youssef Chahine 1997 (2h 15)

 Dans les années 90 le réalisateur, cinéaste égyptien engagé, avait pressenti les dangers d’instrumentaliser la religion à des fins politiques. Les frères musulmans avaient d’ailleurs obtenu la censure de son film précédent “l’Émigré “.

Chahine propose, sous forme de fable, une oeuvre pédagogique dont l’action se déroule dans la Cordoue du 12ème siècle, sur les traces du grand philosophe arabe Averroès.
L’Islam en tant que civilisation va basculer et rompre le fil de l’universel, pour devenir l’islam religion fondamentale.

Ce film remarquable, primé à Cannes, illustre la lutte entre ignorance et savoir ; il explique des raisons profondes de l’embrigadement islamiste de la jeunesse égyptienne de l’époque.

1) d’abord un article récent de Hervé Kempf, rédacteur en chef
de Reporterre :

 https://reporterre.net/Non-merci-Mme-Royal-je-ne-veux-pas-de-la-Legion-d-honneur
2) intéressante contribution d’un journaliste local qui
n’a pu participer à notre débat.

Je suis journaliste indépendant en Nouvelle-Calédonie.
J’ai été formé en France, j’y ai exercé avant de m’installer ici. Ma situation
d’indépendant est un choix qui me permet de faire  mon métier comme je l’entends. Du moins elle
me permet de tendre vers un certain idéal, dans le rythme et le choix des
sujets, car en réalité je suis loin d’être totalement libre.





Il me semblait important de pouvoir intervenir dans le
prolongement de la projection des Nouveaux Chiens de Garde, tiré du travail critique
des Médias du journaliste Serge Halimi. Il s’agit de partager le regard que
j’ai pu construire au gré de mon expérience professionnelle et aussi, dans un
premier temps, au cours de mon parcours universitaire.
Par cette contribution je souhaite élargir
la question de la critique des médias ; et
tenter de poser un regard
plus précis sur la situation de la
presse en N-Calédonie.

La question de la Nouvelle-Calédonie est d’autant plus importante à aborder qu’ici le cadre de travail des
journalistes date d’un autre temps. Nous avons besoin d’un statut reconnu par les institutions. Il doit être
assorti de mesures pour permettre l’exercice de notre profession dans de bonnes
conditions. Mais nous sommes trop isolés et peu nombreux.

Peu nombreux ne veut pas dire absents. Il y a bien des
journalistes  en N-Calédonie. Des
journalistes d’expérience, des indépendants, d’autres qui travaillent pour de
grosses rédactions, et aussi une vague de jeunes journalistes du pays en
formation, notamment au sein de la rédaction de NCTV. Nous aspirons tous à
faire notre travail dans de bonnes conditions d’indépendance éditoriale.
Pour revenir aux Nouveaux Chiens de Garde, il s’agit d’un
travail édifiant sur les liens entre médias et pouvoir, sur la construction
d’une pensée unique véhiculée a travers les médias dominants.
Toutefois, il n’explique pas le problème de « la presse » à lui seul.
Ce n’est qu’un élément de la critique structurelle à porter sur les médias
contemporains.
1 – Connivence et concentration

On peut poser une critique  politique
et intellectuelle de la presse, sur les conditions de la reproduction de
certains discours et idéaux, comme le fait le documentaire projeté.
Cette critique s’applique d’ailleurs très bien à la Calédonie, où les liens entre médias et gens de pouvoirs sont historiques
et ont peu évolué
. Ainsi dans une de ses dernières lettres à la SDJ
(l’association de la rédaction) le propriétaire des Nouvelles  souhaitait qu’elles redeviennent
“calédoniennes” car c’était dans leur ADN. Des titres importants
restent aux mains de partis ou de grandes familles. Demain = Lafleur / Actu NC
ou RRB = les républicains / Djiido est la radio indépendantiste.

Les liens entre pouvoir politique, économique et médias sont une constante dans
le monde entier.

J’ajouterai, très sérieusement, que la N-Calédonie se trouve
dans une situation préoccupante, proche de celle du journalisme de la 3ème
République en France. Elle se caractérisait par une proximité directe,
historique, entre les organes de presse et les pouvoirs économique et
politiques.
La connivence découlait de liens étroits et anciens entre les rédactions, les
journalistes et l’oligarchie.

Après la guerre, et aussi différents scandales retentissants qui ont
décrédibilisé les médias au début du XXe siècle, le journalisme a tenté de se
racheter une conscience. Pour ce faire il a fallu refonder la profession autour
de principes déontologiques. Le sociologue Julien Duval le décrit très bien dans
son livre “Critique de la raison journalistique”.
La déontologie journalistique n’a donc rien d’essentiel : il s’agit d’une
invention récente, qui doit être assortie de mesures pour assurer sa défense.


Premier problème en Calédonie : précisément rien ne permet d’encadrer la
pratique de la profession.
Je passe ici sur les détails. Il faut retenir que le journaliste est rattaché à la convention qui vaut pour les métiers
du commerce…

Bien sûr la déontologie ne garantit pas tout. Sinon il n’y aurait pas de
Nouveaux Chiens de Garde et les salariés d’I-télé ne seraient pas dans la rue
depuis des semaines.
Il existe bien des relations directes entre médias et
pouvoir. C’est le propos du documentaire.
Mais ces connivences obéissent à des règles complexes et subtiles. L’indépendance
des médias ne dépend pas seulement du fait qu’ils soient aux mains de X ou de
Y.

2 – La presse comme produit commercial

La critique intellectuelle des médias,
dans Les Nouveaux Chiens de Garde, doit être complétée par une analyse économique.

La concentration des médias, aux mains de milliardaires, est
la conséquence d’un phénomène plus large. Il faut s’intéresser au moule dans
lequel la presse s’est construite et se « développer». 
Il faut sortir des débats sur les enquêtes fracassantes, les grosses affaires
prestigieuses ; mais sans oublier : la hiérarchisation de ce qui est
prestigieux dans le champ médiatique – Politique, Economie, International –
n’est pas anodine !
Au quotidien, les journalistes n’ont pas besoin de Dassault ou Bolloré pour
produire l’information qu’on nous sert.

J’invoquerai ici le concept sociologique de « corruption structurelle » qui précise : les manipulateurs
manipulent d’autant mieux qu’ils n’ont pas conscience d’être eux mêmes manipulés
(Bourdieu. cf. Questions de Sociologies).

Ce serait trop simple si les idéaux des journalistes n’étaient
menacés que par quelques patrons vendus.

L’une des premières critiques économiques et structurelles de la presse, posée
par Pierre Bourdieu dans son essai Sur la télévision à la fin des années 90, a
produit une levée de boucliers dans la profession, piquée à vif par cette
analyse radicale des mécanismes de la presse.
Notamment Daniel Schneiderman qui a répondu au sociologue par livre interposé
(Du journalisme après Bourdieu). Il a depuis fondé le site arrêt sur images,
qui fait un boulot très intéressant. Mais il s’agit davantage d’une critique
factuelle de la presse.

Les journalistes sont les champions de l’auto flagellation.
Dans chaque rédaction, on croise le collègue remonté contre son journal. En
réalité la critique radicale de la presse désenchante et dérange profondément.
IL remet en cause le mythe des patrons voyous face aux journalistes porteurs
d’une mission supérieure.
Y a t il une réelle différence entre un patron de presse
milliardaire et des petits patrons de presse de province (de plus en plus
rares).
La concentration des
médias n’explique pas tout.
J’ai rejoint l’aventure d’un magazine mensuel
poil à gratter en France pendant deux ans. Je l’ai quitté écoeuré par cette expérience
vécue auprès de collègues aussi assoiffés de « vrai journalisme » que
moi.
Au passage, j’y ai appris qu’il n’y a
pas de réelle indépendance de la presse sans indépendance économique
.

La critique radicale des médias pense d’abord la presse moderne comme une
industrie, ou plutôt un commerce. Les
annonceurs
pèsent au moins 80% des revenus des journaux généralistes à fort
tirage (loin devant les ventes).
Les médias alternatifs sont limités à
des économies de niche avec peu d’écho, souvent condamnés à prêcher une poignée
de convaincus.
(Notons que la presse satirique et irrévérencieuse : Le Canard Enchaîné ou
Le Chien Bleu, ce sont deux journaux qui s’affranchissent des annonceurs et ont
la capacité de toucher largement).


Bref la presse est pieds et poings liés à un modèle
économique dont la plupart des journalistes ne questionne même pas les règles
du jeu. En ce sens l’on peut se demander si la presse est réellement un
contrepouvoir.
L’indépendance se mesure d’abord au regard de sa santé financière.
Elle ne peut faire l’économie d’une analyse des mécanismes de concurrence, qui
montre que multiplier les publications ne
crée pas forcément plus d’infos…



C’est particulièrement vrai en Calédonie. Le marché est
petit. L’émergence de médias (et autres services) sur Internet capte des
publicités et donc des sources de financement pour les titres en place. Une
baisse de l’activité économique ces dernières années accentue encore les
phénomènes de concurrence.

Dans ce contexte, les medias se prêtent parfois à des pratiques totalement contraires à
la déontologie.
Phénomène d’autant
plus violent en Calédonie qu’il n’y a aucun garde fou.

Maquiller des publireportages en articles ou faire écrire des
articles qui correspondent à l’annonceur qui a acheté une page en face est très
courant dans certaines publications.
Cela peut aller jusqu’à faire travailler des gens non formés
et sans conscience journalistique qui accepteront de travailler moins cher ou
de fournir un contenu moins rigoureux.
Se voir retirer un budget pub pour une photo ou une info qui ne plait pas à un
annonceur fait réfléchir même une très grosse rédaction…
Certaines entreprises (ou groupements d’intérêts) ont un pouvoir direct et
énorme sur les titres de presse qu’ils financent – j’ai eu connaissance de cas
très précis en N-Calédonie.
Voilà des contraintes très concrètes s’exerçant sur le
métier de journaliste au quotidien, de façon souvent implicite. Voilà pourquoi
dans la réalité, en dehors d’éventuelles affaires qui toucheraient directement
ses intérêts (cf. récemment Bolloré à Canal +), le patron de presse n’a jamais
besoin de passer un coup de fil à ses rédactions.

La réalité de notre métier c’est la
course au financement.
Comment regagner du lectorat – et donc des cerveaux disponibles pour les
annonceurs ?
A coup d’études montrant ce que « les gens » (ainsi qualifiés dans
les rédactions) ont envie de lire.
Il faut de l’info positive, du sport et des faits divers parce que c’est ce qui
marche.
Mais ces études n’analysent que ce qui est déjà proposé aux lecteurs ! Le
succès du Chien bleu et des revues satiriques à fort tirage montre que ces
arguments tiennent mal.


La presse, un produit commercial vendu comme un autre ?
c’est aussi ce qu’il faut analyser.
Penser une presse
libre c’est aussi penser sa viabilité économique.



Ce point est essentiel pour la déontologie, qui doit poser
que le journalisme n’est pas une
activité commerciale comme une autre 
; et adapter en conséquence la
législation et poser des gardes fous.


3) Quelles pistes de
travail en Nouvelle-Calédonie ?
Après la seconde Guerre Mondiale, la Presse avait posé un
cadre déontologique, assorti d’un cadre juridique et de dispositions pour le
faire respecter.

Il s’agit principalement d’un système complexe d’aides à la presse versées par
l’Etat, avec une commission professionnelle qui détermine les journaux pouvant
prétendre – ou pas – à ces financements !
En retour, le travail des journalistes doit être respecté par les entreprises
de presse. Cela implique les conditions de travail et de rémunération ; et
aussi des règles pour protéger les plus précaires : les journalistes en
recherche d’emploi et les indépendants.

Ce système de Métropole est loin d’être parfait. Il aurait besoin de se
réinventer pour mieux s’adapter aux évolutions du métier ces dernières années,
avec l’émergence de nouveaux médias, les règles imposées par l’explosion du
numérique et d’Internet.

La situation calédonienne est plus simple puisque tout reste à faire… La
déontologie et les textes de loi sur la protection des journalistes hérités de
la Métropole existent a priori. Mais rien ne permet de les faire appliquer.

Peut on seulement être certain qu’une législation saurait
reconnaître Qui exerce le métier de journaliste, en l’absence de commission
professionnelle et de journaux identifiés comme médias journalistiques ?
Avant même l’attribution d’une carte de presse, le journaliste est dans la Loi
Française celui qui exerce régulièrement une activité pour des titres de
presse.

Je le disais en préambule, nous sommes peu nombreux, et pas organisés
collectivement. Nous sommes noyés sous les charges de travail et le devoir impératif
de « gagner notre vie ».

Il faudrait pouvoir constituer un petit noyau de personnes motivées pour poser
les bonnes questions et avancer… Cette tâche concerne autant les journalistes
que l’ensemble de la société civile.

Théo Rouby
Journaliste-Photographe indépendant

Les nouveaux chiens de garde   Compte rendu du débat


Int1 : D Face à ce diagnostic sur les médias, les réactions ? Que peut on faire ?

Int2 : L  Ecrire un journal, chacun un article par semaine…

Int3 : J1 La situation décrite par le film ressemble à la situation locale quant aux liens entre la presse et le monde économique. Ici le monde de la presse vit de la publicité. La presse est inféodée aux annonceurs publicitaires.

NC1ère c’est différent, c’est de l’argent public ; RRB et radio Djido sont des radios associatives.
Le monde politique calédonien a cadenassé le paysage audiovisuel et celui de la presse écrite.
Les publications participatives sont intéressantes ; mais il se pose des problèmes de taille critique, de format, de papier surtout dans la presse écrite.
De plus le métier de journaliste repose sur la confiance et des méthodes rigoureuses,
Donc ces publications participatives sont problématiques.

Int4 : J2 En NC aucun cadre déontologique n’existe pour la profession.
Les annonceurs contribuent au financement à 80% dans les journaux.
Les publireportages ou les reportages pour mettre en valeur l’annonceur foisonnent.
Il faudrait poser les bases pour qu’un journaliste puisse travailler en toute liberté

Int5 : J1  En NC, une seule délibération du Congrès à propos des journalistes : on a supprimé le lien de subordination entre patron de presse et journalistes pour que les patrons ne payent pas la Cafat. Aucun texte n’a été adopté pour promouvoir l’indépendance du journaliste

Int6 : D  Lors du rachat des Nouvelles en 2013, pourquoi ce départ de nombreux journalistes

Int7 J1 Le principe pour un journaliste, c’est de partir s’il n’est pas d’accord avec la nouvelle ligne éditoriale, ce qui revient à un licenciement ; mais c’est seulement en cas de changement de majorité des actionnaires que les journalistes peuvent faire jouer cette clause

Lors du rachat par Jeandot et Bretz une journaliste préparait un article sur Z (un élu important) ; alors que l’article n’était ni terminé et ni soumis à relecture, elle a reçu un coup de fil disant que cet article ne plaisait pas…
L’ancien propriétaire Hersant n’était pas un saint mais il n’avait que les Nouvelles comme point d’ancrage en NC; alors que le nouveau groupe est proche des groupes d’affaires locaux, il a davantage d’intérêts économiques en NC

Int8 : D faudrait il un nouveau média, journal ou site ? il y a eu « les infos »., il y a le Chien Bleu mensuel , Le cri du cagou sur Web… mais on connaît mal ce qui existe

Int9 : J1  Sur NC1ère les documentaires sont faits par des boites de production et il n’y a de journalistes que pour les infos. Pour des raisons d’économie.
Int10 : D Cette pensée unique fabriquée au moule des intérêts dominanlts, conduit à pouvoir
– soit démolir, marginaliser une personne ou un mouvement s’il est « hors cadre » ; par exemple trop anti UE (UPR : on le voit très peu alors que son site est très visité) ;
– soit occulter des événement essentiels ; comme le silence des médias sur le TAFTA (pétition de plus de 3 millions de signatures) ; puis le CETA dont on ne nous parle qu’à la fin, sous l’angle d’un petit bloqueur wallon – pendant qu’on nous gave de faits divers ..

Int11 : N  comme outil de manipulation, il faut signaler les sondages publiés par les médias ; ils sont financés par de grands groupes économiques

Int12 : L  Le poulpe est aussi intelligent que l’homme mais la maman poulpe meurt à la naissance de son petit et ne peut donc rien lui transmettre. C’est différent pour les hommes qui apprennent du passé.
C’est dommage qu’on soit si peu nombreux dans un travail de journalisme. Internet permet de recouper les informations. C’est indispensable pour la démocratie.

Int12 : F L’ONG PEW a financé un documentaire ; on devrait le passer à Ciné-citoyen pour montrer comment on peut manipuler les gens en faisant parler un pseudo scientifique, en répétant des messages en boucle…

Int13 : N  Il y a ces experts qui sont partie prenante, en conflit d’intérêts ; il faut savoir d’où vient l’information, c’est parfois un copié collé au service d’une finalité cachée

Int14 : M  Sondages, dans son livre « le moment est venu.. » De Villiers expose comment il a été aidé par un homme d’affaires qui a acheté les sondages en vue de faire croitre son score: ainsi il a pu exister en passant à plus de 5% pour finir à 12%.

Ce qui laisse beaucoup à penser sur les résultats des sondages que l’on vous assène  !
Au vu des sondages et des temps de parole actuels, on peut le prédire : Juppé sera élu !
En 2007 Ségolène a été promue pour le PS par l’oligarchie, qui la considérait comme meilleure candidate… pour perdre contre Sarkosy. !

Int16 : R  Une note positive : une femme journaliste, Aude Lancelin, vient de publier un livre « le monde libre » dénonçant la mainmise des financiers sur les titres qu’ils possèdent. Elle raconte comment elle s’est fait débarquer

Int17 : J1  Ce sera la nouvelle experte dans les prochaines émissions …

Il y a déjà des modèles qui fonctionnent comme Médiapart ou « le Monde diplomatique ».
La question à toujours se poser : bien identifier la source

Int18: D  Un autre problème c’est la saturation.
Il faut faire le tri des informations sur des critères pertinents, recouper avec d’autres.
Il faut mutualiser des échanges d’infos sur des sites. Mais ça prend du temps

Int19 : X    étudiants, on disposait de journaux gratuits, moi je lisais Libération et le Figaro.

C’est une façon simple de se faire une opinion.

Int20 : D Une étude montre que les résultats électoraux sont en relation avec les temps de parole accordés aux partis. Il existe donc une reconnaissance médiatique qui valorise les candidats. Intéressant de comparer à la fréquentation mensuelle des sites : des surprises, on constate l’écart entre les choix des journalistes et ceux des citoyens.
Deux sites à signaler parce qu’ils sont ostracisés par les médias dominants
– Egalité et Réconciliation,   le plus fréquenté, recueil d’articles d’origines diverses
– celui de l’UPR, site politique n° 3 en fréquentation
Il y a aussi Les Crises, peu connu, mais très intéressant

Int21: C  en cours d’histoire nos professeurs nous obligeaient à lire un livre de droite et un de gauche sur un événement comme la guerre pour se faire une idée

Int22 : N  On en arrive à créer des hommes politiques en préparant le terrain, en distillant articles et sondages et puis hop il devient présidentiable ! je pense à Macron

Int23 : J3  D’après le film, il faut un journalisme de référence, qui crée et fonctionne par ses réseaux. Le journalisme est lié au monde économique et social. Donc il est difficile de faire un boulot honnête. Ce qu’on appelle « référence » mérite qu’on y réfléchisse.

Int24 : Il est très important qu’internet reste libre

Int25 : L Même prévenus, on est manipulés par la publicité (dentifrice..)

Il faut fonctionnariser pour éviter les dérives. Dans le public tout le monde sait ce que gagne l’autre, pas dans le privé. Avec un revenu de base, on pourrait écrire des papiers tout le temps.
Soral glorifie Le Pen, je ne vais ni explorer son site ni l’empêcher d’exister ; comme disait Chomsky « préserver la liberté d’expression »

Int26 : D  Erreur, aller voir E et R : ce n’est pas un site pro Le Pen, ses sources sont diverses  etc..

Int27 : O Celui qui reçoit l’info doit être curieux, regarder les différentes sources de communication et comment elles sont perçues.
Le succès de Coca Cola repose à 70% sur la communication et à 30% sur le produit.
Pour aller plus vite on peut lire les titres d’articles afin de mieux cibler. Soyons des consommateurs actifs. Dans plusieurs secteurs les revues de presse représentent un vrai métier

Int28 : C  j’ai répondu à une offre de journaliste sur internet. On me proposait d’écrire un article en m’aidant d’un logiciel qui permettrait à ma phrase, grâce à une mise en place adéquate de synonymes pour chaque mot clef, de se démultiplier et de créer ainsi une dizaine d’articles répertoriés par les moteurs de recherche sur différents sites d’infos.
C’est une façon actuelle de créer de l’information et de provoquer du trafic pour la mise en place de publicités.

Int29 : D2 Il y a aussi les flashs, copie conforme de ce qu’on trouve sur le site concurrent.

Int30 : D2 Il faut être acteur de recherche d’infos, savoir ce qu’on cherche. On n’a jamais été aussi bien informé : on peut assister à des conférences qu’on peut recouper avec des gens passionnés par leur sujet.

Int31 : L  Il y a même des livres en libre service

Int32 : R  Quand je cherche des infos sur internet, au bout d’un moment je ne sais plus où je vais j’absorbe trop de choses. En lisant « le canard enchainé », j’arrive à digérer ces infos

Int33 : C ma fille m’a rapporté un énorme livre qui traite de façon agréable quelques sujets mais à fond. C’est une façon de s’informer intéressante.

Int34 : retour sur PEW Cette fondation qui gère le parc nautique de la mer de Corail de NC se sert de la privatisation des océans pour faire beaucoup d’argent – nodules métalliques, poissons, pétrole.

Pour mieux savoir à quoi s’en tenir, voir le site « Prometheus » dédié à la transparence des ONG (PEW, WWF…) c’est assez étonnant (http://www.fondation-prometheus.org/wsite/)

Int35 :   O  Il faut préciser qu’une aire marine « protégée » a pour objectif principal de la suivre, de l’évaluer et de la protéger par des contraintes spécifiques à son exploitation.
D   Merci à tous, on va s’en tenir là… Vive les Médias Alternatifs !

Débat ré-écrit par CA et DG : n’hésitez pas à nous écrire pour rectifier si le rendu de votre intervention n’est pas reflété

Mardi 8 novembre à 18h 00
Auditorium de la Province Sud

Les médias se proclament “contre-pouvoir” indépendant, objectif, pluraliste..
Pourtant la grande majorité des journaux, radios, chaines de télévision appartient à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir.
D’où multiplication d’informations pré-machées, d’intervenants permanents, d’affrontements factices, de renvois d’ascenseur.

En 1932 l’écrivain Paul Nizan publiait “Les chiens de garde” pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi.
Aujourd’hui les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques nouveaux évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social.

Avec humour, à partir d’exemples concrets, Les nouveaux chiens de garde illustre ces dérives. Il pointe les menaces croissantes pour la démocratie d’informations produites par des groupes du CAC 40 et perverties en marchandises.

Une petite centaine de participants à ce débat, particulièrement dense.

Colette a bien voulu retranscrire le détail des échanges

Vous pouvez toujours laisser un commentaire

Vendredi 21 octobre, 18h, sous le préau de la FOL rue Taragnat 

                                                  ENTREE LIBRE ET GRATUITE

                          Avec l’aimable concours de la F.O.L.  CineCitoyen vous propose

                                                  sortie en salles : octobre 2016  ; 1h 30

Après
“les ânes ont soif “, Pierre Carles et son équipe poursuivent leur
travail documentaire sur l’action de Rafael Correa, président de l’Equateur.

Dans cet épisode ils vont à la rencontre des équatoriens pour connaitre leur
sentiment sur les réformes en cours : énergie, assurance maladie, successions,
avortement…

Les
réactions sont diverses : pour certains cela va trop loin, pour d’autres
pas assez..
On est au coeur du difficile exercice d’un pouvoir confronté aux réalités du
terrain et à une opposition déterminée, 
avec lobbies et medias en première ligne. 
A voir et débattre sans modération

Bande annonce

Mardi soir, séance
cinécitoyenne atypique et réussie : une centaine d’adhérents ont découvert et échangé sur cette approche
originale visant à combattre la pauvreté et affronter l’évolution du marché du
travail – mondialisé et en voie d’automatisation.

Pour ceux qui ont manqué cette séance, pour ceux qui voudraient aller un peu
plus loin,
voici quelques documents de référence

Petite vidéo de présentation Dessine moi … le Revenu Universel

              Une idée qui fait son chemin 

Mouvement français pour un revenu de base       Le site    La Charte 

         Notes de lecture     Pour un revenu sans conditions

Vous pouvez prolonger le débat ou signaler des infos pertinentes via les commentaires

 
Mardi 11 octobre à 18h
Le Revenu de base – une impulsion culturelle
 Réalisé par Daniel Häni et Enno Schmidt 2008 1 h
Ce documentaire suisse-allemand explique l’intérêt et les modalités d’un revenu de base
inconditionnel c à dire un même revenu versé à chacun indépendamment de son emploi ou de
ses autres revenus.
L’idée fait son chemin : la Finlande et la Suisse s’y intéressent, certains « présidentiables » aussi tout récemment, la Gironde veut l’expérimenter.
Le film, complété de 2 courtes séquences, est un outil pédagogique pour appréhender un concept
novateur, qui bouleverse notre perception du travail, de la rémunération, et des liens sociaux.
Serez vous Pour ou Contre ?
« Payés à ne rien faire », « Utopie réaliste », « Fausse bonne idée »…. En tous cas un thème
porteur de réflexion et de débat.

 

Seulement une vingtaine de participants à cette séance originale suivie d’un débat très animé
Pour ceux qui souhaiteraient “rattraper” ou en savoir +
– on peut se procurer la vidéo, libre de droits, pour 200f (cf séance de mardi 11 à l’Auditorium)
– 3 liens pour découvrir les ressorts d’une incroyable arnaque politico-bancaire

Enquête sur la Loi du 3 Janvier 1973

 

CineCitoyen  mardi 13  septembre

Auditorium de la Province Sud  18h




MERCI PATRON 

Un film de François Ruffin, 2016, 1h 24
Pour les époux Klur, rien ne va plus : leur usine (Groupe LVMH), près de Valenciennes, a été délocalisée en Pologne. Les voilà au chômage, criblés de dettes, risquant de perdre leur maison.
François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il veut les sauver.
Robin des bois moderne et déjanté,  il élabore un traquenard avec suspense, changement d’identité et caméra cachée.
Ce pastiche de thriller sur fond de lutte des classes, joyeusement combatif, est un dosage réussi d’humour et de constat social.
Avis aux Adhérents
Nous redoutons une forte affluence 😉
Venir au moins 10 mn avant le début de la séance

 (suite au débat sur la Scientologie)

Voici un faisceau d’indices devant sérieusement alerter le citoyen qui suspecte une emprise sectaire sur une personne de son entourage.

Il peut s’agir :
– d’ organisations totalitaires puissantes et installées dans plusieurs pays cultivant la soumission à des préceptes contraignants et le culte du gourou charismatique,
– d’ organisations totalitaires qui tuent en prétendant mener une guerre sainte en recrutant en masse des mineurs et des jeunes adultes
– ou d’une de ces dizaines d’organisations de la nébuleuse à visée thérapeutique  la seule “formation” d’ “instituts” encaissant de confortables espèces sonnantes et trébuchantes pour la dispenser – sans que
ni l’Académie de Médecine, ni l’Université, ni l’Ordre des Médecins ni la Haute Autorité de Santé ne leur aient donné une quelconque caution
(ces organismes dont le nombre double tous les cinq ans dans l’ensemble français depuis 10 – 15 ans selon un propos récent de l’ancienne députée Catherine Picard  qui donna son nom à  la loi About-Picard de 2001 dont elle était la rapporteuse à l’Assemblée nationale),
… la combinaison des indices peut varier, leurs proportions respectives également, et on ne constate pas nécessairement la présence de tous ces indices simultanément ; mais constater la présence conjointe et marquée de 3 ou 4 d’entre eux doit alerter:
Emprise psychologique et déstabilisation mentale, propos répétitifs et stéréotypés
  Discours anti-social, souvent de type”eux” et “nous”, vision paranoïaque et complotiste, prophétie    apocalyptique
    Exigences financières, travail dissimulé et prosélytisme pouvant même concerner des enfants
      Démêlés judiciaires répétés, opacité des structures et des comptes, atteintes à l’ordre public
        Injonctions de rupture avec le milieu d’origine, la famille, abus de confiance et de faiblesse, déscolarisation
          Invasion de la sphère intime et “confessions” voire humiliations publiques
            Rejet de soins et parfois atteintes à l’intégrité physique pouvant aller jusqu’à des agressions sexuelles
              Enseignement scolaire contesté dans l’organisation …et consignes de soumission apparente du jeune adepte à l’école
                Tentatives d’infiltrer les institutions… et consignes de rejet des pratiques citoyennes, élections par exemple
La liberté d’opinion, de croyance, de religion est garantie par la Constitution tout comme par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et il est hors de question de la mettre en cause.
En revanche, les pressions destinées à créer des sujétions psychologiques et /ou physiques sur un individu peuvent être punies  dès lors qu’elle  entraînent, parmi d’autres dommages, la privation de son libre arbitre,  certaines  infractions aux lois et règlements, fomentation de troubles à l’ordre public.
La justice peut réprimer de tels faits à condition qu’ils donnent lieu à un signalement au parquet ou au dépôt d’une plainte :  ces abus peuvent donner lieu à condamnation pénale  en vertu de l’article 223-15-2 du code pénal récemment adopté par la représentation nationale.
Les fournisseurs d’accès
à l’internet ont d’ailleurs l’obligation légale de dénoncer et rejeter ces abus caractérisés de l’état d’ignorance ou de faiblesse, au même titre que les incitations à la haine raciale, l’apologie de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité ou la promotion de la pornographie infantile.

G.S.

Lors du dernier débat, il s’est exprimé une forte inquiétude quant aux dérives sectaires sur le Territoire, où leur impact est deux fois plus important qu’en métropole.
Par son aspect psychologique, la dérive sectaire procède d’une aliénation d’un sujet à travers le rapport séducteur/séduit.
Le gourou peut souvent être rapproché du pervers narcissique, il posséde un fort charisme mais entièrement tourné vers lui même ;
tandis que la victime est fréquemment une personnalité dépendante, avec un besoin maladif de faire ce qui est attendu d’elle, se voit uniquement à travers les yeux des autres, et souvent submergée par la honte et la culpabilité.
Pour contrer ces dérives, un projet éducatif est indispensable. Ainsi l’éducation nationale et territoriale forment les professeurs à identifier ces dérives et à conseiller les jeunes du pays.

“Quand on est dans une secte, on ne pense plus et tout le travail est de recommencer à penser par soi même.”

P.D.

Mardi 9 Aout à 18h à l’auditorium de la Province Sud
Un documentaire d’Alex Gilney (2015)
Il s’agit de la dissection d’une secte : la scientologie, prise en exemple.
C’est comment, à partir d’un “illuminé” se construit une secte, comment elle fonctionne par manipulation, par mise en isolement et déconnection du monde de ses adhérents, voire par coercition et plus par harcèlement et menaces pour exploiter la détresse des gens et leur crédulité au profit du gourou autoproclamé.
Projection suivie d’un débat avec la participation de La ligue des Droits de l’Homme, les psychologues du Casado et les représentants de la Miviludes ( Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires.)

Lors du dernier débat, Monsieur Lafond, directeur de la DENV, a encouragé les citoyens à prendre part à la consultation publique en cours sur la modification du code de l’environnement, qui n’aborde pour l’instant pas en l’état la problématique du sable.
Les pistes concernants une réglementation sur les extractions sauvages ou l’encadrement particulier du réensablage de plage ont notamment été évoquées.

Citoyens, à vos claviers, la consultation se termine le 29 juillet,
Cliquez dés à présent ici pour participer : Projet de délibération portant diverses modifications du code de l’environnement.

Le guide des matériaux 2015 de la DIMENC, dont les pages 30 à 32 ont été présentées pendant le débat comme alternatives locales éprouvées au sable dans la construction, est disponible ici :

Mardi 12 juillet à 18h à l’Auditorium de la Province Sud 
Durée de la projection  1h 15

Un documentaire de Denis Destrelac (2013)

Une enquête surprenante sur une réalité méconnue : l’exploitation du sable, la ressource naturelle la plus consommée sur la planète, avant même l’eau et le pétrole.
On le trouve dans le béton, bien sur, mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les cosmétiques…

De Bombay à la Bretagne en passant par Dubaï ou les Maldives, ce film à suspens dévoile une urgence planétaire : cette menace sur le sable, ressource vitale dont le pillage s’accélère.

Projection suivie d’un débat avec la participation d’EPLP (Ensemble Pour La Planète)


Mardi 14 juin à 18h à l’Auditorium de la Province Sud 
Durée de la projection  1h 10
En partenariat avec l’ADMD NC (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité)
Avec la participation de l’AQVP (Association pour la Qualité de Vie des Patients)

Ce documentaire d’Anne Georget sera suivi de courtes séquences introductives au débat

Mars 2008 : Michel S, victime d’un Locked in Syndrom, totalement assisté (alimentation, respiration) demande à mourir. Ses médecins refusent. Il en a pourtant le droit ; mais l’écart est grand entre les principes posés par la loi et le geste concret qui mettra fin à ses jours.. 
Le débat s’ouvrira sur diverses problématiques : soins palliatifs, accompagnement, liberté de choix, directives anticipées, euthanasie

Pour ceux restés sur leur faim de débats, pour ceux qui n’ont pu venir, voici restituées en intégralité les RÉPONSES d’un expert 0MS, question par question.
Commentaire possible, soit direct, soit adressé à c6toyen@gmail.com, nous l’éditerons. Merci d’indiquer votre prénom et de conserver aux échanges sur blog la qualité de ton lors de la soirée. 

VACCINS : Réponses du Dr F. GASSE
Le Dr Gasse, retraité, a fait toute sa
carrière au sein de l’OMS et de l’UNICEF dans le domaine de la
vaccination : définition et mise en œuvre de campagnes de vaccination,
surtout en Afrique, avec de multiples missions sur le terrain. Il a également
œuvré à l‘élimination du tétanos néonatal. Ses réponses à nos questions ne
reflètent que ses positions personnelles. 
CinéCitoyen : 1ère question
Dans le documentaire précédent, diverses critiques s’élèvent contre des vaccinations,
dont on interroge l’efficacité, les risques et le côté systématique. 
L’OMS joue un rôle majeur en
promouvant ces campagnes de vaccination
Selon quel processus va
t elle recommander ou non tel vaccin dans tel pays ?

Comment préserver son indépendance vis
à vis des lobbies pharmaceutiques et industriels ?
Réponse du Dr F Gasse
1-   
C’est vrai, l
‘OMS  joue un role majeur en établissant  les normes et standards pour tous les produits
biologiques y inclus les vaccin. Elle fait des recommandations sur les vaccins après
revue des études publiées sur leur efficacité, les réponses immunitaires à
chaque vaccin et les risques de chaque vaccin

Mais l’OMS n’impose aucun vaccin pour  tel ou tel pays. Elle est simplement Une
référence.
Pour la vaccination ses recommandations sont publiées sur son site Web et par
maladie.
Ses recommandations sont mises a jour périodiquement afin de tenir compte de
nouvelles études qui pourraient remettre en cause les recommandations
précédentes.
2-   
C’est aux autorités
sanitaires nationales des pays de décider du bien fondé d’introduire tel ou tel
vaccin en tenant compte de leur contexte épidémiologique, des maladies qu’ils
sont censés protéger et des ressources propres du pays.
3-   
Pour formuler
ses recommandations, l’OMS fait appel à un comité de 15 experts indépendants
reconnus dans le domaine des vaccins et de la vaccination, appuyé par  un sous comité technique de 10 a 12 experts indépendants
et spécialistes de la maladie concernée et de son vaccin.
4-   
Ces experts viennent
généralement d’universités, d’instituts de recherche et d’école  de santé publique, du CDC américain et d’instituts
spécialisés sur  la sécurité des produits
biologiques. Ils évaluent par consensus les preuves des conclusions des
nombreuses études publiées – souvent plus de 100 pour un vaccin – et  fournissent par la suite à l’OMS leurs conclusions
et recommandations   
5-   
Toutes ces  recommandations OMS et les études référenciées
par vaccin sont accessibles sur le site OMS ; malheureusement la majorité  de ces publications  sont en anglais. .Le français semble être
devenu une langue morte à l’OMS !
6-   
Afin d obtenir
l’autorisation de mise sur le marché d’un nouveau vaccin  l’exécution d un protocole d’études, développé
et recommandé par OMS, comprend 4 phases d’essai cliniques humains obligatoires
pour évaluer  la  réponse immunitaire, l’efficacité et les risques
du vaccin. Ces études  durent en moyenne
12 a 15 ans et se font sur 50 a 100 000 cobayes humains ; parfois il faut 30
ans pour développer un vaccin, comme pour le vaccin contre la dengue récemment recommandé
par l’OMS.
7-   
En outre la  convergence des conclusions des  études publiées joue un grand role ; et
il suffit d’une seule étude  scientifique
de qualité publiée, dont les conclusions divergent des autres, pour lancer une
investigation complémentaire et revoir les 
recommandations si nécessaire. Cela s’est produit pour le vaccin triple
ROR (Rougeole Oreillons Rubéole) et un vaccin Schwartz contre la rougeole.
8-   
Afin de  préserver son indépendance, ce qui est
essentiel face aux lobbys pharmaceutiques,  l’OMS
fait signer des déclarations d’intérêt aux experts concernés ; et tout
expert avec affiliation directs avec un producteur de vaccin est éliminé de ces
comités..
Maintenant j’ai moi aussi une question :
Lorsque  des études ou des informations, aujourd’hui,
critiquent les recommandations courantes de l’OMS, comment pouvez vous, en tant
que parent, décider de vacciner ou pas votre enfant ?  
Le fossé se creuse entre les discours officiels, présentant les vaccins comme
éléments incontournables d’une politique de santé, et la méfiance populaire devant leurs effets secondaires et leur efficacité que l’on estime déformés par de possibles conflits d’intérêts
Comment distinguer le vrai du faux, les abus des rumeurs?
Ne peut on laisser aux familles plus de liberté de choix vaccinal ? Que
penser de la vaccination massive au Gardasil ? Et pourquoi un calendrier
vaccinal calédonien aussi lourd ?
A la suite d’un montage vidéo critique sur les vaccins, de réponses d’un expert de l’OMS, et avec la participation de la DASS, CinéCitoyen propose à ses adhérents un débat sur ce sujet brulant…  en tentant d’éviter les écueils du manichéisme

Question  4  :  On comprend l’obligation de
vaccination contre des maladies graves très contagieuses, et quand il existe un
vaccin efficace, aux effets secondaires minimes 
=> Sinon, ou en cas de doute, peut on laisser
aux familles le libre choix de vacciner
ou pas ?
1-     
Excellente
question ! Dans la  majorité  des pays du monde le gouvernement n’impose pas
la vaccination

et toutes les familles ont le libre choix de vacciner leurs
enfants.. La France fait exception avec 3 vaccinations obligatoires.
2-     
Au Canada c’est
un libre choix pour les familles de vacciner ou pas leurs enfants et on
constate que 98% des enfants sont vaccinés pour tous les vaccins offerts.
Est ce le résultat d’une excellente information/communication à destination des
parents ?
 Les 2% non vaccinés sont  les Amish, une communauté  rejetant la vaccination uniquement pour des
raisons religieuses.
La communauté  Amish des Pays bas a d’ailleurs
été victime de la dernière épidémie de polio en Europe introduite par un enfant
Amish infecté venant du Pakistan.
3-     
Quelles sont les
conséquences ou risques du libre choix de vacciner ou pas ses enfants pour
différentes maladies ?
ca dépend bien sur des maladies, et des risques qu’elles font courir, avec
leurs complications, et leur contagiosité. Chaque maladie peut poser un
risque individuel OU collectif, ou un risque individuel ET collectif.

– Le Tétanos est la seule
maladie non contagieuse du programme de vaccination et il ne pose qu’un risque individuel.
Elle a totalement disparu en France parce que tout le monde est protégé par un
vaccin très efficace associé à des mesures d’hygiène..

      – La Rougeole pose un risque individuel
et collectif d’épidémie potentielle ; elle est très contagieuse même
pendant les 12 jours d’incubation silencieuse avant qu’elle ne soit évidente..
La Rougeole  tue rarement en France, elle
produisait avant la vaccination systématique
50 cas de complication très grave, une encéphalite chronique débilitante à
vie. 
le vaccin anti rougeole lui a mille
fois moins de risque de complications graves de ce type
     – Pour la diphtérie le vaccin avec ses
rappels a fait disparaitre la  maladie,  qui malheureusement réapparait chez les non
vaccinés..
–        
le vaccin polio
oral peut produire un cas de polio du au vaccin pour 10 millions de premières
doses administrées ; il existe le vaccin polio injectable qui lui n’a
aucun risque de produire un cas de polio.
       J’ai un
aveu à vous faire : J’ai vacciné mon fils avec le polio injectable pour éliminer
un risque quasiment nul avec le polio oral..  Je peux donc comprendre vos appréhensions et
vos hésitations à vacciner lorsque la maladie n’est pas tout autour de
nous.
4-     
Ne pas vacciner c’est
accepter de choisir entre une maladie et les risques du vaccin
5-     
Un exemple
proche de chez vous : La récente épidémie de rougeole en Australie  touchant les écoliers a été causée par un
enfant non vacciné suite a refus parental ; cela a conduit une mère à porter
plainte contre la mère de l’enfant qui avait contaminé le sien, vacciné mais
pas protégé
6-     
Depuis, en Australie,
par décision des autorités sanitaires, les enfants de parents refusant de les
faire vacciner  ne seront pas couverts
par l’assurance médicale s’ils attrapent une maladie qui peut être prévenue
par la vaccination.
Ma Question : Comme parent ou autorité sanitaire
nationale,  quelle est notre responsabilité
face à une maladie à  risque individuel pour
notre enfant  ou à un risque collectif pour
notre communauté quand il existe un vaccin ? 

Question 5 : Peut on avoir un éclairage sur les facteurs économiques influençant les
campagnes de vaccination : couts de recherche, besoin de débouchés,
capacités financières des pays… pour aboutir au prix des vaccins ?

1-   
Un nouveau  vaccin comme celui contre la Pneumonie, le HPV
ou celui contre la  Dengue récemment mis
sur le marché est souvent cher. Cela s’explique par les couts de la recherche
et du développement du vaccin , et  les investissements
dans de nombreux vaccins qui ne voient 
jamais le jour ( contre le SIDA, la Malaria ).
Mais pour établir leurs prix  les firmes productrices
 étudieront aussi les couts bénéfices du
vaccin pour le système de santé des pays riches, le marché potentiel et la concurrence..
2-   
Un laboratoire  est totalement libre de fixer son prix pour un
vaccin ; mais il a besoin pour le vendre de prouver à ses acheteurs qu’il
vaut son cout !
3-   
Souvent cher lors
de son  introduction,  ce vaccin devrait en principe après des années
de commercialisation devenir beaucoup moins cher, une fois les couts de développement
 amortis
4-   
C’est le cas
pour les vieux vaccins classiques comme le Vaccin Anti Tétanique ou contre  la rougeole, achetés pour les pays pauvres en milliards
de doses par l’UNICEF…
8 centimes  la dose de VAT, 20 centimes  la dose de vaccin contre la rougeole
6 doses de VAT au prix d’un expresso !
5-   
Pour des raison
d’équité la fondation GATES a décidé d’aider les pays pauvres à introduire les
nouveaux vaccins chers au même moment que dans les pays riches (par exemple le HPV…)
 en payant le différentiel entre le prix  du vaccin nouveau et un  prix acceptable pour le budget des pays
pauvres – en pensant  que 10 ans plus tard
les prix chuteraient et deviendraient acceptables pour le budget des pays
pauvres.
6-   
En fait ces prix
n’ont baissé que lorsque les producteurs du tiers monde ont produit le même
vaccin moins cher..

Question 3       Selon plusieurs études, dont celle dite
KIGGS  (à partir de l’enquête de
l’Institut Koch en Allemagne 2003-2006) les
enfants non vaccinés seraient en meilleure santé que les autre
s : 2 à
4 fois moins d’allergies, de problèmes respiratoires, d’otites… Une explication
avancée : le système immunitaire naturel est affaibli par les vaccinations
au très jeune âge => Savez vous
comment l’OMS réagit aux conclusions de ces études ?
1-         
L’étude de
l’institut Koch  ne prouve rien a cause
du protocole utilisé pour l’étude, de la qualité des données recueillies, de la
grande différence de taille des échantillons comparés :  17 000 enfants vaccinés pour 94 non vaccinés..

sans que l’on connaisse l’état vaccinal exact des vaccinés ; et l’auteur
signale beaucoup d’omissions de déclaration ce qui fausse les résultats.
De plus on ne connait pas les raisons de vaccination ou de non vaccination qui
peuvent être liées a un choix délibéré des familles (par exemple l’état général
de santé de l’enfant) et il existe beaucoup d’autres études avec protocole erroné
incapables de prouver leurs conclusions
2-         
C’est un
fait : tout médicament, tout vaccin provoque des allergies par
exemple ; mais lors du protocole de développement d’un vaccin, l’étude des
risques liés au vaccin inclut les problèmes d’allergie et compare les sujets
avant vaccination et après vaccination.
3-         
Cependant il est
difficile pour l’OMS de passer en revue toutes les publications scientifiques
mais si une étude de qualité est déviante c à dire que ses conclusions
divergent gravement des autres études, cela suffit a relancer des
investigations.
Ce fut le cas pour un risque d’autisme pour le vaccin ROR ( publié dans Lancet,
une  revue médicale scientifique de
référence),  et pour le risque de sclérose
en plaques pour le vaccin Hépatite B ,  
Ces risques n’avaient pas été détectés par les études  antérieures.
L’investigation du ROR par l’OMS a fait retirer l’article du Lancet et rejeter
les conclusions ce cette étude déviante. Et les études lancées sur le vaccin anti
hépatite n’ont pu confirmer à ce jour les conclusions de risque de sclérose en
plaques.
Ma question : Comment en tant que parent  peut on se fier ou pas aux conclusions d’une
étude ?

Note de CineCitoyen :
On peut se reporter à un article de A Koggel, auteure de cette étude, que  nous avons découvert a posteriri
http://www.alis-france.com/download/courrier_alis_75-27-35.pdf

Cet articleconfirme le propos de l’expert OMS.
L’on peut regretter bien sur
qu’une telle étude n’ait pas été diligentée par l’OMS, avec toute la
crédibilité dont  jouit cette
institution.
Car l’étude Kogel est originale, a le mérite d’exister, elle signale des
pistes, avec un minimum de franchise pour pointer ses limites. Une belle
occasion manquée..
Au final cette étude ne peut PAS servir de preuve d’une meilleure santé des
enfants non vaccinés !

A noter : sur le Net, un scientifique, après avoir critiqué le manque de
rigueur de cette étude, a osé écrire
« Donc, Pas de différence significative de santé entre les deux groupes
d’enfants »
Bravo l’artiste, pour cette « conclusion » tout aussi  aussi fantaisiste !

Vigilance donc sur les études -même bien emballées – quand elles sont menées dans
un esprit partisan, antivax ou provax…

Suite des réponses du Dr Gasse à nos questions

Question 2     On a pu voir sur des graphiques
que le déclin de certaines maladies en
Europe (tuberculose, diphtérie,..) a
précédé
l’introduction du vaccin,
puis s’est poursuivi au même rythme !
L’amélioration des conditions d’hygiène
et d’alimentation a donc joué un rôle très important.
=> Est il juste de dire que la disparition des
maladies infectieuses est due aux vaccins ?


Source : S Simon 
La disparition des maladies infectieuses n’est pas due aux vaccins

                                            
TUBERCULOSE
 Et si l’on
observe la courbe de mortalité en Allemagne entre 1750 et 1950,
on remarque que les cas ont diminué bien avant la vaccination.
                                        DIPHTÉRIE
Remarque : Ne pas tenir compte de la
cartouche  Evolution de la diphtérie à
Berlin 1938-1950
elle se rapporte à un graphe absent ici
Réponse du Dr F Gasse
1-   
Il faut rester
prudent sur la lecture, et l’interprétation
des graphiques présentés. Ces données ne 
reflètent pas tous les cas des maladies citées, et de loin, qui
surviennent dans un pays. 
Et il faut
connaitre  les documents de l’étude avant
de pouvoir les interpréter. Les données présentées ne sont basées que les cas sévères
de la maladie (comme la diphtérie ou la tuberculose) qui ont été vus ou admis
dans des hôpitaux.
De plus le taux de mortalité peut être lie a la présence ou
non d’un traitement efficace.
Ces données excluent  la majorité des cas
bénins de diphtérie ou d’oreillons, une maladie bénigne qui est rarement déclarée.
2-   
L’amélioration
de l’hygiène, la détection, l’isolement et le traitement des cas a réduit les
cas et les morts des maladies citées,
Mais la disparition de la diphtérie, des oreillons et de la rougeole  est  due
a la vaccination de tous les enfants avec un vaccin plus ou moins efficace.
Un vaccin  efficace  aura un impact bien supérieur et essentiel
pour éradiquer certaines maladies contagieuses comme  la rougeole et les oreillons et la diphtérie.
3-   
Pour la 
tuberculose
, c’est
différent ;  le déclin des cas est
surtout du à l’amélioration des conditions d’hygiène, de détection, d’isolation
et de traitement des cas,  vu le peu d’efficacité
du vaccin BCG, un vaccin  qui par
ailleurs a été abandonné dans de nombreux pays industrialisés.  La streptomycine était un traitement efficace
pour réduire la mortalité par tuberculose dont notre grand père maternel n’a pu
bénéficier après la 2eme guerre mondiale.
4-   
 Pour la diphtérie  les cas et
les morts déclarés récemment en Belgique et en Espagne sont survenus dans des communautés
refusant de faire vacciner leurs enfants.
5-   
Pour le tétanos
L’hygiène a réduit les cas de tétanos sans aucun doute mais l’efficacité du
vaccin l’a fait disparaitre comme on peut le voir pour les cas de tétanos néonatal
en Egypte  
–      
Sans vaccination
antitétanique,  6000 cas étaient déclarés
chaque année,
–      
L’augmentation rapide
de la couverture vaccinale a 70%  chez
les femmes enceintes a vite réduit à 3000  le nombre de cas déclarés  et la couverture vaccinale antitétanique
actuelle de 90% des femmes enceintes l’a fait disparaitre
–      
Je pourrais vous
présenter des graphiques identiques sur la rougeole, la polio et la diphtérie, en
France et aux Etats Unis

6-   
On entend
souvent dire que les vaccins ne sont pas efficaces il y a des épidémies et des
cas chez les enfants vaccinés, par exemple contre la  rougeole
 C’est FAUX et
l’explication est très simple : Aucun vaccin n’est efficace à 100%
Une seule dose de vaccin anti rougeole  administrée
à 9 mois  a une efficacité de   85% ..
cela veut dire que 15 enfants parmi les 100 vaccinés contre la rougeole ne sont
pas protégés malgré la vaccination ; ils peuvent attraper la rougeole et créer
une mini épidémie  s’ils entrent en  contact avec le virus. Heureusement 85 de ces
100 enfants vaccinés sont protégés  par
le vaccin
 Le virus
rougeole voyage et peut  être introduit
par un enfant malade dans votre ile… et va infecter les enfants non vaccinés et
tous les enfants vaccinés mais pas protégés.

Ma question : Quels arguments allez
vous choisir pour votre enfant pour le protéger entre hygiène OU vaccination   ou   hygiène
ET vaccination ?

– mardi 10 mai  VACCINS, les doutes
     efficaces ? dangereux ?  questions citoyennes
    un montage de documentaires,

– mardi 14 juin  Documentaires sur FIN DE VIE
Quand un homme demande a mourir
ET l’Euthanasie : jusqu’où ?
en partenariat avec l’association Mourir Dans la Dignité

http://zonevideo.telequebec.tv/media/9830/sable-enquete-sur-une-disparition/le-sable-enquete-sur-une-disparition

bientôt le reste du programme, et notamment

LE DESTIN  (film)
superbe fable sur tolérance/intégrisme .. au Moyen Age, vraiment ?

LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE (documentaire)
avec humour, l’exposé des connivences journalistes-hommes d’affaires-politiques
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=194641.html

MERCI PATRON !

inclassable, mais pas inconnu, cf l’actualité en Métropole!
problème : le DVD ne sortira qu’en octobre
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=243117.html

Ce film de Pablo Larrain (2012, 1h 57) vise les techniques de « com » appliquées en politique.

NO est basé sur des faits historiques : comment René Saavedra (Gael Garcia Bernal ), un jeune et
impertinent publicitaire formé aux USA accepte la proposition des opposants d’ Augusto Pinochet.
Il va concevoir la campagne de communication, centrée autour du ” NON “, afin de renverser le dictateur Chilien, lors du Référendum de 1988.

NO expose avec humour l’efficacité de la propagande et l’impact d’une bonne publicité.

Bande annonce http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19470217&cfilm=197326.html

      Nouveaux adhérents : Venir dès 17h 30 pour les « formalités » d’inscription, merci !

QUELQUES OUTILS ALTERNATIFS (1)

Ami lecteur et citoyen,  prenez le temps
d’examiner cet article pour votre sécurité sur le net
Des questions, besoin d’assistance bénévole ?  Contactez c6toyen@gmail.com (2) qui fera suivre
Intéressé par 1- 2 séances d’initiation ? dites le nous !


Les géants du
net (Google, FBook,..) veulent continuer à collecter nos données
(méta et autres) qui ont une valeur marchande. Snowden et Assange ont
dénoncé leur connivence avec le gouvernement US et la NSA. Ils nous demandent
de ne plus les nourrir !

Pour pouvoir mener comme avant vos tâches quotidiennes, avec une vie privée
mieux protégée
                                  Voici des ALTERNATIVES GRATUITES


Alternatives au moteur de
recherche GOOGLE 
LILO
 http://www.lilo.org/fr/ Ce moteur de
recherche finance des projets sociaux ou environnementaux de votre choix. C’est
gratuit et simple. A vous de tester.
DUCKDUCKGO   et STARTPAGE
sont des moteurs  a priori +
performants

Alternatives au système d’exploitation MICROSOFT
WINDOWS  7/8/10/XP/Vista :

En voici 3 au choix très complets, agréables, épurés rapides et sécurisés. . https://www.debian.org/      
https://getfedora.org/en/workstation/          
https://www.opensuse.org/
Très simples d’utilisation : à graver sur un Cd et démarrer votre Ordinateur
sur le CD
pour installer ces Système d’exploitation respectueux de votre vie privée,
Vous pouvez aussi très bien faire cohabiter Windows et Linux sur le même
ordinateur

Alternatives à vos Boites Mails
GMAIL/HOTMAIL (microsoft)/ Yahoo…

Messageries très sensibles au respect de votre vie privée :
https://protonmail.com/fr/
(recommandé) hébergé en suisse
https://www.openmailbox.org/index.php 
hébergé en france pour sécuriser vos échanges


Protéger le contenu de vos EMAILS :  https://gnupg.org/ 

Détails sur : https://emailselfdefense.fsf.org/fr/windows.html  
ou aller voir  Autodéfense courriel  https://emailselfdefense.fsf.org/fr/
Cela vaut la peine d’être lu.

Alternative à FACEBOOK :  
https://joindiaspora.com/
Diaspora*, c’est un peu le Facebook libre. Vous y trouverez les mêmes
fonctionnalités, tout en protégeant vos données ! En effet Diaspora accepte les
pseudonymes
, ne revend aucune information, n’affiche pas de
publicité
, et chiffre les données échangées. Avec lui on peut :

 Partager des textes, images, liens (et donc musiques, vidéos…)
 Réagir
en commentant, repartageant,
aimant…
 Gérer ses contacts
en les ajoutant à différents aspects afin de
contrôler la visibilité du contenu.
Lier son compte à ses comptes Twitter et Facebook, afin de publier
depuis D* vers d’autres réseaux

Alternative à
TWITTER :
https://quitter.se/main/public  

Ce site appartient à une communauté et ne peut donc être censuré, ni bloqué.

Alternative à MICROSOFT OFFICE
:  
https://www.libreoffice.org/ 

Disponible sous Mac, Linux et Windows : Toutes les fonctionnalités de
cette suite bureautique,



(1)  fiche établie
avec le précieux concours de Yolan
(2)  pour être
cohérents, cette adresse sera modifiée dès que possible !

Intervenants extérieurs :
Pierrik Sanchez ( Center data BBS) Gilles Taladoire (Université Dépt. Informatique)
 Charles Biori (ARIDHEDN) J Pierre Deteix
(LDH-NC)
                                       
                                  Questions
et réactions de la salle

Q: Un autre lanceur
d’alerte est mentionné à la fin du film, de quoi s’agit-il ?
·      
Le sujet était bien le pilotage des drones
américains lancé depuis une base aérienne allemande. A priori les autres
lanceurs d’alerte n’ont pas franchi le pas.

Q: La France
a t elle poursuivi l’Amérique pour les écoutes réalisées sur le sol français ?
·        convocation de l’Ambassadeur
US, pas d’autre suite donnée par la France !

·      
La LDH en France a porté plainte contre X pour
violation de la vie privée et des droits de l’homme, atteinte à la liberté d’expression
en 2014, contre la DGSE. Pas de suite là encore.
Du coup la LDH s’est constituée
partie civile pour obliger la Justice à réagir, mais en février dernier il lui a été demandé une
caution exceptionnelle de 15000€ ! Comprenne qui pourra
·      
En France toutes les conversations téléphoniques
peuvent être espionnées. Des boites noires  bien placées collectent des métadonnées ( ou
« big data » : pas le contenu de la communi cation mais l’heure,
le relais antenne, la durée, le destinataire, etc).
·      
En France, loi antiterroriste en vigueur depuis
1986, qui a évolué depuis 2006, pour que les métadonnées collectées soient
remises à des magistrats spécifiques qui, eux, peuvent demander aux opérateurs
la collection de ces métadonnées.
A partir de 2013, tous les opérateurs d’internet ont obligation de garder des
traces.
Tracfin oblige ainsi tous les opérateurs à déclarer l’origine et le pourquoi
des virements.
Q : Comment les
américains ont-ils réagi à l’affaire Snowden ?
·      
Etonnement, plus individuel que collectif. La
communauté Open source s’est intensifiée.
Modifications  de leur
législation ??

Q : Au final, quel est
le risque d’être écouté, si l’on n’a rien à se reprocher ?
·      
L’état policier n’est pas loin, cela fait penser
à 1984.
·      
Question : quel est le véritable but de
cette surveillance massive.
Ce n’est pas tant la lutte anti terroriste ; dans les motifs explicites de
la loi,  il y a celui de servir des
intérêts économiques, de pouvoir approcher des secrets industriels !
l’espionnage économique défend nos emplois 
et attaque ceux des autres pays
·      
Autre motif : prévenir des « atteintes
collectives aux institutions ». Ainsi cela peut justifier de mettre sur
écoute tous les opposants radicaux : écologistes, citoyens en colère, etc…

Menace bien réelle sur la démocratie
·      
Finalement, c’est un peu comme dire qu’on n’a
pas besoin de liberté d’expression car on n’a rien d’intéressant à dire !
Q : Comment éviter cette
surveillance permanente, de tous, sur toutes nos communications ?
·      
La monnaie parallèle, ainsi nos échanges ne seront
plus tracés.
·      
Ce qui compte, c’est le contrôle du
contrôle 
·      
Oui, en démocratie, ce qui compte c’est la
séparation des pouvoirs, le contrôle de l’exécutif par le judiciaire ou des commissions
d’enquêtes parlementaires, ou par la presse 
·      
Il est essentiel de veiller à l’équilibre de ces
pouvoirs, et surtout ne pas oublier les nouveaux pouvoirs : ceux des
lobbies (multinationales) et de la finance.
·      
Le gouvernement a un pouvoir de contrôle pour
protéger les citoyens ; mais les citoyens doivent pouvoir contrôler le gouvernement
en cas de dérives..  et elles ont
toujours existé !
Or si l’Etat peut contrôler tout le monde tout le temps, il y a rupture
d’équilibre en sa faveur et la démocratie bascule
·      
Bien sur, on peut aller voter de temps en temps
mais sur le reste, on n’a pas d’outils pour être de vrais citoyens. Il faut
disposer d’espaces libres où les pensées différentes peuvent s’exprimer
largement.
·      
A réclamer en priorité : le référendum d’initiative
citoyenne. Pour chacun, porter une question via une pétition, réunir des
signatures, obligeant nos représentants…
·      
Se méfier des Clouds :
sécurité contre incidents matériels, mais pas contre intrusions

Pour aller plus loin :

QUE FAIRE ?  Sur blog du
CC, voir nos suggestions d’ ALTERNATIVES gratuites aux logiciels des entreprises US géantes
du Net (Google, Yahoo..) collecteurs-stockeurs de données sur nos
communications, en liaison probable avec la NSA !

→ « Bonnes
pratiques » de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes
d’Information (ANSSI) : http://www.ssi.gouv.fr/particulier/bonnes-pratiques/

→ Conseils de la CNIL:
Commission  nationale Informatique et
Libertés
https://www.cnil.fr/fr/maitriser-mes-donnees  et  https://www.cnil.fr/fr/mediatheque  vidéos, fiches pratiques..
La Quadrature du Net : association de défense des droits et libertés
des citoyens sur Internet

Un aspect positif des Big Data ? l’ONG Paul Duan les
utilise pour améliorer le quotidien des gens.
Il propose un système d’ambulance sur modèle Uber, en optimisant leur
positionnement en temps réel et diminuer le temps d’attente : https://www.youtube.com/watch?v=6AdHZmTHHA8

C.Rendu par LA-DG

En 2013, Edward Snowden déclenche l’un des plus grands séismes
politiques aux Etats-Unis en révélant des documents secret-défense de la
NSA.
Sous le nom le code « CITIZENFOUR », il contacte la documentariste
américaine Laura Poitras.
Elle part le rejoindre à Hong Kong et réalise
en temps réel CITIZENFOUR, un document historique.
Citizenfour a été sacré meilleur documentaire à la cérémonie britannique
des Bafta, à celle des Independant Spirit Awards (Santa
Monica en Californie) et pour finir aux Oscars.

L’Etat a pour mission d’assurer la sécurité des citoyens. Mais jusqu’où peut il surveiller toutes nos communications, nos vies privées ? Et s’il dispose d’un contrôle total, les citoyens pourront ils s’assurer eux aussi de la bonne conduite des gouvernements censés les représenter ?

Un débat passionnant, essentiel pour nos démocraties.

Bande annonce :
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19550586&cfilm=231662.html

Pour cette première séance 2016, merci de venir plus tôt afin de procéder aux adhésions

C’est reparti pour une nouvelle saison !

Assemblée Générale de l’association CINECITOYEN jeudi 10 mars à 17h 45
au local de la FOL
rue Taragnat
– à coté du Lycée Do Kamo.


       Ordre du jour

–      
Présentation
du bilan financier et du rapport d’activités 2015
Débat, perspectives, votes (1)

–      
Tarif des
cotisations 2016

–      
Questions
diverses

–       Élection
du nouveau Bureau 2016 (2)

Venez nous encouragerpar votre présence et, pourquoi pas, nous rejoindre au
Bureau !


(1) Seuls
votent les adhérents 2015
Bien sur les non  adhérents 2015 sont
bienvenus pour participer aux débats


(2) Déclaration
de candidature
à adresser par mail ou tél AVANT lundi 7 mars
Préciser Nom, Prénom, Contacts (tél, mail) et compétences-disponibilités

JEUDI 26 NOVEMBRE A 17H 50   AUDITORIUM de la Province Sud
Film de Mohamed DIAB  (2012,  1h 40)

                             ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE      

 
  Trois égyptiennes de conditions sociales  différentes
s’unissent pour combattre le machisme impuni. Mains baladeuses, attouchements,
humiliations, violences.
Dans les bus, dans les rues, le harcèlement sexuel est un cauchemar ordinaire.
Jeunes et moins jeunes, voilées ou sexy, peu importe : toutes les femmes sont
des proies, des corps publics.

Ces trois personnages de femmes portent sur leurs
épaules ce fléau qui s’enracine et perdure.
Elles vont faire fi de la honte, de la peur et du silence.

En France, la campagne gouvernementale de lutte contre le harcèlement
sexiste dans les transports en commun ” STOP ÇA SUFFIT ! ”
vient  de commencer, le 9 novembre de cette année. Il était temps.

 

Vendredi 20 novembre a 17h 50 a la FOL rue Taragnat
Avec l’aimable concours de la FOL, une séance de rattrapage !
Documentaire-réalité de Didier
Cros – 1h30
Dix commerciaux en quête de travail
sont convoqués par un cabinet de recrutement  pour une session collective
de recrutement; ils vont devoir se distinguer les uns des autres.

À la fois
évaluation de compétences et entreprise de déstabilisation, l’entretien d’embauche
est une véritable épreuve ; rien n’est épargné.
Qu’attend t-on de vous lorsque l’on vous met en situation de stress et de
pression ? Votre faculté d’adaptation ou votre capacité de
soumission ?

Jeudi
5 novembre, Auditorium de la Province Sud

Quels enfants laisserons-nous à la planète ? (65 mn)
Cette question est au cœur de l’enseignement d’Isabelle
Peloux, institutrice de l’école élémentaire du Colibri fondée aux Amanins, site
agro-écologique de la Drôme créé par P. Rabhi et M. Valentin.
En immersion pendant un an, la réalisatrice
franco-québécoise Anne Barth a su capter les interactions entre Isabelle, les
enseignants-stagiaires et les enfants. Ce film  didactique  renvoie à une éducation centrée sur la
nécessité d’apprendre à faire ensemble, sur le besoin d’élever les consciences. 
Il se veut outil de transmission pour accompagner les adultes dans l’éducation
des enfants ; et pour témoigner que vivre en paix, en citoyen responsable et
solidaire, nécessite un apprentissage.
http://quelsenfants.lesamanins.com/

POUR ALLER PLUS LOIN


                                                   POUR ALLER PLUS LOIN 
 

https://www.youtube.com/watch?v=uA3lGHdPL3I
:
Isabelle Peloux explique sa démarche pédagogique ( Freinet, Montessori, Steiner
… ) (6mn)
http://www.franceinter.fr/emission-un-jour-en-france-leducation-bienveillante-revolution-ou-pipeau
Isabelle
Filliozat : sur  cette nouvelle
vague  d’education « positive »
(52 mn)
Quelques réactions après le visionnage du film :
1. Un très beau projet, qui apprend à être. Une enfance heureuse dure
toute la vie.
2. Une expérience formidable. Quel équivalent pour les parents ? ne
devrait-on pas les éduquer aussi ?
3. C’est l’école ideale, surtout dans la manière d’apprendre. Apprendre à
apprendre, cela sert toute la vie.
Mais ces élèves sont-ils armés pour la suite dans les institutions scolaires traditionnelles ?
4. On revient à des projets anciens, cela correspond à des activités
faites à l’école il y a quelques années.
5. Quelle énergie pour de si petites structures ! La mettre à
disposition de l’école publique ?
C’est très bien de travailler à réduire les conflits, mais il y a la question
des moyens.
Et cette population n’est pas la réalité de la France, ici on n’a que des têtes
blondes !
6. On a la sensation que les enfants récitent une leçon « il faut
être respectueux »..
7.            
Il est choquant de parler
d’enfants « doués » et d’autres « non doués ». Démotivant
pour les élèves.
Ici, l’expérience repose sur une maîtrise très bonne de la langue française.
Serait-ce applicable pour tous ici ?
8.            
Peu d’informations sur le
devenir de ces élèves. Leur comportement en arrivant au collège : sont-ils
en décalage ? en rébellion ?
9.            
Il y a plusieurs facteurs de
réussite : la langue, les parents derrière, les méthodes, la  personnalité et les qualites pedaogiques de
l’enseignant. Il faut se garder d’être trop réducteur.
Cette pédagogie coopérative  est
nécessaire : une fois adulte, on a aussi besoin d’outils liés au
relationnel.
Mais ces pédagogies sont inadaptées au système scolaire que nous connaissons :
espace, durée des séquences.
Au début l’expérimentation peut passer par des institutions privées ; puis
voir les transferts possibles au public.
10.         
Témoignages
d’institutrices : des débats « philosophiques » se font à
l’école primaire ; On crée dans les écoles traditionnelles des espaces
pour que les enfants puissent exprimer leurs émotions ; Finalement nous
connaissons mal notre école « traditionnelle » dont ce débat semble donner
une vision assez pessimiste.
En fait, au primaire les écoliers ont de l’espace pour s’exprimer, et des
responsabilités dans la classe.
Au collège c’est autre chose. Il y a un fossé entre le primaire et le
secondaire
11.         
Expérience très intéressante
qui met en valeur les vraies transmissions de savoir et de savoir être ;
Cette institutrice devrait former des instituteurs.


12.          
Intérêt des différentes
formes d’intelligence, qui n’est considérée que sous son aspect intellectuel.
13.         
En Europe ou en Asie, des
choix très différents pour la politique scolaire. La Finlande insiste sur la
formation des professeurs, sur cibler les apprentissages, adapter les emplois
du temps au rythme de l’enfant
Présence d’une
institutrice Montessori
, ouverture de
« l’école filante »prévue à la rentrée 2016.
Ophélie secrétaire de l’école filante :
De telles
écoles s’adressent aussi aux parents, avec l’organisation de débats, de
formations pour les accompagner dans l’éducation. Il y a effectivement une
réalité économique : ce sont des projets autofinancés à 100% par les
parents.
L’absence de
conflits peut paraître idéaliste. En réalité, il y en avait sûrement au début
mais les enfants ont acquis les outils pour évoluer sereinement dans la
société. Pour rebondir sur la question ethnique, on peut faire référence à une
expérience menée dans une école maternelle pendant 4 ans à Gennevilliers, ZEP
et zone plan violence. L’étude a montré que ce sont des pédagogies qui
fonctionnent en tout contexte, quel que soit le niveau social des élèves.
Pour
en savoir plus :
→ étude sur l’application de pédagogies expérimentales en ZEP, par
Céline ALVAREZ : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=8638
Sur le projet d’école Montessori à Nouméa :
Ce projet est né à
l’initiative d’un groupe de parents. 17 enfants de 2 ans et demi à 6 ans seront
accueillis à partir de la rentrée prochaine dans une classe unique, encadrés
par 2 éducateurs Montessori. La mixité des âges est un principe important de la
pédagogie Montessori, ainsi que le libre choix des activités.

Cette pédagogie repose sur un matériel spécifique, sensoriel, mis à disposition
des enfants dans la classe. Les enfants sont libres de se déplacer, dans un
cadre, et d’utiliser le matériel à leur guise. L’éducateur est un guide, il est
en retrait. Il ne transmet pas un savoir, c’est l’enfant qui va chercher le
savoir, à son rythme. En fonction de sa période sensible, ce qu’il est capable
d’apprendre à ce moment-là, il est maître de son apprentissage. Tous les
parents sont impliqués dans l’association, donc 17 couples, ainsi que des personnes
intéressées par le projet.

Pour les 5-6 ans, un agrément
du vice-rectorat est nécessaire, les dossiers sont en cours. L’ouverture par la
suite d’une école pour les 6-12 ans est en projet. Au bout de 5 ans, le
financement public des salaires des éducateurs devient possible.
Pour en savoir plus :

TAFTA
Les négociations se poursuivent sur des
accords de Libre Echange censés apporter croissance et emplois ( contre exemple
: NAFTA entre USA et Mexique). Près de chez nous le TPP (TransPacific Partnership)
serait sur le point d’aboutir.

Mais la contestation citoyenne du TAFTA
progresse aussi
http://transatlantique.blog.lemonde.fr/2015/10/06/trois-millions-de-signatures-contre-le-traite-transatlantique-taftattip/


INEGALITES
En écho au débat après “Inégalité
pour tous
” (1er oct.) sur la répartition des richesses aux USA
– un article résumant la situation en Europe :
http://rue89.nouvelobs.com/2013/10/10/richesse-monde-crise-europe-choc-deux-rapports-246485

– Chacun peut prendre les commandes pour réformer la France !
http://www.revolution-fiscale.fr/simulez-votre-propre-reforme-fiscale


REVENU DE BASE

3 mini vidéos ont été projetées en fin de
séance Jeudi 1er oct., sur un remède partiel ( utopique ?) aux inégalités et à la crise ; Thème d’actualité, envisageable au CineCitoyen en 2016
Pour ceux qui n’ont pu venir ou rester
– Finlande, pour bientôt ?              https://www.youtube.com/watch?v=VZaJ_hoNX9g
– Le revenu de base mérite un débat    https://www.youtube.com/watch?v=wXYA55jChg8
– Une présentation de 3mn         https://www.youtube.com/watch?v=E9uz_H-8FJ0 

 

Documentaire de Daniel Mermet et Olivier Azam  (1h 40 ; VO)

Avec le concours de la F.O.L.  CinéCitoyen vous propose une projection-débat

             Vendredi 16 0ctobre 18h 00   à la FOL (ilot Taragnat)

               Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles  


Tant que les lapins n’avaient pas d’historiens, l’histoire était racontée par les chasseurs.

Avec
le succès de son livre Une histoire populaire des Etats-Unis,
Howard Zinn a changé le regard des Américains sur eux-mêmes en évoquant
ceux qui ne s’expriment pas dans l’histoire officielle : esclaves,
Indiens, déserteurs, ouvrières du textile, syndicalistes….
  
Bande annonce :  http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19551591&cfilm=235694.html

Jeudi 1er octobre  17h 50 à l’AUDITORIUM

Ce film de Jacob Kornbluth (2014) met en scène une conférence de Robert Reich,
professeur à Harvard-Berkeley, ex Ministre du Travail de
Bill Clinton
Aux USA, 400 Américains ont plus de richesses que la moitié de la
population du pays, soit 150 millions de personnes ! Par quels
mécanismes a t on pu arriver la ? Quelles conséquences ? Le rapport avec
ce qu’on appelle à tort “la crise”?

Ce documentaire (1h 25) efficace et
didactique expose les ressorts et méfaits de l’ultralibéralisme ; illustré par des graphiques convaincants un
bon croquis vaut mieux

C’est une vivante leçon d’économie, fort éloignée des discours habituels.

 Inégalités : ce qu’on peut souhaiter, ce qu’on croit savoir et .. ce
qu’il en est
https://www.youtube.com/watch?v=pURExFZY5YY

Vendredi  18 septembre  17h 45     à la F.O.L. (rue Taragnat)

En septembre,  avec l’aimable concours de la F.O.L.

Ciné Citoyen poursuit ses
projections libres et ouvertes à tous
OPERATION
CORREA
(2015) un documentaire de Pierre Carles
Episode
1 : Les
ânes ont soif !
(54 mn)
           
Novembre
2013, le président équatorien Rafael Correa vient à la Sorbonne exposer comment
son pays a su et pu organiser sa rupture avec le dogme de l’austérité et la
servitude la dette.
Intéressant,
non ? Alors pourquoi la presse hexagonale a-t-elle boudé cette visite ?
Pierre
Carles poursuit sa critique radicale des médias et pose des questions.
La
politique émancipatrice du gouvernement de Rafael Correa, depuis six ans, est elle un modèle  ? 
     
 Bande annonce  

Jeudi 3 septembre 17 h 50

Un documentaire de Marie Monique ROBIN 
                           
 

Face
à la crise et aux risques écologiques, il faut repenser de fond en comble notre
modèle de société. Dans
Sacrée croissance ! MM Robin s’attaque au mythe de la croissance  ; elle met en avant des alternatives éprouvées,
locales et solidaires.

Car
ils sont de plus en plus nombreux, les « lanceurs d’avenir », a
vouloir sortir du modèle de la croissance illimitée, reprendre le contrôle de
la production alimentaire, de l’énergie, et de l’argent.
Sacrée
Croissance !
alterne
la parole des experts et des expériences concrètes qui tracent les voies de la
transition vers la société post-croissance.


Vendredi 21 aout 17h45  a la FOL rue Taragnat
Entrée libre et gratuite 

Un documentaire d’Emmanuel Audrain
RETOUR EN ALGERIE
 

Ils ont
fait leur service militaire pendant la Guerre d’Algérie.
50 ans plus tard, au moment de toucher leur retraite du combattant, certains
sortent d’un long silence. Ils osent affronter leur douleur et leur honte. «
Pourquoi n’avons-nous pas hurlé notre désaccord ? ». Ils disent : « Parfois, il
faut désobéir… Oser dire Non ! »

 

Notre Programme 2015

LA GUEULE DE
L’EMPLOI  
(2011)
Un documentaire-réalité
de Didier Cros – 1h30

Dix commerciaux en quête de travail sont convoqués par un cabinet de
recrutement  pour une session collective de recrutement pour une grande
société ; ils vont devoir se distinguer les uns des autres.
À la
fois évaluation de compétences et entreprise de déstabilisation, l’entretien
d’embauche est une véritable épreuve. Jeux de rôles, tests d’aptitude, mise en
compétition, provocations, rien n’est épargné.
Qu’attend
t-on de vous lorsque l’on vous met en situation de stress et de pression ?
Votre faculté d’adaptation ou votre capacité de soumission ?

Jeudi 2 juillet 18h 00    Un petit jeûne ?

Jeudi 4 juin : Allons faire un tour chez nos amis grecs

et ce traité TAFTA,   c’est quoi ça ?

Ca sert à quoi d être normal ?